Le Conseil européen adopte une résolution pour affaiblir le chiffrement et faciliter l'accès aux autorités

17 décembre 2020 à 15h05
21

Le Conseil européen vient d'adopter une nouvelle résolution pouvant mettre à mal le caractère fondamental du chiffrement. L'idée est de permettre aux autorités de pouvoir accéder aux contenus sécurisés dans le cadre d'une enquête.

Nous rapportions en début de mois dernier que, suite à la vague des attentats perpétrés sur le sol français et en Autriche, les pays de l'Union européenne se sont empressés de mettre en place des mesures pour faire voter un nouveau texte de loi. Dans un communiqué officiel, l'Union européenne annonce la nature de ce dernier.

Un texte ambigu

Le chiffrement des données aura-t-il encore un sens au sein de l'Union européenne ? En tout cas, les pays membres semblent vouloir mieux le contrôler. Dans une résolution baptisée La sécurité grâce au chiffrement et malgré le chiffrement, la position est pour le moins ambiguë.

Dans un communiqué, Bruxelles explique que si le chiffrement est jugé essentiel pour « protéger les droits fondamentaux », elle reconnaît qu'à l'heure actuelle les autorités ne disposent pas des moyens nécessaires pour aboutir à leurs enquêtes. Le Conseil européen explique que le chiffrement des données rend extrêmement difficile, voire impossible l'accès à certaines preuves.

« Il faut veiller à ce que les autorités répressives et judiciaires compétentes soient en mesure d'exercer leurs pouvoirs légaux, tant en ligne que hors ligne, pour protéger nos sociétés et nos citoyens ».

L'Union européenne a amorcé des discussions avec toutes les parties prenantes pour trouver un accord sur les dispositifs à mettre en place. Cela inclut bien évidemment les entreprises technologiques, mais également le monde de la recherche, les entreprises et la société civile.

Le texte de la résolution du Conseil sur le chiffrement est disponible dans son intégralité.

Quelles mesures concrètes ?

Selon de précédents rapports émanant du média autrichien ORF , les autorités souhaiteraient voir la mise en place de portes dérobées leur permettant d'accéder au contenu des conversations sécurisées.

Sur une messagerie mobile, l'envoi d'un message chiffré est effectué en récupérant sur le serveur la clé publique du destinataire. La clé privée localisée sur le téléphone de ce dernier lui permettra de déchiffrer le message. Ce fonctionnement de type PGP est le même pour les emails sécurisés.

Dans le cas d'un chiffrement de bout en bout, les messages transitent de manière sécurisée sur les serveurs du fournisseur de service. Ce dernier a donc accès aux messages et peut, sur demande officielle, les donner aux autorités dans le cadre d'une enquête. Toutefois le contenu de ces échanges reste chiffré. Pour cette raison, les autorités demandent à ce que les sociétés de service leur fournissent « un double des clés publiques et privées ».

On imagine que dans les prochaines semaines, les éditeurs proposant des solutions chiffrées réagiront à cette annonce et feront part de leurs stratégies à venir. Bien que basé en Suisse et donc non concerné par le sujet, Protonmail a déjà vivement critiqué ce projet.

Source : Europa

Modifié le 21/12/2020 à 00h00
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
21
14
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Pegasus : Macron demande des clarifications aux autorités israéliennes
Face au blocus des communications à Cuba, les USA envisagent de déployer Internet via des ballons
Cyberattaque : la France est dans le viseur de hackers chinois
Vous pouvez vérifier si votre mobile a été infecté par le logiciel Pegasus, voici comment !
Intel serait en pourparlers pour racheter GlobalFoundries, deuxième plus gros fondeur au monde
Xbox : une mise à jour de l'application familiale pour mieux contrôler les dépenses des enfants
PrintNightmare : le patch ne suffit pas, il faut éditer la base de registre...
La Commission européenne repousse son projet de taxe numérique à octobre
Droits voisins : l'Autorité de la concurrence inflige une amende de 500 millions d'euros à Google
Intel : bientôt une usine en France ?
Haut de page