Passer plus facilement du PC à la tablette

14 septembre 2012 à 16h28
0
00C8000004763792-photo-ipad-newsstand.jpg
Si les tablettes ont indéniablement le vent en poupe, les acheteurs ne sont pas toujours au courant de leurs spécificités, relativement nombreuses. Du coup, quand on a plus l'expérience du PC que celle des smartphones, il faut parfois un certain temps d'adaptation avant de réussir à retrouver ses marques. Ce guide se propose de le raccourcir.

Toutes les études récentes s'accordent pour dire que le marché des tablettes tactiles connaît une croissance formidable. Ainsi en octobre dernier, le cabinet ABI Research indiquait que les ventes de tablettes venaient de dépasser celles des netbooks. D'ailleurs, de nombreux constructeurs (au premier rang desquels Samsung et Dell) ont depuis arrêté la production de ces mini-portables. En janvier, c'était au tour des ordinateurs de bureau de se sentir menacés puisque l'institut Gfk estimait leurs ventes en France durant l'année 2011 à 1,24 million d'exemplaires, contre 1,45 million pour les tablettes.

Dans beaucoup de foyers, la tablette est donc en train de devenir le deuxième ou troisième ordinateur de la maison. Mais si l'utilisation d'un appareil de ce type est assez naturelle quand on a déjà l'habitude des smartphones, elle ne coule pas forcément de source dans le cas contraire. Même, voire surtout, s'il est à l'aise avec l'informatique en général et le PC en particulier, un utilisateur non averti peut facilement se retrouver déboussolé.

01C2000005061888-photo-tablette-samsung-galaxy-tab-7-7-16go-wi-fi-noir.jpg


Que les novices en soient définitivement informés : le monde du PC et celui de la tablette sont relativement distincts, même si certains usages restent communs aux deux. Considérer les tablettes comme de simples pc portables dépourvus de clavier est donc une erreur. Pour profiter au mieux du dernier concept à la mode, il faut savoir abandonner un bon nombre de réflexes accumulés depuis des années, en acquérir d'autres, comprendre ce qui change, accepter certaines limitations et s'engager dans la découverte de nouvelles fonctionnalités.

N.B. : Ce dossier s'adresse aux novices de la tablette, qui n'ont pas une grande connaissance des environnements Android et iOS. Les plus technophiles de nos lecteurs ne doivent donc pas s'en sentir offensés, mais peuvent toujours faire passer cet article initiatique aux personnes de leur entourage susceptibles d'être concernées.L'interface clavier/souris a fait ses preuves depuis tant d'années qu'on peut parfois éprouver du mal à passer au tout tactile, pourtant conçu pour être plus intuitif et naturel. Heureusement, il suffit de connaître quelques principes de base pour contrôler aussitôt sa tablette au doigt et à l'œil.

Clavier virtuel

Puisque la plupart des tablettes sont dépourvues de clavier physique, il faut impérativement passer par le clavier virtuel pour entrer des caractères. Pour le faire apparaître, il suffit de toucher un champ où des données sont susceptibles d'être entrées (barre d'adresse, champ de recherche, case de formulaire...) ou de lancer une application qui le fera apparaître automatiquement (un traitement de texte par exemple). La disposition exacte du clavier peut différer selon les modèles, mais vous trouverez toujours des touches permettant d'accéder aux majuscules, chiffres et lettres accentuées.

01F4000005386687-photo-clavier-virtuel.jpg


Pour ces dernières, sachez qu'il n'est pas forcément nécessaire de toutes les faire apparaître à l'écran pour en disposer. Un appui long sur une lettre accentuée déclenche généralement l'apparition d'un pop-up contenant les différentes déclinaisons possibles de la lettre choisie. De la même manière, un appui long sur la touche Maj peut modifier la manière dont sont gérées les majuscules (affichage permanent, ou basculement automatique vers les minuscules une fois une seule lettre majuscule tapée).

Interface tactile

Le coup de l'appui long (bien connu des utilisateurs de Mac qui ont longtemps eu affaire à des souris à un seul bouton) est à retenir d'une manière générale, car il permet souvent d'accéder à des menus et fonctions secondaires. La règle de base est simple : si, intuitivement, vous faites quelque chose d'un coup de clic droit, alors c'est certainement un appui long qui viendra pallier l'absence de souris. Les glissements de doigts (slide) sont également à tester en toutes circonstances puisqu'ils servent aussi bien à débloquer l'accès à la tablette, à faire défiler des photos, à manier un curseur ou un ascenseur, à tourner les pages d'un e-book ou encore à contrôler certains jeux.

01F4000005386321-photo-zoom-multipoints.jpg


Et n'oubliez pas que les tablettes disposent quasiment toutes d'une surface tactile multi-points, qui autorise les pressions en plusieurs endroits simultanément. La fonctionnalité phare qui découle de ce principe est naturellement le zoom. En positionnant deux doigts sur la tablette et en les éloignant l'un de l'autre, on zoome sur une page web ou une photo, tandis qu'il suffit de les rapprocher pour effectuer un zoom arrière. C'est au moins aussi pratique qu'un coup de molette de souris sur une interface classique.

Accéléromètre

Même si certains écrans pour ordinateurs de bureau intègrent une fonction pivot, personne ne change l'orientation de son moniteur des dizaines de fois par jour. Sur tablette, les accéléromètres intégrés changent complètement la donne. ll ne faut donc pas hésiter à tourner l'appareil de manière à ce qu'il bascule automatiquement en mode portrait ou paysage, notamment pour les photos verticales, les ebooks et certains sites web. L'orientation portrait peut également s'avérer utile dès qu'on doit taper du texte, car le clavier virtuel diminue de largeur et on peut alors taper à deux mains tout en tenant la tablette (autrement dit, à deux pouces). A contrario, certaines applications bloquent l'affichage de la tablette dans un sens donné et il ne sert alors à rien de la faire pivoter.

A essayer

TypeOut (Android)

012C000005383055-photo-type-out.jpg
Pour mieux maîtriser le clavier virtuel tout en s'amusant, voici un petit jeu gratuit qui vous demandera de taper le plus rapidement possible les mots qui apparaissent à l'écran afin de les faire disparaître, eux et les menaces qui les accompagnent sous forme de roquettes et de rochers. La réalisation n'est pas formidable, mais TypeOut reste un bon moyen de s'habituer au clavier virtuel. Et la gratuité de l'application aide à l'indulgence.

TapTyping - typing trainer (iOS)

012C000005383153-photo-taptyping.jpg

D'apparence un peu plus sérieuse, TapTyping - typing trainer est une application qui permet elle aussi d'améliorer sa vitesse de frappe au clavier virtuel. Il s'agit de la version gratuite d'une application payante, mais le test de rapidité reste accessible, ainsi que quelques leçons de démonstration.Passer d'un système d'exploitation à un autre n'est jamais une partie de plaisir. Mais en attendant la sortie des tablettes Windows 8, les habitués du PC qui débarquent sur tablette n'ont d'autre choix que de revoir quelque peu leurs habitudes en découvrant iOS ou Android.

Applications

Vous l'aurez forcément déjà remarqué, sur tablette on ne parle plus de programmes ni de logiciels, mais d'applications. Relativement informel, ce glissement sémantique regroupe tout de même plusieurs réalités. Le plus important concerne bien sûr le moyen de se procurer ces fameuses applications. Oubliez les boîtes et les supports physiques, et embrassez l'ère de la dématérialisation. Selon son concepteur, chaque tablette donne accès à un magasin virtuel où vous pourrez télécharger l'application qui vous sied.

01F4000005383197-photo-google-play.jpg


Sur iOS, prenez la direction de l'iTunes Store. Sur les tablettes Android, allez faire un tour sur le Google Play Store. Cherchez une application gratuite pour vous familiariser avec le processus d'installation en un clic (rien de plus simple). Il sera temps ensuite de rentrer les coordonnées de votre carte bancaire si vous désirez vous procurer des outils payants. Généralement peu lourdes, les applications se téléchargent rapidement. Par la suite, il est possible de les désinstaller comme on le fait avec les programmes sous Windows.

01F4000005383249-photo-taches.jpg


L'utilisateur Windows discipliné qui débarque sur tablettes cherche généralement une petite croix pour fermer la première application lancée. Peine perdue : sur iOS comme sur Android les applications restent ouvertes quand on revient sur le bureau via le bouton d'accueil. Cela permet d'y accéder instantanément par la suite, et le système d'exploitation reste capable de les fermer par lui-même s'il a besoin de libérer la mémoire. Mais que les maniaques se rassurent, il est tout de même possible de terminer les processus manuellement. Dans la liste des applications ouvertes, un appui long sur une icône fera apparaître un menu comprenant une option de fermeture. Sur certains systèmes d'exploitation, notamment les dernières versions d'Android, faire rapidement glisser la miniature de l'application dans le vide permet également de lui dire au revoir.

Gérer ses fichiers

Pensés pour l'utilisateur plus que pour le bidouilleur, les systèmes d'exploitation des tablettes disposent rarement d'un gestionnaire de fichiers digne de ce nom. Il va falloir s'y faire, vous ne choisirez pas où les applications s'installent, ni dans quel répertoire elles sauvegardent leurs données, et toutes les opérations de renommage, déplacement de fichiers ou création de dossiers seront plus complexes que sur PC. Officiellement, vous êtes surtout censés gérer le bureau, et pas grand-chose d'autre.

01F4000005383241-photo-android.jpg


Mais même là, des limitations existent. S'il est possible de regrouper facilement plusieurs applications dans un même dossier par glisser-déplacer, il n'est pas permis par défaut de créer un dossier pour y déposer de simples fichiers de données. Deux solutions, non exclusives l'une de l'autre, permettent de se simplifier la vie : utiliser un service de stockage en cloud ou installer un gestionnaire de fichiers annexe. Attention, cette dernière solution reste limitée avec les tablettes Apple. Plus fermé que celui de Windows ou d'Android, le système de fichiers d'iOS ne se prête pas vraiment à la bidouille. Les différents gestionnaires de fichiers qui existent restent utiles (ReaddleDocs en tête), mais ils ne permettent tout de même pas d'accéder aux fichiers considérés comme sensibles par iOS.

Antivirus

Si l'installation d'un antivirus tient du réflexe de survie sous Windows, cette manœuvre est moins courante et moins indispensable sur tablettes. Après tout, si on ne modifie pas sa tablette et qu'on se contente d'installer des applications disponibles sur les stores officiels, les risques sont quasiment nuls. En revanche, si vous avez "jailbreaké" votre appareil, que vous téléchargez des applications sur des stores non officiels ou directement sur le web, ou que vous récupérez souvent des fichiers par mail ou via une quelconque application de cloud, il reste conseillé de se protéger. Un conseil plus valable pour Android que pour iOS, où les virus et autres logiciels malveillants sont d'une rareté extrême. Les applications de protection sont donc tout aussi rares.

A essayer

ES File Explorer (Android)

012C000005383163-photo-esfileexplorer.jpg

Ce gestionnaire de fichiers et d'applications se relève plus complet que celui utilisé par défaut par Android, et plus proche de ce qu'on peut connaître sous Windows. Avec Es File Explorer on peut par exemple créer des raccourcis sur le bureau (autres que vers des applications), zipper et dézipper des fichiers, afficher des miniatures, et bien d'autres choses encore. Cette application étant complète et gratuite, il n'y a aucune raison de s'en passer !

Dropbox (Android/iOS)

012C000005386543-photo-dropbox.jpg

Pour peu qu'on ne manipule pas de données trop confidentielles ou trop lourdes, les versions Android et iOS de l'application Dropbox peuvent rendre de fiers services.Le stockage en cloud et la synchronisation automatique des appareils connectés au service permettent aux utilisateurs d'organiser leurs documents de manière unique, et d'y accéder en permanence, sur leur PC comme sur leur tablette.Si le PC est la machine à tout faire par excellence, les tablettes ont également le multimédia et la bureautique dans le sang. Mais les contraintes de puissance et d'ergonomie les cantonnent plutôt à la consommation de données qu'à la création pure.

Bureautique

Pour prendre des notes ou remplir son agenda, la tablette fait des merveilles. En revanche, pour rédiger une thèse ou tenir une comptabilité, le PC est encore loin d'être détrôné. L'interface tactile est plus conçue pour des manipulations simples que pour entrer des données nombreuses ou précises. La faute essentiellement au clavier virtuel, dont l'ergonomie ne saurait rivaliser avec un modèle physique. Si vous désirez réellement produire des documents importants, n'hésitez pas à connecter un vrai clavier pour retrouver un certain confort de rédaction, même si l'aspect pratique et compact de la tablette en prendra alors forcément un coup.

01F4000005383225-photo-asus-transformer-prime.jpg
Les tablettes munies d'un clavier cherchent à réunir le meilleur des deux mondes.


Autre solution : portez d'emblée votre choix sur un modèle équipé d'un dock, telles que les fameuses Transformer Pad d'Asus. Mais même ainsi, les touches plates et la petite taille d'écran font pâle figure face à un PC. Dans ces conditions, si l'achat d'une suite bureautique reste possible, il semble tout de même plus raisonnable de s'en passer. À moins qu'elle soit livrée d'office (!) avec votre tablette, comme c'est le cas de Polaris Office sur différents modèles.

Photo/Vidéo

Cette fois, ce sont autant des questions d'interface que de puissance qui viennent limiter les possibilités. Des outils pour appliquer des filtres ou redimensionner des images, vous en trouverez à la pelle. Des applications pour du montage vidéo familial ? Movie Studio est fourni d'emblée sur les dernières versions d'Android, tandis que le célèbre iMovie est disponible à la vente du côté d'Apple. Mais avec tout ça, n'espérez pas disposer de fonctionnalités dignes de CS6. Ces outils sont sympathiques, ils peuvent réellement rendre service, mais il faut savoir rester raisonnable et reprendre les commandes du PC quand on désire obtenir des résultats un peu évolués.

01F4000004817058-photo-android-ics-clubic-com-077.jpg
Movie Studio permet de réaliser des petits montages directement depuis les tablettes Android.


Impression

00AA000005383303-photo-epson-iprint.jpg
Qu'il s'agisse de documents créés sur la tablette ou simplement récupérés par son entremise, on peut être amené à vouloir les imprimer. Si vous en êtes restés à la méthodologie "je branche mon imprimante en USB et j'insère le CD de pilotes", vous vous doutez bien qu'il va falloir changer vos habitudes. De nombreuses tablettes ne possèdent pas de port USB, et toutes jettent un regard dédaigneux sur les supports physiques optiques.

Avec une imprimante compatible Wi-Fi connectée à la box Internet, il suffit généralement de télécharger sur le store l'application gratuite mise à disposition par le fabricant, pour que le périphérique soit reconnu par la tablette. Avec une tablette Android et une imprimante déjà branchée à un PC, vous pourrez également vous en sortir en utilisant le service Google Cloud Print.

A essayer

Kingsoft Office (Android)

012C000005383161-photo-kingston-office.jpg

Si vous tenez absolument à faire de la bureautique sur votre tablette, essayez donc la version gratuite de Kingsoft Office. Disponible en 14 langues, dont le français, elle regroupe un traitement de texte (Writer), un outil pour créer des présentations multimédia (Presentation) et un tableur (Spreadsheets).

Documents Gratuits (iOS)

012C000005383157-photo-documentsgratuits.jpg

Pour une suite bureautique gratuite sur iPad, il faut se tourner vers le bien-nommé Documents Gratuits. L'application ne comporte pas d'outil de présentation, mais tout de même un éditeur de texte et un tableur. L'interface est en anglais, mais, au vu de la manière dont a été traduit en français le texte de présentation de l'application sur iTunes, ce n'est pas plus mal !

Pinnacle Studio (iOS)

012C000005386571-photo-pinnacle-studio-ipad.jpg

Après avoir occupé le terrain du PC durant de nombreuses années, Pinnacle Studio débarque aujourd'hui sur iOS. Cette application dédiée au montage vidéo vient directement concurrencer iMovie, et se permet même un joli coup de com' pour son lancement puisqu'elle est téléchargeable gratuitement jusqu'au 19 septembre, après quoi elle deviendra payante. Ne traînez pas !Même si elles sont capables de faire beaucoup de choses, les tablettes servent avant tout à surfer sur le web. Une activité a priori standard, mais qui ne se déroule pourtant pas tout à fait de la même manière que sur PC.

Trois sites pour le prix d'un

La plupart des tablettes ont beau être connectées à Internet en Wifi, l'héritage des smartphones, de leurs petits écrans et de leurs débits 3G est encore présent. Les gros sites disposent donc souvent d'une version mobile, plus légère et à la navigation adaptée. Selon les sites, les goûts de chacun, la puissance et la taille de la tablette, cela peut être une bonne chose... ou non. Heureusement, les navigateurs qui proposent automatiquement la version mobile aux possesseurs de tablettes permettent également de basculer vers la version standard, quand ce n'est pas le site lui-même qui propose directement cette option.

01F4000005386689-photo-version-mobile.jpg


Essayer systématiquement les deux versions avant d'en choisir une est donc un réflexe à adopter définitivement. Une troisième voie est même possible avec les sites qui disposent d'une application dédiée. Après installation de cette dernière, on accède alors au contenu directement depuis le raccourci présent sur le bureau. Là encore, l'intérêt de la manœuvre dépend des cas et rien ne vaut un essai systématique pour se forger une opinion.

Flash

0096000004436504-photo-logo-adobe-flash.jpg
Incontournable sur le web des années 2000, le plug-in Flash a toujours eu du mal à s'imposer sur les plateformes mobiles. Du côté des iPhone et des iPad, la situation est simple : Adobe s'est en permanence heurté à une fin de non recevoir de la part d'Apple. Du côté d'Android, il faut faire avec les restes d'un mariage avorté. L'annonce de séparation faite en novembre dernier a été concrétisée le 15 août 2012 : Flash Player n'étant pas pris en charge par Android 4.1, le plug-in flash a été retiré du Google Play Store. Ceux qui l'ont déjà installé sur Android 4.0 ou antérieur peuvent toujours en profiter, mais ils ne recevront plus de mises à jour.

Les sites écrits en HTML5 et les applications mobiles dédiées ont donc eu raison de Flash, qui reste désespérément ancré dans la décennie passée. Il peut encore rendre des services sur PC, notamment dans les domaines du jeu vidéo sur navigateur et de la VOD, mais les utilisateurs de tablettes peuvent quasiment faire une croix dessus.

Navigateur

S'il ne fait pas sens pour une tablette d'être fournie sans navigateur, l'outil fourni par défaut n'est pas toujours optimum. Il peut donc être intéressant de le remplacer par un browser web un peu plus performant et moderne. Les candidats se bousculant au portillon des stores, vous n'aurez que l'embarras du choix. Tester tous ceux qui sont gratuits ne mange pas de pain, mais quoi de plus rassurant que de rester en terre connue ?

0096000004093786-photo-logo-google-chrome-11.jpg
0096000003844066-photo-opera-11-logo-gb.jpg
0096000003177958-photo-safari-logo.jpg


Du côté d'Android, on retrouve aussi bien des versions de Chrome, d'Opera que de Firefox. Du côté d'Apple, Safari se taille la part du lion et ne laisse même pas le panda roux évoluer sur ses terres. Reste le choix entre des versions un peu spéciales d'Opera et de Chrome (voir plus bas). Notons au passage qu'installer un navigateur alternatif sous iOS ne permet pas pour autant de le définir comme navigateur par défaut... Enfin, ceux qui voudraient absolument utiliser une application estampillée Internet Explorer vont bien sûr devoir attendre les tablettes Windows 8.

A essayer

Chrome (Android/iOS)

01C2000005383229-photo-chrome.jpg

Google oblige, Chrome a naturellement toute sa place sur Android et il y fait des merveilles. À tel point qu'on se demande pourquoi il n'est pas systématiquement présent sur les tablettes qui ont choisi ce système d'exploitation (ce sera le cas avec Jelly Bean). Quant à ceux qui ne jurent que par iOS, ils peuvent également profiter de Chrome. Ou presque ! Apple obligeant les applications web à utiliser les bibliothèques iOS WebKit et JavaScript Webkit, cette version de Chrome utilise les mêmes routines que Safari. De fait, elle ne pourra jamais être plus rapide. En réalité elle l'est même moins, car la dernière version en date du moteur Javascript (Nitro) est réservée à Safari. L'ouverture selon Apple...

Opera Mobile (Android) et Opera Mini (Android/iOS)

01C2000005383231-photo-opera-mini.jpg

Les restrictions made in Apple expliquent également pourquoi la version Android d'Opera Mobile n'a pas d'équivalent sur iOS. À défaut, on y trouve uniquement Opera Mini (qui est également disponible sur Android). Cette version un peu particulière du navigateur fonctionne sur un principe client-serveur. Le rendu des pages web demandées par l'utilisateur est effectué à distance sur un serveur proxy, qui renvoie ensuite le résultat à la tablette dans une version compressée pour optimiser les chargements. Un principe qui a ses avantages (client léger et rapide même sur des systèmes poussifs) et ses inconvénients (les GIF animés ne le sont plus, le support du Javascript est imparfait et le navigateur ne fonctionne plus si les serveurs d'Opera ferment).

Firefox Home (iOS)

0064000005383179-photo-firefoxhome.jpg
Si Firefox n'a jamais connu de version iOS, nous comptions tout de même évoquer le cas de Firefox Home. A défaut de naviguer sur le web, cette application permettait aux utilisateurs de récupérer les favoris, l'historique de navigation et les onglets de leur ordinateur grâce au service Firefox Sync. Mais voilà que le 1er septembre, Mozilla a jeté l'éponge et retiré l'application de l''iTunes Store. Le panda roux est définitivement retourné à la maison...Puisqu'il est difficile de caser une GeForce ou une Radeon dans l'épaisseur d'une tablette, et que l'interface tactile ne permet pas toutes les subtilités d'un couple clavier/souris ou d'un gamepad, la plupart des expériences ludiques sont sympathiques plutôt que grandioses. Mais ce n'est pas gravé dans le marbre...

Le règne du mini-jeu

0064000005383237-photo-cut-the-rope-logo.jpg
Il en va du jeu vidéo, comme du reste : l'héritage du smartphone est manifeste. Si les titres disponibles sont réellement innombrables, la plupart sont des petits jeux d'adresse ou de réflexion qui n'ont pas grand-chose à voir avec les grandes aventures que peuvent vivre les joueurs PC ou consoles. Même les stars du genre comme Angry Birds ou Cut The Rope tiennent plus du petit jeu 2D en Flash que de la tuerie graphique en 3D.

Cette surreprésentation des "mini-jeux" tient à la fois de la politique éditoriale (petit prix, volonté de toucher le grand public), des contraintes techniques (poids des applications limité, retard technologique des puces graphiques...) et des limitations de l'interface tactile (pas de boutons physiques, prise en main de la tablette qui laisse peu de liberté pour faire autre chose de ses doigts...). Il ne faut donc pas s'attendre à trouver l'équivalent de Skyrim ou de Max Payne 3 sur les stores.

01C2000005383235-photo-angry-birds-nitro.jpg
Angry Birds est le symbole même des jeux disponibles sur tablettes.


Progrès prometteurs

0064000005383233-photo-contr-leur-steelseries-free-mobile.jpg
Les amateurs de graphismes évolués ont tout de même de quoi se réjouir, car les tablettes les plus récentes embarquent des écrans haute résolution et des puces graphiques plus puissantes que jamais. Le Tegra 3, qui équipe les tablettes Android haut de gamme, et l'A5X, qui propulse le nouvel iPad, sont capables de générer des graphismes en 3D temps réel susceptibles de rivaliser avec les consoles de salon actuelles et les PC d'il y a quelques années. Du coup, des constructeurs commencent à se pencher sur la question des contrôles et proposent des gamepads compatibles avec les tablettes. Sans compter que les modèles Android (version supérieure à 3.1) munis d'un port USB acceptent sans broncher les manettes Xbox 360 et PS3. Petit à petit, les tablettes deviennent donc des machines de jeu dignes de ce nom.

La puce graphique Tegra 3 en action !


Le cloud gaming à la rescousse

0096000005314038-photo-onlive-tablette.jpg
Si votre jeu PC préféré vous manque vraiment trop, il reste toujours la solution du cloud gaming. Malgré ses récents déboires, la société Onlive continue par exemple de proposer une application (pour Android comme pour iOS) qui permet de jouer en streaming à des centaines de jeux haut de gamme, exécutés sur des serveurs distants. Avec une bonne connexion Internet le résultat est très satisfaisant, même s'il ne saurait rivaliser avec les mêmes versions des jeux exécutées en local sur un PC puissant.

A essayer

Dead Trigger (Android/iOS)

012C000005383183-photo-dead-trigger.jpg

Doté de graphismes impressionnants, Dead Trigger arrive plus qu'à la cheville des nombreux FPS sortant sur PC et consoles. Disponible sur iOS comme sur Android, il fait particulièrement bonne impression sur les tablettes équipées d'une puce graphique Tegra 3. Seuls les contrôles tactiles sont un peu perturbants, mais le jeu étant gratuit, vous ne risquez rien à essayer par vous-même.

Yesterday (iOS)

012C000005383181-photo-yesterday.jpg

Sorti sur PC en mars dernier, Yesterday est un vrai jeu d'aventures comme on les aime. Dotée d'une ambiance forte, d'un design graphique plaisant et de personnages marquants, cette production espagnole vaut clairement le détour. Alors, d'accord, l'application n'est pas gratuite. Mais par rapport à la version PC sortie à près de 30 euros, les cinq ou six euros à dépenser pour cette déclinaison tablette semblent vraiment très raisonnables.Qu'on se rassure : si les tablettes diffèrent des PC, c'est aussi pour le meilleur ! Leur caractère nomade les dote de fonctionnalités spécifiques, qu'il ne faut pas hésiter à tester car elles peuvent rapidement se révéler utiles, voire devenir indispensables.

L'ordinateur en balade

00C8000005383247-photo-gps.jpg
Puisqu'une tablette peut s'emporter partout, autant choisir un modèle équipé d'une puce GPS. Pour bénéficier de la géolocalisation (photos, réseaux sociaux...), pour adapter le contenu d'une application à l'endroit où vous vous trouvez (la météo par exemple) ou encore, après avoir installé une application dédiée à cet effet, vous guider lors de vos déplacements comme un véritable GPS autonome. Voilà un argument contre lequel votre sédentaire PC de bureau ne pourra jamais lutter. De même, la forte présence des smartphones dans l'arbre généalogique des tablettes n'a pas que des aspects négatifs. En choisissant un modèle équipé d'une puce 3G, vous êtes assurés de garder une connexion Internet lors de vos déplacements, à condition bien sûr de vous acquitter d'un forfait le permettant.

L'œil sur tout

Si la tablette n'a pas inventé le concept de la webcam, elle a au moins le mérite de l'avoir quasiment systématisé. En dehors de quelques modèles bas de gamme, il est en effet difficile d'imaginer une tablette dépourvue d'objectifs photo et vidéo. Une nouvelle fois, le côté mobile rend caduque le PC de bureau, qui ne sait guère afficher votre tête qu'en un seul endroit. Et même les PC portables ne se montrent pas à la hauteur, puisqu'ils sont généralement plus lourds, moins maniables et moins économes en énergie qu'une tablette. En combinant cela avec le Wi-Fi et la 3G, vous voilà partis pour des séances de webcam en pleine nature, en ville, chez des amis...

01F4000005383243-photo-facetime.jpg


Quant à l'objectif servant à prendre des photos, il peut rendre quelques services, même si la qualité n'est pas à la hauteur de celle d'un véritable appareil photo, et que la taille de la tablette la rend moins transportable qu'un smartphone. Mais la combinaison webcam + appareil photo + surface plane donne accès au concept de la réalité augmentée. Jeux et applications sérieuses peuvent ainsi afficher des éléments virtuels sur des décors réels, voire sur votre visage.

Livres de poche

Certes, faute d'encre numérique, les tablettes n'offrent pas le même confort de lecture qu'une liseuse. Mais elles ont l'avantage de la couleur, ce qui aide à pardonner la luminosité active. Et leur accéléromètre, leur portabilité et leur interface tactile les rendent de toute manière bien plus adaptées à la lecture des ebooks qu'un PC, fût-il portable. Si vous achetez une tablette, le moment est venu de jeter un œil sur tout ce que vous n'aviez jamais eu le courage de lire sur l'écran de l'ordinateur.
012C000005383245-photo-android.jpg


A essayer

Aldiko Book Reader (Android)

012C000005386627-photo-aldiko-ebook-reader.jpg

Gratuit et disponible en français, Aldiko Book Reader est un lecteur de livres numériques qui supporte les formats epub et pdf, et propose toutes les bonnes options permises par la lecture sur tablette (taille et couleur de la police, recherche, marque-pages, étagère virtuelle...), ainsi qu'un accès à un catalogue fourni d'oeuvres dans le domaine public.

Augment (Android/iOS)

012C000005383187-photo-augment.jpg

Disponible sur Android et iOS, Augment est une application de réalité augmentée gratuite, qui se focalise sur l'incrustation de modèles 3D dans votre environnement réel. Il suffit d'imprimer une image spécifique, de la placer où on le souhaite puis de choisir un des modèles 3D disponibles, pour que celui-ci apparaisse à l'écran. Monuments, posters, meubles, personnages et véhicules de toutes sortes vous attendent.

Wikitude (Android/iOS)

012C000005383185-photo-wikitude.jpg

Voilà une application parfaite pour tester les multiples aspects de la réalité augmentée qui, grâce à l'appareil photo intégré à la tablette, permet à l'utilisateur d'interagir avec son environnement. Scanner un billet pour obtenir un taux de change, "regarder" une ville pour afficher les icônes des restaurants, hôtels et autres lieux intéressants au-dessus des immeubles correspondants, ou jouer à différents petits jeux utilisant des décors réels, tout cela est possible. Cette application est à la fois utile et divertissante, gratuite et complète, et disponible sur Android comme sur iOS !
0096000005378989-photo-samsung-ativ-smart-pc-pro.jpg
Au vu des adaptations nécessaires pour passer d'un PC à une tablette, il ne fait aucun doute que les deux types d'appareils appartiennent à des mondes sensiblement différents. Malgré une architecture proche, les différences en matière d'ergonomie, d'équipement et de logiciels suffisent à proposer une expérience totalement différente. On ne s'improvise donc pas spécialiste de la tablette sous prétexte qu'on maîtrise le PC depuis des années.

La donne va peut-être changer légèrement dans les mois et les années à venir, avec l'arrivée de Windows 8 et de son interface (anciennement) Metro. Présente à la fois sur la version standard de Windows et la version tablettes, elle permettra au moins une certaine continuité entre les deux mondes. Avant même de craquer pour une tablette tactile, un utilisateur pourra toujours se familiariser avec la nouvelle interface depuis son PC de bureau.

01F4000005248244-photo-microsoft-surface-windows-8.jpg


Cependant, d'autres complications et confusions se profilent à l'horizon. Le nom de code Metro a été abandonné par Microsoft, qui parle désormais d'interface et d'applications Windows 8, ce qui est susceptible d'entraîner la confusion avec tout ce qui concerne Windows "classique". Et surtout, il y aura deux types de tablettes Windows 8 : celles basées sur un processeur ARM (Windows 8 RT) et celles basées sur un CPU Intel (Windows 8 Pro).

Les premières ne feront tourner que les nouvelles applications Windows 8, tandis que les secondes accepteront également les programmes Windows classiques. La solution Intel semble donc parfaite pour les utilisateurs habitués à Windows XP, Vista ou 7, mais le tarif et le positionnement marketing de ces tablettes seront tournés vers les professionnels. La fusion définitive entre ordinateurs et tablettes n'est donc toujours pas d'actualité.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Megaupload : la récupération des données pas les utilisateurs toujours figée
Huawei et ZTE : nous ne sommes pas des espions chinois
IDF 2012 : AMD overclocke Vishera à 5 GHz
Microsoft ouvre un nouveau studio de développement pour les tablettes Windows 8
Hadopi : Aurélie Filippetti critique, l’autorité répond
HP : nous reviendrons sur le marché du smartphone
Le numérique représente 30% du marché de la musique
IDF 2012 : Intel mise sur Windows 8
Dailymotion condamné à verser 220 000 euros au groupe TF1
iCloud.com disponible en version finale avec de nouvelles web apps
Haut de page