Test BenQ V6050 : un projecteur TV Laser 4K pour remplacer votre téléviseur ?

David Nogueira
Spécialiste automobile
13 juin 2021 à 12h24
1
BenQ V6050 © David Nogueira
BenQ V6050 - D. Nogueira pour Clubic

Ce vidéoprojecteur à haute luminosité serait un compagnon idéal pour la diffusion de tous vos contenus, de jour comme dans la pénombre d'une pièce aménagée façon « salle de cinéma à la maison ». La réalité est-elle à la hauteur de nos attentes ?

BenQ V6050
  • La qualité de l'image perçue
  • La qualité audio
  • La télécommande rétro éclairée
  • Le design soignée
  • Pas de système d'exploitation connecté
  • La connectique un peu minimaliste
  • L'effet de saccade sur les contenus 24p
  • Le bruit des ventilateurs

À l’approche de l’Euro de football, vous avez sans doute envisagé de multiples solutions pour regarder vos matchs en grand… très, très grand. Les vidéoprojecteurs sont l’une de ces solutions et le BenQ V6050 testé ici lève une contrainte de taille : la complexité de l’installation. En effet, il est question d’un modèle à ultra courte focale, qui s’installe à une vingtaine de centimètres du mur pour produire une image de 100 pouces de diagonale environ. Mais ce n’est pas le seul atout de cet appareil, aussi appelé « TV laser », puisque sa plateforme combine un éclairage laser dont la durée de vie est annoncée à 20 000 h et une puce DLP capable de produire une image 4K par wobulation. De quoi répondre en principe aux attentes des cinéphilesr.

BenQ V6050 : les caractéristiques techniques

Outre son dispositif d’éclairage laser et son ultra courte focale, le V6050 a d'autres atouts à faire valoir tels que son système audio embarqué, sa conception de qualité et, bien sûr, sa qualité d’image Ultra HD. Voici les caractéristiques techniques de ce produit proposé à 3 690 € par le constructeur taïwanais.

Fiche technique BenQ V6050

Caractéristiques techniques

Type de puce
Texas Instrument DLP 0.47 pouce
Consommation annoncée
375W
Consommation en veille
0.5W

Connectiques

Entrées vidéo
HDMI 2.0 (x2)
Sorties audio
Audio numérique S/PDIF Optique
Connecteur(s) additionnels
USB Type A (x3)

Connectivité

Wi-Fi
Non
Bluetooth
Non
Ethernet
Non

Projection

Technologie de projection
DLP
Résolution native
1920 x 1080 pixels
Résolution d’affichage
3840 x 2160 pixels
Luminosité
3000 ANSI Lumens
Durée de vie de l'éclairage
20,000h
Taux de contraste dynamique
3000000:1
Norme HDR
HDR10
Bruit annoncé
34dB
Lens shift horizontale
Non
Lens shift verticale
Non
Correction trapézoïdale horizontale
+/- 30 degrés
Correction trapézoïdale verticale
+/- 30 degrés

Caractéristiques physiques

Hauteur
16m
Largeur
38.5m
Profondeur
50m
Poids
10kg
Haut-parleurs
2 x 5 watts

Design et ergonomie : un rien futuriste, vraiment élégant

La réputation de BenQ n’est plus à faire sur le marché de la vidéoprojection grand public. Dès lors, il se devait de proposer un produit raccord avec les attentes des consommateurs disposés à payer près de 3700 euros pour leur « TV laser ». Cela passe par quelques petits trucs en plus, d’abord du côté de l'ergonomie du produit.

BenQ V6050 © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

Si vous êtes plutôt sensibles aux designs en rondeur, peut-être un peu plus « passe partout », à la manière des The Première de Samsung ou encore du VA-LT002 de Vava , ce BenQ V6050 risque de ne pas vous attirer au premier abord. En effet, ce modèle adopte un format très rectangulaire et plutôt massif.

BenQ V6050 © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

Il mesure 50 x 38,5 x 16 cm (pour un poids de 10 kg), ce qui limitera la possibilité de l’installer sur un petit meuble. Celui-ci devra au moins faire 60 cm de profondeur pour profiter d’une image d’au moins 100 pouces.
On remarque que BenQ a voulu apporter une forme de modernité dans son design avec des flancs travaillés, en relief, plutôt séduisants. Ceux-ci renferment le système de refroidissement qui, précisons-le au passage, ne fait pas partie des plus silencieux que nous ayons testés. La piste audio de vos contenus couvrira le bruit dans la plupart des situations - la soufflerie est audible pendant les scènes calme des films. Le constructeur a visiblement préféré dimensionner le refroidissement en conséquence de la luminosité de 3 000 ANSI Lumens annoncée.
Reste que nous avons mesuré environ 40 dB à 2,5 mètres de l'appareil, ce qui devrait correspondre environ à la distance laquelle vous regarderez vos programmes sur cet écran géant.

BenQ V6050 © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

L’imposante façade est, comme souvent sur ce format d’appareil, recouverte d’un tissu acoustique assez élégant et parfaitement ajusté. Dans l’ensemble, le BenQ V6050 profite d’un assemblage de qualité.

BenQ V6050 © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

Mais la grande originalité de ce modèle n’est autre que la capot motorisé qui protège la lentille de projection. Il faut moins de 10 secondes à celle-ci pour coulisser et faire apparaître l'objectif. Une cinématique qui porte la mise en route du produit à 35 secondes au total, entre l’ouverture de la trappe et le démarrage du système. Comptez 15 secondes pour éteindre l'appareil.

On peut se poser des questions sur la durée de vie de ce mécanisme. Quoi qu’il en soit, il présente l’intérêt de protéger la lentille et de limiter l’accumulation de poussière dans cette cuvette.

BenQ V6050 © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

C’est également sous le capot coulissant qu’on trouve les capteurs anti-éblouissement. Lorsqu’ils détectent une forme, la puissance lumineuse est réduite pour ne pas créer de lésion aux yeux de l'utilisateur.

BenQ V6050 © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

La télécommande est, à l’image du vidéoprojecteur, plutôt massive. La chose n’est pas pour nous déplaire, car nous aimons ce genre de conception qui met tous les raccourcis essentiels à portée de clic. Autre excellent point, chacune des touches de la télécommande active le rétroéclairage.

BenQ V6050 © David Nogueira

Certains pourraient apprécier aussi la présence de petites toises amovibles permettant de positionner le vidéoprojecteur à la bonne distance en fonction de la taille d’image recherchée.

BenQ V6050 © David Nogueira

Une fois la vis de serrage débridée, ces réglettes (en métal, précisons-le) s’extraient de l’arrière du produit pour laisser apparaître quatre graduations : 80, 90, 100 et 120 pouces. Il y en a naturellement une de chaque côté du produit et les distances de recul associées sont de 12 cm, 17,5 cm, 22,2 cm et 33,2 cm.

BenQ V6050 © David Nogueira

Il faut ensuite ajouter la profondeur du vidéoprojecteur lui-même (39 cm environ) pour en déduire la profondeur du meuble nécessaire pour accueillir la bête. Par exemple, pour une image de 100 pouces, il vous faudra un meuble de 60 cm environ.

Les détails qui fâchent : la connectique et une partie du logiciel

De façon assez classique pour ce type d’appareil, la connectique est accessible à l’arrière pour ne pas être visible. Mais c’est là que nous sommes pour le moins contrariés : le V6050 ne dispose que de deux prises HDMI 2.0, ce qui limite grandement le nombre d’appareils pour vous pourrez y relier.

BenQ V6050 © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

L’essentiel des produits concurrents en propose au moins trois et, parfois même, intègre un tuner TNT, ce qui n’est pas le cas ici non plus. Du coup, il vous faudra y brancher votre box opérateur pour regarder vos programmes.

Il ne reste alors plus qu’une prise pour votre lecteur Blu-ray ou votre console de jeu. A moins que ce ne soit pour y brancher une solution telle qu’une Nvidia Shield TV , un Google ChromeCast ou encore un Fire TV Stick 4K d’Amazon . Il faudra au moins cela pour compléter le BenQ V6050 avec son système d’exploitation décevant lui aussi.

En effet, on regrette que le constructeur n'ait pas opté pour un OS type Android TV, ou a minima permis de profiter de ses applications Netflix, Amazon Prime Video, Molotov ou encore Disney+ sans avoir à passer par une solution externe. Dans notre cas, nous avons exploité ce produit avec une Nvidia Shield TV Pro, afin de profiter par ailleurs d’un lecteur de grande qualité, même si le format façon « grosse clé HDMI » de la Fire TV Stick 4K prend tout son sens dans le cadre d’une installation discrète.

BenQ V6050 © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

En revanche, si nous sommes déçus par l’absence d’un système d’exploitation qui aurait transformé ce TV laser en « smart projector », il faut bien reconnaître que l’expertise de BenQ se manifeste dans les multiples options disponibles. Les options de base sont déjà riches, avec quelques réglages pour l'image et le nécessaire pour corriger la géométrie de l'image si cela est nécessaire.

Le V6050 étant compatible HDR10, sitôt que du contenu dans ce format est visionné, tous les paramètres sont ajustés en conséquence. Reste que le mode HDR10 bloque l'accès aux paramètres avancés de colorimétrie.

BenQ V6050 © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

Pour autant, il est préférable de laisser l'activation du HDR en mode automatique, car forcer le mode SDR dégrade assez significativement la qualité.

BenQ V6050 © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

Tous les réglages ne présentent pas un impact bien distinct sur la qualité de l'image, mais les modes prédéfinis de température des couleurs sont efficaces. Par défaut, le V6050 est configuré selon le mode froid.

BenQ V6050 © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

Le V6050 propose d'autres menus plus détaillés. Les sous-menus de « Cinema Master » permettent notamment d'intervenir sur la technologie de wobulation en demandant à ce que l'intensité de cet « uspcalling » 4K soit plus ou moins importante. Par défaut, cette fonction est réglée sur le niveau 4 et le « motion enhancer » est désactivé. Il nous est toutefois arrivé de jouer sur ces options pour améliorer la fluidité de certains rendus. Mais comme toutes technologies du genre, mieux vaut y aller à tâtons avec ces réglages pour ne pas créer d'artefacts.

Rappelons brièvement que si les vidéoprojecteurs à ultra courte focale (UST, pour Ultra Short Throw) facilitent grandement l’installation côté câbles, l’installation d’une toile de projection ou la création d’un mur blanc reste indispensable. Autre précaution importante, si les vidéoprojecteurs classiques se contentent d’une toile plutôt abordable, les modèles à UST exigent une toile tendue et idéalement même une toile tendue dite technique (ALR, pour Ambient Light Rejecting). Celles-ci sont d’ailleurs souvent assez chères, mais elles permettent d’utiliser ces appareils dans des conditions optimales. Nos tests sont réalisés sur une Lumene Movie Palace UHD Extra Bright 240C mise à disposition par Sonvidéo.com .

Une image flatteuse, mais pas complètement dingue

Une fois encore, le confort d'utilisation et l'immersion proposés par un tel produit sont vraiment appréciables. Le fait que le vidéoprojecteur soit installé au pied du support de projection facilite l'utilisation et la vie au quotidien. Ensuite, côté qualité audio et vidéo, ce V6050 assure un joli spectacle… Malgré tout, on pourrait parfois en attendre un peu plus d'un appareil signé BenQ.

BenQ V6050 © David Nogueira
BenQ V6050

Du côté de l'audio, le constructeur a fait un travail intéressant. Même s'il faut parfois pousser le volume au-delà de 50% pour s'offrir quelques sensations, le résultat est étonnamment équilibré sur l'ensemble du spectre. Les basses sont certes assez modestes, mais au moins le fait que les graves ne soient pas trop appuyés permet de ne pas écraser le reste de la bande-son. Du coup, pour un système intégré de seulement 2 x 5 watts, il semble finalement assez polyvalent.

BenQ V6050 © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic

Concernant la vidéo, comme nous l'indiquions plus avant, il faut parfois jouer des options de traitement de l'image pour obtenir un rendu qui convient à certains contenus rapides. Et parfois, le V6050 s'avoue vaincu. C'est le cas à la lecture de vidéos en 24p où on peut très aisément constater un effet de Judder, ces petites saccades dans les mouvements qui rendent le visionnage peu agréable.

Un défaut qui se fait plus rare à la lecture des contenus via les services en ligne tels que Netflix, Youtube, Prime Video, Disney+, etc. Surtout si, comme nous, vous utilisez un boîtier externe tel que la Nvidia Shield TV.

BenQ V6050 © David Nogueira
D. Nogueira pour Clubic
BenQ V6050 © David Nogueira
BenQ V6050 © David Nogueira
BenQ V6050 © David Nogueira

Pour autant, le résultat n'est pas toujours parfait, voire même assez inégal. Alors qu'on apprécie certains modèles Laser 4K à ultra courte focale pour leur capacité à produire de belles images même dans une pièce éclairée, le V6050 exige plus d'obscurité pour vous mettre une claque visuelle.
Le cas échéant, les projections sont parfois superbes, les couleurs nous sautent aux yeux et les détails ressortent bien dans les scènes sombres de l'image.

BenQ V6050 © David Nogueira
BenQ V6050 © David Nogueira
BenQ V6050 © David Nogueira
BenQ V6050 © David Nogueira

C'est par moment même assez impressionnant, comme avec les contenus issus d'un Blu-ray de test. Les textures, la colorimétrie, la netteté… les prestations du V6050 sont étonnantes !

BenQ V6050 © David Nogueira
BenQ V6050 © David Nogueira
BenQ V6050 © David Nogueira
BenQ V6050 © David Nogueira

Dans les photos ci-dessus, on peut noter que le piqué est tenu sur l'intégralité de l'image. L'optique assure une homogénéité très appréciée. Et même s'il s'agit d'un flux Netflix, les scènes sont détaillées, l'uniformité dans l'aplat du ciel est bonne et, à l'inverse, la gestion de la luminosité plutôt douce pour ne pas surexposer (donc cramer) les détails. Ici, en mode HDR10, on peut même apprécier le rendu des tons chairs dans une scène pourtant sombre.

BenQ V6050 © David Nogueira
BenQ V6050 © David Nogueira

Evidemment, nous sommes aussi conscients que tout ceci est possible (notamment la production du noir) grâce à la qualité de notre toile technique dite ALR et le fait que nous soyons dans la pénombre totale.

BenQ V6050 © David Nogueira

C'est d'ailleurs l'un des points qui nous contrarie un peu, comme les saccades en 24p, ou encore cette impression, parfois, que l'image devient un peu « flat » avec certains contenus. Les détails semblent s'écraser et le piqué qu'on attend de cette solution à wobulation 4K, a fortiori en DLP, n'est pas satisfait par l'image que nous avons devant les yeux.

Résultats des mesures

Outre notre analyse subjective de l'image, nous avons soumis le V6050 à nos outils de mesures. Le logiciel Calman Business de Portrait display d'une part et l'œil de notre sonde Xrite i1 Display Pro Plus.

BenQ V6050 © David Nogueira
mesure REC.709 en mode cinéma

Ci-dessus, les mesures réalisées en mode cinéma, avec la température de couleurs en « normal », permettent de relever un Delta E 2000 moyen de 5.4, ce qui, pour un vidéoprojecteur, n'est pas un mauvais résultat. C'est sûr, comparé à une télé… c'est autre chose. Pour produire des images dynamiques, les couleurs sont parfois saturées et cela se ressent sur les mesures. Nous sommes en revanche impressionnés par la production du noir pour lequel le Delta E est très faible.

BenQ V6050 © David Nogueira

Nous sommes toutefois loin de la perfection annoncée par BenQ, qui précise sur son site que ses produits sont calibrés en usine pour obtenir une colorimétrie parfaite en REC.709. Toujours en mode « cinéma normal », notre sonde relève une température des couleurs proche de la perfection avec du 6486K, un Gamma proche là aussi de la valeur idéale de 2.2 et une couverture de l'espace colorimétrique REC.709 assurée à 97%.

C'est la configuration que nous vous recommandons pour une utilisation quotidienne. Vous pourrez également définir la température des couleurs en mode chaud, si vous le souhaitez, ce qui ne changera quasiment rien à ces mesures, assez étrangement d'ailleurs. En mode froid en revanche, le bleu est boosté et la température moyenne monte à 7128K.

BenQ V6050 © David Nogueira
taux de contraste mode cinéma
BenQ V6050 © David Nogueira
taux de contraste mode salon

Pour les projections où vous aurez besoin de plus de luminosité, vous pourrez vous en remettre au mode salon. Attention toutefois, les couleurs sous celui-ci sont moins justes. Le Delta E est mesuré à 8.2 avec des teintes plus saturées encore.

En revanche, cela profite à la luminosité, mais aussi au taux de contraste qui passe de 993:1 à 1101:1. La luminosité évolue de 63,6 à 70,3 cd/m². De modestes mesures, qui confirment notre propos sur la luminosité perçue de l'appareil.

BenQ V6050d © David Nogueira
mesure HDR BenQ V6050

En mode HDR, sous l'espace colorimétrique DCI-P3, le Delta E 2000 moyen est, sans surprise, moins bon. Nous l'avons mesuré à 7,93 ce qui pour un vidéoprojecteur ne fait pas de ce V6050 un très mauvais élève… mais il n'en fait pas un modèle bien calibré pour autant. On peut surtout remarquer qu'en HDR, la gestion de la montée en luminosité est très lissée et cela pénalise notamment l'échelle de gris. Les courbes de mesures EOTF et luminance sont assez loin des courbes de référence, ce qui explique l'image douce perçue à l'œil, mais parfois aussi cette impression que les détails sont écrasés et que l'électronique peine à mettre les contenus HDR en valeur.

Enfin, la couverture de l'espace colorimétrique DCI-P3 est assurée à près de 75%, mais là encore la fidélité reste largement perfectible. D'ailleurs, si nous ne sommes pas équipés pour réaliser une calibration parfaite du produit, il faut reconnaître qu'on trouve dans les options tout ce qu'il faut pour améliorer la colorimétrie du produit. Si vous êtes client, vous pourriez y penser, car tout sera grandement amélioré du côté des contrastes, de la luminosité et du piqué de l'image.

BenQ V6050

8

Avec le V6050, BenQ réalise un vidéoprojecteur à ultra courte focale séduisant par son design, sa télécommande rétroéclairée, sa qualité audio, mais aussi et surtout par son image douce et agréable. En contrepartie, on peut regretter parfois la sensation d'un léger manque de peps et une gestion pas toujours parfaite du HDR.

Les plus

  • La qualité de l'image perçue
  • La qualité audio
  • La télécommande rétro éclairée
  • Le design soignée

Les moins

  • Pas de système d'exploitation connecté
  • La connectique un peu minimaliste
  • L'effet de saccade sur les contenus 24p
  • Le bruit des ventilateurs

Qualité vidéo 8

Qualité audio 9

Ergonomie matérielle 9

Ergonomie logicielle 7

Connectivité 7

Modifié le 18/06/2021 à 15h30
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Shure présente son kit tout-en-un MV7, pensé pour le podcast et le streaming
OnePlus dévoile ses Buds Pro, des écouteurs avec ANC et support du son 3D à moins de 150€
Sony présente les ensembles premium HT-A9 et HT-A7000, tout pour un son 3D dans le salon
LG dévoile Eclair, la barre de son Dolby Atmos la plus compacte du marché
Un nouveau casque QC45 par Bose ? C'est ce que confirme cette certification de la FCC
OnePlus dévoilera ses Buds Pro en même temps que le Nord 2, le 22 juillet
Yamaha TW-E3B : des intras à emmener partout grâce à leur format ultra compact
Yamaha YH-L700A : un casque pour profiter de vos musiques 3D et bien plus encore
Des drones et du machine learning pour trouver les impacts de météorites encore inconnus
Razer dévoile le Barracuda X, un casque gaming conçu pour être le plus léger et polyvalent possible
Haut de page