29 Etats signent la Convention internationale contre la cybercrimalité

Par
Le 23 novembre 2001
 0

29 Etats s’apprêtent à signer la Convention internationale de lutte contre la cybercrimalité à Budapest en Hongrie.

29 Etats s'apprêtent à signer la Convention internationale de lutte contre la cybercrimalité à Budapest en Hongrie.

La cérémonie de signature de la convention internationale contre la cybercriminalité s'est ouverte vendredi en Hongrie à Budapest.

29 Etats, les membres du Conseil de l'Europe et leurs partenaires associés à la rédaction du texte, les Etats-Unis, le Canada, le Japon, signent ce texte pionnier dont l'objectif est de limiter l'activité criminelle sur Internet.

A savoir : le piratage de logiciels, les escroqueries à la carte bancaire, la propagation de virus informatiques, les sites xénophobes appelant à la violence, la pornographie enfantine en ligne, et bien sur le cyberterrorisme...

Le piratage des logiciels aurait entraîné un manque à gagner, en un an, de 991 millions de dollars de recettes fiscales pour les seuls Etats-Unis.

Les escroqueries à la carte de crédit auraient rapporté 400 millions de dollars à leurs auteurs en 1999, selon des estimations citées par le Conseil de l'Europe.

Les dégâts causés par des virus informatiques ont été chiffrés à près de 12 milliards de dollars.

Selon l'UNICEF, la pornographie mettant en scène des enfants génèrerait de 2 à 3 milliards de dollars de chiffre d'affaires par an aux Etats-Unis.

Par ailleurs, 4 000 sites "haineux", xénophobes ou néonazis, ont été dénombrés en 2001 sur Internet, dont 2 500 aux Etats-Unis, selon le Conseil de l'Europe.

Quant au cyberterrorisme, il est redouté par tous depuis les attaques du 11 septembre dernier sur les Etats-Unis.

L'extension du terrorisme est "sans précédent", il est devenu une menace gravissime pour l'humanité", affirmait le secrétaire général adjoint du Conseil de l'Europe Hans Christian KRUGER à l'ouverture de la cérémonie.

Néanmoins, ajoutait M.KRUGER : "Toute action engagée contre le terrorisme doit être pleinement compatible avec les impératifs de la démocratie, des droits de l'Homme et de la prééminence du droit."
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top