Des voitures électriques propulsées au fumier, le projet fou de BMW et CalBio

12 novembre 2021 à 16h10
18
Voiture électrique pollution

C'est une idée que l'on croise parfois quand on parle de véhicule électrique. Mais cette fois, c'est le très important BMW qui s'intéresse à l'utilisation de méthane ou de biogaz pour la propulsion de véhicules électriques.

Le constructeur allemand vient d'annoncer une collaboration avec les fermes laitières de California Bioenergy, ou CalBio. Celle-ci aura pour but de capter le méthane du fumier bovin dans le but de le transformer en électricité.

Vers une production à grande échelle

Pour être plus précis, BMW va étendre sa collaboration à une nouvelle exploitation de CalBio, la Bar 20 Dairy Farm. Établie à Fresno, aux États-Unis, elle devrait fournir le méthane nécessaire pour alimenter chaque année 17 000 véhicules en énergie.

Le chiffre semble modeste (quoiqu'encore proportionné aux ventes de véhicules électriques ), mais il faut retenir qu'il s'agit pour le constructeur d'une nouvelle étape vers une utilisation de plus grande échelle. Pour N. Ross Buckenham, le P.D.-G., « ce système ultra-propre alimenté au biogaz s'étend des petites aux grandes laiteries. Nous sommes ravis de pouvoir maintenant faire la démonstration à grande échelle d'un système capable de générer une charge d'un mégawatt en 24x7, assurant une résilience du réseau et améliorant considérablement la qualité de l'air local tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre ».

Par ailleurs, la Bar 20 Dairy Farm n'est pas une ferme comme les autres. Dans le cas présent, le processus de méthanisation est réalisé sur place. Selon le média spécialisé Car Scoops, l'établissement disposerait d'une technologie de pile à combustible convertissant l'électricité avec deux fois plus d'efficacité que les générateurs conventionnels.

Générer de l'électricité pour les autos, mais pas seulement

Au-delà de la génération d'électricité, la captation du méthane, ou CH4, constitue aussi un moyen de réduire l'impact de ce dernier sur le climat. Si les émissions de méthane sont de très loin inférieures à celles du CO2 et restent moins longtemps dans l'atmosphère, le méthane a, à quantité égale, un impact beaucoup plus important. Le contenir et l'utiliser pour le chauffage ou, ici, pour la propulsion de nos véhicules est donc utile.

C'est ce que résume Adam Langton, Directeur des services énergétiques au département d'eMobilité connectée de BMW, qui affirme que ce partenariat « représente un moyen innovant d'aider à stimuler les investissements dans les énergies renouvelables ». Pour lui, la captation du méthane devrait aussi apporter un revenu supplémentaire aux agriculteurs de la Bar 20 Dairy Farm.

Malgré le développement rapide des technologies, l’autonomie est toujours l’une des pierres angulaires pour les acheteurs de voitures électriques, qui redoutent la panne sèche. Pour rassurer les automobilistes, les constructeurs en font un argument de communication de poids. Et certaines valeurs crèvent le plafond. Voici notre classement.
Lire la suite

Source : Car Scoops

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
18
16
marc6310
Oui comme ça, ça contente le lobby de la souffrance (exploitation animale non humaine) et le lobby de la pollution (les voitures et camions etc) tout en déculpabilisant les gens sans régler absolument rien et même en assurant à coup sûr un effet rebond encore plus néfaste. Ils sont vraiment prêts à tout dans le green washing les mecs n’ont même plus honte d’afficher clairement la marque à côté de ces fausses solutions malhonnêtes. Pitoyable.
PierreKaiL
J’imagine au passage que les fermiers seront du coup 100% autonome en électricité ? Le fermier de demain générateur d’énergie ? Sur le papier cela a l’air cool.<br /> @marc6310 je serai curieux de connaitre la/les raisons de ta désapprobation sur ce projet. De quel effet rebond tu parles ?
natanoj
C’est juste de la pub pour BMW ce projet, 1% de chance que ça voit le jour. Il faut juste occuper l’espace médiatique et dire qu’on fait qqch pour la planète.
pocketalex
J’adore quand les pollueurs massifs nous pondent un discours vert<br /> Plus on prend les gens pour des c… mieux ça passe.<br /> ça me rappelle Renault et ses moteur Eco, avec comme logo une jolie feuille verte
cirdan
«&nbsp;Au-delà de la génération d’électricité, la captation du méthane, ou CH4, constitue aussi un moyen de réduire l’impact de ce dernier sur le climat.&nbsp;»<br /> La méthanisation n’est pas une technique de captation du méthane, mais un processus de dégradation de matières organiques.<br /> Il ne faut pas oublier aussi que ces techniques encouragent à créer toujours plus de déchets et induisent certains problèmes annexes qui relativisent leur rendement écologique. En tout cas en France on est à fond dedans.<br /> Franceinfo – 4 Dec 19<br /> #AlertePollution : les méthaniseurs, qui fabriquent du biogaz avec des...<br /> Soutenue politiquement et financièrement par&nbsp;l'Etat,&nbsp;la méthanisation se développe dans les campagnes françaises.&nbsp;Mais des riverains ont contacté franceinfo pour dénoncer les nuisances dues à cette activité.<br />
Bombing_Basta
l’établissement disposerait d’une technologie de pile à combustible convertissant l’électricité avec deux fois plus d’efficacité que les générateurs conventionnels.<br /> Les meilleures turbines électriques à gaz ont un rendement énergétique de 60%+ , je serais bien curieux de savoir quelle technologie de pile H peut faire deux fois mieux que ça ?
Bombing_Basta
Article très intéressant et sa conclusion on ne peut plus de bon sens.
Gweegoo
“ le méthane a, à quantité égale, un impact beaucoup plus important.”<br /> Oui mais … l’équation chimique de combustion du méthane est: CH4+2O2–&gt;CO2+2H2O<br /> Je rejoins ceux qui disent que la solution est de réduire la production de méthane plutôt que de l’encourager.<br /> Du point de vue chimique (d’autres considérations sont bien sûr à prendre en compte), seul l’hydrogène présente une piste intéressante: 2H2+O2–&gt;2H2O
killer_jp
Comme dirait Biff Tannen dans retour dans le futur :<br /> (je déteste le fumier)
MattS32
Je vois pas vraiment ce qu’il y a de fou dans ce projet. Utiliser la méthanisation pour produire de l’électricité à partir de déchets organiques, ça n’a rien de fou, c’est déjà une pratique courante…<br /> Pas plus tard qu’hier soir il y avait d’ailleurs un reportage sur le sujet dans Cash Investigation (l’occasion de voir que tout n’est pas vert dans cette industrie… notamment une aberration totale qui consiste à faire des cultures spécifiquement pour alimenter ces méthaniseurs en «&nbsp;déchets&nbsp;» végétaux, plutôt que de se limiter aux vrais déchets…), qui a mentionné que rien qu’en France il y a déjà plus de 1300 installations produisant ainsi de du biogaz et/ou de électricité et plus de 800 installations supplémentaires en projet…<br /> Bombing_Basta:<br /> Les meilleures turbines électriques à gaz ont un rendement énergétique de 60%+<br /> Je pense que le rendement x2 c’est par rapport aux générateurs utilisés dans les installations de méthanisation. Il s’agit de petites installations, qui si je ne me trompe pas fonctionnent avec des moteurs plutôt que des turbines.<br /> Cela dit, même par rapport à un moteur, j’ai du mal à imaginer une PAC faisant le double du rendement. Les meilleurs PAC à méthane doivent être autour de 60% de rendement, un moteur à gaz utilisé pour un générateur (donc avec possibilité de le faire tourner à son rendement maximal) doit être autour des 40%.
Proutie66
C’est vraiment une idée de merde.
Anne-Onyman
On en revient finalement à l’utilisation des boeufs pour propulser nos voitures…<br /> Sinon, oui, l’utilisation du biométhane semble effectivement entraîner des dérive dont notamment l’augmentation de la production de biométhane.
jcc137
On a donc, d’un côté une entreprise de valeur mondiale qui va récupérer le gaz du fumier pour ne pas qu’il se perde dans l’atmosphère (noble cause…), et d’un autre, les raffineries de pétrole qui ne peuvent stocker le gaz émanant du processus de raffinage dudit pétrole, et l’enflamme dans l’atmosphère à longueur de journée.<br /> Le monde es fou, fou, fou, fou, voyez-vous !..
MattS32
jcc137:<br /> et d’un autre, les raffineries de pétrole qui ne peuvent stocker le gaz émanant du processus de raffinage dudit pétrole, et l’enflamme dans l’atmosphère à longueur de journée<br /> Rectification : qui ne veulent pas, pas qui ne peuvent pas. Ces entreprises se soucient avant tout de leur rentabilité, si elles brûlent ce gaz au lieu de le valoriser, c’est que la valorisation n’est pas assez rentable. Il faudrait les contraindre légalement à le valoriser…
philumax
Je n’ai pas lu tous les commentaires : mea culpa.<br /> Je voulais juste dire, que ça va sentir la m.rde.
Blackalf
MattS32:<br /> Ces entreprises se soucient avant tout de leur rentabilité, si elles brûlent ce gaz au lieu de le valoriser, c’est que la valorisation n’est pas assez rentable.<br /> Ce n’est pas faux, elles n’en ont pas l’utilité, mais il faut en effet voir si une industrie secondaire pourrait utiliser ce gaz.<br /> J’ai travaillé quelques années sur des haut-fourneaux, d’abord aux planchers de coulée, puis aux cowpers (voir le Spoiler, pour ceux que ça intéressent) et enfin à l’épuration, ce qui consistait à laver le gaz brut des haut-fourneaux dans des turbines appelées désintégrateurs pour le transformer en gaz épuré qui était alors ré-utilisé dans l’usine, au laminoir, à l’aciérie, aux cowpers, etc… Ces turbines ainsi que l’installation globale étaient constamment sous eau, parce que la moindre étincelle aurait eu des conséquences catastrophiques. ^^<br /> Spoiler<br /> Haut-fourneaux: les cowpers<br />
MattS32
Blackalf:<br /> Ce n’est pas faux, elles n’en ont pas l’utilité, mais il faut en effet voir si une industrie secondaire pourrait utiliser ce gaz.<br /> À minima, je dirai qu’on pourrait l’utiliser pour chauffer de l’eau pour du chauffage urbain ou pour faire tourner une turbine pour produire de l’électricité.<br /> Dans le premier cas ça nécessiterait par contre une politique et des investissements publiques en faveur de ce mode de chauffage (il faudrait que la ville la plus proche de la raffinerie ait un réseau de chauffage urbain qui soit raccordé à la raffinerie… c’est d’ailleurs aussi quelque chose qui gagnerait à être développé avec les centrales nucléaires, où il y a pas mal de chaleur bêtement perdue). Dans le second cas je pense qu’à part la question de la rentabilité, il n’y a pas de freins techniques.
xryl
Le principe d’une pile à hydrogène c’est de ne pas brûler le gaz bêtement (donc pas la réaction CH4+202 → CO2+2H20) qui produit de la chaleur, mais pas d’électricité (sauf à chauffer de l’eau et faire tourner des turbines, mais le rendement est pourri, au mieux 40%). Au contraire de transformer d’abord le méthane en H2 + CO via un catalyseur au Ruthenium, à 500°C. Le monoxyde de carbone est ensuite utilisé sur une pile à combustible classique dans une réaction qui a un rendement proche de 80%. La chaleur produite servant à casser le méthane en hydrogène et monoxyde de carbone.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Mercedes Project MAYBACH : un concept déconcertant entre 4x4 et berline
La Ford Focus hybride dévoile des tarifs à partir de 29 000 euros
L'Italien Noko lance trois vélos électriques qui promettent jusqu'à 200 km d'autonomie
Pour le P.-D.G. de Stellantis, la conversion du marché automobile à l'électrique est trop rapide
En Corée du Sud, pour avoir le droit de continuer de conduire, les seniors seront invités à repasser leur permis... sur un casque VR
Tesla : le fameux volant Yoke ferait son retour dans le Cybertruck
Tesla lance un Cyberquad pour les enfants
Formule E : la nouvelle génération arrive, plus légère et beaucoup plus efficace
Tesla commercialise un
Stellantis augmente l'autonomie de plusieurs de ses citadines électriques
Haut de page