Airbnb : une fraude de plus de 20 millions de dollars découverte à New York

le 03 mars 2019
 0
Airbnb
AlesiaKan / Shutterstock.com

La mairie de New York a porté plainte contre une entreprise américaine, soupçonnée d'avoir proposé des biens à la location sur Airbnb de façon illégale. La manœuvre aurait permis de rapporter plus de 20 millions de dollars à ses auteurs, qui nient son caractère illicite.

Louer un appartement sur Airbnb peut s'avérer très lucratif. Alors en louer des dizaines... C'est le business monté par une entreprise, Metropolitan Property Group, à New York. Problème : la société a œuvré au mépris de la législation en vigueur dans la ville américaine.

Plus de 100 appartements en sous-location


Metropolitan Property Group procédait de la façon suivante : elle déposait des dossiers de location auprès de plusieurs propriétaires d'appartements new-yorkais, sans dévoiler ses véritables intentions. Une fois le bien « empoché », elle le proposait sur Airbnb (et peut-être sur d'autres plateformes), avec un loyer plus élevé. Par exemple, un appartement était disponible en sous-location à 250 dollars par nuit, tandis que le loyer mensuel payé par l'entreprise s'élevait à 3 225 dollars. Si vous faites le calcul, vous vous apercevrez de la rentabilité d'un tel modèle.

D'autant que la société aurait fini par recenser 130 appartements, prenant parfois possession d'immeubles entiers, tous à louer sur Airbnb. De cette façon, elle aurait amassé plus de 20 millions de dollars (plus de 17,5 millions d'euros) entre 2015 et 2018.

La mairie de New York porte plainte


Mais le système mis en place contrevenait clairement aux lois de New York, ainsi qu'au règlement d'Airbnb. En effet, dans la mégapole américaine, il est interdit de louer un appartement entier pour une durée inférieur à 30 jours, sauf si le propriétaire est présent pendant cette période. Par conséquent, la mairie de New York a décidé d'attaquer Metropolitan Property Group en justice, et lui réclame plus de 20 millions de dollars.

Du côté des fondateurs de l'entreprise, on réfute l'idée d'avoir commis quoi que ce soit d'illégal. Une affirmation étonnante, quand on sait que la société a usé de plusieurs stratagèmes pour passer entre les mailles du filet d'Airbnb. Elle a notamment eu recours à de nombreuses fausses identités, afin de créer de multiples comptes sur la plateforme.

Source : L'Obs
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Auchan, Carrefour, Casino... les tests de magasins 100% automatiques se multiplient
Notre sélection des meilleurs films et séries à voir en avril sur Netflix et Amazon
Sophia, le robot humanoïde, parlera IA lors d'un Sommet Digital à Kigali
Samsung : une mise à jour du Galaxy S10 apporte un mode photo de nuit
La PS5 proposera
Des satellites bientôt mis en orbite pour identifier les plus gros pollueurs de la planète
Informatique quantique : où en est-on ?
Test Huawei P30 Pro : le nouveau champion de la photographie
Google Chrome : un mode Lecture pourrait bientôt être déployé
Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
scroll top