Orange Djinngo : des widgets sur PC, Mac et mobile

Par Alexandre Habian
le 26 novembre 2008 à 10h42
0
00C8000001789398-photo-orange-djinngo.jpg
Les premiers utilisateurs du service le connaissait sous le nom de « Bubble Top ». Il est de nouveau mis en avant par Orange sous le nom « Djinngo ».

Utilisable sur Internet ou depuis un mobile via un programme Java, il s'agit d'un service gratuit concurrent de Netvibes, Google IG ou autres Mon Yahoo! qui permet de gérer sa propre page d'accueil personnalisable. Il est possible d'y ajouter notamment des flux RSS, des onglets ou des widgets. Car c'est bien là le point fort du système.

Si des portails comme Netvibes ou Webwag permettent effectivement déjà de gérer de tels services à la fois fixes et mobiles, « Djinngo » propose pour sa part d'ajouter certains widgets sur le bureau de son ordinateur. Compatible Windows XP et Vista ou Mac, il suffira alors de cocher les widgets de son choix pour les faire apparaître sur son bureau. Plusieurs d'entre eux sont proposés, de la météo, au trafic en passant par les sorties de films. Détail intéressant, les widgets ajoutés depuis le service web de « Djinngo » seront automatiquement synchronisées avec le mobile.

0118000001789346-photo-orange-djinngo.jpg
0118000001789348-photo-orange-djinngo.jpg

« Djinngo mobile »
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés :
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

L'Inde veut lancer une station spatiale d'ici 2030
Fiat Chrysler signe avec ENGIE pour offrir des solutions de charges électriques en Europe
88% des Américains consultent leur smartphone en regardant la TV
Le navigateur gamer Opera GX est accessible en early access
Test Asus ROG Strix SCAR III : RTX 2070 et 240Hz pour un portable gamer d'excellence
Malgré des AirPods 2 peu novateurs, Apple maintient son avance sur le marché des écouteurs sans-fil
Les Etats-Unis auraient implanté des
L'UE s'attaque au trafic en ligne d'espèces sauvages
Amazon Game Studios se sépare discrètement de dizaines d'employés
scroll top