Navya déploie ses véhicules autonomes de niveau 4 et s'envole en Bourse

21 juillet 2020 à 10h38
0
© Navya

La start-up française Navya a annoncé avoir achevé le lancement de son service de navettes autonomes. Celui-ci s'est fait en partenariat avec l'opérateur de transport privé Keolis.

Démarré progressivement à partir du 22 juin à Châteauroux, le service repose désormais entièrement sur des navettes Evo, des véhicules de niveau 4 « pleinement autonomes », c'est-à-dire sans conducteur de sécurité présent à bord.

Un premier déploiement effectif en France

Les véhicules autonomes affichent une vitesse maximale de 18 km/h. Déployés à proximité du centre national de tir sportif (CNTS) de Châteauroux, ils suivront un itinéraire prédéfini permettant de transporter le public du parking automobile au centre, sur une distance d'1,5 kilomètre.

Il s'agit d'un premier déploiement pour la navette Evo, qui résulte de six ans d'expérimentation et de 200 déploiements préliminaires dans le monde. Cette ultime version, qui comprend une nouvelle architecture de capteurs a ainsi atteint une autonomie de niveau 4, c'est-à-dire une conduite pleinement autonome dans des environnements spécifiques (le plus souvent des parkings ou des tronçons d'autoroutes).

Si aucun agent n'est présent à bord, le véhicule sera toutefois suivi à distance, depuis un centre de télésurveillance. Il dispose également d'une connectivité améliorée permettant de connaître l'état du véhicule en temps réel et d'assurer une maintenance prédictive.

Le bond de Navya en Bourse

Dans son communiqué de presse, le P.D.-G. de Navya, Étienne Hermite estime que « l'intégration de ce service entièrement autonome de niveau 4 opéré par Keolis est une étape importante pour Navya ». Il faut dire que le lancement de ce service a effectivement fait bondir l'action en Bourse de la société.

Sur cinq séances, la valeur du titre a récemment grimpé de 155%. Plus de 2,5 millions de pièces ont été négociées sur la seule journée de lundi, alors que la moyenne quotidienne de Navya s'était établie autour de 179 000 échanges ces trois derniers mois.

Bien entendu, la société ne compte pas s'arrêter là. Pour Étienne Hermite, le nouveau service proposé est « la clé pour tenir la promesse du sans conducteur et son modèle commercial associé. En effet, même à vitesse maîtrisée et dans un environnement maîtrisé, il existe d'innombrables usages commerciaux (sites industriels, campus, sites touristiques, etc.) qui représentent autant d'opportunités pour notre technologie. Dans les mois à venir, nous nous concentrerons sur la prise de mesures qui nous permettront de commercialiser ces usages ».

6
6
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Bill Gates ne croit pas du tout aux avions et aux poids-lourds électriques
Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'UE envisage de renforcer les limites d'émission de CO2 pour le secteur automobile
Clubic évolue (en douceur)
5G : plusieurs dizaines d'élus de gauche veulent repousser le lancement de la technologie
AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter
Le data center sous-marin de Microsoft refait surface après deux ans d'immersion
Après Bouygues, au tour de RED by SFR d'augmenter des forfaits sans possibilité de refus
PS5 : des jeux jusqu'à 79,99 €, soit 10 € de plus que sur l'ancienne génération ?!
NVIDIA achète ARM pour 40 milliards de dollars
scroll top