Tout-électrique en 2035, neutralité carbone en 2045 : Kia livre sa feuille de route

15 novembre 2021 à 18h20
9

Les jours se suivent et se ressemblent en cette année 2021 pour les constructeurs automobiles.

En effet, le club des firmes ayant acté leur transition vers le tout électrique voit rejoindre la Sud-Coréenne Kia autour de trois piliers : énergie durable, mobilité durable et planète durable.

Kia accélère sa transition vers le tout-électrique

À l'occasion de sa présentation virtuelle portant sur le « mouvement de durabilité Kia », la firme sud-coréenne veut accélérer et proposer une ligne claire afin d'atteindre des objectifs à moyen terme concernant le développement durable de ses activités et produits : la logistique, la fabrication des véhicules, le recyclage des déchets ou encore la manière d'utiliser ses véhicules, plus rien ne doit être laissé au hasard afin de réduire les émissions carbones de l'entreprise.

Ainsi, le premier but est de proposer 100 % de véhicules électriques à la vente, et cela dès 2035, notamment en Europe. Le deuxième objectif est d'atteindre le tout-électrique concernant les modèles en circulation de la marque sur divers marchés qualifiés de majeurs, tels que l'Europe, pour 2040. Cela est suivi par un troisième palier décisif à atteindre pour 2045 : la quasi-neutralité carbone, avec en ligne de mire une réduction de 97 % des émissions de CO2 en 2045 par rapport à ceux émis par Kia en 2019.

Des objectifs affichés alors que la firme, par le biais de sa maison-mère Hyundai Group, a rejoint l'ambitieuse initiative internationale RE100 , dont le but est d'atteindre l'utilisation d'une électricité à 100 % renouvelable. Ainsi, Kia ambitionne d'atteindre cet objectif dès 2030 dans ses sites internationaux et en 2040 au plus tard en Corée du Sud. Il est notable que le site slovaque de la firme emploie déjà 100 % d'énergie verte, et Kia compte notamment sur le déploiement du solaire, en Chine, en Inde ou encore aux États-Unis, pour parvenir à ses fins.

La préservation marine comme autre mission

Kia veut voir plus loin, notamment concernant la protection de l'eau. En cette perspective, la firme soutient The Ocean Cleanup , une ONG néerlandaise désormais célèbre ayant acquis ses lettres de noblesse grâce à son projet de nettoyage des cours d'eau, notamment les déchets plastiques ayant créé le triste océan éponyme dans le Pacifique.

Ainsi, ce sont 20 % de plastiques recyclés qui doivent être employés par Kia dans sa chaîne de valeur dès 2030. La firme doit également participer à la construction d'intercepteurs de plastiques en mer en fournissant du matériel. Les batteries automobiles sont également un enjeu sur lequel Kia planche, avec l'arrivée de partenaires extérieurs pour leur donner une seconde vie, et cela dès 2022. Des capteurs de carbone sont également à l'étude, de manière à réduire au minimum les émissions de 1 % par an.

Enfin, 2030 marque également une date clef puisque l'électrification du parc de véhicules employés en interne par la marque devra être achevée. Une feuille de route bien remplie dans la ligne de nombreux autres constructeurs automobiles aux quatre coins du monde tels que Mercedes-Benz, Audi ou encore Alfa Romeo.

Souvent regroupés - à tort ou à raison - sous l'expression « voitures propres », les véhicules hybrides, électriques, hydrogènes et hybrides rechargeables présentent de nombreuses similitudes. Mais ce sont bien leurs différences qui nous intéressent et qui permettent aux automobilistes d'opter pour l'une ou l'autre des technologies.
Lire la suite

Voir les 9 commentaires sur le site

Articles récents