🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% ! 🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% sur le high-tech

RIP : Google Stadia ferme ses portes, que retenir de ce petit ange parti trop tôt ?

20 janvier 2023 à 08h15
23
Stadia mort ? © Clubic
© Clubic

Voilà, Google Stadia, c'est terminé. Vous le regretterez ? Pour être honnête, nous, pas du tout.

C’est fait ; Google Stadia a fermé boutique depuis quelques heures ; une boutique qui n’avait pas attiré suffisamment de chalands à l’évidence. Cette fermeture, ou cette mort, comme vous voulez, était annoncée. Fin septembre, Google avait prévenu que son service de cloud gaming, inauguré en 2019, vivait ses derniers mois. Désormais, la page Google Stadia affiche cette épitaphe : « Merci d'avoir joué avec nous. Stadia n'est plus disponible depuis le 18 janvier 2023. » Le service de cloud gaming de l’entreprise américaine aura fait illusion pendant 1 156 jours.

Ci-gît Google Stadia (19 novembre 2019 – 18 janvier 2023)

Google avait officialisé en grande pompe la naissance de son Stadia, appelé Project Stream durant la phase de gestation (ou de développement si vous préférez) le 19 mars 2019. Dans son faire-part de l’époque, le géant de Mountain View proclamait : « Le futur du jeu vidéo n’est pas dans une console » Google promettait une plateforme gaming grâce à laquelle nous allions pouvoir « jouer à des jeux AAA sur tous types d’écrans ».

Moins de quatre de plus tard, nous attendions toujours les jeux AAA, et nous serions tentés de répondre à la première assertion de Google, que le futur du jeu vidéo n’était, à l’évidence, pas non plus chez Stadia.

Toutes les cartes en main pour réussir

Lors de sa venue au monde en novembre 2019, Google Stadia semblait pourtant avoir toutes les cartes en main pour réussir à s’imposer comme LE service de cloud gaming et ringardiser les consoles de salon.

Né avec une cuillère dorée, il bénéficiait de l’énorme popularité de la firme auprès du grand public, et, bien sûr, de la puissance financière ainsi que de la vaste implantation géographique de papa Google, qui lui léguait 7 500 serveurs répartis à travers le globe. Bref, un écosystème qui semblait idéal.

Et, pour ne rien gâcher, quelques mois plus tard, une bonne partie du monde se retrouvait confinée, avide de contenus numériques en tous genres.

Le credo de Google pour Stadia se résumait en un mot : accessibilité. L’idée générale de l’entreprise était de permettre aux utilisateurs de profiter du service de manière transparente sur différents écrans : ordinateurs, tablettes, smartphones, téléviseurs... Lors de la présentation de Stadia en mars 2019, Google montrait Assassin's Creed Odyssey joué successivement sur différents appareils, sans le moindre contretemps. Nous nous souvenons également de cette promesse de pouvoir visionner une vidéo YouTube d’un jeu puis de lancer une partie de ce dernier en quelques secondes d’un simple clic.

GoogleStadia © Google
© Google

Enfin, pour l’aspect plus technique, Google misait sur des serveurs basés sur du matériel AMD, offrant 10,7 TFLOPS FP32 ; la puissance d’une PlayStation 5 approximativement (qui n’était pas sortie à l’époque). La société proposait de la 4K à 60 images par seconde lors du lancement en novembre 2019, et faisait déjà miroiter de la 8K à 120 images par seconde.

Un service plombé par sa technique ?

Nous ne nous attarderons pas trop sur l’aspect technique du service, tout simplement parce que nous ne considérons pas que c’est la cause première de cette déroute.

De fait, quel que soit le fournisseur, le cloud gaming reste très dépendant de la connexion et de la localisation de l’utilisateur. Cependant, dans l’ensemble, si vous disposez d’une bonne connexion avec un débit suffisant et surtout d’une latence faible et stable, les principaux services de cloud gaming du marché sont relativement au point désormais.

Bon, à notre humble avis, en matière de qualité d’image, Google Stadia était devancé par le Xbox Cloud Gaming de Microsoft et le GeForce Now de NVIDIA. À ce jour, ce dernier reste, selon nous, le meilleur service de cloud gaming en matière de rendu/latence. C'est peut-être ce qui distingue une entreprise spécialisée dans le hardware, dont les ingénieurs bossent sur le service de cloud gaming depuis 2013 (NVIDIA GRID au départ), et une entreprise qui, si la qualité et la pertinence de ses algorithmes sont avérées, gagne essentiellement de l'argent grâce à la publicité.

Les raisons d’un échec : un modèle commercial foireux, où le client passait deux fois à la caisse

Non, le véritable talon d’Achille de Stadia serait plutôt à chercher du côté de son modèle économique, un modèle un peu bâtard, qui imposait de passer deux fois à la caisse.

Le système économique du GeForce Now est limpide. Vous louez l’accès à des serveurs pour profiter de jeux présents dans vos bibliothèques Steam, Uplay, etc. Vous « détenez » ces jeux auprès d’autres entreprises mais ils ne sont pas liés à NVIDIA en somme, qui assure finalement un rôle de prestataire de services.

Vous êtes en voyage quelques semaines ou mois, vous avez envie de poursuivre votre aventure Cyberpunk 2077 commencée sur votre PC gaming, mais ne disposez que d’un ordinateur portable peu puissant ? NVIDIA vous loue simplement l’accès à des GeForce RTX pour un mois ou plus, libre à vous de reprendre votre aventure ensuite sur votre PC fixe. Votre carte graphique est en panne, vous n’avez pas les moyens d’en acquérir une nouvelle pour l’instant, mais vous souhaitez quand même jouer à votre centaine de jeux Steam ? Le GeForce Now est une option. Clairement, le service de NVIDIA s’adresse essentiellement aux joueurs disposant d’une ludothèque bien garnie, mais dont le PC actuel et/ou les conditions de vie ne permettent pas de jouer en local. Si, demain, le service ferme, ils n’ont plus accès au service, mais conservent leurs jeux.

Du côté de Microsoft, le Xbox Cloud Gaming s’appuie sur une philosophie différente : il mise sur une formule tout-en-un à un tarif très attractif. Pour 12,99 euros par mois, l’abonnement GamePass Ultimate donne accès à un gros catalogue de jeux, comprenant de nombreuses productions récentes, jouables en local ou, pour certaines, via le cloud. Un joueur occasionnel souhaite tester quelques titres de ce catalogue pendant un mois ? C’est possible pour une somme relativement modique au vu du prix des jeux à leur sortie, et il peut le faire en local, simplement en installant le jeu sur son PC. Un gros joueur souhaite consommer des jeux comme d’autres consomment des séries et des films sur Netflix ? Il lui en coûtera 13 euros par mois, soit peu ou prou l’équivalent de deux jeux neufs pour une année.

Stadia a essentiellement pris le mauvais côté de ces formules : les utilisateurs devaient payer à la fois l’abonnement, mais aussi les jeux, lesquels étaient cantonnés à cette plateforme. Les clients payaient deux fois pour un même service en quelque sorte, et leurs achats étaient circonscrits à Stadia. Le client qui achetait Red Dead Redemption 2 sur le store Stadia (au prix fort d’ailleurs) devait exclusivement y jouer sur cette plateforme, sans autre alternative.

Au fond, si vous nous autorisez cette comparaison, le Google Stadia des débuts nous faisait un peu penser à Amazon Prime Video. Si vous êtes abonné, vous avez déjà certainement eu la désagréable surprise de vouloir regarder un film sur la plateforme et de constater qu’il fallait encore repasser à la caisse, en plus de l’abonnement Prime. Alors Amazon Prime Video est peut-être sauvé par le service de livraison qui motive la plupart des adhérents, mais pas Stadia. Surtout que pour le service de cloud gaming, ce n’était pas des vidéos à 3 ou 4 euros, mais des jeux vendus 60 euros !

Un catalogue famélique

Google a ensuite un peu rectifié le tir avec son offre Pro, en octroyant quelques jeux par-ci par-là et en finissant par donner accès à l’intégralité du catalogue à ses abonnés. Toutefois, cette réaction est arrivée trop tard pour changer la donne et corriger la mauvaise trajectoire prise par le service dès ses débuts.

En outre, en dépit de ces ajustements, le catalogue restait très famélique, avec environ 300 jeux (le GeForce Now en propose plus de 1 000), extrêmement chiche en AAA, contrairement à la promesse initiale.

Tak, fordi du spillede med

Quoi qu’il en soit, Google a donc désormais tourné la page Stadia. L’entreprise a remboursé tous les achats de jeux et autres packs d'extension aux clients. Elle a également débloqué le support Bluetooth du contrôleur Stadia pour permettre aux clients de continuer à utiliser cette précieuse relique avec d'autres plateformes.

Désormais, la page officielle Google Stadia affiche simplement le message d’adieu rapporté en français en début d’article. Il est d’ailleurs possible de l’afficher en différentes langues. En danois par exemple, tenez « Tak, fordi du spillede med. Stadia lukkede den 18. januar 2023 », ou alors en polonais « Dziękujemy za wspólną grę. Platforma Stadia zostanie wyłączona 18 stycznia 2023 roku ». Alors, à défaut d’avoir façonné l’avenir du jeu vidéo, Stadia peut finalement servir à nous rendre polyglottes de quelques mots.

Enfin, nous allions les oublier : les consoles se portent très bien, PlayStation 5, Xbox Series X / S et Nintendo Switch en tête. Victimes d’une très forte demande, elles n’ont, hélas, pas eu le temps de passer à l’enterrement de feu Google Stadia !

Merci Google Stadia © Google
© Google

Source : Google

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
23
16
yam103
Un service Google en moins, c’est toujours satisfaisant.
Yorgmald
Ce remboursement est intégralement fait par Google ou aussi des éditeurs? J’ai lu que UBI le réalisait en offrant le jeu sur PC, mais techniquement (enfin monétairement parlant) qui va se faire vraiment déplumer par cette fermeture?<br /> Google ou les éditeurs de jeux?
Wen84
Comme je disais, je pense que ce n’est pas un abandon du gaming de la part de google. Une des erreur de google, c’est de ne pas s’etre basé sur le playstore pour proposer LEUR solution de gaming. Et c’est surement ce qu’ils vont tenter ensuite. Je suis quasi que dans quelques années, ils vont nous ressortir un servide de cloud gaming.<br /> Après je suis peut etre complètement à coté de la plaque xD
SlashDot2k19
que retenir de ce petit ange parti trop tôt ?<br /> Rien.
crush56
Je me souviens encore de tous les pro-stadia avant que ça sorte, ils doivent se sentir bien cons maintenant
Blackalf
yam103:<br /> Un service Google en moins, c’est toujours satisfaisant.<br /> Et en quoi, exactement ? personne n’était obligé de l’utiliser, mais il manquera à ceux qui s’en servaient. Quel est l’intérêt au juste de se réjouir de la disparition d’un service qu’on n’utilisait pas ?
malak
Jouer pendant 3 ans à un très bon service et voir ses jeux (et manettes) remboursés, bah bizarrement je ne me trouve pas con du tout… et comme des milliers d’autres, on regrettera ce fabuleux service.<br /> En attendant, je me contente du xcloud gaming, il y a plus de jeux, mais la qualité est tout autre pour le moment.
steeven_eleven
Pareil chez les journaleux aussi ça y allait de le “révolution stadia”
crush56
Mon message était surtout destiné à ceux qui étaient sûrs et certains que Stadia allait révolutionner le jeux vidéo, devenir le « Netflix du gaming », alors que c’était gros comme une montagne que le modèle économique était très bancal, sans oublier l’aspect « streaming » qui n’offre pas les meilleures conditions pour jouer.
yam103
J’avoue que c’est uniquement par pure méchanceté envers Google en particulier, les GAFAM en général - et aussi Disney dans le monde de l’entertainement et du cinéma. Ils sont trop gros. Le capitalisme, c’est bien, mais pas trop poussé pour qu’il reste encore un écosystème de sociétés alternatives et concurrentes. Et dans le cloud gaming, je préfère que mes enfants soient abonnés à Nvidia et Playkey.
_Reg24
Sur le papier, le service était sympa.<br /> Mais ce qui les as surement tué, c’est le fait de devoir (re)payer ses jeux, utilisable uniquement sur Stadia, à contrario de Gfore now ou tu peux simplement utiliser les jeux que tu possède déjà sur Steam.
Wen84
Cc’est simple quand je regardais le catalogue Stadia : Soit je connaissais déjà le jeu par coeur, soit c’est un jeu qui ne m’interessait pas… ou même un truc indé qui ne jusitifiait aucunement l’usage du cloud.
ezechielxae
« que retenir de ce petit ange parti trop tôt ? »<br /> Que c’etait de la merde des le jour de son annonce avec Jade Raymond, ca n’allait jamais concurrencer le monde de la Console et du PC gamer.<br /> Pas une perte et bon debarras
Loposo
Non car à la base stadia était bien dans l idée vec prix correcte.<br /> Sauf que racheter les jeux etc pas la bonne idée<br /> La ou un gforce now est intéressant. Surtout au prix des nouveaux gpu, le gaming par stream est certainement l avenir, meilleurs control des ressources de nl énergie et pas mal d autres avantages.<br /> Google a fait des erreurs mais a proposé quelque chose qui de toute manière risque d être l avenir ou une grosse alternative
Pretarian
Gros joueur Stadia depuis la sortie de cyberpunk. C’est ce qui m’a motivé a passer à Stadia, car n’ayant pas de PC suffisamment puissant et en pleine pénurie des consoles PS et Xbox series.<br /> Franchement j’ai adoré le principe, pour moi il n’y avait aucune entourloupe, on achetait les jeux sur la plateforme comme on achèterait des jeux ne fonctionnant que sur PS5.<br /> J’ai acheté mes titres toujours en promos aux alentours de 20€, jamais au prix fort. Il y avait des promos tous les mois, il suffisait d’être un peu au taquet.<br /> A l’annonce de la fermeture de Stadia, j’avais une 20aine de jeux, tous intégralement remboursé durant les semaines suivantes. Avec l’argent récupéré, j’ai pu finalement me payer une shield pro et ai racheté mes jeux préféré sur steam, epic, gog etc… pour y jouer sur GFN.<br /> Finalement pas mécontent d’être passé sur la GFN, car le service est maintenant top, quoiqu’un peu moins « fluide » que Stadia à cause des multiples lanceurs a configurer pour chaque jeux.<br /> Google m’a offert 2 ans de jeux et 2 manettes que j’ai débridé pour les utiliser avec la Shield :cimer chef:
crush56
Non car à la base stadia était bien dans l idée vec prix correcte<br /> Sauf que racheter les jeux etc pas la bonne idée<br /> Euh, tu te contredis.<br /> C’est justement à cause de ce modèle économique que c’était une très mauvaise idée à la base.<br /> acheter du dématérialisé c’est déjà la douille, si en plus tu rajoutes la qualité de jeu liée au streaming là dessus (qui est plutôt moyenne), ca devient complètement inintéressant.<br /> Le xcloud et GeForce now ont été malins sur le secteur du streaming.
cracktonslip
C’est un article pour faire la pub de GeForce Now ?
jvachez
GeForce Now n’est pas si bien pensé que ça non plus car il faut que les jeux soit dans une liste précise, certains jeux nécessitent même d’avoir été achetés sur une plateforme précise.<br /> La solution idéale est plus celle de Shadow mais avec des moyens techniques pour les serveurs comme Nvidia ou Microsoft possèdent.
Wen84
En quoi ?
Wen84
Sur shadow aussi, il faut acheter les jeux hein. Après oui, y a aucune limite vu que tu stream directement un PC. Mais ça veut aussi dire que c’est moins simple.<br /> Pour moi actuellement la meilleur formule, c’est celle de xcloud, mais il faudrait ajouter la possibilité d’utiliser aussi les jeux achetés. Car au final, avoir le choix c’est bien.<br /> En vrai le modèle de Stadia était principalement pourri parce que leur abonnement était naze et qu’il y avait peu de jeux.
cracktonslip
En que ça vante beaucoup les mérites de GeForce Now tout au long de l’article.<br /> (Stadia est mort , c’est l’article idéal pour pousser ses utilisateurs sur GeForce Now et en profiter au passage pour avoir un petit chèque Nvidia).
Wen84
Euh… ils font la comparaisons avec les services concurrents, c’est juste logique d’en parler.<br /> Je vais te taquiner un peu, mais le petit chèque de NVidia, sans plus d’elements pour étayer, c’est juste toi qui as fumé. J’aurais probablement écrit le meme genre de choses et j’ai aucun contact avec Nvidia ^^
RemiBouvet
Bonjour, non, j’ai vérifié mon compte en banque, et je n’ai malheureusement pas reçu de virement de NVIDIA.<br /> Plaisanterie mise à part, comme l’écrit Wen84, je compare simplement avec les deux principaux services de cloud gaming concurrents disponibles en France. Si vous estimez que je « favorise » le GeForce Now, notamment dans la partie technique, je souligne juste que c’est, selon de nombreux tests, le plus abouti sur ce plan, session lancée, manette ou souris / clavier en main.<br /> Ensuite, concernant les tarifs, je ne crois pas plaider pour le service de NVIDIA plutôt que pour celui de Microsoft. Je précise que le premier est une simple location de serveurs, le second un service tout-en-un, un Netflix du jeu vidéo en somme.<br /> Enfin, pour être exhaustif, je n’en parle pas dans l’article, mais vous pouvez aussi considérer l’offre PlayStation, quand même plus restrictive, et Shadow, qui n’est toutefois pas qu’un service de cloud gaming.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Réalisé en partie avec l'IA, cet anime Netflix fait déjà polémique
Nouveaux AirPods Max et AirPods d'entrée de gamme, c'est pour quand ?
Vous avez aimé ChatGPT ? Découvrez CatGPT
Top 5 des applications pour divertir vos enfants pendant les vacances scolaires
Mentalista : il a 28 ans, invente le Siri de la pensée, et c'est bluffant !
Ne ratez pas cette offre incroyable : -62% sur votre prochain antivirus !
Raccourcis sur l'écran de verrouillage : voilà comment ça va fonctionner sous Android 13
Thylacine, mammouth laineux et dodo : cette entreprise de biotechnologie veut tous les ressusciter
Bon Plan : obtenez un VPN fiable et sécurisé en promo (-65%)
Électricité : le solaire et l'éolien doublent le gaz pour la première fois !
Haut de page