Les premiers taxis volants 4 places arriveront en Europe avant 2025 (si tout va bien)

19 janvier 2022 à 11h30
8
Prosperity I AutoFlight © AutoFlight
Prosperity I © AutoFlight

De plus en plus d'acteurs de l'eVTOL affirment viser un début d'exploitation du marché du taxi volant d'ici 2025. Le Chinois AutoFlight, qui s'installe en Europe, en fait partie.

Simple fantasme il y a encore quelques années, délire réglementaire il y a peu, le monde des taxis volants pourrait bien prendre vie avant 2025. Patrick Ky, le directeur exécutif de l'EASA, l'agence européenne de la sécurité aérienne, avait lui-même évoqué, au printemps dernier, un usage commercial des taxis volants qui « pourra débuter en 2024 ou 2025 ». L'emploi du futur est ici capital, surtout venant du régulateur. Après Airbus, Skydrive ou le Français Ascendance Flight Technologies , c'est au tour d'AutoFlight d'affirmer que son taxi aérien, baptisé « Prosperity I », sera prêt pour 2025.

Objectif certification

Le constructeur chinois AutoFlight, l'un des acteurs remarqués de l'eVTOL (avion électrique à décollage et atterrissage verticaux), a d'ailleurs annoncé, en début de semaine, s'installer en Europe. Il se trouvera plus précisément à l'aéroport d'Augsbourg, en Allemagne, où son premier objectif sera de décrocher la tant convoitée certification de l'agence européenne pour Prosperity I.

Cette certification, qu'aucun acteur n'est encore parvenu à obtenir, constitue un véritable ticket d'entrée sur le marché du taxi volant. De ce que l'on sait de différents constructeurs, plusieurs prototypes ont déjà prouvé pouvoir voler. Mais reste, pour l'EASA, à vérifier que ces petits aéronefs soient au moins aussi sécurisés qu'un avion de ligne traditionnel. L'agence européenne veut prendre son temps.

AutoFlight, de son côté, a déjà franchi l'étape de la recherche et développement, et fabrique déjà ses aéronefs. L'entreprise située à Shanghai propose notamment un drone autonome capable de transporter quatre personnes, le V50 - White Shark, qui en est déjà au stade de la production de masse.

Un beau bébé capable de transporter 4 personnes

Avec Prosperity I, AutoFlight pense pouvoir plus facilement s'adresser au marché européen, dans le sens où il ne s'agit pas d'un aéronef autonome, mais bien d'un taxi aérien conduit par un pilote, qui pourra transporter trois autres passagers. C'est avec cet appareil que l'entreprise vise la certification européenne au plus tard d'ici 2025.

Ce taxi volant, le premier d'AutoFlight qui inclut un pilote, promet une autonomie de 250 kilomètres. L'installation en Allemagne aidera l'entreprise à mener des vols d'essai et à faire des démonstrations sur le Vieux continent. « Nous ramenons la construction d'avions à Augsbourg, créant un site et des emplois de haute technologie, alors que nous construisons des drones/taxis volants et créons un nouveau segment de marché pour les taxis aériens », a déclaré le directeur général d'AutoFlight Europe, Mark Henning.

Prosperity I devrait être fondé sur le taxi aérien V1500M de la firme, eVTOL. Selon le constructeur, ce dernier est capable d'atteindre les 200 km/h et les 250 km d'autonomie, outre un poids maximal de 1 500 kg, passagers et fret compris. L'aéronef devrait être équipé de deux hélices arrière propulsives et d'un total de 10 moteurs électriques et autant d'hélices, situés au-dessus de la cabine.

Source : AutoFlight

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
9
Goodbye
Bonjour le bruit…
SlashDot2k19
S’ils veulent désengorger les axes routiers, il faudrait augmenter au minimum par 10 les capacités de passagers.<br /> Et faire des pôles d’embarquement vers des pôles d’arrivées (concept d’aéroport…) pour pas que cela soit le bordel dans le ciel.<br /> Avec des drones autonomes, ils pourraient se suivre les uns derrières les autres, faire des véritables autoroutes aériennes…<br /> Par contre ceux qui habitent en dessous, si il y a des crashs…
baazul
Le hachoir est compris dans le prix ? <br /> Je ne voudrai pas être à côté quand il va le lancer.
baal-fr
Super, les nantis qui se déplaçaient en hélico pourront maintenant se déplacer en taxi volant. Quelle avancée.<br /> «&nbsp;Chef, l’humanité est au bord du gouffre, il faudrait penser à collectiviser les transports au lieu de penser véhicule individuel non ?<br /> – T’as raison, faisons un taxi volant pour 4 personnes MAIS électrique parce que c’est génial pour la planète. Et en plus j’ai adoré le 5ème élément&nbsp;».
nicgrover
Est-ce que je pourrai aller travailler à mon boulot avec ce taxi au lieu de perdre 2 heures dans les transports en commun ? La qualité de vie…
_Reg24
L’aspect technique, c’est une chose, mais le gros soucis, sera toute la législation / autorisations nécessaire pour faire voler ce truc.<br /> Proche des grands aéroport, c’est même pas la peine d’y penser.
boby9999
Il ne faut pas oublier LE problème rédhibitoire : le bruit.
pocketalex
Un véhicule volant ? presque aussi dangereux que de faire un trajet en vélo dans paris … ça risque donc d’être compliqué niveau autorisations
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Le chiffrement de bout-en-bout débarque sur Messenger pour les casques VR Quest
Impression 3D : MakerBot et Ultimaker s’unissent
Epic Games fait équipe avec la NASA pour créer des expériences VR sur Mars
Le robot-chien Spot fait plus que danser dans cette nouvelle pub de Boston Dynamics
Reconnaissance faciale : un t-shirt moche pour s'effacer, voilà la solution !
Une vidéo nous montre comment opère Daisy, le robot recycleur d'Apple
Confinement : à Shanghai, les robots autonomes prennent le relais sur les livraisons
Pour la prochaine génération de télescopes spatiaux, pourquoi pas des miroirs... liquides ?
DALL.E 2 : entre Dalí et WALL.E, une IA capable de créer des images à partir d'un texte aléatoire
Tesla souhaite démarrer la production de son robot humanoïde Optimus dès 2023
Haut de page