Apple stoppe un contrat avec un sous-traitant taïwanais, après les révélations des conditions de travail des salariés

21 décembre 2020 à 18h03
22
logo-apple-NY.JPG © Alexandre Boero pour Clubic
© Alexandre Boero pour Clubic

Le fabricant Wistron est dans l'œil du cyclone après le saccage d'une usine basée en Inde, qui assemblait des iPhone pour le compte de la marque à la pomme.

Apple a décidé de taper du poing sur la table en annonçant, samedi, avoir mis fin au moins provisoirement à ses relations avec Wistron, une entreprise taïwanaise qui fabrique, pour elle et en Inde, des iPhone. La firme de Cupertino ne signera pas de nouveau contrat avec la société tant qu'elle n'aura pas prouvé avoir amélioré les conditions de travail de ses salariés.

La colère noire de travailleurs éprouvés et non payés

Le 12 décembre dernier, plusieurs centaines d'ouvriers issus d'un site assemblant des iPhone ont saccagé l'usine située près de Bangalore, en Inde, pour protester contre leurs conditions de travail. Les nombreuses personnes qui ont manifesté leur colère, parfois avec violence, protestaient contre des retards de paiement dans les salaires (autour de 200 dollars mensuels) des mois d'octobre et novembre, ainsi que des horaires abusifs.

Les travailleurs révoltés ont détruit du matériel, des caméras, des fenêtres ou encore sérieusement endommagé des véhicules, outre la destruction de nombreux iPhone.

Après ce coup de sang, la police a procédé à 149 arrestations, comme a pu le confirmer un officier de police à la presse. Le sous-traitant taïwanais, qui a pu constater les dégâts, estimerait le montant de la remise en état du site en millions de dollars.

Wistron va tout revoir, sous le regard attentif d'Apple

Apple, qui en sa qualité de mandataire ne pouvait suivre cela que de loin, s'est rapidement penchée sur le sujet. La société est désormais en mesure d'affirmer que Wistron ne respectait pas le code de conduite des fournisseurs de l'entreprise, notamment en ce qui concerne la gestion du temps de travail, le suivi administratif des salariés, ou les heures supplémentaires effectuées par le personnel féminin. Sur la question des paiements, l'entreprise taïwanaise a d'ailleurs reconnu ne pas avoir payé correctement certains travailleurs.

« C'est une nouvelle usine et nous reconnaissons avoir fait des erreurs lors de notre expansion », a déclaré Wistron, qui a quadruplé ses effectifs (plus de 10 500 sur site aujourd'hui) et fait gonfler sa capacité de protection en Inde cette année. Tous les standards de l'usine et le fonctionnement vont être revus, pour un meilleur confort des employés.

« Notre objectif principal est de nous assurer que les travailleurs sont traités avec dignité et respect et que leur rémunération est versée en intégralité rapidement », a pour sa part déclaré Apple, qui entend suivre de près les ajustements opérés par son sous-traitant. Jusqu'à nouvel ordre, les relations entre les deux entreprises sont rompues.

Source : TechCrunch

Modifié le 22/12/2020 à 10h05
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
22
20
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Microsoft en cours d'acquisition de RiskIQ, spécialiste de la cyber-sécurité pour $500 millions
Une plainte contre Google pour discrimination salariale est devenue un recours collectif représentant 10 800 femmes
Logitech annonce une année fiscale 2021 exceptionnelle, la meilleure depuis... toujours
Apple en hypercroissance sur ses derniers résultats
Alphabet : des résultats financiers records grâce à la publicité, Google Cloud et YouTube
Arrêté par le FBI, il voulait faire sauter un centre de données d'Amazon
Une amende antitrust de 2,3 milliards d'euros pour Alibaba en Chine
Une imposition minimum pour les grandes entreprises numériques sérieusement discutée
Uber versera 1,1 million de dollars à une personne non-voyante refusée 14 fois par des conducteurs
Aux USA, Amazon aurait licencié illégalement des salariées critiquant les conditions de travail de la firme
Haut de page