3018, un numéro et une application dédiés aux victimes de cyberharcèlement : présentation

Alexandre Boero
Chargé de l'actualité de Clubic
15 février 2022 à 09h00
4
3018 application

Un peu moins d'un an après avoir érigé le 3018 en numéro court mis à disposition des jeunes victimes de violences numériques, une application du même nom a été mise en ligne, avec une vocation identique.

À l'heure où 20 % des jeunes de 8 à 18 ans indiquent avoir déjà connu une situation de cyberharcèlement, le gouvernement et les autorités mettent en œuvre tous les moyens possibles pour faciliter une prise en charge rapide et globale des enfants victimes de tels actes. C'est en ce sens que l'État a soutenu le développement et le lancement de l'application 3018, gérée par l'association e-Enfance, qui opère déjà le numéro vert court.

Améliorer l'accompagnement des jeunes victimes de cyberharcèlement

Téléchargeable aussi bien sur l'App Store ou le Play Store, l'application 3018 propose quatre fonctionnalités majeures :

  • Elle permet d'abord de prendre contact de façon instantanée avec un professionnel du 3018, via un chat ou au téléphone, avec le même numéro.
  • Un coffre-fort numérique est mis à disposition des utilisateurs de l'application. Transférable aux équipes 3018, il permet aux victimes d'héberger les preuves du cyberharcèlement, qui peuvent prendre la forme de photos, de liens ou de captures d'écran notamment.
  • Des fiches pratiques sur le cyberharcèlement sont disponibles en accès rapide. Elles informent les utilisateurs sur leurs droits et ce qu'ils doivent faire en cas de harcèlement numérique.
  • Un questionnaire d'auto-évaluation à remplir aide aussi les victimes à franchir l'étape de la demande d'aide.

Plateforme utile, le 3018 facilite le déroulé des procédures de signalement accélérées, qui peuvent aboutir à des suppressions de comptes ou de contenus en seulement quelques heures sur les réseaux sociaux. Le tout en partenariat avec la plateforme de signalement PHAROS.

Les initiatives contre le cyberharcèlement se multiplient

Le 3018 accompagne la victime tout au long de son parcours, jusqu'à la conseiller dans les formalités à accomplir pour porter plainte. Par la suite, l'école de l'enfant se trouve informée du signalement, par le biais de son référent harcèlement académique, qui assure ensuite le suivi de la situation dans le milieu scolaire.

L'application vient en complément du plan contre le harcèlement lancé en 2018 par l'État, en réponse à l'époque à la croissance des dangers sur les réseaux sociaux, le cyberharcèlement en tête. Outre les mesures connues et la naissance de l'application, une certification aux usages du numérique sera d'ailleurs passée par chaque élève entrant en 6e, pour à la fois prévenir et sensibiliser les collégiens sur les dangers et les usages du numérique.

Pour le moment expérimentée dans 12 départements en comptant notamment sur l'appui humain et technologique de l'opérateur Orange, l'application sera déployée sur l'ensemble du territoire dès la rentrée 2023.

Alexandre Boero

Chargé de l'actualité de Clubic

Chargé de l'actualité de Clubic

Journaliste, chargé de l'actualité de CLUBIC. Reporter, vidéaste, animateur et même imitateur-chanteur, j'ai écrit mon premier article en 6ème. J'ai fait de cette vocation mon métier (diplômé de l'EJC...

Lire d'autres articles

Journaliste, chargé de l'actualité de CLUBIC. Reporter, vidéaste, animateur et même imitateur-chanteur, j'ai écrit mon premier article en 6ème. J'ai fait de cette vocation mon métier (diplômé de l'EJCAM), pour écrire, interroger, filmer, monter et produire au quotidien. Des atomes crochus avec la Tech, certes, mais aussi avec l'univers des médias, du sport et du voyage. Outre le journalisme, la prod' vidéo et l'animation, je possède une chaîne YouTube (à mon nom) qui devrait piquer votre curiosité si vous aimez les belles balades à travers le monde, les nouvelles technologies et Koh-Lanta :)

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (4)

benben99
C’est une excellente initiative. Il y a trop de malotrus sur l’internet. Il y a une époque ou la civilité était encore enseignée et l’autorité était respectée.<br /> Avec la démocratisation des téléphones mobiles dans les écoles, viser à contrer le cyber-harcelement est très bien.
Fatima
Je rappelle que le smartphone n’est pas obligatoire, encore moins pour les ados .<br /> Le fautif sont les parents qui donne des smartphones à leurs enfants dès leurs jeunes âges ( surveillance ou pas ).
marc6310
@Fatima Internet n’est qu’un vecteur, le harcèlement existe depuis bien longtemps et a lieu que l’enfant ait un smartphone et soit sur les réseaux sociaux ou non, la victime n’a pas besoin d’y être pour que ce soit méchamment efficace. Avoir une plateforme unifiée qui permet de le prendre en charge c’est une bonne chose. L’histoire raconte que bien souvent les parents n’en savent rien car l’enfant est pudique sur ces questions et se résigne à souffrir en silence jusqu’à parfois se suicider faute de solution apparente (de son point de vue).
Voir tous les messages sur le forum
Haut de page

Sur le même sujet