Rocket Knight Adventures : humour de cochon et hit intemporel sur SEGA Mega Drive

Stéphane Ficca
Spécialiste hardware & gaming
19 septembre 2021 à 10h10
7
Rocket Knight Adventures

En 1993 les joueurs et joueuses Mega Drive (et les autres) font la connaissance de Sparkster : un opposum-chevalier, héros de Rocket Knight Adventures !

Que faisiez-vous lors de la rentrée 1993, vidéoludiquement bien-sûr ? Si vous étiez l’heureux possesseur d’une SEGA Mega Drive, vous aviez peut-être alors l'œil tourné non pas vers votre rentrée en CM2, mais vers ce tout nouveau jeu lancé par l’un des développeurs les plus talentueux de l’époque : Konami. Eh non, on ne va pas revenir sur Tiny Toon Adventures : Buster’s Hidden Treasure, mais sur l’autre titre lancé presque simultanément par le studio : Rocket Knight Adventures.

Aux antipodes de la bataille des téraflops, de la 4K et des 60 fps, NEO•Classics vous propose un retour vers les origines du jeu vidéo. Du titre 2D en gros pixels au moins lointain jeu à la 3D hésitante, cette chronique vous invite à (re)découvrir les pépites vidéoludiques qui ont ouvert le monde au 10e art...

Rocket Knight Adventures

C'est l'histoire d'un opossum chevalier…

Le royaume d’Elhorn est en proie au terrible chevalier noir Axle Gear et à son armée de soldats-robots qui sèment mort et destruction sur leur passage. Comble de l’horreur, la princesse Sherry a été capturée par ces forces aussi obscures que porcines. Le royaume doit alors s’en remettre au plus valeureux des chevaliers de son unité d’élite spécialisée, la « Rocket Knights », à savoir Sparkster… un opossum en armure. Ah !

Rocket Knight Adventures

Comme souvent à l’époque, le premier contact avec ce tout nouveau Rocket Knight passe par la boîte du jeu, sur laquelle nombre d'enfants et ados des 90's ont dû scotcher, et qui montrait un opossum habillé d'une armure de chevalier, épée à la main. Un coup d’œil à l’arrière de la boite permettait de prendre connaissance de quelques screenshots qui ne faisaient que renforcer une irrésistible envie : celle de jouer à Rocket Knight Adventures.

Rocket Knight Adventures

Une fois lancé, le jeu confirmait immédiatement les espoirs suscités : l'introduction de Rocket Knight Adventures, bien que sommaire, plonge tout de suite les joueurs dans l’ambiance. Côté contrôles, deux boutons suffisent, l’un pour sauter, l’autre pour asséner des coups d’épée aux cochons qui croisent notre route. L’occasion d’apprécier sans attendre la qualité des animations et l’humour des développeurs, entre cochons en caleçon (et autres petites choses amusantes) et capacité de Sparkster à s’accrocher aux branches avec sa queue.

Ajoutez à cela l’arrivée d'un premier mini-boss au bout de quelques secondes à peine, et vous aviez là, comme une évidence, une petite pépite en puissance.

Rocket Knight Adventures

Des (bonnes) surprises en permanence

Le reste de l’aventure ne démérite pas et les joueurs, qui découvrent les joies du jet-pack indispensable à la progression dans le jeu, vont (surtout) traverser de très nombreux niveaux empreints d'originalité et bourrés de bonnes idées. Rocket Knight Adventures est ultra rythmé, puisant intelligemment dans les racines « arcade » de Konami, et chaque situation est l’occasion d’admirer le génie créatif du studio nippon, qui s'exprime tantôt dans des animations amusantes, tantôt dans des idées de gameplay ingénieuses, dans des retournements de situation complètement inattendus, ou encore dans les clin d'œil hommage à Sonic 2 (rappelez-vous ce premier boss…) !

Rocket Knight Adventures

On était évidemment bluffés par le deuxième stage, qui transforme un excellent jeu de plateformes/action en shoot’em up ; et que dire du troisième, qui délaisse légèrement l’action pour se focaliser sur de la plateforme pure et dure ? Les niveaux s'enchaînent et ne se ressemblent pas, si ce n'est en termes de qualité !

C’est simple, à la fin du premier monde, on ne peut que rester bouche bée devant l'ingéniosité, le rythme, et la maîtrise technique des équipes qui signent un véritable bijou vidéoludique. D'autant que les contrôles sont simples mais précis, juste comme il faut, et que l'on est confrontés à une difficulté croissante mais pas insurmontable. Tout à l'équilibre !

Rocket Knight Adventures

Rocket Knight Adventures se chargeait finalement de repousser les limites de l’originalité sur la console de SEGA, avec des surprises à tous les recoins. Idem côté réalisation : malgré quelques sérieuses baisses de frame rate, le jeu est d’une beauté assez sidérante pour l'époque, avec des animations ultra poussées et quelques excellentes trouvailles visuelles. Chaque niveau se veut résolument unique, bigrement singulier, et ce, grâce à un level design très intelligemment travaillé pour tirer profit de toutes les capacités du vaillant Sparkster.

Rocket Knight Adventures

Le titre est aussi un délice pour les esgourdes, puisque les musiques ont été signées, en partie, par Michiru Yamane, une compositrice qui œuvrera un peu plus tard sur Castlevania Bloodlines, toujours sur SEGA Mega Drive , mais aussi sur un certain Castlevania : Symphony of the Night, excusez du peu.

Une référence vidéoludique incontestée ?

Alors certes, on meurt (très) souvent dans Rocket Knight Adventures, mais pas assez pour entacher le plaisir de progresser dans les différents niveaux et de s’émerveiller à chaque fois devant un environnement très détaillé, une astuce de gameplay innovante ou un affrontement absolument dantesque.

Rocket Knight Adventures

Aujourd’hui encore, pour de nombreux joueurs, Rocket Knight Adventures reste une référence incontestée du paysage vidéoludique, de la trempe des titres qui laissent un souvenir indélébile dans les mémoires. Certes, le jeu se termine en deux petites heures environ, mais comme tout bon jeu Konami de l’époque, seuls les plus vaillants peuvent avoir accès à la « vraie fin » - et n'espérez pas voir cette dernière en jouant en mode « Facile » évidemment !

Précisons pour l'anecdote qu'à l'instar d’autres jeux à l’époque, Rocket Knight n’est pas toujours le même selon les versions. En effet, la déclinaison japonaise du jeu dispose notamment d’une introduction très différente des versions américaine et européenne. De la même manière on note des disparités en termes de difficulté, entre les modes « Easy » et « Hard » sur la version européenne, « Normal » et « Hard » sur la version nippone, et « Children », « Easy », « Normal » et « Hard » sur la version américaine. Via un code, on peut accéder aux modes « Very Hard », et même « Crazy Hard » sur les versions japonaise et européenne.

Rocket Knight Adventures

Rocket Knight Adventures fait à l'époque (et encore aujourd'hui) le parfait bonheur de ses acquéreurs, et qui renforce un peu plus l’image de Konami en tant que de développeur incontournable de l’époque. En effet, si nombre de joueurs se sont fiés des années durant au « Seal of Quality » de Nintendo, force est d’admettre qu’acheter un jeu estampillé Konami dans les années 80/90 était un sacré gage de qualité.

L’éditeur nippon avait en effet su hypnotiser les joueurs avec des titres comme Castlevania, mais aussi le sensationnel Sunset Riders, l’indémodable TMNT : Turtles in Time sur Super Nintendo, sans oublier des licences telles que Contra/Probotector, Gradius, Parodius… Et si d'aucuns diront que le studio a perdu de sa superbe depuis quelques années, c'est encore un autre débat…

Sparkster

Pour Rocket Knight Adventures, Konami lance en 1994 un nouvel opus, baptisé simplement Sparkster en Europe et aux Etats-Unis. Ce dernier ne marquera pas autant les esprits que l’opus fondateur, pas plus que l'édition « next-gen » lancée en 2010 sur PS3 et Xbox 360 d’ailleurs…

Trêve de paroles, le mieux est peut-être tout simplement que vous (re)jouiez à Rocket Knight Adventures… Et bien entendu, n'hésitez pas à partager vos impressions en commentaires !

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
7
dredd
Konami ne pouvais pas faire d’entrée plus réussie sur Megadrive qu’avec ce Rocket Knight Adventures ! Mais j’aime quand même l’épisode SNES dont le premier niveau à une souffle épique assez grandiose aussi bien dans sa musique de son déroulement avec les morphing des ennemis, les reflets dans l’eau en fond etc. J’avais les deux consoles et j’ai pu goûter un peu à tout à l’époque.<br /> Bon par contre oui, l’épisode PS360, je l’ai à peine testé en démo et j’ai trouvé ça vraiment pas terrible à jouer.
warburn
Qd tu vois ce que sont devenus les studios emblématiques des années 90 , ca fait de la peine … ( squaresoft, konami) surtout les gros studios japonais qui étaient les maitres qui a une époque avaient finis par s ouvrir au reste du monde et qui maintenant sont retournés chez eux et font leurs gros bénéfices au japon ( panchinslot, app mobile )
Voigt-Kampf
Je viens d’essayer sous Retroarch. Ça ne me rajeunit pas ce jeu <br /> Le gameplay est bien basique, on sent bien la patte «&nbsp;old school&nbsp;».<br /> J’adore la jaquette de la boite avec «&nbsp;featuring Sparkster&nbsp;» mais Konami n’aura pas réussi à en faire une mascotte récurrente.<br /> P.S. : j’essaierai de faire un tuto pour les réglages Retroarch pour ces vieux jeux pour jouer dans les meilleures conditions, j’ai trouvé des réglages shaders qui lissent de manière très propre les pixels.
SlashDot2k19
Ce fut une tuerie ce jeu ! Je l’ai eu sur SNES et aussi j’ai eu la chance d’y jouer sur Megadrive.<br /> Ce fut l’époque du grand Konami.
GRITI
J’adorais ce jeu!!!
wackyseb
Jamais entendu parler de ce jeu. A tester alors.<br /> En 1993, c’était Aladdin, cool spot, aero the acrobat, bubsy, battletoad, golden axe 3 et shinobi 3 les must have.<br /> Mais je vais tester
wackyseb
Je suis preneur pour les shaders.<br /> Chez moi ça fait un peu délavé
dredd
Aero the Acrobat est déjà pas bien bon (pour être gentil) mais alors Bubsy must have, je crois que c’est la première fois que je lis ça en dehors d’un truc qui sort du service comm’ de chez Accolade.
wackyseb
Ah mais j’étais jeune et j’ai adoré ces jeux.<br /> Par contre celui proposé par Clubic j’ai jamais entendu parlé.<br /> Je viens de tester et soit je suis trop vieux pour apprécier, soit c’est un mauvais jeu (pour moi).
GRITI
wackyseb:<br /> soit je suis trop vieux pour apprécier<br /> Seule explication possible
dredd
Franchement, je suis même pas sur que l’âge avancé soit une excuse. On aime souvent les jeux auxquels on a joué étant jeune même si ce sont parfois des daubes qui font l’unanimité contre eux. Il faut du recul pour pouvoir s’avouer objectivement les défauts des jeux qu’on a aimé (coucou Aladdin Megadrive).<br /> Là il le dit bien qu’il était jeune donc forcément pas toujours au courant de ce qui était l must have chez ceux qui avaient plus de pratique ou qui s’informaient dans la presse spécialisée.<br /> Presse spécialisée qui au passage a fait plein de papiers assez élogieux sur la production de Bubsy parce que Accolade avait ouvert les portes des studios et des développeurs pour faire monter la sauce et qui au final on noté assez sèchement le jeu une fois testé en version finale. Le level design est complètement pété avec ce qui pourrissait souvent les jeux médiocres à savoir les «&nbsp;sauts de la foi&nbsp;» où tu n’a aucune idée de là où tu vas retomber alors que t’as pas le choix du chemin. Aero en est plein aussi et ça m’avait choqué à l’époque que Sunsoft ait validé ça même si c’est pas du inhouse.<br /> Maintenant je conçois que pour beaucoup, jouer pour la première fois a de très vieux jeux, même excellent, qui ne sont pas des madeleines personnelles, c’est un peu ardu et y’a pas de mal à ça. Perso jamais réussi à me faire un King’s Quest vu que j’étais console du temps de sa gloire. Je vais pas dire qu’ils sont mauvais, je vais simplement pas m’en faire et jouer à autre chose.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Tetris : le meilleur jeu de tous les temps vient d’URSS
Nintendo Switch : la console est offerte avec cette TV LED 4K Samsung
Offre Fnac du jour : les adhérents bénéficient de 20€ crédités tous les 150€ d’achats, à vous les meilleurs produits tech !
Les États-Unis approuvent un traitement fondé sur la réalité virtuelle pour soigner l’amblyopie
NVIDIA lance GeForce Now avec RTX 3080, pour du cloud gaming en 1 440p à 120 fps
Une vulnérabilité critique découverte dans un langage de programmation utilisé pour des mods de jeux vidéo
Les gens sortent moins malgré la fin du confinement, et le marché du jeu vidéo en profite
Nintendo Switch OLED : la nouvelle console est moins chère aujourd'hui chez Amazon
Locus-Mate participe à la mode du revival des bornes d’arcade
Monde virtuel, concerts et jeux : deadmau5 lance Oberhasli, soutenu par Epic Games
Haut de page