GameLoft revèle les statistiques de son jeu wap "MobiMushi"

Jérôme Bouteiller
02 octobre 2002 à 00h00
0
Editeur de jeux pour téléphones mobiles, Gameloft dévoile quelques statistiques sur MobiMushi, un jeu "distribué" par Orange

Bonne nouvelle, le mobile peut effectivement servir à jouer. Editeur français de jeux pour téléphones mobiles (WAP, SMS, java, etc...), la société GameLoft dévoile quelques statistiques sur MobiMushi, un jeu wap géolocalisé "distribué" par l'opérateur mobile Orange.

Lancé en juin 2002, MobiMushi a bénéficié d'une forte promotion par Orange car il est le premier jeu à intégrer le concept de la géolocalisation pour interagir avec le mobimoshi, un "tamagotchi mobile", reprenant le concept de l'animal électronique inventé par Bandaï.

Selon Gameloft, 17.000 mobinautes sont enregistrés (au 17/09). Chaque joueur fait en moyenne 3 parties dans le mois d'une durée moyenne de près de 13 minutes. Certains inconditionnels auraient même déjà passé plus de 30 heures sur le jeu (probablement des abonnés WAP illimités).

Proposé également par Buongiorno et ses "moggy's", le concept du tamagotchi semble donc intéressant même si il n'a séduit, pour le moment, que 0,1% des clients français d'Orange.

Au même titre que la messagerie multimédia et la personnalisation (fonds d'écran, sonneries), le jeu fait en tout cas partie des priorités des opérateurs pour augmenter le trafic "data" de leurs clients.
Modifié le 20/09/2018 à 15h48
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
L'UE envisage de renforcer les limites d'émission de CO2 pour le secteur automobile
Clubic évolue (en douceur)
5G : plusieurs dizaines d'élus de gauche veulent repousser le lancement de la technologie
Le data center sous-marin de Microsoft refait surface après deux ans d'immersion
AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter
Allongé et endormi
Après Bouygues, au tour de RED by SFR d'augmenter des forfaits sans possibilité de refus
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
scroll top