🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

Le papa du metaverse dans la science-fiction lance son propre metaverse dans la « vraie vie »

13 juin 2022 à 13h30
6
Neal Stephenson

Trente ans après avoir employé le terme « metaverse » dans son ouvrage cyberpunk Snow Crash, Neal Stephenson en fait une réalité.

L'auteur phare de science-fiction décrivait en effet déjà en 1992 un monde empreint de réalité virtuelle dans laquelle les habitants fuyaient leur quotidien dystopique. Avec Lamina1, un metaverse gratuit, la réalité vient rattraper son œuvre de fiction.

Un metaverse laminaire

Annoncé lors de la conférence Consensus à Austin, Texas, Lamina1 se veut un metaverse gratuit dans lequel les artistes et autres créateurs de valeur seraient justement payés pour leurs œuvres.

Tout ceci en aidant l'environnement en étant négatif en carbone, et permettant ainsi de construire un metaverse ouvert, indépendant d'autres univers de ce type créés par d'immenses corporations (Meta de Mark Zuckerberg en tête).

Bien entendu, l'idée du metaverse telle que dépeinte à l'origine dans Snow Crash en 1992 est bien différente de ce qu'il en est aujourd'hui. Le Web3 n'existait certainement pas à l'époque, et la blockchain encore moins.

Pourtant, en 1995, Neal Stephenson commençait déjà à échanger avec des groupes ayant une certaine compréhension de ce que pourrait devenir la cryptomonnaie et une industrie cryptographique.

Cela a permis à l'auteur de publier son second livre, intitulé Diamond Age, dans lequel le concept de metaverse a été approfondi plus avant. Celui-ci présentait notamment un réseau global, avec des paiements anonymes permettant aux habitants de véritablement vivre dans le metaverse.

Un chantier utopique loin d'être achevé

Pour faire de son invention littéraire une réalité, Neal Stephenson s'est associé à Peter Vessenes, également co-fondateur de la Bitcoin Foundation et pionnier de la crypto-monnaie.

Celui-ci a ainsi expliqué que Lamina1 est un metaverse ouvert fondé sur la blockchain. Il devrait offrir toutes les infrastructures nécessaires afin de permettre aux créateurs de le construire en toute liberté.

Vessenes explique que les metaverses tels qu'on les connaît aujourd'hui ne favorisent pas le travail créatif dans ces derniers. Toutes les créations sont en effet données aux sociétés ayant créé leur metaverse, en échange de simples « J'aime » sur les réseaux sociaux.

Un Metaverse basé sur la blockchain, et donc sur une structure décentralisée, permettrait ainsi, de manière utopique, de récompenser les artistes à la juste valeur de leur travail. Selon Vessenes, Web3 et Lamina1 pourraient être une solution pour combattre les inégalités de l'écosystème Web2.

Ce projet sur le papier prometteur est cependant encore loin d'être terminé. Lamina1 en est encore à une phase très précoce du développement, même si les créateurs intéressés peuvent déjà venir y travailler.

Pour en apprendre plus sur Lamina1, rendez-vous sur son site officiel, cité en source ci-dessous.

Source : Lamina1

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
5
xryl
de récompenser les artistes à la juste valeur de leur travail.<br /> Cette phrase à la fois toute anodine et utopique est actuellement l’un des plus gros problème de la société humaine. Quelle est la valeur juste du travail non nécessaire à la survie ? Le beau ? Le choquant ?<br /> Franchement, si c’est pour faire une solution à la Youtube (attention procès d’intention), c’est à dire une sorte de tarif au clic, à la vue, ou aux nombres d’abonnés, et donc une sélection pour la quantité et non la qualité (l’artiste industriel, c’est à dire l’artisan), c’est mort né.<br /> Je demande à voir. J’ai beaucoup de respect pour cet auteur, mais la culture américaine n’a jamais montré une « juste valorisation » des artistes et de leur art préférant valoriser l’exploitation et le marketing des artistes. J’espère que Stephenson saura s’échapper des écueils de sa culture.
pecore
L’association du « papa » officieux du métaverse est avant tout publicitaire. Certes, pour faire ses excellents livres il a réfléchi à la question, mais comme des millions d’autres personnes depuis. Son apport réels ne pourra donc être que symbolique.<br /> Quant aux projets utopiques, la cryptosphère en contient déjà bien suffisamment, à commencer par le premier d’entre eux : le Bitcoin, supposé remplacer toutes les monnaies FIAT .<br /> Mais ce monde n’est pas fait pour les utopies alors les créateurs de projets crypto, métaverse et autres devraient arrêter de rêver et commencer à se colleter un peu avec la réalité s’ils ne veulent pas voir leur travail finir en terra-luna.
Drifter35
Tous les fans de SF, de metaverse et de VR se doivent de lire « Snow Crash », chef-d’œuvre qui fait passer « Ready Player One » pour une historiette pour ados.
Drifter35
Un Metaverse basé sur la très energivore blockchain, c’est vraiment le truc dont on a besoin, au moment ou on va tous crever de chaud et de faim à cause du réchauffement climatique…
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Apple : on sait (peut-être) quand le casque de réalité mixte sera annoncé !
D'impressionnantes peintures de guerre réalisées par IA pour soutenir l’Ukraine
Pour une IA responsable, Microsoft restreint la reconnaissance faciale
Voici Jetson ONE, le premier eVTOL volant à une place qui vole vraiment (Vidéo)
Une IA pour compter les moutons, on n’arrête pas le progrès
Vous pouvez désormais manger vos impressions 3D, grâce à la Pâtisserie Numérique
La Magie et la Tech font bon ménage, la preuve en images à VivaTech
Knext, le robot barista de demain qui fait saliver tout VivaTech
Vers des robots plus humains : des scientifiques japonais mettent au point une peau presque humaine et auto-réparable
Google licencie un ingénieur après sa discussion troublante avec une IA : elle avait peur d'être débranchée
Haut de page