7 clients mail pour mieux gérer vos courriers

05 novembre 2020 à 13h00
34

Si les messageries en ligne ne cessent de s’enrichir depuis une dizaine d'années, les logiciels de gestion de courriers électroniques n'ont pas dit leur dernier mot. Plusieurs sociétés rivalisent d'ingéniosité pour développer toujours plus de fonctionnalités. L'objectif de chacun : proposer une interface plus agréable tout en y implémentant des outils de productivité.

Des applications qui ont su évoluer avec leur temps

Nous passons ici en revue les applications les plus populaires. Toutes sont disponibles gratuitement mais leurs possibilités sont généralement décuplées avec un achat de licence ou un abonnement. Ces logiciels se destinent à la fois à l'ensemble des utilisateurs mais présentent également des fonctionnalités plus avancées pour un usage professionnel.

Thunderbird

On commence cette sélection par l'un des logiciels qui ne vous est sans doute pas étranger : Mozilla Thunderbird.

Thunderbird, c’est effectivement un classique. Toutefois, si Mozilla a bien failli jeter l’éponge sur ce projet libre et open source, les développeurs se sont mobilisés pour continuer son développement. En 2017, les choses évoluent avec une nouvelle version majeure. Le logiciel arborait alors une toute nouvelle interface et de nouveaux fondements en matière de sécurité. De fait, Thunderbird constitue encore aujourd’hui un logiciel bien concurrentiel.

Un logiciel modulable

Depuis sa création, l’une des forces majeures de Thunderbird est d’avoir calqué son modèle sur celui du navigateur Firefox avec la possibilité d'ajouter des extensions pour enrichir ses fonctionnalités. On en compte des dizaines avec en prime une vaste sélection de thèmes. Point intéressant, et autre influence de Firefox : il est possible d'ouvrir plusieurs messages sous la forme d'onglets.

Parmi les extensions populaires de Thunderbird notons Lightning Calendar. Comme son nom l'indique, il permet de rajouter un agenda au gestionnaire de courriers et de proposer ainsi une alternative au logiciel tout-en-un Microsoft Outlook. De son côté l'extension Large Files Management permet de partager des fichiers volumineux. Nous retrouvons également une extension assurant la prise en charge de Microsoft Exchange ActiveSync ou encore des correcteurs orthographiques.

Thunderbird peut donc être à la fois simple ou très complexe selon vos besoins.

Les spécificités de Thunderbird

La recherche au sein de Thunderbird est particulièrement intéressante. Plus précisément, on retrouve deux types de recherche. La première est en fait une option de tri à la volée. Il suffit de saisir les premières lettres d’un mot pour voir des résultats s’afficher instantanément. C’est typiquement le genre de requêtes effectuées pour un email reçu quelques jours plus tôt. La barre d’outils de filtres rapides permet aussi de faire ressortir immédiatement les courriers non lus, ceux qui ont été épinglés ou ceux classés au sein d’une étiquette particulière.

Mais Thunderbird dispose d’un moteur de recherche plus évolué capable cette fois de passer en revue non seulement la base de données entière des emails mais aussi celle des conversations instantanées. Les résultats sont affichés dans un nouvel onglet, ce qui permet de les conserver.

Un accent sur la vie privée

Puisqu’il s’agit d’un logiciel open source, Thunderbird voit régulièrement son code passé au crible par les développeurs. Ce dernier est continuellement sécurisé et la moindre vulnérabilité est rapidement corrigée avant qu’elle ne soit exploitée par une personne malintentionnée.

Par ailleurs, Thunderbird intègre plusieurs fonctionnalités de sécurité. Pour éviter une attaque via un fichier JPG vérolé, les images présentes au sein des messages sont par exemple bloquées par défaut.

Outre un filtre antispam qui se perfectionne au fur et à mesure que vous triez vos messages, le logiciel embarque un dispositif de protection contre l’hameçonnage en repérant les messages suspects.

Enfin plusieurs extensions permettent d’intégrer le chiffrement OpenPGP. C’est par exemple le cas d’Enigmail. Les utilisateurs disposent ainsi d’un gestionnaire de clés publiques et privées.

Gratuit, modulable et sécurisé, Thunderbird a donc encore beaucoup d’arguments à revendre. Seule son interface, malgré la présence de thèmes, reste un peu trop vieillotte à notre goût.

Spark

Lancé en 2015 par la société Readdle, Spark est un client mail résolument moderne disponible sur macOS, iOS et Android. L'éditeur n'en est pas à son premier coup d'essai. Parmi ses autres applications, on retrouve PDF Expert, Scanner Pro ou encore le gestionnaire de fichiers et de téléchargements Documents.

Spark est disponible gratuitement et propose des offres premium ciblant les PME.

À la création d'un compte, Spark propose de configurer une messagerie sur Gmail, Outlook, Yahoo! Mail, iCloud mais également Microsoft Exchange ou Microsoft 365. Il est également possible de saisir les configurations IMAP/SMTP manuellement. Le protocole POP semble toutefois absent. Notons que si le compte email dispose d'un calendrier, par exemple Gmail, ce dernier sera également synchronisé (sauf pour les tâches).

Spark propose un mode d'affichage unifié lorsque plusieurs comptes sont configurés. Une option de tri automatique est également présente. Cela permet de mettre en avant les emails non lus ou ceux qui sont épinglés pour un traitement ultérieur. Spark est aussi en mesure de repérer les courriers envoyés par des newsletters pour les déclasser et donner davantage de visibilité aux mails classiques.

Spark se targue d'avoir un moteur de recherche particulièrement performant capable de comprendre les requêtes en langage naturel. Et dans les faits, il faut reconnaître qu'une recherche de type "photos de untel" ou "fichiers pdf de untel" retourne de bons résultats. Notons qu'il est également possible d'effectuer une recherche complexe et de la sauvegarder voire d'en créer un dossier "intelligent".

Sur Mac comme sur smartphone, Spark propose une fonctionnalité de report (Snooze), soit à un moment prédéfini soit en choisissant une date et une heure. Notons par ailleurs qu'il est possible de planifier un envoi ou d'obtenir un rappel lorsqu'un message envoyé n'a pas obtenu de réponse après un certain temps. Il s'agit donc de calquer les dernières nouveautés introduites au sein de Gmail.

Les spécificités de Spark

Mais Spark se distingue par des fonctionnalités particulièrement bien pensées. L'une d'entre elles permet de générer un lien vers une page Web à partir d'une conversation d'email. Dans sa version gratuite, n'importe qui en possession du lien peut retrouver cette conversation ainsi que les éventuelles pièce jointes hébergées sur le domaine app.spark.com. En mode premium, ce lien est protégé.

Toujours dans sa version gratuite, Spark propose de créer des brouillons d'email partagés entre deux utilisateurs (et pour un nombre illimité de participants en premium). Les éditions sont effectuées en temps réel. Le logiciel dispose par ailleurs d'un module de chat pour discuter du contenu d'un message. Là encore, la version gratuite est limitée à deux collaborateurs. Enfin le traitement d'un email peut être délégué à un membre de son équipe.

Spark inclut la possibilité de créer des modèles d'email (5 en version gratuite) avec du remplissage automatique ou des textes de substitution ainsi que plusieurs signatures qu'il sera possible de balayer de droite à gauche sur mobile.

Les intégrations

Spark fait usage des interfaces de programmation de plusieurs services afin d'enrichir son client. Une quinzaine en tout. On retrouve l'application Rappels d'Apple, Omnifocus, Onenote, Evernote, Trello, ou encore Zoom et Asana.

Mailbird

Mailbird est un client email pour Windows et... c'est tout. L'équipe explique sur son site qu'une version pour macOS sera "bientôt" disponible. Le logiciel est payant avec une période d'essai de 14 jours. Mailbird propose trois tarifs :
- Mailbird Personal à 2,42 euros par mois, mais facturé annuellement à 29 euros
- Mailbird Personal à 65 euros : une seule fois
- Mailbird Business à 3,75 euros par mois, mais facturé annuellement à 45 euros.

La baseline de Mailbird est claire : "Vous n'aimez pas Outlook ? Optez pour Mailbird !". Dans sa version Personal, le logiciel peut accueillir un nombre illimité de comptes. Notons toutefois que la prise en charge de Microsoft Exchange requiert Mailbird Business.

Mailbird se distingue tout d'abord par son interface très épurée, reprenant les codes de Metro UI sur Windows. Le look peut être personnalisé avec des thèmes de couleurs pour mieux s'intégrer au sein du système de Microsoft. Un thème sombre est aussi de la partie.

Côté fonctionnalités, nous retrouvons une boîte de réception unifiée lorsque plusieurs comptes sont configurés. Soulignons par ailleurs la possibilité de retrouver au sein d'une même interface ses contacts enregistrés sur différents comptes. Enfin cette alternative supposée à Outlook ne serait pas complète sans l'intégration d'un calendrier. Notons cependant qu'il s'agit d'un agenda natif en local qui ne peut être synchronisé avec un service tiers tels que Google par exemple. En plus de proposer des raccourcis de clavier et des sons de notifications personnalisés, Mailbird dispose d'un moteur de recherche capable de scanner les pièces jointes.

Les spécificités de Mailbird

Mailbird met en avant la rapidité de son client mail qui va de paire avec son interface très sobre. Mais la société pousse le concept un peu plus loin avec l'option Speed Reading. Mailbird explique qu'en moyenne, un adulte lit entre 200 et 300 mots par minute. Pour accélérer le processus, le mode Speed Reading présente chacun des mots de l'email en gros à l'écran très rapidement afin de forcer le cerveau à accélérer le processus de lecture et à "digérer" plus rapidement le contenu du message.

Peut-être certains se souviennent-ils de l'extension Rapportive pour Gmail qui recherchait des informations sur Linkedin pour un contact donné. Le principe est ici directement intégré à Mailbird.

Les intégrations

Mailbird peut accueillir des applications tierces, principalement parce que son interface repose sur un moteur de rendu Web. À défaut de pouvoir intégrer Google Calendar directement dans le calendrier natif, il sera possible de l'ouvrir aux côtés de sa liste de dossiers, au sein du volet de lecture.

Sur le même principe, l'application peut ouvrir Twitter, Slack, WhatsApp ou encore Evernote, Dropbox ou Facebook. Le concept s'apparente aux intégrations de services web dans la barre latérale du navigateur Opera Software.

Mailspring

D'entrée de jeu Mailspring affiche clairement ses ambitions ; concurrencer frontalement l'application Newton. Le logiciel Mailspring est issu des travaux portés sur Nylas Mail, un client open source dont le développement a été stoppé en septembre 2017. L'objectif était de moderniser Nylas Mail et de l'optimiser. Une grosse partie du code a été ré-écrite et le client consommerait désormais deux fois moins de mémoire vive. Aujourd'hui le logiciel est disponible sur Windows, macOS et Linux.

Mailspring propose des configurations automatiques pour les services Gmail, iCloud, Outlook.com et Yahoo! Notons également prise en charge d'Office 365 et le support plus général du protocole IMAP. L'interface est compatible avec les écrans tactiles et présente une boite unifiée si vous paramétrez plusieurs adresses. Il est également possible de changer l'apparence du logiciel via une sélection de thèmes. Notons que l'application a été traduite en 60 langues et le Français est bien évidemment de la partie.

Les spécificités de Mailspring

Mailspring met en avant son moteur de recherche lequel permettrait d'effectuer des requêtes complexes très rapidement. Ici, il ne s'agit pas de langage naturel mais d'utiliser des opérateurs booléens, à la manière de Gmail. D'ailleurs, l'éditeur a repris les mêmes préfixes (in:[nomdudossier], is:unread, has:attachment...).

Notons également un éditeur avancé de signatures en mode WYSIWYG. L'utilisateur peut choisir un modèle prédéfini ou opter directement pour le format HTML. Il est possible de charger une image, d'éditer les couleurs et de configurer la signature par défaut.

Un autre point intéressant de Mailspring est l'intégration d'un service de traduction. Lorsque l'utilisateur rédige son message en Français, le logiciel peut le traduire en Anglais, en Espagnol, en Russe, en Chinois simplifié ou en Allemand. Bien entendu, un message reçu dans l'une de ces langues pourra également être traduit.

Les plus de MailSpring Pro

Dans sa version Pro, facturé à 8 dollars par mois, MailSpring retourne des informations détaillées sur les contacts. L'application récupère les liens des profils communautaires, les informations publiques et la liste des échanges avec cette personne. Le dispositif est également appliqué à la société pour laquelle travaille ce contact.

Quelques fonctionnalités disponibles gratuitement chez certains concurrents sont activées avec cette souscription. C'est par exemple le cas de l'envoi différé d'un message ou la remise en avant d'un email envoyé qui n'a pas obtenu de réponse après un certain temps.

Outre la possibilité d'activer un accusé de réception, MailSpring Pro propose un outil de tracking permettant de déterminer si un lien ajouté à un email envoyé a été cliqué. Cela concerne plutôt les campagnes marketing pour lesquelles il est judicieux d'optimiser le taux de clics en repositionnant le lien dans le corps du message.

Enfin la version pro permet de prédéfinir des modèles d'email en utilisant un jeu de variables.

Postbox

PostBox est issu des travaux de Mozilla. Le logiciel, disponible sur macOS et Windows a en fait été fondé par d'anciens ingénieurs de Thunderbird. C'est donc naturellement qu'il embarque le moteur Gecko mais son interface et ses fonctionnalités sont résolument modernes.

Difficile de passer en revue toutes les options de PostBox tant elles sont nombreuses. L'application promet en tout cas toute une panoplie de raccourcis et d'actions notamment grâce à la Quick Bar qui accélère la composition des emails. Le dispositif s'apparente un peu à la barre d'actions du navigateur Vivaldi.

Les options de tri sont également intéressantes. Postbox dispose notamment d'un Focus Pane. Ce dernier permet de n'afficher que certains types de messages (ceux envoyés par une newsletter, par un contact, par les réseaux sociaux...).

Les spécificités de Postbox

Si les versions antérieures de l'application (avant Postbox 6.0) bénéficiaient d'une sélection d'extensions, ces dernières ont été retirées. L'éditeur explique vouloir intégrer ces fonctionnalités de manière native.

Postbox dispose d'un mode d'édition assez particulier. Pour un message reçu il est possible d'éditer ce dernier, par exemple pour le renommer dans la liste des messages. Mais surtout, il est possible d'accéder à la source HTML. Si vous avez reçu un email avec un modèle de mise en page intéressant, vous pouvez le reprendre et en modifier le contenu. Pour ce faire, Postbox a directement intégré l'éditeur de CodeMirror.

Parmi les autres petits plus de Postbox, notons la possibilité de redimensionner à la volée les images lourdes pouvant potentiellement être rejetées par le serveur mais aussi d'y appliquer certains effets (recadrage, ombrage...).

Le logiciel embarque également un système de partage de fichiers directement connecté à certains services de stockage en ligne : Box, Dropbox ou OneDrive.

Postbox est l'un des rares clients mail à prendre en charge le protocole OPenPGP pour le chiffrement des courriers. La technologie se base sur Enigmail. Par ailleurs, à l'instar de Thunderbird et d’Apple Mail, il est possible de connecter l'application Bridge de Protonmail (disponible pour les comptes Protonmail payants). Toujours en matière de confidentialité, PostBox est capable de repérer les emails disposant de trackers, par exemple via l'insertion d'un pixel.

Deux formes de souscriptions sont proposées pour Postbox. La première facturée 29 dollars, propose une licence annuelle. La seconde, à 49 dollars, débloque une licence à vie.

AirMail

Avec AirMail, la société Bloop s'est uniquement concentrée sur les systèmes d'Apple. Le gestionnaire de courriers est en effet exclusivement disponible sur macOS, iOS, iPadOS et watchOS. Parce qu'il se concentre sur l'écosystème d'Apple, la société se targue d'avoir implémenté la plupart des fonctionnalités disponibles en utilisant toutes les interfaces de programmation mises à disposition par la firme californienne.

AirMail offre les configurations classiques pour Gmail, Yahoo!, iCloud ou Outlook.com mais prend également en charge Microsoft Exchange et Office 365. Mentionnons au passage la possibilité de configurer un compte manuellement via IMAP ou POP3. Quand plusieurs comptes ont été configurés, l'application permet d'unifier les boîtes de réception mais aussi de gérer plus finement les comptes devant être séparés. Un tri automatique permet de filtrer les newsletters. Notons également la fonctionnalité Snooze pour remettre un email à plus tard ou la possibilité de différer l'envoi d'un message.

AirMail sur iPhone et iPad

AirMail est l'une des premières applications de messagerie à pouvoir être configurées par défaut sur iOS 14. C'est également l'une des premières à proposer l'un des widgets de nouvelle génération introduits avec la dernière version d'iOS. Outre la présence d'un mode sombre, nous retrouvons l'utilisation des notifications riches pour effectuer une action sur un message sans devoir ouvrir l'application.

AirMail peut s'intégrer au sein de la vue Today sur iOS mais aussi via le module de partage. D'ailleurs AirMail fonctionne avec plusieurs applications tierces telles que Dropbox, Evernote, OneDrive ou encore Fantastical, Omnifocus et Todoist. L’utilisateur sera en mesure de personnaliser les actions liées aux gestuelles mais aussi de sécuriser l'accès via Touch ID ou Face ID. Notons par ailleurs l'intégration de l'application Fichiers pour améliorer l'envoi de pièces jointes ainsi qu'une option permettant de pré-rédiger des modèles.

Bloop n'a également pas perdu de temps pour optimiser AirMail sur les iPad avec notamment la prise en charge des claviers - et donc des raccourcis. Le mode Split-Screen, permettant d'agencer AirMail aux côtés d'une autre application est également de la partie. C'est aussi le cas du stylet Apple Pencil qui autorise l'ajout d'un croquis au sein de la fenêtre de composition.

AirMail sur Mac

Sur macOS, AirMail dispose de quelques plugins pour étendre ses fonctionnalités avec par exemple la possibilité d'ajouter des accusés de réception ou de collecter les adresses email des courriers entrants. L'outil de mailing promotionnel MailChimp pourra d'ailleurs récupérer ces contacts. Notons aussi la présence du plugin GPG-PGP pour envoyer et recevoir des messages chiffrés avec une gestion des clés publiques et privées.

Sur le Mac, AirMail prend également en charge les Applescript, par exemple pour automatiser les envois. En outre les règles de filtres des messages seront synchronisées via iCloud sur différentes machines. Enfin la Touch Bar, présente sur certains MacBook, peut également recevoir des raccourcis d’actions personnalisés.

Pour finir, la smartwatch d'Apple n'est pas en reste puisqu'il est possible de personnaliser la nature des notifications qui s'y affichent ainsi que le créneau horaires durant lequel elles seront dispatchées. Sur l'Apple Watch, AirMail retourne d'ailleurs des alertes interactives auxquelles l'utilisateur pourra formuler une réponse vocale.

AirMail est disponible gratuitement mais de manière limitée (un seul compte, notamment). Pour disposer de l'ensemble de ces fonctionnalités, il faudra s'acquitter d'une souscription à 2,99 dollars par mois ou 9,99 dollars par an.

eM Client

Le dernier logiciel de cette sélection est eM Client, une application à destination des systèmes Windows et macOS qui se présente comme un gestionnaire complet de courriers électroniques. Toutefois le logiciel offre également le support de calendriers de contacts et de notes. eM Client se positionne donc plus véritablement face à Outlook. D'ailleurs, il est intéressant de noter qu'à l'instar du logiciel de Microsoft, chacune des sections dispose d'un onglet dédié au bas du panneau vertical de gauche.

L'interface d'eM Client est très épurée. voire minimaliste. L'utilisateur peut y configurer des comptes Google, iCloud, Exchange, Office 365, et bien entendu faire usage des protocoles POP et IMAP. Pour la gestion des agendas, eM Client peut accueillir un flux CalDAV, ainsi que le format iCal (y compris les calendriers de Facebook). Google et Exchange sont aussi présents et automatiquement synchronisés, tout comme les contacts. CardDav permettra sinon de récupérer un carnet d'adresses distant. Notons qu'eM Client et Thunderbird sont les seuls de cette sélection à proposer un service de chat compatible avec le protocole ouvert XMPP.

Un logiciel complet et bien pensé

eM Client coche beaucoup de cases en ce qui concerne la gestion des emails, qu'il s'agisse de différer l'envoi d'un message, de gérer les modèles de courriers, de créer des signatures ou de rechercher l'intégralité des pièces jointes.

Le logiciel prend nativement en charge le chiffrement PGP avec l'eM Keybook, son gestionnaire de clés publiques et privées. Notons également un module de traduction pour les emails reçus ainsi qu'avant leur envoi. eM Client est aussi en mesure de confirmer la réception et la lecture du message.

Le calendrier offre les fonctions principales à savoir une vue du jour, de la semaine ou du mois pour un ou plusieurs agendas. Mais il est également possible de personnaliser complètement cet affichage en sélectionnant les jours de son choix. Toutes les options de création d'événements sont présentes (choix du calendrier, récurrence, notes) avec la possibilité d'envoyer des invitations. Soulignons par ailleurs l’intégration des prévisions météo. De leurs côtés, les tâches sont directement ajoutées au calendrier.

Le module de chat fonctionne avec Hangouts / Google Chat. Lorsqu’un compte Google est configuré sur eM Client, il est d’emblée possible de recevoir des messages de ses contacts. Les conversations sont organisées par onglets au sein d’une nouvelle petite fenêtre. Notons en revanche que les échanges sont limités aux conversations textuelles. Il ne sera pas possible d’effectuer des appels audio ou vidéo.

eM Client permet également se saisir des notes. Celles-ci sont accompagnées d’un éditeur relativement riche. Pour chacune d’elle il est possible d’ajouter une ou plusieurs pièces jointes. Notons que ces notes ne sont pas des emails. Il est d’ailleurs possible de les éditer après les avoir enregistrées. Le carnet peut être soit local, soit synchronisé avec Exchange, Office365 ou IceWarp. Aucune synchronisation avec Google n’est proposée à l’heure actuelle.

Enfin le gestionnaire de contacts présente deux affichages : par liste ou par cartes. Pour chacun d’entre eux, eM Client propose un large nombre de champs à remplir avec la possibilité d’en créer certain personnalisés. Pour un compte Google, eM Client synchronise également les groupes de contacts ainsi que les avatars. eM Client est capable d’associer chacun des contacts aux messages reçus. Et c’est plutôt pratique puisque cela permet notamment de retrouver un historique des pièces jointes reçues.

Payant mais sans souscription

Dans sa version gratuite, eM Client autorise la configuration de deux comptes email. Toutefois plusieurs fonctionnalités manquent l’appel. L'utilisateur ne disposera pas de l’option Snooze, ou ne sera pas en mesure de différer l’envoi d’un email. Le gestionnaire de notes ne sera pas accessible après la période d’essai de 30 jours. eM Client retire également le module de traduction automatique.

Plutôt que de fonctionner par abonnement, eM Client a choisi la bonne vieille méthode de l’achat de licence. La version payante est proposée à 49.95 € pour une machine. Toutefois cela ne concerne que la version du logiciel en cours. Pour disposer d’une licence “à vie “ et obtenir les autres mises à jour, il faudra rajouter 70 euros.

Modifié le 30/12/2020 à 17h13
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
34
23
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

CES 2021 : Sony VISION-S, le concept-car, tout en écran du constructeur Japonais se montre
En 2020, plus de 2 milliards de tweets ont traité du jeu vidéo, soit une hausse de 75 % en un an
WhatsApp, Signal : pourquoi tout le monde panique soudainement au sujet de ses données ?
iPhone 12 Pro Max / Huawei Mate 40 Pro / Google Pixel 5 : lequel choisir pour la photo ?
Test ASUS ZenBook Duo 14 (2021) : l’ultraportable créatif est-il à l’aise en création ?
Bon plan VPN : CyberGhost, NordVPN, Surfshark, toutes les promos VPN de ce week-end
Notre sélection de logiciels et applications pour diminuer la fatigue des yeux devant un écran
CES 2021 : Netgear présente de nouvelles solutions 4G LTE et 5G
Quelle est la meilleure plateforme de SVOD en Janvier 2021 ?
Test Samsung HW-S61T : une barre de son évolutive et fidèle, avec une ampleur limitée
Haut de page