Test Oppo Reno 2 : la polyvalence, illustrée par Oppo

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
04 décembre 2019 à 11h20
3
8
Oppo n'a pas chômé sur sa gamme Reno. Inaugurée en avril dernier, celle-ci se voyait déjà renouvelée pour une deuxième édition au mois d'août. Une façon pour le constructeur de corriger des erreurs de jeunesse, ou de montrer qu'elle sait s'adapter à un marché en ébullition ?

La réponse à cette question n'a finalement que peu d'importance tant ce Reno 2 parvient sans peine à occulter les bonnes et les mauvaises idées de son prédécesseur.

Oppo fait ainsi table rase de sa gamme de smartphones naissante, et promet un modèle bien plus à même de trouver sa place sur un marché ultra compétitif. Un pari réussi, au point de pouvoir considérer l'achat d'un Reno 2 sur cette gamme de prix ? C'est ce que nous allons détailler dans ce test.

Oppo Reno 2 test
Le Oppo Reno 2 dans sa version noire 8+256 Go. © Pierre Crochart pour Clubic

Oppo Reno 2 : la fiche technique

Le Oppo Reno 2 est un smartphone de milieu de gamme. Un marché ultra saturé, au sein duquel le constructeur parvient malgré tout à tirer son épingle du jeu par quelques détails, notamment esthétiques.

Le Oppo Reno 2, c'est :

  • Écran : AMOLED de 6,5 pouces affichant une définition de 2400 x 1080 pixels (401 ppi) et couvrant environ 88% de la surface avant

  • SoC : Snapdragon 730G (8 nm) avec processeur octo-core (2x 2,2 GHz + 6x 1,8 GHz) et GPU Adreno 618

  • Mémoire vive : 8 Go

  • Stockage interne : 128 ou 256 Go (extensible jusqu'à 256 Go via microSD) UFS 2.1

  • Batterie : 4 000 mAh, recharge rapide jusqu'à 20 W. Ne supporte pas la charge sans-fil.

  • Étanchéité : Non certifié

  • Prise jack 3,5 mm : Oui

  • Appareils photo arrière : capteur 48 MP (ƒ/1,7) de 1/2" équivalent 26 mm + 8 MP (ƒ/2,2) de 1/3.2" ultra grand-angle équivalent 13 mm + 13 MP (ƒ/2,4) 1/3.4" téléobjectif équivalent 56 mm + 2 MP (ƒ/2,4) 1/5" dédié aux portraits

  • Vidéo : 2160p 30 ips ou 1080p 30/60 ips
  • Appareil photo avant : 16 MP (ƒ/2,0)

  • Capteur d'empreintes : Oui, sous l'écran

  • Recharge inversée : Non

  • Double SIM : Oui

  • Compatible 5G : Non

  • Connectivité : Wi-Fi 802.11 a/b/g/n/ac, Bluetooth 5, NFC

  • OS : Android 9.0 + Color OS 6.1

  • Coloris : Noir, blanc

  • Prix : 499€



La principale particularité du Reno 2, c'est bien entendu son capteur photo avant logé dans un « aileron de requin » motorisé sur la tranche supérieure du téléphone. Une excentricité, qui le distingue disons d'un OnePlus 7 Pro qui optait, lui, pour une simple caméra « pop-up ». Dans un cas comme dans l'autre, l'objectif reste de maximiser la surface d'affichage.

Oppo Reno 2 test
Le Reno 2 est fourni avec une coque rigide en similicuir. © Pierre Crochart pour Clubic

Dans son écrin, le Oppo Reno 2 s'accompagne d'une adaptateur secteur 20 W avec son câble USB-C. Une paire d'écouteurs filaire est aussi de la partie, tout comme une coque en similicuir du plus bel effet.


Un design efficace et inchangé

Le Oppo Reno 2 reprend à son compte les mêmes lignes de design que son prédécesseur. On a donc affaire à un smartphone de bonne taille (160 x 74,3 x 9,5 mm pour 189 grammes) qui, comme prévu, accorde une large place à son écran AMOLED de 6,5 pouces sur la face avant.

Oppo Reno 2 test
L'absence d'encoche à l'avant est appréciable. © Pierre Crochart pour Clubic

Aucune encoche, « goutte d'eau » ou autre poinçon ne vient déranger le regard. Logé dans ce fameux « aileron de requin » motorisé (Oppo promet 300 000 utilisations pour son mécanisme), le capteur photo avant ne sortira de son trou que quand vous lui demanderez de le faire via l'interface.

Oppo Reno 2 test
Étonnant, "l'aileron de requin" loge le capteur photo avant du Reno 2. © Pierre Crochart pour Clubic

La partie basse de l'écran abrite quant à elle le capteur d'empreintes digitales, lequel a le bon goût de s'inspirer des plus récents modèles de chez OnePlus côté fiabilité. Nous y reviendrons.

Les tranches de l'appareil sont tout en sobriété. On trouve à droite le bouton Power (légèrement mis en valeur par un fin liseré vert), situé juste sous le tiroir de cartes SIM / microSD. À l'opposé, les deux boutons de réglage du volume sont idéalement placés pour permettre une utilisation sans avoir à repositionner ses doigts. Chose que l'on aimerait voir chez davantage de constructeurs.

Oppo Reno 2 test
© Pierre Crochart pour Clubic

La tranche haute loge, on l'a dit, le mécanisme de l'appareil photo avant, et la partie basse affiche le port jack 3,5 mm, le port USB-C et l'unique grille de haut-parleurs qui, une fois n'est pas coutume, nous a plutôt bluffés en termes de qualité sonore.

Le dos de l'appareil ne renie pas la promesse initiale de sobriété. Ici présenté dans sa version noire, le smartphone affiche une intégration discrète et surtout sans protubérance de ses différents modules photo. C'est presque impressionnant, en 2019, de ne pas voir les différents appareils photo d'un smartphone dépasser du châssis.

Oppo Reno 2 test
Le dos du smartphone est très réussi, et parfaitement plat. © Pierre Crochart pour Clubic

Sous les quatre modules disposés à la verticale, Oppo a décidé d'intégrer une minuscule bille censément destinée à améliorer la stabilité de la prise du téléphone. On se contentera de dire qu'il s'agit surtout d'un petit élément esthétique différenciant sur un smartphone autrement plutôt classique.

Dans l'alignement de cette bille, on retrouvera la griffe Oppo, judicieusement entourée d'une bande réagissant à la lumière — du plus bel effet. Une particularité qui semble également avoir été intégrée sur les bords de l'appareil (incurvés au dos) et qui, selon l'inclinaison du téléphone, affichent une lueur bleutée très réussie.

Oppo Reno 2 test
Esthétiquement, le Reno 2 est une belle réussite. © Pierre Crochart pour Clubic

Un écran généreux et confortable

Déjà doté d'une belle diagonale de 6,5 pouces, le Oppo Reno 2 se paie le luxe d'un écran totalement dépourvu d'encoche. Il va sans dire que le confort de lecture (texte et vidéo) est optimal. D'autant que nous avons affaire ici à une dalle AMOLED, au taux de contraste par définition infini. Mais qu'en est-il de sa calibration ?

Oppo Reno 2 test
L'écran du Reno 2 est un vrai régal. © Pierre Crochart pour Clubic

Par défaut, l'écran du Reno 2 est assez proche de nos attentes en matière de balance des blancs. Paramétré sur le mode d'affichage « Vif », le smartphone couvre intégralement la gamme de couleurs DCI P3, mais aura tendance à bleuir certaines teintes. On recommandera alors de réchauffer l'affichage via les réglages afin d'atteindre des valeurs plus neutres.

Concernant la finesse d'affichage en revanche, il n'y a rien à redire. Affichant du FHD+ à plus de 400 ppi, la dalle du Reno 2 est précise et dépourvue de tout crénelage sur ses icônes. Attention malgré tout à celles et ceux qui recherchent une fréquence d'affichage élevée : le Reno 2 est limité à 60 Hz. Il vous faudra vous tourner vers le OnePlus 7T, dans la même gamme de prix, pour bénéficier d'une fréquence de 90 Hz.

Oppo Reno 2 test
La navigation et la lecture sont très confortables sur le Reno 2. © Pierre Crochart pour Clubic

La luminosité maximale est également très bonne. Culminant à 530 cd/m2, elle offre un confort de lecture optimal, même sous un soleil à son zénith.

Oppo Reno 2 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Enfin, faisons le point sur le capteur d'empreintes intégré sous l'écran AMOLED du Reno 2. Si l'industrie opère un passage en force vers ce type de déverrouillage biométrique, peu sont les constructeurs à effectivement maîtriser ce nouvel outil. Mention spéciale à Samsung qui, sur les Galaxy S10, a même réussi le pari d'être moins sécurisé qu'un scanner traditionnel.

Par chance, ce n'est pas le cas d'Oppo. Appartenant au même groupe que OnePlus, l'entreprise est manifestement allée piocher les bons tuyaux chez son compère, puisqu'en résulte l'un des capteurs d'empreintes les plus rapides jamais testés. C'est simple : seul le OnePlus 7T Pro fait mieux. La tolérance de placement du doigt est large, et le déverrouillage quasi instantané. Bref : c'est tout ce que l'on demande.

Oppo Reno 2 test
Le capteur d'empreintes du Reno 2 est parmi les plus rapides jamais testés par nos soins. © Pierre Crochart pour Clubic

ColorOS un peu en retard sur la concurrence

Oppo ne pouvait décemment pas tout copier chez OnePlus. Aussi ColorOS s'avance comme une surcouche bien moins à la pointe que ne l'est OxygenOS. Basé — à l'heure où sont écrites ces lignes — sur Android 9, ColorOS 6.1 accuse du manque de certaines fonctionnalités sur lesquelles on ne devrait plus avoir à se passer à la fin 2019. Mode sombre en tête.

En effet, aucun paramètre ne vous permettra de profiter pleinement des noirs profonds de l'écran AMOLED du Reno 2. Il faudra pour cela attendre la sortie de ColorOS 7 — basé sur Android 10 —, prévue courant décembre.

Oppo Reno 2 test
ColorOS 6 accuse d'un certain retard par rapport à OxygenOS ou MIUI sur certains aspects.

Autrement, ColorOS 6.1 navigue dans des eaux très diverses question inspiration. Ses icônes, très carrées, et la présence de nombreux bloatwares rappelleront immanquablement MIUI aux plus observateurs. D'un autre côté, la richesse de ses options et la présence d'un tiroir d'applications feront davantage pencher la balance du côté d'un Android Stock.

Mais si le mode sombre est pour l'heure aux abonnés absents, on se réjouit de voir une navigation gestuelle aussi bien intégrée au Reno 2. Celle-ci propose d'opter entre une navigation « type Xiaomi », où les swipes sur le bord de l'écran permettent de revenir en arrière, ou une autre « type Samsung » (ou OnePlus) demandant de partir du bas de l'écran pour faire de même.

Oppo Reno 2 test
La navigation gestuelle est parfaitement intégrée à l'interface.

En outre, l'interface est claire et les menus suffisamment détaillés pour ne pas se perdre en recherchant une option en particulier.

Avis aux joueurs : le Reno 2 est aussi doté d'une surcouche se lançant automatiquement avec les titres compatibles. Celle-ci permet de couper les notifications, de prendre des captures d'écran et de faire un peu de tri dans la RAM du téléphone pour assurer la fluidité des jeux.

Un bon équilibre puissance-consommation

Vous l'aurez remarqué en observant la fiche technique : le Oppo Reno 2 se distingue de nombreux smartphones de sa gamme en n'optant pas pour un SoC haut de gamme. Autour des 500€, les constructeurs (chinois surtout), n'hésitent pas à faire parler la poudre en intégrant des Snapdragon 855, voire 855+ comme c'est le cas de OnePlus — encore lui — sur ses derniers 7T.

Oppo, lui, surfe sur une autre vague. Partant du principe qu'au-delà d'un certain point l'amélioration des performances est inutile, le constructeur a préféré assurer ses arrières en choisissant un SoC également très économe en énergie : le Snapdragon 730G. Fait-il l'affaire ? Très largement, oui. Il offre d'ailleurs de meilleures performances que le Huawei Mate 20 Pro - l'un des smartphones haut de gamme les plus performants de 2018.

Sur AnTuTu, le Reno 2 obtient donc la bagatelle de 263 215 points, ce qui le classe au coude à coude avec le tout récent Xiaomi Mi Note 10.

Oppo Reno 2 test
Le Reno 2 jouit des performances d'un flagship de 2018.

Geekbench 4 et 5 accordent quant à eux au Reno 2 les scores de 2 559 et 549 en single-core, et 7 077 et 1 747 en multi-core. Des performances ici encore très proches du dernier flagship signé Xiaomi.

Oppo Reno 2 test

Dépourvu de mémoire flash UFS 3.0, le Reno 2 affiche des débits en lecture et écriture très classiques. Avec 475,42 Mb/s et 203,21 Mb/s, il est à des années-lumière du OnePlus 7T et ses 1 410 Mb/s en lecture. Enfin, côté graphique, le Reno 2 et sa puce Adreno 618 font très largement l'affaire avec 2 403 et 2 273 points sur 3D Mark (Sling Shot Extreme).

Oppo Reno 2 test

En d'autres termes : jouer n'est jamais un problème. Il est même possible de pousser certains paramètres graphiques pour profiter encore plus de la générosité de l'écran du Reno 2. Call of Duty : Mobile a notamment pu être lancé dans sa qualité élevée, tout en conservant un framerate très avantageux.

Oppo Reno 2 test
Jouer est un plaisir sur un tel écran. © Pierre Crochart pour Clubic

La navigation est par ailleurs très réactive, et le multitâche n'est jamais un problème. Vous l'aurez compris : un smartphone très polyvalent, notamment en ce que cette mesure dans les performances permet en matière d'autonomie.

Une autonomie impressionnante

Le couple Snapdragon 730G / batterie 4 000 mAh fait manifestement des merveilles. En réalité, le Reno 2 boxe même dans une tout autre catégorie : celle des smartphones les plus endurants de l'année.

C'est simple : d'après nos tests, seul le Asus ROG Phone II se hisse à son niveau... mais pour 400€ plus cher.

Avec très exactement 55h sur une seule charge, le Reno 2 a passé 10 h avec l'écran allumé. Une autonomie qui devrait d'ailleurs être encore rehaussée par l'arrivée du mode sombre via une mise à jour prochaine.

Oppo Reno 2 test
Le Reno 2 est parmi les smartphones les plus endurants de l'année.

C'est tout bonnement impressionnant, et devait permettre à n'importe qui — même les plus gourmands — d'utiliser le smartphone pendant deux journées entières sans avoir à le recharger.

La recharge, parlons-en ! Via son adaptateur 20 W fourni, le Reno 2 peut regagner 50% en 30 minutes de charge. Passer de 0 à 100% demandera en revanche entre 1 h 30 et 1 h 40.

Des photos détaillées et lumineuses en toute circonstance

Si certains constructeurs n'hésitent pas à multiplier le nombre de capteurs photo sur leurs appareils en espérant que cela en fera de bons photophones, d'autres comme Oppo sont de meilleure volonté.

Pour rappel, nous retrouvons au dos de ce Reno 2 pas moins de quatre modules que nous allons détailler ici.

Oppo Reno 2 test
Le Oppo Reno 2 est très bien équipé en photo. © Pierre Crochart pour Clubic

Le premier, que l'on ne présente plus, est le Sony IMX 586 et ses 48 mégapixels. Et si l'on a fait mieux depuis en matière de résolution (le Samsung GW1 de 108 mégapixels qui équipe le Xiaomi Mi Note 10 notamment), la solution de Sony reste souvent la meilleure option sur un smartphone de milieu de gamme.

Oppo Reno 2 test

Oppo Reno 2 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Lumineuses (en dépit d'un ciel injustement grisâtre en ce début décembre), les photographies prises via le module standard fourmillent surtout de détails. Au risque d'en faire trop ? Il est certain que l'on peut trouver à redire sur la netteté et la saturation parfois trop poussée du rendu.

Oppo Reno 2 test

Oppo Reno 2 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Malheureusement pour le Reno 2, les autres modules photo sont assez loin d'offrir des résultats aussi convaincants. Au sortir de l'argument de la polyvalence (le smartphone offre une plage focale de 13 à 56 mm, hors zoom hybride et numérique), le piqué est aux abonnés absents sur le capteur très grand-angle.

Oppo Reno 2 test
Le capteur grand-angle peine à récupérer suffisamment de lumière. © Pierre Crochart pour Clubic

Insuffisamment défini, le module ultra grand-angle de 8 mégapixels peine aussi à exposer correctement les scènes. Surtout en cas de météo peu clémente.

Si le centre de l'image est plutôt dans les clous, le bruit est omniprésent sur les bords de l'image, où une diffraction importante est également présente.

Oppo Reno 2 test
Le bruit numérique est très présent via le capteur ultra grand-angle. © Pierre Crochart pour Clubic

Le téléobjectif rehausse le niveau avec des images suffisamment « sharp » pour donner le change. Avec ses 13 mégapixels, ce capteur parvient à rendre de nombreux détails à l'écran. Mais sa faible ouverture de ƒ/2,4 rendront les prises de vue les moins lumineuses difficilement exploitables sans générer un bruit numérique important.

Oppo Reno 2 test
Le zoom x2 de 13 mégapixels s'en sort avec les honneurs concernant le niveau de détails. © Pierre Crochart pour Clubic

Notez qu'il est aussi possible de pousser le vice jusqu'à obtenir un zoom hybride 5x qui, vous l'imaginez, n'a pas grand intérêt si vous souhaitez conserver un tant soit peu de détails dans l'image.

Oppo Reno 2 test
En mode zoom hybride 5x, on perd déjà énormément de détails... © Pierre Crochart pour Clubic

Techniquement, il est aussi possible de pousser le zoom numérique jusqu'à 20x — équivalant une focale de 520 mm. Inutile de préciser qu'à ce niveau, cette fonctionnalité ne vous servira pas à grand-chose, si ce n'est se substituer à une paire de jumelles. Sur les longues focales, personne n'a encore réussi à égaler le Huawei P30 Pro, ni le Google Pixel 4.

Oppo Reno 2 test
En mode zoom numérique 20x, la photo est à peine exploitable. © Pierre Crochart pour Clubic

Équipé d'un quatrième capteur (de 2 mégapixels) dédié à la capture de la profondeur de champ pour les portraits, le Reno 2 s'en sort avec les honneurs dans cette catégorie. Le smartphone donne l'impression de comprendre la scène, et détoure harmonieusement son sujet. Le flou d'arrière-plan ensuite appliqué est quant à lui très justement dosé, pour un rendu assez naturel.

Oppo Reno 2 test
Le mode portrait fonctionne très bien. © Pierre Crochart pour Clubic

Chose que le capteur avant a plus de mal à faire. Le détourage est bien plus aléatoire (les bords ont tendance à « baver » un peu), mais les 16 mégapixels parviennent malgré tout à rendre suffisamment de détails pour de glorieux selfies (pas comme celui-ci, donc). Comme expliqué plus haut, le passage en mode autoportrait déclenche automatiquement le mécanisme de la caméra « pop-up », qui sort de son logement en un peu moins d'une seconde.

Oppo Reno 2 test
À l'avant, on est moins convaincus par le mode portrait, notamment parce qu'il ne prend pas en charge le HDR. © Pierre Crochart pour Clubic

Enfin, pour la photographie de nuit, le Oppo Reno 2 a une fois encore de bons arguments pour lui. On sait combien le Sony IMX 586 est versatile, notamment en basse lumière. Ouvrant large, le capteur nippon permet de capter beaucoup de lumière pour s'adapter à de nombreuses situations... au point de produire des photos plus exploitables sans le mode Nuit qu'avec.

Oppo Reno 2 test
Oppo Reno 2 test

À gauche sans mode nuit, à droite avec. © Pierre Crochart pour Clubic

On s'explique. En mode de capture « normal », Oppo détectera automatiquement une scène de nuit et appliquera un léger traitement pour améliorer l'exposition. On obtient alors un rendu assez proche de ce qu'on voit à l'œil nu.

Oppo Reno 2 test
Oppo Reno 2 test

À gauche sans mode nuit, à droite avec. Remarquez comme la netteté est exagérée sur le sol. © Pierre Crochart pour Clubic

Le mode nuit, en revanche, va (dans certains cas) permettre de récupérer de nombreux détails et d'amoindrir le bruit numérique. Mais la stabilisation numérique semble être particulièrement mauvaise pour rendre le mode nuit vraiment efficace. Par conséquent, l'empilement des images capturées via le mode nuit donne des résultats très aléatoires... sinon mauvais. Le mieux est encore de laisser le téléphone gérer tout seul.

Oppo Reno 2 test
Oppo Reno 2 test

À gauche sans mode nuit, à droite avec. Ici, on voit bien combien la stabilisation a échoué sur le second cliché. © Pierre Crochart pour Clubic

La vidéo n'est pas en reste, et profite même d'un très bon mode « Ultra stabilisé » sur la configuration 1080p60. Les vidéastes pourront ainsi s'en donner à cœur joie sur des panoramas fluides. Techniquement, le smartphone est aussi capable de filmer en 4K à 30 images par seconde. Mais la stabilisation devient alors inopérante. Une affaire de choix donc.

Oppo Reno 2 : l'avis de Clubic

Le Reno 2 est un excellent smartphone. Vraiment. Agréable à l'œil, réactif et performant, il est surtout l'un des smartphones les plus endurants de l'année, et jouit d'une belle polyvalence du côté de la photo.

Ce qui sauve le Reno 2 de l'ombre planante du OnePlus 7T, ce sont les 100€ supplémentaires demandés par ce dernier. Mais il a aussi ses propres arguments. À commencer par la très grande surface couverte par son écran de 6,5 pouces, qui n'est gênée ici par aucune encoche ou découpe dans la dalle.

À ce niveau de prix, vous trouverez sans doute plus performant (pour quoi faire ?), ou meilleur en photo (le Mi Note 10 en tête). Mais si vous ne souhaitez faire aucune concession et recherchez le parfait équilibre entre autonomie, rapidité et photographie, le Reno 2 est tout indiqué.

Oppo Reno 2

8

Les plus

  • Design très réussi
  • Une autonomie astronomique
  • Un écran total du plus bel effet
  • Très polyvalent en photo...
  • L'un des capteurs d'empreintes les plus rapides du marché

Les moins

  • Pas encore de mode sombre
  • Les performances d'un flagship de 2018
  • ... pour un rendu parfois inégal

Design8

Écran9

Performances6

Autonomie10

Photographie7



Test réalisé à partir d'un smartphone prêté par la marque
Modifié le 04/12/2019 à 11h22

Soyez toujours courtois dans vos commentaires et respectez le réglement de la communauté.

3
4
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Le jeu VR Medal of Honor: Above and Beyond présente ses modes multijoueurs
AMD gagne du terrain chez les joueurs selon une étude menée via Steam
Logiciels open source : GitHub fait le point sur 2020 et les temps de détections des vulnérabilités
Black Friday Amazon et Cdiscount : les meilleurs bons plans high-tech ce jeudi
Après The Mandalorian, au tour de Kratos d'avoir son skin sur Fortnite
Test Haven : un jeu cuit avec amour dans un four un peu trop chaud
Le DOOM Slayer aura droit à un costume... sur Fall Guys
Samsung Internet 13.0 : vie privée, meilleure ergonomie et bientôt des extensions
iPhone 12 : des soucis d'épuisement spontané de la batterie rapportés par des utilisateurs
Une PS5 Pro pourrait être en préparation avec deux GPUs, selon un brevet
Haut de page