Pour améliorer la détection d'amiante, la SNCF fait appel à l'intelligence artificielle

25 septembre 2021 à 09h35
4
Train SNCF © Pixabay
© Pixabay

La détection de l'amiante est l'une des priorités de SNCF Voyageurs. Pour accélérer ses diagnostics, la société de transport ferroviaire a fait le choix de travailler avec une start-up française, Datategy, spécialisée en data science.

Filiale de la SNCF, SNCF Voyageurs emploie plus de 70 000 personnes, dont 20 000 agents chargés de matériel. La société de transport, qui sait ses collaborateurs exposés à certains risques, œuvre au quotidien à améliorer les processus de maintenance des wagons et de ses pièces, mais aussi à renforcer la sécurité de ses équipes. L'un des risques reste celui de l'amiante, qui demeure un problème majeur de santé publique et de santé au travail.

L'objectif : gagner du temps dans la détection de l'amiante dans les wagons

La SNCF est chargée d'assurer la maintenance de quelque 17 000 trains du groupe, sollicités pour les voyageurs et le fret. Pour gagner en efficacité dans certains processus, notamment celui de détection de l'amiante dans les wagons de transport de marchandises, la direction industrielle de SNCF Voyageurs a fait appel à un partenaire. Et l'entreprise ferroviaire a jeté son dévolu sur Datategy, une jeune start-up avec laquelle elle avait déjà pu collaborer par le passé.

« Lors de nos opérations de maintenance et d'ingénierie, nous faisons automatiquement un diagnostic d'amiante pour vérifier si les wagons sont sains ou non. Ce processus peut prendre jusqu'à trois jours », explique le responsable maintenance et ingénierie wagons chez SNCF Voyageurs, Patrick Munsch.

Il a donc fallu réduire le délai. Les équipes de maintenance demandaient que soit mis à leur disposition un outil permettant d'identifier la présence d'amiante dans les équipements. Datategy, société experte en data science (science de la donnée) et en intelligence artificielle, fondée en 2016, s'est donc vu confier une mission stratégique, dont l'idée première est de gagner du temps, et donc de réduire le danger encouru par les équipes de maintenance.

Une IA au taux d'erreur quasi nul

En seulement quelques semaines, Datategy est parvenue à présenter à SNCF Voyageurs un prototype de solution IA alors jugé prometteur. Les collaborateurs n'ont désormais plus qu'à prendre une photo des wagons, puis l'algorithme étudie l'image pour établir son diagnostic.

Au bout de plusieurs mois, grâce aux nombreux clichés et résultats de laboratoire, l'IA a fini par atteindre un haut niveau de performance. Aujourd'hui, la SNCF fait même « confiance à 100 % » à la solution. « Elle ne s'est jamais trompée », affirme Patrick Munsch. Si elle signale une présence d'amiante, le taux d'erreur est carrément inférieur à 1 %. « Les contrôles se font (…) par simple analyse de photos que les agents prennent ». Et, en quelques secondes, les résultats arrivent. La SNCF nous indique même qu'elle économise deux heures de travail par agent et par opération grâce à cela.

amiante SNCF chiffres clés © SNCF
© Datategy / SNCF

Si le temps d'immobilisation des wagons a nettement chuté, les collaborateurs qui opèrent directement sur place apprécient franchement le renforcement de la sécurité. L'IA « répond aux demandes du personnel qui dispose d'un outil fiable, facile à utiliser et qui intègre leurs recommandations », conclut M. Munsch.

Source : communiqué de presse

Modifié le 25/09/2021 à 13h03
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
MAD5D
Comment l’ia peut détecter de l’amiante à partir de photo ? Si il y a un «&nbsp;type&nbsp;» de wagon qui contient de l’amiante ya même plus besoin d’analyser le bousin du coup… Que ce soit via photo ou labo…<br /> Quelque chose m’échappe
testlo
C’est impossible à partir d’une photo. Tout n’est pas d’écrit. Comme tu dis, il y a un wagon « type ». C’est n’importe quoi. Si on fait appel à ce genre de solution c’est que la SNCF ou autre ne se souviennent plus où l’amiante a été mise. Du coup il se peut qu’un wagon d’un certain type contienne de l’amiante mais que leur solution d’IA n’en voit pas…
PiNgOa
C’est vrai que l’article est assez élusif, en réalité il s’agit de pièces mécaniques et pas de wagons entiers. J’ai trouvé cet article qui rentre un peu plus dans le détail <br /> LeMagIT<br /> SNCF Voyageurs détecte l’amiante grâce à la computer vision<br /> Pour détecter la présence d’amiante dans les pièces de wagons de fret, SNCF Voyageurs et Datategy ont codéveloppé une application propulsée à la computer vision. Elle doit répondre à des enjeux sanitaires et industriels.<br />
zoup01
il n’y a pas besoin d’ia pour savoir où est l’amiante dans le matériel ferroviaire…c’est parfaitement recensé.<br /> je fais partie du personnel suivi à vie pour y avoir été exposé.
cirdan
« Par exemple, ils permettent d’extraire des caractéristiques de computer vision tel des vecteurs de gradients afin d’analyser des nuances de gris pour repérer toute une distribution de textures », illustre le Data Architect.
Palou
zoup01:<br /> il n’y a pas besoin d’ia pour savoir où est l’amiante dans le matériel ferroviaire…c’est parfaitement recensé.<br /> Tout à fait, mon fils a travaillé au Technicentre de Périgueux et tout est répertorié
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Un robot artiste accusé d'espionnage à la frontière égyptienne
ADP teste les transporteurs de bagages électriques et autonomes à Paris-Charles-de-Gaulle
Quand HTC présente son nouveau casque, le VIVE FLOW... en l'intégrant sur des photos iStock
Ça y est, le robot-chien est armé... et vous n'avez pas envie de croiser son chemin
Ford étudie votre activité cérébrale pour éviter les accidents
Microsoft Translator peut désormais traduire plus de 100 langues
Bipède, capable de voler et de faire du skateboard, ce robot fait rêver... Ou flipper... Ou rêver... Ou...
Les eurodéputés ont voté une résolution contre la surveillance de masse à l’aide de l’IA
Un groupement de médecins et d'experts en biotech cherche à augmenter la durée de vie humaine jusqu'à 120 ans
Metaverse : Facebook engage 50 millions de dollars pour rendre le monde virtuel
Haut de page