Nintendo part en justice traquer les pirates de sa Switch

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero, Journaliste-reporter, chargé de l'actu.
Publié le 20 mai 2020 à 08h42
© Pixabay
© Pixabay

La société japonaise a déposé deux recours aux États-Unis pour faire cesser le piratage illégal des jeux de sa populaire console.

Nintendo protège sa famille, encore plus lorsqu'on touche à la petite dernière. L'entreprise nippone a cette fois décidé de taper du poing sur la table en poursuivant en justice plusieurs revendeurs de logiciels illégaux destinés à profiter de la Nintendo Switch grâce à des jeux hackés. La firme a ainsi déposé deux recours sur le sol américain contre les distributeurs d'un produit pirate, en fin de semaine dernière.

Une solution de piratage clé en main pour 45 euros

La première plainte a été déposée devant un tribunal de l'Ohio contre un certain Tom Dilts Jr., gestionnaire présumé du site web UberChips. Le site, désormais fermé, proposait à la vente des modules USB baptisés « SX OS », créés par Team Xecuter, un groupe de pirates.

Les petits boîtiers profitaient d'une faille connue de la Switch, présente sur des modèles anciens de la console, pour contourner ses systèmes de protection et exécuter des jeux piratés. Les consoles vendues jusqu'en juin 2018 sont concernées. Ce qui touche tout de même une vingtaine de millions d'exemplaires…

Le kit (dongle SX Pro + licence SX OS) est proposé sur plusieurs sites pour la modique somme de 45 euros, un prix inférieur à bon nombre de jeux neufs de la machine. Pour l'heure, le site UberChips est donc bien fermé, et son propriétaire propose désormais aux internautes qui avaient passé commande de les rembourser.

Team Xecuter travaille sur un module destiné aux Switch les plus récentes

La seconde requête, elle, a été déposée devant un tribunal de Seattle. Nintendo y attaque plusieurs propriétaires ou administrateurs de sites qui ont contribué à revendre des kits de Team Xecuter. Pour les avocats de Nintendo, les produits en question correspondent à un « système d'exploitation non-autorisé , avec des outils de piratage qui l'accompagnent et l'installent ».

Il faut de même apporter une précision. En réalité, SX OS permet d'avoir un accès au système d'exploitation de la Switch, Horizon. Il n'est pas un OS à proprement parler. Grâce à cet accès, il est ensuite permis de réaliser des actions impossibles à ordonner avec une console en l'état, comme l'exécution de jeux piratés.

Nintendo, qui réclame des dommages et intérêts à hauteur de 2 500 dollars par contournement rendu possible, réclame également la fermeture de tous les sites qui revendent des produits de Team Xecuter, qui pour sa part a d'ores et déjà annoncé travailler à la vente d'un futur module destiné cette fois aux plus récentes Switch, notamment la Switch Lite.

Depuis sa sortie, la dernière console de Nintendo reste une cible de choix des pirates informatiques.

Source : Ars Technica

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero
Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, école reconnue par la profession, où j'ai bouclé mon Master avec une mention « Bien » et un mémoire sur les médias en poche.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (8)
stbx00

La team Xecuter n’annonce pas travailler sur un module… les modules ont été produit et ont déjà été expédiés dans le monde entier…

sshenron

Je me demande ce qu’il en est des projets opensource tel que; Atmosphere, ReiNX, Kosmos ou Hekate. Ils permettent le piratage même si ce n’est pas leur but premier.
Vu qu’ils sont toujours sur GitHub, j’imagine qu’il leur faut trouver d’autres raisons pour les enlever.

docloulou

Et les emulateurs aussi ? Je pense à Yuzu

original

Toi ta rien compris…
YUZU sers pas à pirater la console Switch,c’est un émulateur pour pc donc 100% légal, tout comme des dizaines d 'émulateurs existants.
Yuzu permets en + d’augmenté les ventes de jeux Nintendo.

original

Si on pars dans votre délire, internet lui même est illégal. ( ceux qui pensent qu’un émulateur est illégal ).
Internet permets de pirater des sites/comptes/banque.
Internet permets d’arnarquer des gens.
Internet permets de telecharger des fichiers illégaux ( films musique, viol, jeux vidéo etc) beaucoup vont se reconnaitre…
Internet permets de voler des données
Internet permets d’acheté de la drogue, des armes , des médicaments illicites.
ect…
Dans ce cas, on ferme internet ??? C’est l’utilisation qui peut être illégal, pas le produit lui même.

HoYoHoYo31

Oui mais y a un hic là, la Team Vendent un Matos pour pirater la console, une nouvelle puce. Le matériel est acheté, donc on est propriétaire de la console, on en fait ce qu’on veut, la démonter trafiquer et souder ce que l’on veut.

C’est juste la modification logiciel qui est interdit, je ne vois pas pourquoi interdire la vente de la PUCE

docloulou

Oula ! faut se calmer ! je n’ai jamais dit que les émulateurs étaient des outils pirates ! et ta tirade débile sur internet c’est du sophisme à deux balles…

Nintendo est reconnu pour être hyper agressif avec les « pirates » et portages sauvages d’ou mon interrogation sur les émulateurs :wink:

fredmc

Ils feraient mieux de lutter contre les mecs qui vendent leur console à 600 euros …