Aux yeux de Twitter, Trump va redevenir un utilisateur lambda, et ce n'est pas sans conséquence

Donald Trump © Pixabay / BarBus
Donald Trump, vu par © Pixabay / BarBus

Lorsque Joe Biden aura pris ses fonctions à la Maison-Blanche, le 20 janvier 2021, l'actuel président américain perdra certains privilèges sur le réseau social.

Avec près de 90 millions d'abonnés, Donald Trump est un poids lourd de Twitter, et ses fonctions de président des États-Unis d'Amérique ont souvent permis de voir certains de ses sulfureux tweets être seulement signalés, plutôt que supprimés. Toujours en poste, le dirigeant amateur de golf retrouvera un statut égal à celui d'un utilisateur lambda dès la prise de fonction du vainqueur de l'élection américaine, Joe Biden, comme l'a confirmé le réseau social au petit oiseau bleu.

Donald Trump perdra bientôt l'immunité « sociale » liée à son statut

On ne compte désormais plus le nombre de fois où Donald Trump a été rattrapé par la patrouille sur Twitter. Depuis quatre ans, la plateforme a pris l'habitude de signaler certains tweets du président américain en accrochant un avis d'« intérêt public » à certains de ses posts, comme ce fut encore le cas il y a quelques jours lorsqu'il a écrit s'être fait « voler l'élection » et que « les votes ne peuvent plus être émis après la clôture du scrutin ».

Franchissant souvent la limite de la désinformation, Donald Trump est protégé par son statut de « leader mondial » et de dirigeant, ce qui lui permet de voir ses tweets être masqués, afin de voir leur portée limitée.

Mais Twitter fait savoir que dès que Joe Biden aura pris ses fonctions, le 20 janvier prochain, et que Donald Trump abandonnera donc les siennes, ce dernier perdra ses privilèges sur le réseau social. Twitter indique en effet que le traitement dont il bénéficiait ne s'applique pas aux anciens détenteurs de fonctions ou titulaires de postes.

Retour à la normale pour le futur ex-président

Donald Trump redeviendra, dans plus de deux mois, un citoyen comme un autre. S'agissant de Twitter et en d'autres termes, le Républicain pourra voir ses futurs tweets polémiques et assimilés à de la haine ou à de la désinformation être non plus masqués et signalés en guise d'avertissements, mais purement et simplement supprimés du réseau social.

En ce qui concerne Facebook, un autre réseau social où Donald Trump n'a plus ses aises depuis un moment, le règlement est moins tranchant, mais il semblerait que le futur ex-président perde également certains droits une fois son titre de dirigeant de la nation américaine perdu. Cela signifie qu'il perdra un niveau de protection et que ses publications post-janvier 2021 seront soumises aux fameux tiers de vérification des faits du réseau social de Mark Zuckerberg.

Le règlement ne prévoit en effet pas textuellement d'étendre la protection dont Trump bénéficie aux personnes qui ne sont plus en fonction. On ignore encore toutefois à quelle sauce l'adversaire de Joe Biden sera mangé sur Facebook.

Source : ABC.net.au

Modifié le 10/11/2020 à 11h31
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
29
31
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Honor pourrait également sortir son smartphone pliable... mais pas avant la fin d'année
Après Aukey, au tour de RavPower d'être banni d'Amazon en raison de faux avis
Galaxy Z Fold 3 et Z Flip 3 : vers un lancement tout début août
Qualcomm : le futur haut de gamme Snapdragon 895 en test chez les constructeurs partenaires
Le forfait mobile B&You 5 Go à prix mini est de retour !
Le trafic de données mobiles a augmenté de 46 % depuis le début de la pandémie de COVID-19, selon Ericsson
Tim Cook estime qu'il y a 47 fois plus de malwares sur Android que sur iOS (et c'est drôlement précis)
Les Honor 50, 50 Pro et 50 SE sont officiels : les premiers smartphones de la marque depuis qu'elle n'appartient plus à Huawei
Leica lance un smartphone au Japon, mais il est moins inédit que vous ne le pensez
OnePlus devient une sous-marque d'Oppo, la fusion présagée enfin concrétisée
Haut de page