Les nouveaux "réfugiés du Bitcoin" chassés de Chine fuient vers… le Texas

07 septembre 2021 à 19h15
24

Au XXIe siècle, le Texas devient une terre d’accueil… pour mineurs professionnels.

Depuis mai, la Chine mène une guerre contre le minage de crypto-monnaies sur son territoire. Les décisions prises par Pékin poussent certains mineurs à s’exiler. Selon un article publié par BBC News, l’État du Texas serait en passe de devenir le nouvel eldorado des mineurs.

La grande migration minière

Quelques heures seulement après l’annonce des mesures de restriction par le gouvernement chinois, Kevin Pan et Alejandro De La Torres, respectivement P.-D.G. et vice-président de Poolin, une importante société de minage de crypto-monnaies, quittaient le pays. Si certains mineurs professionnels se réfugient dans des contrées proches, en Russie ou au Kazakhstan, les deux compères ont choisi de se rendre de l’autre côté du Pacifique pour poser leurs valises – et leurs ASICs – à Austin, Texas.

Alejandro De La Torres explique : « Nous avons dû trouver un nouvel emplacement pour les machines [de minage de bitcoins]. Parce que chaque minute où la machine n'est pas allumée, elle ne rapporte pas d'argent. » À propos des mesures prises par le gouvernement chinois ciblant les activités de sa société, il estime que « ce qui nous est arrivé en Chine n'arrivera pas aux États-Unis ».

L’avenir lui donnera raison ou tort, mais en effet, de nos jours, les mineurs professionnels sont accueillis à bras ouverts dans l’État, en premier lieu par son gouverneur Greg Abbott. En juin, celui-ci avait publié un tweet arguant que le Texas deviendrait « le leader des crypto-monnaies ». Une annonce suivie d’effets, puisque depuis le 1er septembre, le Texas est devenu le deuxième État américain, après le Wyoming, à reconnaître les crypto-monnaies dans son droit commercial.

Une électricité bon marché et la mentalité « texane »

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles le Texas se pose en terre d’accueil pour les réfugiés des crypto-monnaies. Comme rapporté ci-dessus, l’une est la bienveillance du gouverneur et l’instauration d’un cadre légal. Un autre élément, et non des moindres, est relatif à l’électricité.

Nous ne vous apprenons rien, l’industrie minière est gourmande en énergie. Or, le Texas est à la fois le premier consommateur et le premier producteur d'énergie aux États-Unis. Selon les informations de sa page Wikipédia , il produit d’ailleurs deux fois plus d'énergie que le numéro deux, la Floride.

Concernant plus précisément l’électricité, son marché est en très grande partie déréglementé depuis 2002 et son réseau électrique est quasiment indépendant. De fait, le prix de l’électricité au Texas est l’un des plus bas au monde. Toutefois, l’isolement de son réseau est à double tranchant : s'il lui permet d'échapper à la tutelle du régulateur fédéral, il l’empêche d'échanger de l'électricité avec d'autres États. Cette autarcie a notamment aggravé la portée de la vague de froid de février 2021 qui a entraîné la mort d'environ 200 personnes.

En conséquence, certains analystes estiment que l’implantation de fermes minières risque d’avoir des répercussions néfastes sur l’approvisionnement en électricité des habitants lors d’épisodes météorologiques semblables à celui de février.

Enfin, la dernière raison n’est pas économique, mais plutôt liée à des valeurs morales : « Les Texans prennent leur liberté et leurs droits très au sérieux, et nous aussi, les bitcoiners », prétend Alejandro De La Torres.

En revanche, les exilés doivent s’accommoder d’une main-d’œuvre moins malléable qu’en Chine et de délais de constructions nettement plus longs : alors qu’une ferme de minage peut être bâtie en à peine 5 mois en Chine, il faudrait jusqu’à 1 an et demi dans le pays de l’Oncle Sam, d’après Kevin Pan.

Une aubaine pour les USA ?

Outre Poolin, d’autres entreprises chinoises voient dans le Texas une terre d’opportunités. C’est par exemple le cas de BIT Mining, une firme de Shenzhen qui va investir 26 millions de dollars pour construire un centre de données dans l'État, ou de Bitmain, une société située à Pékin et qui possède des installations dans la petite ville de Rockdale, 5 600 âmes, où se trouvait autrefois l’une des plus grandes usines d’aluminium.

Ainsi, la répression menée par la Chine à l’encontre des mineurs pourrait se transformer en aubaine pour les États-Unis.

Kevin Desouza, professeur de commerce à l'université technologique du Queensland, déclare : « La migration profite aux États-Unis en matière d'acquisition de talents et de développement d’un "écosystème" d'innovations. »

Revers de la médaille, tout ceci pourrait exposer le secteur de l’énergie à de nouvelles menaces. Au Texas justement, une loi visant à empêcher des « acteurs étrangers hostiles » d’accéder à certaines infrastructures, dont le réseau électrique, a été promulguée. La BBC rapporte qu’elle ciblerait officieusement le projet d’un milliardaire chinois qui envisage de construire un parc éolien dans l’État : une couverture pour espionner, voire carrément pirater le réseau électrique, aux dires de certains.

Sources : BBC News

Modifié le 08/09/2021 à 17h05
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
24
19
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Pour le régulateur US, les cryptos ne sont pas une monnaie pérenne et les stablecoins sont des jetons de casino
Pokmi, une plateforme NFT de contenu pour adultes française lève 9 millions d’euros
Marvel et DC interdisent aux créateurs de vendre librement des NFT de leurs œuvres
La plateforme FTX lance sa marketplace de NFT et en vend (cher) un (moche) de son cru
MS Satoshi : 3 hommes et 1 bateau, ou l’utopie flottante au pays des crypto-monnaies
Les services de prêt de crypto entre particuliers dans le viseur du régulateur américain ?
Après le Salvador, au tour du Panama d'envisager de donner cours légal au bitcoin
L'impact écologique de l'exploitation du Bitcoin à nouveau pointé du doigt
Le Bitcoin (BTC) devient une monnaie officielle au Salvador (mais les Salvadoriens sont sceptiques)
NFT : un faux Banksy vendu 300 000$ en ETH... puis remboursé par l’arnaqueur
Haut de page