BYD : le constructeur chinois va-t-il construire ses voitures électriques en Europe ?

Stéphane Ficca
Par Stéphane Ficca, Spécialiste hardware & gaming.
Publié le 13 février 2023 à 18h00
© BYD
© BYD

Après la chine, BYD souhaite conquérir le marché européen.

Pour cela, la société chinoise pourrait prochainement construire sa propre usine en Europe.

BYD veut ses propres usines en Europe

En fin d'année dernière, le constructeur chinois BYD (pour Build Your Dreams) profitait du Mondial de l'Automobile pour officialiser l'arrivée en Europe de sa Seal. Une berline 100 % électrique, aux faux airs de Tesla Model 3, et affichée à un peu plus de 30 000 dollars sur sa terre natale.

© BYD
© BYD

Dans le courant de l'année 2022, BYD a écoulé un peu plus de 1,85 million de véhicules, et en Chine, le constructeur devance très nettement un certain Tesla. Évidemment, le constructeur chinois nourrit désormais de sérieuses ambitions à l'internationale, et cela pourrait notamment passer par l'installation d'une nouvelle usine… en Europe.

Vers une usine BYD en France ?

C'est en effet ce qu'a indiqué un dirigeant de BYD au média Bloomberg. Le groupe chinois pourrait ainsi gérer au mieux la production de ses véhicules destinés au marché européen, ce dernier ciblant la France, mais aussi l'Allemagne, la Suède, la Norvège, les Pays-Bas ou encore le Royaume-Uni. Reste à savoir quel pays saura s'attirer les faveurs de BYD.

Outre les véhicules, BYD gère également la fabrication de batteries et de semi-conducteurs, avec, là encore, une volonté d'étendre ses activités hors de Chine. Selon la présidente de BYD, Stella Li : « Nous ne nous concentrons pas sur les installations d'entreprises déjà existantes. Nous réalisons des études de faisabilité afin de déterminer nos projets pour l'avenir. Par exemple, si nous nous installons dans cette région, quelle est la meilleure solution ? ».

La firme chinoise estime que la Chine et l'Europe seront, à court terme, largement dominatrices sur le marché de la voiture électrique, loin devant les États-Unis et l'Inflation Reduction Act, loi mise en place par Joe Biden, visant (entre autres) à limiter la dépendance du pays à l'égard des produits chinois.

Une initiative qui ne va pas aider les États-Unis à être compétitifs dans la course aux véhicules électriques ni même à aider les Américains à profiter de « la meilleure technologie, la plus innovante » selon Stella Li. Nous voilà prévenus.

Source : Electrek

Par Stéphane Ficca
Spécialiste hardware & gaming

Fervent amateur de jeux vidéo et de high-tech, spécialisé en Mega Man 2 et autres joyeusetés vidéoludiques ancestrales.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
SPH

En France, ce serait super ! :kissing:

cracktonslip

Les Chinois sont déjà bien présents avec MG et SAIC se tâte en mettre une seconde couche avec ROEWE.

Jsp75

Pendant des années la Chine a autorisé l’implantation industrielle des européens moyennant transfert de technologie. Nous devrions faire de même en retour.
A défaut où sont les 15 à 20% de taxe à l’importation? Doit on rappeler que c’est ce qui est appliqué aux importations faites vers la Chine pour les véhicules européens?
Dans le cas contraire, il serait à propos de boycotter ces véhicules. Les acheter c’est à chaque fois se faire les fossoyeurs de notre propre industrie. Mais si la clairvoyance était le propre des consommateurs européens, cela se saurait. La fin on la connaît déjà. On ira dire que c’est la faute aux technocrates européens… (écrit depuis un téléphone fabriqué en Chine… on est plus à un paradoxe près…)

Kratof_Muller

Sur les véhicules importés la taxe est très supérieure à vos 20%, les berlines allemandes par exemple se prennent 78%.
Et si tesla est peu cher en Chine, C est que ces véhicules ne sont pas importés mais faits sur place.

MattS32

Les voitures importées en UE sont taxées de 10% (en plus de la TVA bien sûr).

Mais ça ne s’appliquera pas dans le cas présent, puisque ce qui détermine si on produit est importé ou non, c’est son lieu de fabrication, pas la nationalité de son fabricant.

Donc si BYD vient installer des usines chez nous, les véhicules qui en sortiront ne seront pas taxés. Mais c’est très bien comme ça, car c’est sans doute justement ce différentiel de taxation entre le « local » et l’importé qui incite BYD à venir fabriquer ici, et donc à venir créer de l’emploi dans l’UE.

bmustang

de l’emploi dans l’UE ? vous êtes à coté de vos pompes mon pauvre

MattS32

Même si les usines automobiles sont largement automatisées, elles emploient encore beaucoup de monde hein, souvent plusieurs milliers d’emplois par usine… Même les usines de Tesla, qui sont récentes donc très automatisées, c’est des milliers d’emplois… Celle de Berlin par exemple, ça sera plus de 10 000 employés quand elle sera à pleine charge.

malak

Cela ne se fera jamais… la France en particulier a trop souvent plombé les projets locaux chinois. Et puis, cela coûterai bien plus cher de produire en Europe, même sans la surtaxe.

La Chine ne fait qu’annoncer cela pour menacer les US, mais l’Europe n’est pas davantage leur ami…

Bondamanmanw

Alors ça va faire un BYD ou un FLOP, ok je sors.

kroman

Clair ! Je sais pas aujourd’hui mais il y a quelques années l’usine Toyota tournait presque à 100% de sa capacité, contre 30-60% pour les usines des marques Françaises