🔴 Soldes : jusqu'à - 70% sur le high-tech 🔴 Soldes d'hiver : jusqu'à - 70% sur le high-tech

Facebook accuse le Wall Street Journal "d'interprétations erronées" après son enquête dénonciatrice

20 septembre 2021 à 16h59
3
Mark Zuckerberg © Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com
Crédit : Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com

Facebook n'a pas apprécié l'enquête du Wall Street Journal à son encontre, estimant que les conclusions tirées par le média américain sont fausses et basées sur des informations incomplètes.

La semaine dernière, The Wall Street Journal publiait une série d'articles à charge contre Facebook. Le groupe a répondu en accusant le média d'avoir publié une enquête contenant des « interprétations délibérément erronées ».

Facebook sait qu'il est problématique

Pour rappel, le WSJ a pu se procurer des documents confidentiels de Facebook, et notamment les résultats d'études menées en interne sur l'impact des réseaux sociaux sur leurs utilisateurs. On y apprenait qu'une part importante de jeunes se sentaient mal dans leur peau depuis qu'ils utilisaient Instagram et que, chez certains d'entre eux, un phénomène d'addiction à l'application s'était développé.

Facebook indiquait par exemple qu'Instagram pouvait aggraver les problèmes d'image de son corps d'une adolescente sur trois. Des conclusions dont on pouvait déjà se douter, mais c'est surtout l'absence de réaction et de volonté de changement de la part de Facebook qui était pointée du doigt par The Wall Street Journal.

Ce dernier relayait également que Facebook a conduit de nombreuses enquêtes sur le réseau social suite à l'élection de Donald Trump aux États-Unis. Et si la firme avait à l'époque promis des améliorations de la modération et de la détection des contenus mensongers (fake news), les paroles n'ont pas été suivies d'actes forts par la suite.

Une timide contre-attaque

Dans une note de blog, Nick Clegg, Vice-président de Facebook chargé des affaires internationales, tente de mettre en perspective ces révélations. « Ces articles confèrent des intentions manifestement fausses aux dirigeants et aux employés de Facebook », estime le cadre de Facebook.

Selon lui, l'allégation selon laquelle Facebook effectue des recherches puis les ignore systématiquement et volontairement si les résultats sont gênants pour l'entreprise n'est pas véridique. « C'est une affirmation qui ne peut être tenue qu'en sélectionnant soigneusement des extraits de citations à partir de documents qui ont fuité, utilisés pour présenter des problèmes complexes et nuancés comme s'il n'y avait qu'une seule bonne réponse », ajoute Clegg.

Il rappelle enfin qu'il serait très dérangeant que Facebook ne mène pas du tout ce genre d'études et ignore totalement les effets de ses services sur les utilisateurs.

Source : Facebook

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
norwy
C’est toujours pareil. Ils se font prendre la main dans le pot de Nutella mais « si ce n’est pas du Nutella, ce n’est pas le même crime, donc votre accusation est erronée et nous sommes parfaitement blanchis ».
nicgrover
Quoi ils ont osé publier des articles sur Facebook, modèle d’intégrité et d’honnêteté…<br /> «&nbsp;C’est un scandale&nbsp;» comme disait Georges il y a quelques décennies…
Maspriborintorg
Quand on connait l’histoire de Zuckerberg qui a été financé par un mécène naïf qui s’est fait ruiner lorsque Zuckerberg a dévalué les actions d’un facteur 100 sans compensation pour l’éliminer de son conseil d’administration, on peut douter de la moralité de son entreprise. voir le documentaire en DVD «&nbsp;The social network&nbsp;»
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

iPhone : la détection des accidents, ça marche ! Cet exemple est impressionnant
Cette nouvelle IA de génération de voix dépasse tout ce que vous avez déjà entendu... et pose déjà des problèmes
Un hébergement web à prix réduit : ne manquez pas cette superbe réduction de -75%
Un jeu The Mandalorian, ça vous plairait ? Un fan s'y colle sur l'Unreal Engine 5, et ça fait rêver
PS VR2 : le verre à moitié vide ou à moitié plein pour Sony (qui se fait une raison) ?
Avec ses deux bras, le disque dur WD Ultrastar DC HS760 concurrence les SSD
Prenez-en plein les yeux avec cet écran PC Gamer Asus TUF WQHD 32
Windows 12 serait-il un Windows 11 boosté à l'intelligence artificielle ?
OnePlus : bientôt des smartphones pliants ? On a des noms
The Last of Us Part I : découvrez le jeu (en promo) à l'origine de la série événement du moment
Haut de page