La reforme visant à faire financer la création par les plateformes de streaming inquiète la télévision

13 novembre 2020 à 13h38
9
Streaming video SVoD_cropped_0x0

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot l'a annoncé il y a deux semaines : les plateformes de vidéo sur abonnement comme Netflix ou Amazon devront investir 20 à 25 % du chiffre d'affaires réalisé en France dans des productions locales ou européennes. De nouvelles réglementations censées donner plus d'équilibre au jeu des productions et profiter aux œuvres indépendantes françaises.

Or, ces nouvelles règles semblent déjà inquiéter les chaînes de télévision et plateformes de SVOD françaises, selon plusieurs entretiens menés par Les Échos. En cause : l'inflation des prix des créations, les possibles contournement de ces mesures ou la réduction du délai de diffusion de films en ligne.

De nouvelles obligations d'investissement

Les plateformes de vidéo à la demande, comme Disney+, Amazon Prime ou Netflix devront investir 20 à 25 % de leur chiffre d'affaires en France dans des productions locales, selon un projet de décret de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. Une obligation qui faisait déjà partie, sur un pourcentage plus étendu, du projet de loi sur l'audiovisuel de son prédécesseur, Franck Riester, finalement abandonné en raison de la crise sanitaire.

Un pourcentage qui représenterait environ 200 millions d'euros d'investissement. En échange, les plateformes de SVOD étrangères pourraient bénéficier d'assouplissements pour la diffusion de films après la sortie en salles. Enfin, Roselyne Bachelot a appelé à ouvrir les discussions avec les chaînes de télévision pour assouplir leurs obligations vis-à-vis des producteurs de cinéma.

Des mesures qui devaient convenir aux chaînes traditionnelles. Et pourtant, selon les premiers retours du milieu recueillis par Les Échos, cette réforme inquiète par ses « effets potentiellement indésirables ».

Inflation des prix, financement de cinéma pas vraiment indépendant

C'est d'abord l'inflation des prix des créations françaises qui semble inquiéter les professionnels, selon les sources du quotidien indépendant. Les chaînes historiques auraient peur de ne pouvoir s'aligner sur les financements des plateformes américaines de SVOD pour les œuvres à gros potentiel. « Certaines plateformes demanderaient déjà aux producteurs de leur présenter leurs meilleures œuvres avant les chaînes » affirme une source.

En parallèle, on craint également que les plateformes de SVOD puissent
remplir leur quota de production françaises avec leurs propres filiales ou qu'elles rachètent, simplement, des sociétés de production, alors que les réglementations pour les chaînes de télévisions sont plus contraignantes. « Une surprise alors que le but est de préserver l'exception française reposant sur l'écosystème des producteurs indépendants » note une autre source du journal. Certains points de réforme sont encore obscur : le CNC assure par exemple que les soutiens financiers hexagonaux ne seront pas ouverts à ces filiales, mais l'on craint l'utilisation de stratégies de détournement.

Troisième crainte : la contrepartie proposée par Roselyne Bachelot de
réduire le délai de diffusion des films après leur diffusion des salles. Si les plateformes doivent atteindre 36 mois actuellement, la réduction de ce délai pourrait être menaçant pour les chaînes de télévision.

Source : Les Échos

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
7
Vanilla
Les dinosaures ont peur en voyant la météorite arriver. (Remake)
ddrmysti
Mouai, t’as l’air assez limité pour quelqu’un qui prône l’intelligence. Les programmes des chaînes télé font de l’audience, beaucoup d’audience, il y a un publique pour ça c’est indéniable, que ce soit les talkshow ou la téléréalité. C’est des programmes qui rapportent beaucoup avec un investissement très faible, si demain les chaînes de télé «&nbsp;traditionnelle&nbsp;» disparaissaient, tu peux être sur que ce type de programmation se retrouveraient sur les services à la demande, récupérant ainsi un publique qui serait obligé de payer pour un contenu auquel ils avaient accès gratuitement.<br /> Bref, faire disparaitre les chaînes de télé n’apporterait aucun bénéfice.
molotofmezcal
Ca ressemble plus a des tentatives de rafistolage inutiles vu comment le secteur change.
ddrmysti
Et le temps qu’ils passent avec la télé allumé sans la regarder se passerait avec le service VOD allumé sans le regarder, et la boucle serait bouclée. Et je pourrais radoté que les programme télé se deporteraient sur mes service vod pour récupérer son publique, mais si t’as pas assimilé la chose la première fois, je doute que tu en sois capable la féconde.<br /> . Donc désolé, mais t’es vraiment pas convainquant pour un esprit soit disant supérieur.
cyrano66
Je ne suis pas sûr que les distributeurs de SVOD est attendus Roselyne pour investir dans la production Française.<br /> Et peut-être que ces boîtes de production auront enfin les moyens de faire autre chose que de la série bien franchouillarde pour que TFI remplisse son quota à bas coût.<br /> J’apprécie beaucoup mimi mathy et Victor Lanoux mais quand je vois l’explosion des séries Turques, espagnoles, chinoises ou suédoises sur les plateformes et toutes financées par ces mêmes plateformes, je me dit … il sont où les Français ?<br /> On est pourtant les Deuxième exportateur au monde de cinéma après les US.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Game Awards 2022 : et le titre de jeu de l'année est décerné à...
Final Fantasy XVI : un trailer spectaculaire qui donne envie avec une date de sortie
Diablo IV : retour en Enfer confirmé pour cet été
Street Fighter 6 et Tekken 8 font parler les poings et frappent très fort !
De nouvelles exclusivités PlayStation arrivent sur PC
Hideo Kojima passe une tête aux Game Awards pour présenter son nouveau projet
Star Wars Jedi Survivor : la suite de Fallen Order se dévoile enfin
CCleaner se met à jour et s'attaque un peu plus à Windows 11
Forfait mobile : voici sans doute la meilleure offre du moment (100 Go + 1 mois gratuit)
Droit à l'oubli : l'UE vous donne le droit de faire supprimer de fausses informations sur Google
Haut de page