Un an après... YouTube bouleverse son modèle économique

Céline Deluzarche
28 mai 2016 à 23h03
0

Le 29 mai 2015, YouTube célébrait ses 10 ans d'existence. Depuis un an, il tente de passer du statut de robinet à clips gratuit à celui de diffuseur de contenu de qualité et payant.


En mai 2005, trois anciens employés de PayPal mettaient en ligne la version beta de YouTube. La plateforme de vidéos, rachetée un an plus tard par Google pour 1,65 milliard de dollars, totalise aujourd'hui plus d'1 milliard d'utilisateurs dans le monde et des centaines de millions d'heures de vidéos visionnées chaque jour.

Malgré sa domination incontestable, YouTube se trouve aujourd'hui confronté à plusieurs défis. Certes, les programmes phares des « Youtubeurs stars », qui comptent des millions d'abonnés à leur chaîne, tirent les audiences à la hausse et lui permettent d'engranger de confortables revenus publicitaires, même si on ne connait pas sa contribution exacte aux 18 milliards de dollars de recettes publicitaires engrangées par Google au premier trimestre 2016.

Et pourtant... Malgré son incroyable succès, YouTube ne génère toujours aucun profit, selon le Wall Street Journal. Car il faut payer les serveurs, investir dans la technique, et reverser l'argent aux droits d'auteur (plus d'un milliard de dollars de royalties ont ainsi été reversés aux titulaires depuis octobre 2014). Enfin, il faut bien avouer qu'en dehors des stars, la plupart des contenus postés sont de piètre qualité, alternant vidéos d'ados filmant leurs exploits dans leur chambre ou des recettes de cuisine ratées. Une image « cheap » qui dévalorise son image et tire les tarifs publicitaires vers le bas.

08417006-photo-youtube.jpg


L'offensive de charme envers les annonceurs

Depuis un an, YouTube a donc lancé des initiatives tous azimuts pour répondre à ces défis. Sur le front publicitaire, d'abord : en mai, le site a lancé de nouveaux formats publicitaires spécialement adaptés aux smartphones, avec un format court (6 secondes) mais impossible à bloquer ou à fermer. De multiples offres sur mesure ont été lancées pour séduire les annonceurs, et cela semble fonctionner puisque YouTube assure que les revenus des partenaires ont augmenté de 50 % en un an. Lors de son gala annuel à destination des annonceurs le 5 mai dernier, la patronne de YouTube s'est vantée que sa plateforme « réunit en prime time plus de 18-49 ans que les 10 premières chaînes de télé combinées ».

0258000008216024-photo-youtube-red.jpg


Mais engranger des recettes pub ne suffit pas. Comme l'a lui-même admis Spotify lors de la publication de ses résultats le 23 mai dernier, « le modèle gratuit n'est pas rentable ». La plateforme de streaming génère ainsi à peine 220 millions de chiffre d'affaires par la publicité, contre 1,96 milliard via ses abonnements payants. Le même constat peut être établi dans la presse en ligne, dont les revenus publicitaires sont loin de compenser la chute des ventes au numéro. YouTube est confronté au même casse-tête.

YouTube Red : le pari du modèle payant

C'est donc à la fois pour entrer dans cette logique et pour monter en gamme que YouTube a annoncé, le 21 octobre 2015, le lancement d'une offre payante, baptisée YouTube Red. Ce service permet pour 10 dollars par mois de visionner les vidéos sans publicité, de profiter de programmes originaux et d'un service de musique à la demande avec écoute hors connexion. YouTube Red entend également s'attaquer au marché de la SVOD. Il promet ainsi des séries originales, à l'instar de House of Cards ou Orange Is the New Black qui ont contribué au succès de Netflix.

C'est d'ailleurs une ancienne collaboratrice de Netflix, Kelly Merryman, qui a été débauchée pour s'occuper de l'achat de programmes. Mais pour sa première série, Scare PewDiePie, Google ne s'est pas montré franchement aventureux en faisant appel à un YouTubeur à succès, PewDiePie, qui totalise près de 45 millions d'abonnés à ses chroniques humoristiques de jeux vidéo.

0258000008094590-photo-youtube.jpg


Constatant que le temps passé à regarder YouTube sur un écran de télévision avait doublé en 2015, YouTube a également décidé de lancer un service de télévision en streaming. Baptisé « Unplugged », il finaliserait ainsi une offre complète et permettrait comme Red d'engranger des revenus d'abonnements (ces derniers seraient proposés à partir de 35 dollars par mois, soit trois fois moins que les opérateurs du câble).

Enfin, avec l'annonce de YouTube Connect, un service de diffusion en direct de vidéos, YouTube entend tailler des croupières à Periscope et Facebook Live. Sa déclinaison YouTube Gaming, pour la diffusion de compétitions et d'émissions de jeux vidéo, est quant à elle une réplique directe à Twitch, racheté par Amazon en 2014... alors que Google le convoitait.

La compétition s'annonce rude

Bref, YouTube tente de passer du statut de robinet à clips gratuit à celui de diffuseur de contenu de qualité et payant. Impossible de connaître à ce jour les résultats de ces offensives, Google ne divulguant aucun chiffre précis. Sans doute un mauvais signe : YouTube Red, pour l'instant disponible dans seulement trois pays (Etats-Unis, Australie et Nouvelle-Zélande) est actuellement "soldé" à 99 cents pour trois mois d'essai. Pas évident de convertir son public jeune habitué au tout gratuit.

0258000008159322-photo-youtube-logo-erreur-hero.jpg


En 2012, YouTube avait déjà payé des centaines de millions de dollars à des producteurs pour créer des « chaines » populaires et amélioré son algorithme de recommandation. La plupart de ces chaines se sont soldées par un échec, et selon le Wall Street Journal, la grande majorité des internautes de YouTube provient toujours de liens Google.

Autrement dit, YouTube n'est toujours pas un point de rendez-vous du web. De plus, il se retrouve cette fois en face de compétiteurs de taille. Netflix dispose déjà de près de 80 millions d'abonnés payants. Facebook a une base d'utilisateurs 50% plus large. Amazon a lui aussi lancé son service vidéo Prime avec de grosses ambitions dans la monétisation de contenus exclusifs. La compagnie de Jeff Bezos se paye même le luxe de venir empiéter sur le coeur de marché de YouTube avec sa nouvelle offre Amazon Video Direct, où les créateurs de contenus postent librement leurs vidéos.

Samsung conserve-t-il la tête des ventes de smartphones ? Le cloud à la française est-il un désastre ? Des questions posées par la rédaction de Clubic Pro dans notre nouvelle série « Un an après ». Rendez-vous la semaine prochaine pour un nouveau numéro.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
Ovnis : l'US Navy avoue (enfin) avoir filmé des objets aériens non identifiés
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
iPhone 11 / 11 Pro : les premiers tests sont en ligne, 2019 est-il un bon cru ?
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top