Capitalisée à 262 milliards, TSMC devient l'entreprise la plus puissante d'Asie... devant Samsung

Nathan Le Gohlisse
Spécialiste Hardware
02 décembre 2019 à 15h12
0
TSMC logo

Fondeur inévitable sur le marché actuel du semi-conducteur, le taïwanais TSMC compte parmi ses clients la plupart des grands noms de la tech. Celui à qui l'on doit la gravure en 7 nm utilisée par AMD, Apple ou encore Huawei a passé le cap des 8,02 trillion de nouveaux dollars taïwanais, soit 262,75 milliards de dollars américains. De quoi devenir l'entreprise la plus puissante d'Asie.

Pour la première fois de son existence, le géant taïwanais TSMC devance le colosse coréen Samsung au classement des entreprises les plus puissantes d'Asie. Avec une capitalisation qui a dépassé cette semaine les 262,75 milliards de dollars, le spécialiste du semi-conducteur confirme son insolent succès, dû en grande partie à une politique d'offre à la carte.


TSMC, le roi de la puce sur mesure

Sa prospérité, TSMC la doit en effet à sa flexibilité. Le groupe laisse à ses clients une pleine liberté dans le choix de leur procédé de gravure. Ces derniers peuvent ainsi se tourner vers les nodes les plus récents et perfectionnés (comme le 7 nm utilisé par exemple par Apple pour les processeurs A13 Bionic de ses derniers iPhone, ou encore AMD pour ses puces Ryzen 3XXX et Radeon RX 5700 / 5700 XT), ou au contraire opter pour des procédés plus anciens et moins coûteux, pertinents pour des SoCs ne nécessitant pas le même niveau de performances et / ou d'efficacité énergétique (comme le node 180 nm, proposé depuis des années par TSMC).

TSMC peut aussi s'enorgueillir d'investissements massifs en recherche et développement. Une part importante des bénéfices du groupe sont en effet réinjectés sur le terrain de la R&D afin de lui permettre de rester à la pointe, technologiquement parlant.


De l'importance d'une clientèle fidélisée

Sa réussite, TSMC la doit aussi à la fidélité de ses clients. Depuis des années maintenant, NVIDIA fait graver une majorité de ses produits chez TSMC. Même constance pour Apple ou encore HiSilicon, la filiale semi-conducteurs du chinois Huawei. Une clientèle suffisamment puissante pour faire affluer des commandes aux montants substantiels.

Notons que la position prédominante de TSMC sur le marché du semi-conducteur génère parfois des conflits. Fin août, l'américain GlobalFoundries attaquait ainsi son rival taïwanais pour violation de brevets. Après un court bras de fer, les deux groupes étaient toutefois parvenus à trouver un terrain d'entente fin octobre, acceptant l'échange de brevets au travers d'un contrat de licence réciproque.

Source : TechPowerUp
1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top