SNCF : sécurité à bord des trains et exploitation de la vidéo, la compagnie utilise l'IA pour plus de confort et un meilleur suivi des passagers

Alexandre Boero
Chargé de l'actualité de Clubic
09 février 2024 à 17h31
3
Train interurbain de la SNCF en Normandie © Leitenberger Photography / Shutterstock.com
Train interurbain de la SNCF en Normandie © Leitenberger Photography / Shutterstock.com

Pour plus de sécurité dans ses trains et gares, la SNCF développe deux projets novateurs, baptisés « TNI » et « SDOT », qui offriront, grâce à l'IA, une meilleure expérience aux voyageurs.

Après le démarrage du déploiement des nouveaux postes d'aiguillage informatique avec la projet ARGOS, Clubic vous présente deux autres initiatives technologiques de la SNCF, qui utilise la vidéo et l'intelligence artificielle au service de l'expérience voyageur et de la sûreté ferroviaire. D'un côté, nous avons le projet TNI, qui se sert de l'IA pour traiter les flux vidéo des gares et des trains de façon « éthique », nous allons y revenir. Et de l'autre, nous avons SDOT, qui offre aux voyageurs et à la compagnie différents services et informations, et est déjà déployé sur des dizaines de rames TER en France.

Avec TNI, la SNCF veut assurer la sécurité de ses passagers grâce à des flux vidéo anonymisés

Fruit de trois ans de recherche et de collaboration entre la direction de l'innovation de l'entreprise et celle de TER Grand Est, le projet TNI, pour « traitement numérique des images », est axé sur le traitement dit « éthique » des flux vidéo provenant de ses caméras installées en gare, en train ou ailleurs.

Plus précisément, TNI anonymise les clients filmés, pour répondre aux normes de la CNIL, le gendarme des données, et s'engage de fait à effacer toute donnée biométrique. Les analystes génèrent, grâce à ces images anonymisées, des statistiques utiles qui permettent d'ajuster l'offre de train, en fonction des besoins. Par exemple, il sera possible d'adapter le format d'un train (rame simple ou double, à étage ou non) selon le nombre de personnes présentes à bord.

Outre l'amélioration de l'offre de train, TNI trouve des applications cruciales en matière de sûreté. La détection de mouvements de foule est une fonctionnalité qui nous semble essentielle, en ce qu'elle contribue à la sécurité des gares, des trains, avec un meilleur temps de réaction des autorités et forces de l'ordre en cas de problème.

Projet TNI : à gauche, le flux vidéo brut ; à droite, le flux vidéo anonymisé © SNCF
Projet TNI : à gauche, le flux vidéo brut ; à droite, le flux vidéo anonymisé © SNCF

SDOT, pour un train futuriste et un suivi du flux passager en temps réel

Présentée il y a quelques mois à VivaTech, la solution SDOT, acronyme de « Service Digital On Train », est chapeautée par la filiale SNCF Voyageurs et définit le futur du trajet ferroviaire. Il s'agit d'une architecture unique qui propose de véritables services à la demande, comme l'amélioration de la sécurité avec une vidéoprotection innovante. On peut aussi évoquer une expérience voyageur enrichie grâce à un système d'information qui permet d'avoir des données en temps réel sur son voyage ainsi que le Wi-Fi à bord.

Le système de comptage automatique voyageurs contribue aussi à une meilleure gestion opérationnelle, grâce à des données fournies en temps réel sur la fréquentation. Contrairement à TNI, plus de 100 rames TER sont déjà équipées de la solution SDOT sur le territoire.

L'ambition de la SNCF est de poursuivre le déploiement de SDOT à grande échelle. À terme, elle devrait être présente sur près d'un millier de rames qui circuleront dans onze régions du pays, ainsi qu'au Luxembourg. Ces innovations positionnent en tout cas la SNCF comme une pionnière de l'intégration de l'IA et des technologies connectées dans l'amélioration de la sécurité, de l'expérience voyageur et de l'efficacité opérationnelle dans le transport ferroviaire. Peut-être un début de réponse pour réconcilier les Français avec le train.

La solution SDOT, pour un meilleur suivi des voyageurs et des voyages en temps réel © SNCF
La solution SDOT, pour un meilleur suivi des voyageurs et des voyages en temps réel © SNCF

Sources : SNCF, Clubic

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page

Sur le même sujet

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (3)

Biggs
Encore une fois, je ne vois pas où est l’IA là-dedans, ce ne sont que des algorithmes, des statistiques et du deep learning, il n’y a rien « d’intelligent ».
Elinyhs
L’explication est par exemple lisible sur la page « Intelligence artificielle » de Wikipedia.
Nmut
Biggs:<br /> algorithmes, des statistiques<br /> Ok, ce n’est pas de l’IA. Mais ce n’est pas la base de ces systèmes. Les statistiques ne sont que l’exploitation des résulats de l’IA.<br /> Biggs:<br /> deep learning,<br /> Raté, c’est justement de l’IA! <br /> Il faut revoir ta définition de l’IA. L’IA, c’est comme l’intelligence humaine, c’est de l’apprentissage et un résultat à peu près convenable / satisfaisant même sur des situations non prévues, ce qu’un algorithme ne peut faire.
Biggs
Je râle globalement contre cette mode qui veut qu’on ait de l’IA partout aujourd’hui. C’est arrivé en très peu de temps, quasiment d’un jour à l’autre, à partir du moment où ChatGPT s’est « démocratisé » tout le monde a eu de l’IA entre les mains. Ça me laisse dubitatif.<br /> Si l’IA est une technologie révolutionnaire de pointe qui a mûri dans les laboratoires d’OpenAI, comment se fait-il qu’elle se soit répandue aussi rapidement et que tout le monde l’ait aujourd’hui ? C’était si simple au point que tout le monde est capable de reproduire la prouesse d’OpenAI en peu de temps ?<br /> L’alternative serait que l’IA n’est pas une technologie révolutionnaire et qu’OpenAI n’a fait que la rendre publique. En fait tout le monde avait de l’IA dans un tiroir et personne ne pensait à l’utiliser, c’est OpenAI et ChatGPT qui ont révélé tout le potentiel d’une technologie que tout le monde possédait déjà sans savoir qu’en faire. Sérieusement ?<br /> La 3ème option – qui me paraît la plus probable – c’est que l’IA, la vraie, demeure une technologie de pointe que peu de gens maîtrisent aujourd’hui, et que les autres ont simplement fait du « rebranding » des technologies qu’ils utilisaient jusqu’alors (algorithmique, base de données et statistiques pour simplifier ; je retire le deep learning que j’ai effectivement cité à tort précédemment et qui, lui, fait partie des technologies liées à l’IA).
Nmut
Effectivement, depuis ChatGPT, le public a une application marquante de l’IA (mais très spécifique, c’est «&nbsp;juste&nbsp;» une IA générative) et donc le marketing et les communicants s’en sont emparé…<br /> Biggs:<br /> L’alternative serait que l’IA n’est pas une technologie révolutionnaire et qu’OpenAI n’a fait que la rendre publique.<br /> Oui, pour moi c’est ça.<br /> Ca fait quand même plus de 20 ans que ça existe, et peut être 10 ans que c’est utilisé dans pleins de domaines pour l’industrie ou la recherche.<br /> Biggs:<br /> les autres ont simplement fait du « rebranding » des technologies qu’ils utilisaient jusqu’alors<br /> Pas impossible non plus. Mais vu la simplicité et les performances des IAs «&nbsp;basiques&nbsp;» pour des domaines spécifiques comme pour la reconnaissance d’images, l’utilisation est probablement très répandue.
Voir tous les messages sur le forum