Faon : une bête peut-elle en sauver une autre (et l’humanité au passage) ?

Johan Gautreau
Expert objets connectés
26 décembre 2020 à 11h11
0

Aujourd’hui, je vais m’adresser avant tout à nos plus jeunes lecteurs. Nous allons explorer le monde de Faon au travers d’une lecture SF, au style Young Adult, des plus plaisantes. 

Clubic aime la science, Clubic aime l'avenir, Clubic aime la science-fiction. Avec · S | F · nous vous partagerons régulièrement nos recommandations dans le domaine de l'imaginaire : littérature, bande dessinée mais aussi films...  

Nous nous donnons 5 citations et 5 paragraphes pour vous convaincre.

Faon (2016) 

Jean Bury 

Après la SF à l’ancienne  du XXe siècle, la SF hollywoodienne  et la SF onirique , il était temps pour moi de jeter un œil à ce qui se fait pour les adolescents. Car, qu’on se le dise, la SF dite « Young Adult » a le vent en poupe, devenant même un genre à part entière depuis quelques années. 

Ici, point de termes alambiqués comme on en trouve tant dans les livres au style Hard Science. La lecture se veut simple, mais pas simpliste pour autant. En lisant Faon de Jean Bury, j’ai plutôt eu l’impression de lire un manga : on rentre vite dans le vif du sujet, les héros possèdent des pouvoirs dantesques mais sont confrontés à des choix cornéliens provoqués par l’ingérence d’adultes égoïstes. 

Je vous rassure, il n’est toutefois pas nécessaire d’être amateur de mangas pour apprécier Faon. Au contraire, cette SF jeune et fraîche devrait être en mesure de plaire à un large public, quel que soit son âge. Suivez le guide et venez donc réveiller la Bête à mes côtés ! 

“Il avait pour mission de ramener la Bête à n’importe quel prix. C’était la dernière arme des Hommes. Leur ultime espoir de survie. Il ne pouvait pas se permettre d’échouer.” 

L’entrée en matière de Faon est comme je les aime : orage battant, ombre meurtrière qui rôde à l’affût et un homme seul face à sa mission. Bien qu’on n’en connaisse pas les raisons, la situation est grave. La tension est immédiatement palpable, dès les premières lignes du roman. 

C’est d’ailleurs l’aspect qui m’a le plus séduit dans Faon. Jean Bury manie à la perfection ce sentiment d’oppression, de panique qui ne cesse de croître. C’est une véritable course contre la montre qui s’engage avec pour enjeu rien de moins que la survie de l’Humanité dans son ensemble. Pas de quoi se mettre la pression, hein ? 

C’est dans ces conditions que nous faisons la connaissance du lieutenant Lucas, un militaire qui a pour mission de réveiller la Bête. Derrière ce nom poétique se dissimule une arme créée par les humains et scellée par eux. Face à la fin du monde, il faut combattre le feu par le feu ! 

“À genoux, il arrivait aux épaules de la Bête campée devant lui. Et il vit enfin. Il vit les yeux bleu clair fixés sur lui et le demi-sourire d’enfant.”

Comme je vous le disais, si vous lisez comme moi de nombreux mangas, vous allez adorer Faon. On se trouve en effet ici dans le plus pur style des productions venues d’Asie. La Bête n’est pas un über-soldat génétiquement modifié à la Warhammer 40.000 , ou même un cyber-assassin bardé d’améliorations biomécaniques . Non, c’est juste un adolescent comme tant d’autres. Et pourtant, ce jeune héros est capable de faire un sacré grabuge ! 

Le marmot est en effet doté d’un pouvoir terrible lui permettant de suggérer n’importe quoi à une cible, au point que sa vision devient réalité pour le malheureux qui en subit les effets. Inutile de préciser que cela peut aller jusqu’à la mort... 

C’est pourquoi la Bête a été enfermée en hibernation forcée durant plusieurs années. Créé par les humains, torturé en tant que cobaye, Axe va maintenant devoir sauver ses geôliers de leur extinction. Bien entendu, il est loin d’être chaud pour obéir à ses tortionnaires. Du moins jusqu’à la révélation du nom de son adversaire : Faon. 

“Le garçon est content. Tout est parfait, ce matin. Tout sauf sa sœur, bien sûr.” 

Suite au réveil de la Bête, l’auteur va procéder à plusieurs flash-back pour mettre en lumière les terribles événements qui se déroulent dans le présent. Chaque réminiscence est l’occasion de découvrir le passé d’Axe et de sa grande sœur, Faon. Un passé horrible qui va vous faire détester le genre humain... 

Depuis leur plus jeune âge, les deux jeunes enfants vivent en effet confinés dans un laboratoire, contraints à enchaîner les expériences sur leurs pouvoir psychiques. Ces moments sont d’ailleurs décrits avec un style plus vrai que nature, mettant à mal les sentiments du lecteur, impuissant à sauver ces deux âmes innocentes. 

Et qui dit laboratoire secret dit forcément dérapage pas très secret. Plus puissante qu’Axe, Faon va vite perdre le contrôle de ses pouvoirs et les déchaîner sur les humains, provoquant des illusions plus vraies que nature sur toute la planète. L’armée est bien entendu impuissante, d’où la décision de réveiller la Bête de son sommeil forcé. Un terrible combat fratricide va alors s’engager. 

“Salut, grande sœur ! Je t’ai manqué ?” 

Il est temps de passer aux choses sérieuses. Axe, Lucas et une petite équipe de militaires sont envoyés en plein territoire ennemi pour déloger Faon, morte ou vive. Un véritable passage épique, dans le plus pur style manga, au cour duquel les abominations de l’adolescente rebelle pullulent afin d’arrêter la Bête.

Conscient de son niveau, inférieur à celui de sa sœur, notre héros va devoir prendre son courage à deux mains pour remettre de l’ordre dans le chaos qui règne sur le monde. Le combat n’est pas qu’une histoire de pouvoir, mais de volonté, chose que retranscrit à merveille Jean Bury. On sent bien l’incertitude de l’adolescent, effrayé par celle qu'il aime et qu’il admire tant.

La confrontation finale sera aussi explosive qu’intense en émotions. Je dois dire que cette approche plus jeune est diablement revigorante. Pas de héros badass qui n’a peur de rien, juste deux ados perdus et effrayés à cause des erreurs des adultes. Faon est un livre très poignant qui apporte un petit vent de fraîcheur dans le monde de la SF. Ce qui ne l’empêche pas de rester sombre à souhait. En bref, un très beau mélange ! 

“J’ai gagné. Je l’ai émue. Je l’ai attendrie.” 

Le combat final se déroulera à coup de pouvoirs démesurés, mais aussi de sentiments poignants. Mort et amour se côtoient en permanence dans le roman. Je vous laisserai toutefois le plaisir de la découverte, il serait dommage de vous révéler tous les tenants et aboutissants de cette belle histoire ! 

Si vous n’êtes pas un gros lecteur, Faon vous séduira. Il s'agit d'un format assez proche de la novella, le bouquin se lisant en 1 heure 30 environ. Le style fluide de l’auteur facilite l’immersion dans ce monde chaotique contrôlé par deux enfants. En gros, voici un excellent divertissement pour qui veut découvrir le genre Young Adult

Et je vous rassure, une fois encore, pas besoin d’apprécier les mangas pour aimer Faon. Vous risquez juste d’avoir envie de ressortir votre vieille collection - ou en constituer une - pour savourer à nouveau ces combats dantesques et ces émotions fortes, si chères à ces petits livres venus d’Asie.

Pour ma part, je vous donne rendez-vous dans quelques semaines pour une prochaine chronique SF ! 

Faon (2016) est édité chez Mots & Légendes en version papier. Il est aussi disponible sur 7Switch en version EPUB et sur Amazon en version Kindle .

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Lectures liées

Obsolètes : votre chronique SF sera-t-elle surpassée par les IA ?
Sélénie : trouvez refuge sur la face cachée de la Lune
Wall-E : deux robots qui s'aiment pour sauver la planète ?
Phobos : embarquez pour une télé-réalité spatiale à haut risque vers la planète rouge
Netflix signe un accord avec Spielberg pour plusieurs films par an
Le Dernier Voyage : l'apocalypse au clair de lune
La revue Métal Hurlant est de retour : rencontre avec Vincent Bernière, son nouveau rédacteur en chef
Jachère : votre chronique SF découvre une Terre hors du temps
Twitch a 10 ans : retour sur un pionnier du stream en direct et sur l'avenir de la plateforme
Asus ROG sort son premier manga dédié au... streaming ! Découvrez les premiers chapitres
Haut de page