Des chercheurs promeuvent un projet d'Arche de Noé génétique stocké sur la Lune

20 mars 2021 à 10h05
16
Lune NASA © NASA

Le système imaginé pourrait être autonome et stocker jusqu'à 6,7 millions d'échantillons génétiques d'espèces différentes, dont la nôtre.

C'est à l'occasion de l'AeroConf 2021, ce dimanche, que des chercheurs ont présenté un rapport au doux nom de « Cratères lunaires et tunnels de lave pour une Arche moderne ». Sous cette appellation se cache l'ambition de stocker le matériel génétique de millions d'espèces dont l'humain, sous la surface lunaire.

Une « assurance vie » pour la biodiversité sur Terre

À l'instar du « grenier du monde » au Svalbard, qui regroupe plus d'un million de variétés de plantes différentes, l'ambition de cette Arche lunaire est de protéger la biodiversité de notre planète bleue en cas de catastrophe. Parmi les scénarios apocalyptiques proposés par l'équipe de chercheurs, on retrouve une tempête solaire, une pandémie (déjà-vu ?) ou encore l'éruption d'un super volcan, sans oublier la classique du genre, la guerre nucléaire.

LUNAR ARK

De fait, face aux deux tiers de la faune et la flore sauvage perdues au cours des 50 dernières années, une pandémie en cours et les nombreuses menaces d'incident nucléaire dont l'humanité a été témoin depuis le début de la guerre froide, on comprend les motivations qui se cachent derrière ce projet un peu fou.

Dans les coulisses des tunnels de lave

En plus de ses célèbres cratères, la lune compte plus de 200 fosses d'une profondeur allant de 80 à 100 mètres et connectées à d'anciens tunnels de lave. Ces fosses, de par leur profondeur, permettraient d'éviter bon nombres d'inconvénients de la vie lunaire comme les micro-météorites, les changements soudains de température ou les radiations solaires.

LUNAR ARK

Pour construire l'Arche, les chercheurs ont imaginé une structure alimentée par des panneaux solaires. Les différents matériels génétiques, ovules, spermatozoïdes, y seraient cryogenisés et pourraient être acheminés et récupérés avec des monte-charges. La cryogénisation rendant les modules de conservation trop froids pour une intervention humaine directe, les scientifiques proposent l'utilisation de robots fonctionnant par lévitation quantique (supraconductivité), le froid extrême risquant de les endommager s'ils restaient au sol. Parmi le reste des équipements, on trouverait une antenne de communication et un laboratoire.

Source : VICE

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
16
13
Yves64250
N’importe quoi ,encore du pognon dépensé
Fulmlmetal
Il n’y a rien de concret, c’est juste une idée de quelques chercheurs en mal de reconnaissance. C’est une idée, je n’ose meme pas parlé de projet tant ça reste surtout à un stade d"idée type brainstorming, qui n’ira pas plus loin. comme dit dans l’article il y a déja un programme réel qui existe dans le nord, pas besoin d’en faire plus.<br /> Sinon, l’idéal serait de ne pas inclure le gene de l’homme, il n’a fait que tout détruire durant son règne sur Terre.
Peter_Vilmen
Encore quelques dizaines d’année et il suffira juste de quelques disques durs pour tout stocker et recréer les êtres vivants à partir se leur ADN, autant attendre pour le moment.
Fulmlmetal
L’interet de préserver les génome du vivant hors de Terre c’est juste la crainte d’un astéroide tueur. Bon donc c’est un projet basé sur un cas tous les 100 millions d’années. Bref y a pas urgence, on n’a pas encore le niveau pour faire ce type de refuse sur la lune, ça peut attendre, meme 100 ans. Et au dela on pourra surement détecter et détourner un astéroide dangereux.<br /> Bref c’est plus un projet dans la mouvance écologique très à la mode. Pour le omen tle plus grand risque pour la vie animale sur Terre c’est l’homme, donc le lieu de stockage dans le nord est suffisant.<br /> C’est donc juste un grande de scientifique qui veut faire parler de lui, en pleine mode écolo. Ca n’ira pas plus loin que cette effet d’annonce car c’est un projet inutile et infaisable pour le moment et qui n’aura aucune utilité à l’avenir
Yves64250
«&nbsp;recréer les êtres vivants à partir se leur ADN,&nbsp;»<br /> Dieu la fait sans ADN …end troll
Yves64250
C’est pas l’homme qui va maintenir la survie de l’humanité,il faut étre prétentieux.
Njbx
Peut-être que nous somme a 99 999 998 années depuis le dernier astéroïde tueur ^^
Oldtimer
Bon ben messieurs À vos marques ! Prêts ?..branlette <br /> Plus sérieusement, s’il arrive une catastrophe sur Terre… qui et comment on fera les manipulations pour faire le speed dating entre l’ovaire et les spermatozoid ? Et qui fera office de mère porteuse si l’humanité est décimée par une catastrophe ?
Martin_Penwald
Hé ouais. Ça a juste eu besoin d’une famille portée sur l’inceste.
Bibifokencalecon
Le principe des «&nbsp;arches&nbsp;» existe depuis longtemps en réalité (les graines par exemple). Et avec la technologie moderne, il est alors possible de préserver des espèces à son niveau de code génétique. Parfois avec la vocation de récreer une espèce disparue ou de simplement garder une trace des espèces ayant vécu à une période terrestre.<br /> En avoir une dans l’espace n’est pas idiot. Plutôt visionnaire avec l’espoir que cette arche ne soit en réalité jamais utilisé, en dehors d’un point de vue d’étude historique, botanique, biologique (etc.). Cela conjuguait à des archives de savoir.<br /> Y avoir recours (depuis l’espace ou non) signifie surtout l’échec de l’humanité à préserver son écosystème dans son ensemble.<br /> Point de vue personnel: quitte à faire ce genre d’arche spatiale, je ferai des sondes artificielles qui tous les 100 ans réuniraient l’équivalent d’un écosystème global et avec pour parcours un retour sur Terre tous les 1000 ans. Ces arches seules ne peuvent pas «&nbsp;recréer la vie&nbsp;» tel quel. Ce sont des archives avec un potentiel de récréation si la société du moment dispose du savoir-faire technologique.<br /> L’Humanité étant une espèce jeune du point de vue de l’âge de la Terre, du système solaire, de la Galaxy ou de l’Univers, notre évolution reste impressionnante (en terme de capacité d’adaptation). Reste que nous ne représentons pas grand chose à l’échelle de vie de notre planète. Notre disparition en tant qu’espèce ne serait pas incongru.<br /> La période du Jurassique est estimée à 50 millions d’années, qui elle-même ne représente pas grand chose par rapport à d’autres ères / périodes. L’Homo Sapiens a pour le moment 300 000 ans (2.5 millions d’années si on prend en compte les espèces dont nous descendons).
Quenstar973
Même en admettant qu’on ait la technologie requise ça coûterait p**ain de cher pour pas grand chose…
pecore
Je rejoins @Bibifokencalecon, le concept n’est pas nouveau et il est même intéressant face à la disparition des espèces due à la présence humaine. Dommage de transformer une idée utile et réaliste en histoire de science fiction en venant y mêler la lune. Commençons par faire cette base de donnée génétique et on pourra ensuite réfléchir et comment faire pour la protéger au mieux.
Fulmlmetal
Ce n’est pas un compte à rebours non plus, c’est une moyenne. D’autant qu’il y avait plus de chuite d’astéroide il y a un milliards d’années que maintenant. Le systeme solaire s’est un peu épuré avec le temps
Maspriborintorg
Les Russes, en 1894 ont créé l’institut actuellemnt nommé Vavilov où sont conservés des graines de plantes du monde entier qui ont été collectées à partir de 1908. Pour leur conservation vitales, des graines sont plantées à intervalle régulier pour en récolter des graines fraîches, car le taux de germination diminue avec les années de stockage. De cet institut, ont été envoyé dans un pays Africain des graines de plantes,qui à la suite de sécheresse y avaient complètement disparu. Donc stocker sur la lune, même sous basse température conservera-t’il sur le long terme la vitalité de germer?<br /> fr.wikipedia.org<br /> Institut Vavilov<br /> modifier - modifier le code - modifier Wikidata L'Institut Vavilov (du nom du généticien Nikolaï Vavilov), nommé en 2015 Institut panrusse des ressources génétiques végétales, auparavant en russe Всеросси́йский институ́т растениево́дства им. Н. И. Вави́лова ou Institut panrusse des productions végétales N. I. Vavilov, en abrégé VIR (ВИР), est un centre de recherche agronomique russe fondé en 1894. Au début du XXIe&nbsp;siècle, il constitue une banque de graines riche de centaines de milliers de varié...<br />
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Xiaomi prévoit un concurrent au Mac Mini, et il pourrait faire des ravages
Grâce à son passage au Unreal Engine 5.1, Fortnite est plus beau que jamais !
Plus près de vous, Free Proxi, la nouvelle assistance technique de Free recrute
SpaceX va pouvoir envoyer 7500 nouveaux satellites Starlink, et dévoile une offre pour les militaires
Si ces rendus sont exacts, le OnePlus 11 va avoir droit à un module photo monstrueux !
Très belle offre sur Amazon concernant l'excellent MacBook Air M2
Vous voyez les tracteurs autonomes dans Interstellar ? Maintenant ils existent, pilotés par NVIDIA
DJI a un Mini 3 moins cher dans les cartons, mais il ne sera pas
Qu'est-ce que ChatGPT, cette nouvelle Intelligence Artificielle dont tout le monde parle
Cet excellent casque sans fil à réduction de bruit s'affiche à -27% sur Amazon
Haut de page