L’OMS va déterminer si l'addiction aux jeux vidéo doit être répertoriée comme maladie

21 mai 2019 à 10h22
0
Jeux vidéo addiction
shutterstock.com

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) va se prononcer cette semaine sur sa classification internationale des maladies. Parmi les nouveautés susceptibles d'apparaître, l'addiction aux jeux vidéo pourrait figurer au sein des troubles dus à un comportement de dépendance.

Les accros aux jeux vidéo sont-ils malades ? C'est cette semaine que l'OMS va trancher, lors de son Assemblée Mondiale de la Santé, qui se tient à Genève. L'organisation doit en effet approuver la onzième révision de sa liste de classification internationale des maladies (CIM-11), un document servant de référence pour les médecins et les gouvernements à travers le monde.

Les jeux vidéo peuvent-ils être une drogue ?


Dans une première version, éditée en juin 2018, l'institution avait surpris en ajoutant les « troubles du jeu vidéo » dans la section relative aux « troubles dus à un comportement de dépendance ». Cette rubrique recense notamment les addictions aux drogues, à l'alcool ou aux jeux d'argent. Si la CIM-11 est validée en l'état, la dépendance aux jeux vidéo sera donc officiellement considérée comme un trouble de la santé mentale.

Quels sont les signes d'une telle maladie, selon l'OMS ? D'après la définition de la CIM-11, plusieurs critères doivent permettre d'alerter quant à cette dépendance :

  • Perte de contrôle quant à la fréquence, l'intensité, la durée de jeu...

  • Priorité croissante donnée au jeu, au détriment d'autres centres d'intérêt et d'activités quotidiennes

  • Persistance de l'activité ou augmentation du jeu, malgré l'apparition de conséquences négatives, ce comportement pouvant affecter la vie personnelle, familiale, sociale, professionnelle, etc.


Une décision qui fait polémique


La décision d'intégrer cette dépendance dans la CIM-11 a suscité de vives protestations, de la part d'acteurs du jeu vidéo, mais également du monde médical. D'après Stanley Pierre-Louis, président de l'Entertainment Software Association (ESA) : « Des experts majeurs de la santé mentale ont averti à plusieurs reprises que répertorier de cette façon les ''troubles du jeu vidéo'' créait un risque d'erreur de diagnostic pour des patients qui ont véritablement besoin d'aide. »

Plusieurs experts craignent ainsi que la nouvelle classification n'entraîne une vague d'inquiétude chez de nombreux parents, stigmatisant notamment la communauté des jeunes joueurs. Au contraire, les défenseurs de cette évolution insistent sur la nécessité de reconnaître l'existence d'un tel problème, pour améliorer les moyens permettant de le traiter. Tout en rappelant que la définition ne se résume pas à un grand nombre d'heures passées à jouer et qu'elle ne concernera qu'une petite minorité de joueurs.

Source : TechSpot
14 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top