Données personnelles : Zoom met 86 millions de dollars sur la table pour éviter un procès

02 août 2021 à 16h05
5

Entre failles de sécurité, partages d'informations personnelles et mensonges sur la technologie de chiffrement de bout en bout, Zoom avait beaucoup à se faire pardonner.

Zoom est parvenu à un accord aux États-Unis pour mettre un terme à un recours collectif qui aurait pu déboucher sur un dangereux procès pour la plateforme. L'éditeur du logiciel de visioconférence va devoir débourser la somme de 86 millions de dollars pour classer l'affaire.

Zoombombing et faux chiffrement de bout en bout

Selon la plainte, Zoom aurait partagé les données personnelles de millions d'utilisateurs avec des sociétés tierces, dont Facebook, Google ou encore LinkedIn. Une pratique opérée sans le consentement des utilisateurs et sans les avertir.

De plus, Zoom est accusé de manquer de sécurité, le service pouvant être utilisé par les créateurs d'une réunion pour pister les participants à celle-ci. Le phénomène de Zoombombing a aussi causé du tort à la réputation du logiciel, des utilisateurs non invités indésirables ayant pu accéder à des réunions privées, espionner des conversations, diffuser des contenus comme de la pornographie, et parfois faire planter les réunions.

Enfin, Zoom assurait que les communications via son application étaient chiffrées de bout en bout, ce qui n'était pas le cas. De nombreux et graves manquements donc, qui vont forcer Zoom Video Communications à devoir passer à la caisse.

Des mises à jour ont corrigé les failles de sécurité

Au gré de mises à jour, la sécurité et le respect de la vie privée des utilisateurs ont été renforcés. « Nous sommes fiers des avancées que nous avons apportées à notre plateforme et sommes impatients de continuer à innover en mettant la confidentialité et la sécurité au premier plan », a communiqué un porte-parole de Zoom.

Les avocats ayant porté ce recours collectif devant les tribunaux américains estiment que Zoom a généré 1,3 milliard de dollars grâce à ses seuls utilisateurs basés aux États-Unis. Si l'accord est définitivement validé, les abonnés payants recevraient un remboursement de 15 % des souscriptions payées ou le montant de 25 dollars, en fonction de ce qui est le plus intéressant pour eux. D'autres utilisateurs pourraient obtenir jusqu'à 15 dollars de dédommagements selon les cas.

Source : BBC

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
5
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Sir Clive Sinclair, créateur du ZX Spectrum et pionner de l'ordinateur personnel est décédé
La Chine s'en prend à nouveau à ses géants de la tech en voulant découper Alipay (Ant Group)
L'application Yuka, à nouveau condamnée à cause de sa lutte contre les nitrites dans la charcuterie, ne s'avoue pas vaincue
2021, une année record pour les start-up françaises
Le site Gearbest est down, les clients dans l’incertitude totale
Grande-Bretagne : les nouvelles constructions bientôt obligées de disposer de chargeurs pour véhicules électriques ?
Corée du Sud : Google condamné à payer 177 millions pour avoir limité le développement de forks Android
Kape technologies, maison mère de CyberGhost VPN, se paie ExpressVPN pour près d'un milliard de dollars
Une nouvelle start-up du NewSpace en vue ? Steve Wozniak tease l'arrivée prochaine de l'entreprise Privateer
Epic vs Apple : sans surprise, l'éditeur de jeu fait appel de la décision de justice
Haut de page