Obama appelle à réguler les réseaux sociaux, menaces pour la démocratie

23 avril 2022 à 08h00
21
Barack Obama © Netflix
© Netflix

Longtemps perçus comme des outils incroyables de liberté d'expression et de démocratie, les réseaux sociaux sont tombés dans des travers d'où ils doivent sortir.

Barack Obama a beau avoir placé les réseaux sociaux au cœur de ses stratégies de campagne pour être élu président des États-Unis, il fustige aujourd'hui ce que sont devenues ces plateformes.

Des lois pour mieux encadrer les réseaux sociaux

Invité à l'université californienne de Stanford, il s'est longuement exprimé sur l'évolution des réseaux sociaux et la place qu'ils ont pris aujourd'hui dans le débat public. Et il n'y va pas par quatre chemins : selon lui, ils amplifient « les pires instincts de l’humanité ».

« L’une des causes majeures de l’affaiblissement des démocraties tient au profond changement dans nos façons de communiquer et de nous informer », a déclaré l'ancien pensionnaire de la Maison-Blanche.

L'une des solutions qu'il propose est de réguler les services de ce type avec une législation qui se donne les moyens d'obliger les entreprises qui les gèrent à plus de transparence. Il soumet aussi l'idée de donner la possibilité aux régulateurs de contrôler le fonctionnement des algorithmes.

Attirer l'attention avec des contenus polarisants et extrêmes

En effet, pour Barack Obama, ce n'est vraiment ce que publient les utilisateurs qui est problématique, mais la manière dont les contenus sont promus et mis en avant par les plateformes. Celles-ci privilégient des « contenus inflammatoires, polarisants, qui attirent l’attention et encouragent la participation » afin de conserver plus longtemps les internautes sur leur service, et ainsi augmenter leurs revenus.

Une prise de conscience de l'effet négatif des réseaux sociaux a été l’assaut du Capitole, orchestré le 6 janvier 2021 par des partisans de Donald Trump refusant la victoire électorale de Joe Biden. « Nous venons de voir un président en exercice nier des résultats électoraux clairs et aider à inciter une insurrection violente contre la capitale de la Nation », a rappelé Obama. Il regrette de ne pas avoir perçu plus tôt « à quel point nous étions devenus réceptifs aux mensonges et aux théories du complot ».

Pour lui, afin d'enrayer la spirale infernale, nous avons besoin de lois qui nous permettent de nous protéger et de faire en sorte que « les outils ne nous contrôlent pas », mais que ce soit nous qui les contrôlions.

Source : Le Monde

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
21
16
chicour
D’un côté il a raison pour la désinformation mais de l’autre les médias officiels ont montré leur limite quand il s’agissait de parler de MC kinsey entre autre avant les élections. N’importe quel autre candidat avec ce genre de casserole aurait fait l’actualité 24/7 pour le descendre. Là on a bien vu la complaisance<br /> Alors sans réseaux sociaux…
norwy
Commençons par les abus flagrants qui pourrissent la société à vitesse grand V.<br /> Un jour, peut-être, on aura le temps de se focaliser sur les manipulations subtiles des grandes entreprises et autres candidats (c’est aux journalistes d’enquêter ? La vérité fini souvent par sortir…).<br /> Pas d’excuse pour traiter la première catégorie, ça urge…
HAL1
Si les algorithmes mettent en avant les contenus qui intéressent le plus les gens et les font beaucoup réagir, et qu’il y a au final une grande partie de violences, d’incivilités et d’intox, peut-être que le souci ce n’est pas les algorithmes, mais les comportements des utilisateurs, et qu’il faudrait s’attaquer à l’éducation de ces derniers avant toute chose, plutôt que de taper sur la technologie…
ehquionest
Il parle sous quel mandat au fait ?
cyrano66
C’est vrai<br /> Mais éduquer les masses est un objectif encore plus difficile à atteindre.<br /> Les discussions débiles de piliers de bar, les commérages de concierges frustrées, tout ça ça a toujours existé.<br /> Ces opinions ont parfaitement le droit d’exister mais on peut se poser la question de la publicité qui en est faite au nom du buzz.<br /> D’autant que le but n’est pas de diffuser de l’info pertinente mais de vendre de la pub.<br /> À priori la technologie n’a pas d’état d’âme ni partie pris, toutefois elle peut laisser croire que des opinions marginales sont partagées par le plus grand nombre.<br /> C’est surtout l’esprit critique qu’on devrait apprendre à nos gosses pour pas se laisser envahir par toutes ses …
Fathzer
Fort heureusement, nul besoin de mandat pour s’exprimer…
CALIJO
Je pense que cet espace de liberté enquiquine tous les gouvernements du monde<br /> parce qu’ils ne peuvent avoir aucuns contrôles dessus, malgré ses dérives.<br /> Même si beaucoup de rumeurs ou mensonges se propagent sur la toile, beaucoup<br /> de vérités s’y propagent également et ça c’est gênant.
Necron
Mais non, c’est beaucoup plus simple de blâmer les grands méchants FB / Twitter que de se remettre en question …
HAL1
cyrano66:<br /> Mais éduquer les masses est un objectif encore plus difficile à atteindre.<br /> Je suis d’accord.<br /> Mais, ce qui me dérange dans la déclaration de Barack Obama (et pas mal d’autres), c’est qu’elle donne l’impression qu’il existe une solution simple pour régler le souci, et que c’est de réguler la technologie.<br /> Je pense qu’il faut en effet prendre des mesures parallèles à une meilleure éducation et sensibilisation des utilisateurs, le temps que la situation s’améliore, mais ça ne devait pas être l’unique mesure prise, de loin pas.<br /> cyrano66:<br /> D’autant que le but n’est pas de diffuser de l’info pertinente mais de vendre de la pub.<br /> Le but est de faire de l’argent. C’est regrettable qu’il soit possible d’en gagner (davantage) en vendant de la publicité qu’en offrant une information de qualité, mais je ne crois pas qu’on arrivera à changer cela, du moins pas dans notre système économique.
Duben
Il parle comme quelqu’un à qui on pose la question
lobo41
Que ne l’a t’il proposé quand il était aux affaires ? Ses faux fuyants sont responsables de bien des ennuis actuels: non intervention en Syrie malgré la « ligne rouge » franchie par Bachar… avec les suites connues sur les interventions Russes… etc… Malheureusement son ramage n’était pas à la hauteur de son plumage !
bennukem
Je me disais un peu la même chose qui puis est, mais qui est-il actuellement? Plus personne.
cyrano66
HAL1:<br /> C’est regrettable qu’il soit possible d’en gagner (davantage) en vendant de la publicité qu’en offrant une information de qualité, mais je ne crois pas qu’on arrivera à changer cela, du moins pas dans notre système économique.<br /> Au fond est-ce que les médias traditionnels ne fonctionnaient pas déjà comme ça.<br /> C’était peut-être fait avec plus de subtilité et filtrer par des professionnels<br /> Mais même aujourd’hui quand je vois les titres des media mainstream (ou même Clubic) des fois ça sent plus le racolage que l’info factuelle et objective.<br /> Ainsi va la vie…<br /> jolie robe de mariée<br /> maquillage de camion volé.<br /> Il est frais mon poisson !!!
HAL1
cyrano66:<br /> Au fond est-ce que les médias traditionnels ne fonctionnaient pas déjà comme ça. C’était peut-être fait avec plus de subtilité et filtrer par des professionnels.<br /> Oui, je pense que c’était justement filtré par des professionnels, et cela fait une grande différence.<br /> Il y avait une élite qui s’assurait (avec plus ou moins de réussite et d’intégrité) que l’information soit de qualité et fiable. Mais, depuis quelques années, les « élites » sont remises en cause, et certaines personnes considèrent qu’il n’y a pas de raison qu’un obscure site Web n’ait pas autant de légitimité qu’un journal réputé, en particulier si ce journal a eu le malheur par le passé de publier une information erronée ou un peu trop favorable au pouvoir en place.
lobo41
Il lui reste tout de même un sacré carnet d’adresses et une réputation (très surfaite à mon avis).
keyplus
Les discussions débiles de piliers de bar, les commérages de concierges frustrées, tout ça ça a toujours existé.<br /> en meme temps tout les conflits sont le fait des classes dirigeantes pas de spiliers de bar😉
cyrano66
keyplus:<br /> en meme temps tout les conflits sont le fait des classes dirigeantes pas de spiliers de bar😉<br /> En même temps je vois pas le rapport.<br /> Là il est question de régulation des réseaux.<br /> Donc de supposer que les idées qu’ils véhiculent pourraient être nuisibles à la démocratie.<br /> C’est à dire qu’ils donnent une photographie de l’opinion différente de la réalité des opinions majoritaires.<br /> Et que, dans le cas des élections, la victoire du candidat soit influencé par l’opinion des piliers de bars et des concierges.<br /> Ceci étant depuis lors, Trump nous a prouvé qu’on pouvait être les deux.<br /> A la fois dans la classe dirigeante et un bon gros pilier de bar (a champ) avec des idées politiques au raz des pâquerettes.
ilyon
Le camp du Bien.
ehquionest
20000 bombes rien qu’en 2016 c’est sûr que c’est le « camp du bien »
LeCray0n
Il faudrait qu’on relise la définition, toute théorique, de la démocratie.<br /> Et pour réguler les réseaux « sociaux » ça fait bel lurette que s’est fait. D’ailleurs tout est « régulé », sauf les profits et par le fait même les paradis fiscaux.<br /> Cela est tout à fait normal quand on sait qui crées les lois et les représentent.<br /> Mais bon il semble que les humains ne puissent se passer des mensonges. Peut-être que c’est génétique et commun à toutes l’espèce.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Huawei AppGallery : une faille vous permet de télécharger gratuitement des applications payantes
Google Photos : vous pouvez enfin supprimer les photos directement d'un album, mais il y a un hic
WhatsApp : les fonctionnalités de la future offre premium commencent à prendre forme
Après la Russie, Google bloque également les mises à jour d'applications payantes en Biélorussie
Instagram a changé son logo, vous non plus vous n’aviez pas remarqué ?
Apple rate de peu le 1er avril avec sa nouvelle politique concernant les abonnements sur l'App Store
Surprise ! Elon Musk laisse entendre qu'il pourrait racheter Twitter, mais pour moins cher
Uber Eats se fait un petit festin de nouvelles fonctionnalités alléchantes
Apple vous donne plus de contrôle sur son application Podcasts
Plus de 1,5 million d'applications sur l'App Store et le Google Play Store n'auraient plus reçu de mise à jour
Haut de page