Volkswagen sous le coup d'une enquête après son poisson d'avril Voltswagen

© Camille Pinet

Le poisson d’avril loupé de Volkswagen fait encore des remous… La SEC s’interroge quant à l'objectif du faux changement de nom du groupe allemand, qui a fuité avant le 1er avril, volontairement ou non.

Suite à un faux communiqué de presse, diffusé deux jours trop tôt, ayant laissé croire à un véritable changement de nom de l'entreprise, la S.E.C a décidé de mener une enquête sur l’impact que cette débâcle a pu avoir sur le cours de l’action du constructeur automobile.

La S.E.C. mène l’enquête

C'est l'histoire d'une blague de 1er avril qui tourne à la débâcle et entache l’image du constructeur allemand Volkswagen. Voulant profiter du traditionnel poisson d’avril et de la montée en puissance de la voiture électrique sur le marché mondial, Volkswagen avait préparé un faux communiqué de presse pour annoncer son changement de nom en « Voltwagen ».

Oui, mais voilà, ce faux communiqué a été lâché trop tôt, dès le 29 mars précisément, soit 48 heures avant la date du poisson d’avril. Pour « rester dans la blague » d’après les déclarations des représentants de la marque, le lendemain, le changement de nom est confirmé, entre autres, par Scott Keogh, P.-D.G. de Volkswagen of America.

Toutefois, la marque s’est finalement ravisée, admettant qu'il s'agissait d'une plaisanterie dont l’orchestration avait un peu dérapé…

Un marché boursier sous surveillance

Or, l'affaire ne s'arrête pas là. Les rebondissements successifs ont en effet amené la Securities and Exchange Commission, S.E.C, à se poser des questions quant à la véritable volonté de Volkswagen derrière cette démarche. De fait, les actions de l’entreprise Volkswagen AG se trouvent sur un marché régulé et contrôlé, dont il est interdit de tendre à manipuler le cours volontairement. Est-ce qu'a cherché à faire le constructeur ? C'est ce que la S.E.C va tenter de déterminer à travers cette enquête.

Pour cause, après ces annonces, le cours de l’action a fait une envolée allant jusqu'à 12,5 %, ce qui représente des milliards de dollars. La S.E.C, elle, veille justement à ce que les entreprises ne manipulent pas le cours des actions à leur avantage. Rappelons qu'elle a déjà épinglé par le passé Elon Musk et Tesla suite à des tweets qui ont provoqué des mouvements importants sur le cours de l’action Tesla.

Source : The Verge

Modifié le 03/05/2021 à 12h08
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
17
13
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

PlayStation : un changement de stratégie préjudiciable pour l'avenir de la PS5 ?
Test OnePlus Watch : une première montre connectée abordable et endurante
Les Apple AirPods Pro à prix choc chez Amazon ce weekend !
Netflix, Disney+, Apple TV+ et Prime video : quelles sont les nouveautés de la SVoD en mai 2021 ?
Nouveau shitcoin en vue ? Carole Baskin, la défenseuse des grands félins, lance sa crypto CAT
Le Mac mini avec puce M1 est en promotion avec un SSD de 256 Go ou 512 Go
Carte mémoire microSDXC SanDisk Extreme 512 Go à -50% !
Test du Xiaomi Mi 11 Ultra : le meilleur photophone du monde manque d’endurance
Telegram intègre directement un service de trading crypto (mais pour une seule cryptomonnaie)
Le premier transistor recyclable est là ! Vers une solution pour les déchets électroniques ?
Haut de page