Les revenus des opérateurs ont baissé pour la première fois, au troisième trimestre 2018

le 14 janvier 2019 à 09h01
0
Opérateurs

Selon l'Arcep, les opérateurs ont vu leurs revenus reculer pour la première fois au troisième trimestre 2018, après un premier semestre correct. Les abonnements en fibre optique ont par ailleurs été largement privilégiés sur le très haut débit.

L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) a publié, jeudi, sa grande synthèse trimestrielle sur le marché des opérateurs de télécommunications français, et celle de 2018 livre des enseignements aussi intéressants qu'inhabituels. Au troisième trimestre 2018, et pour la première fois, le revenu des opérateurs sur le marché final, qui a atteint 8,9 milliards d'euros, a diminué de 1,3%.

Le très haut débit gagne du terrain sur le haut débit


La forte baisse des services fixes (-1,7% en 2018) a en partie nourri cette baisse générale, puisque ces derniers constituent la moitié des revenus des opérateurs. Le revenu des terminaux mobiles (-3,3%), lui, est en perdition, tout comme celui des services à valeur ajoutée (-16,4%). Seuls les services mobiles (+1,1%) sont en hausse.

revenus arcep 2018.gif
Source : Arcep

S'agissant de la relation entre les opérateurs et les Français, trois abonnements internet à très haut débit sur quatre ont été souscrits en fibre optique de bout en bout sur ce troisième trimestre 2018. Aujourd'hui, la France compte 28,9 millions d'abonnés en haut et très haut débit confondus, dont 8,4 millions pour le THD seul, soit 1 abonné sur 3 et 1,9 million de plus qu'il y a un an, et 6 millions de plus par rapport à 2014. Les abonnés en haut débit, eux, diminue de façon très régulière depuis plusieurs années. Alors qu'ils étaient 23 millions au premier trimestre 2014, ils n'étaient plus que 20,6 millions au troisième trimestre 2018.

ARCEP France HD THD t318.png
Source : Arcep




Les appels et les SMS délaissés au profit de la data


Sur le mobile, 46,4 millions de clients sont actifs sur les réseaux 4G. Cependant, si la progression de la consommation moyenne de data progresse (+32,5% au T3 2018), cette hausse se ralentit, puisqu'elle était deux fois plus importante en 2017.

L'Arcep note que, concernant les appels vocaux, ceux-ci sont globalement à la baisse (1h59 par ligne, -16 minutes sur le fixe et 3h10 par carte SIM, +2 minutes sur le mobile). De manière générale, la discussion (voix et SMS) se fait de moins en moins via les outils traditionnels des téléphones portables mais via des applications comme Messenger, Telegram, Signal ou WhatsApp. Et le nombre de SMS envoyés s'en ressent : celui-ci a chuté de 5% sur un an en tombant à 42,6 milliards au troisième trimestre 2018. Définitivement, les temps changent.

Modifié le 14/01/2019 à 09h11
Mots-clés :
Opérateurs
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

General Motors envisage... un Hummer 100% électrique
Les vélos et trottinettes électriques bientôt légales dans l'état de New York
Radar 360° et caméra arrière, Damon pousse l'innovation sur ses motos électriques
Dr.Mario World arrive le 10 juillet sur iOS et Android
Volkswagen garantira les batteries de l'ID.3 pendant 8 ans : une première
Selon Kuo, Apple proposerait à nouveau un smartphone compact en 2020
RCS : le successeur du SMS arrive et c'est Google qui s'en charge
Salon du Bourget - Drones : Dassault et XSun présentent un prototype autonome à alimentation solaire
Test du Jabra Elite 85h : un casque Bluetooth performant dans tous les domaines
Libra : ce qu'il faut savoir sur la cryptomonnaie annoncée de Facebook
scroll top