L'utilisation de Bitcoin génèrerait autant de CO2... que la ville de Las Vegas

17 juin 2019 à 06h31
0
Bitcoin

L'utilisation de Bitcoin générerait environ 22,9 mégatonnes d'émissions de CO2 par an, ce qui est comparable aux émissions (totales) de villes telles que Hambourg ou Las Vegas.

Telle est la conclusion de l'analyse la plus détaillée à ce jour sur l'empreinte carbone de la crypto-monnaie. Pour son étude, une équipe interdisciplinaire de chercheurs de l'Université technique de Munich (TUM) a analysé des données telles que les dépôts IPO (entrées en bourse) des fabricants de matériel informatique et les adresses IP de « mineurs » Bitcoin. Ces données sont néanmoins à prendre avec recul, étant donné qu'elles n'ont pas encore été confrontées à d'autres études et à des données plus récentes, puisque l'étude concerne novembre 2018.

Le bitcoin est-il un fardeau pour le climat ?

Bien que le bitcoin soit une monnaie virtuelle, la consommation d'énergie associée à son utilisation est bien réelle.

Pour qu'un transfert Bitcoin soit exécuté et validé, un puzzle mathématique doit être résolu par un ordinateur arbitraire du réseau mondial Bitcoin. Le réseau, auquel tout le monde peut adhérer, récompense les personnes qui résolvent des énigmes dans Bitcoin. La capacité de calcul utilisée dans ce processus, connue sous le nom d'exploitation de Bitcoin, a rapidement augmenté ces dernières années : les statistiques montrent qu'elle a quadruplé rien qu'en 2018.

En conséquence, le boom du Bitcoin soulève une question quant au fardeau supplémentaire qu'impose la crypto-monnaie au climat, ou non. Plusieurs études ont tenté de quantifier les émissions de CO2 causées par l'exploitation minière de Bitcoin. « Ces études reposent toutefois sur un certain nombre d'approximations », explique Christian Stoll, qui mène des recherches à l'Université technique de Munich (TUM) et au Massachusetts Institute of Technology (MIT).

C'est pourquoi une équipe de chercheurs en sciences de gestion et en informatique de l'Université technique de Munich a effectué le calcul le plus détaillé de l'empreinte carbone du système Bitcoin à ce jour. Travaillant comme des détectives, ils procédèrent étape par étape pour recueillir certaines données.

L'équipe a commencé par calculer la consommation électrique du réseau, qui dépend principalement du matériel utilisé pour l'extraction Bitcoin. En 2018, les trois fabricants qui contrôlent le marché des mineurs d'ASIC ont planifié des introductions en bourse. L'équipe a utilisé les dépôts IPO obligatoires pour calculer les parts de marché des produits respectifs des sociétés. L'étude devait également déterminer si l'exploitation minière était effectuée par une personne qui exploitait un seul mineur à la maison ou dans l'une des « fermes » à grande échelle mises en place ces dernières années par des opérateurs professionnels.

68 % de la puissance de calcul située en Asie

Les chercheurs ont déterminé que la consommation annuelle d'électricité par Bitcoin, en novembre 2018, était d'environ 46 TWh. Ces derniers ont cependant voulu connaître la quantité de CO2 émise lorsque cette énergie est générée, en cherchant où étaient situés les mineurs.

Les données de suivi en temps réel des pools miniers ont fourni de précieuses informations aux chercheurs : les mineurs s'associent afin d'aller plus vite et d'avoir plus de puissance de calcul. Les adresses IP ont démontré que ces derniers ont tendance à rejoindre des pools dans leur pays d'origine ou non loin. Sur la base de ces données, l'équipe a déterminé que 68 % de la puissance de calcul du réseau Bitcoin provenait des pays asiatiques (dont 48 % rien qu'au Sichuan !), 17 % en UE, 15 % en Amérique du Nord.

Les chercheurs ont comparé cette conclusion avec les résultats d'une autre méthode en localisant les adresses IP de mineurs à l'aide d'un moteur de recherche Internet. Ils ont ensuite combiné leurs résultats avec des statistiques sur l'intensité en carbone de la production d'énergie des différents pays. Conclusion de l'étude : le système Bitcoin aurait une empreinte carbone comprise entre 22 et 22,9 mégatonnes par an... ce qui est comparable à l'empreinte de villes comme Hambourg, Vienne ou Las Vegas.

bitcoin cryptomonnaie

Selon Christian Stoll, le système Bitcoin n'est pas le facteur le plus important qui contribue au changement climatique. Il explique néanmoins que l'empreinte est suffisamment importante pour justifier des discussions sur la possibilité de réglementer l'exploitation des cryptomonnaies dans les régions où la production d'énergie est particulièrement intensive en carbone. Il estime par ailleurs qu'afin d'améliorer l'équilibre écologique, lier davantage d'exploitations minières à des pôles de production d'énergies renouvelables pourrait être une solution.

Ces résultats sont néanmoins à prendre avec précaution. L'instabilité du marché des crypto-monnaies fait que les mesures prises en novembre 2018 ne reflètent pas forcément la consommation électrique d'aujourd'hui. Et si l'on n'est pas vraiment sûr des émissions (précises) de CO2 relatives au minage de Bitcoin, les scientifiques sont cependant sûrs d'une chose : elles sont trop élevées.

Pour aller plus loin, et lire l'étude en intégralité, c'est par ici.

Source : Technical University Of Munich
13 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le paiement sur Internet s'arme d'un nouveau système antifraude fonctionnel dès demain
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
Un démantèlement des GAFA ?
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Renault : son crossover électrique K-ZE lancé en Chine, à partir de 8 500 €
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Le GPS européen Galileo est désormais utilisé sur un milliard de smartphones

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top