Test Xiaomi Mi 9 SE : un séduisant smartphone à un tarif agressif

17 avril 2019 à 15h24
0
La note de la rédac
2019 semble bien parti pour signer le retour en bonnes grâces du smartphone compact. Après le Galaxy S10e et le P30, Xiaomi dégaine son Mi 9 SE. Un smartphone à la fiche technique légèrement rabotée, mais au châssis bien plus manipulable à une main que ne l'était le Mi 9.

Le Xiaomi Mi 9 est un smartphone impressionnant. Non seulement se hisse-t-il au sommet de nos benchmarks grâce à son Snapdragon 855, mais il parvient aussi à signer d'importants progrès pour la marque en matière de photographie - le nerf de la guerre des constructeurs de smartphones.

Et de ces deux arguments massue, le Xiaomi Mi 9 SE ne se départit que du premier ; troquant son SoC pour un modèle moins puissant, mais conservant son trio d'appareils photo d'excellente facture. Le tout, pour 100€ de moins que son aîné.

Le Xiaomi Mi 9 SE est disponible dès aujourd'hui dans sa version 4+64 Go pour 369€ et 6+128 Go pour 399€. Il est proposé dans les coloris noir et bleu.

Xiaomi Mi 9 SE
Le Xiaomi Mi 9 SE. Crédits : Xiaomi


Xiaomi Mi 9 SE : la fiche technique


Difficile de ne pas voir en ce Mi 9 SE une version "Lite" qui ne dit pas son nom. Du moins côté performances. Car sur le reste de la fiche technique, le nouveau smartphone compact du constructeur chinois affiche des caractéristiques assez folles pour un appareil vendu sous la barre des 400€.

Le Xiaomi Mi 9 SE, c'est :
  • Écran : 5,97 pouces (19,5:9), OLED, définition de 2340 x 1080 pixels (432 ppi) couvrant environ 84,1% de la face avant
  • SoC : Snapdragon 712 (10 nm)
  • Mémoire vive : 4 ou 6 Go
  • Stockage interne : 64 ou 128 Go (non extensible)
  • Batterie : 3 070 mAh
  • Étanchéité : Non
  • Prise jack 3,5 mm : Non
  • Appareils photo arrière : 48 MP (f/1.75), capteur 1/2" grand-angle + 8 MP (f/2.4) télé-objectif + 13 MP (f/2.4) ultra grand-angle
  • Appareil photo avant : 20 MP (f/2.0)
  • Capteur d'empreintes : Oui, sous l'écran
  • Recharge inversée : Non
  • Double SIM : Oui
  • OS : Android 9.0 Pie + MIUI 10
  • Coloris : noir, bleu
  • Prix : 369 ou 399€

Le boîtier comprend quant à lui les accessoires usuels. À savoir un adaptateur secteur de 18 W pour la charge rapide (incompatible au-delà), un câble USB-C, une paire d'écouteurs intra-auriculaires en jack 3.5 mm, un adaptateur USB-C vers jack 3.5 mm et une coque en silicone noir.

Xiaomi Mi 9 SE test
Crédits : Pierre Crochart pour Clubic

Un Mi 9, en plus plat


Le Xiaomi Mi 9 est un bel appareil, et le Mi 9 SE ne vient pas nuire à l'héritage. Ce nouveau smartphone a beau être compact, il dispose d'un châssis similaire à son aîné, à l'exception près qu'il perd la courbure latérale.

Le Xiaomi Mi 9 SE mesure seulement 147,5 mm de large sur 70,5 mm de haut (épaisseur : 7,5 mm). Il ne pèse aussi que 155 grammes, ce qui en fait un smartphone parfaitement manipulable à une main. À titre de comparaison, le Mi 9 SE est pourvu d'un gabarit similaire à un iPhone XS.

Xiaomi Mi 9 SE test
Le Mi 9 SE est vraiment compact et agréable à prendre en mains. Crédits : Pierre Crochart pour Clubic

Son écran AMOLED recouvre une très belle surface d'affichage et occupe un ration d'environ 84%, soit 1% de moins que le Mi 9. Mais au vu de la taille de l'écran (5,97 pouces contre 6,39), la différence n'est pas frappante. Les bordures sont très fines, et même le menton de l'appareil affiche des dimensions respectables. Une encoche en "goutte d'eau" loge la caméra frontale en haut de l'appareil, laquelle est surplombée par le haut-parleur utilisé pendant les appels.

Xiaomi Mi 9 SE test
L'encoche du Mi 9 SE. Crédits : Pierre Crochart pour Clubic

L'écran embarque aussi un capteur d'empreintes optique dans sa partie basse. Un modèle plutôt convaincant, sur lequel nous reviendrons dans la partie suivante du test.

Au dos, le Xiaomi Mi 9 SE souffre du même dépouillement que son prédécesseur. Le coloris est beau, et jouit des mêmes reflets chromatiques et dégradés que le Mi 9. Mais on ne peut s'empêcher de trouver qu'il manque quelque chose sur cette face arrière. Peut-être suffirait-il de rehausser légèrement le logo de la marque pour pallier cette impression ? Toujours est-il que le verre choisi par Xiaomi est particulièrement sensible aux traces de doigt, comme souvent.

Xiaomi Mi 9 SE test
Le dos du Mi 9 SE projette de jolis reflets mais est très (trop) dépouillé. Crédits : Pierre Crochart pour Clubic

On retrouve le même triptyque d'appareils photo en haut à gauche que sur le Mi 9. Le premier capteur, le principal de 48 mégapixels, affiche autour de sa lentille un cerclage projetant de jolis reflets lorsque l'on fait pivoter le smartphone.

Xiaomi Mi 9 SE test
Le Mi 9 SE embarque le même trio d'APN que le Mi 9. Crédits : Pierre Crochart pour Clubic

Xiaomi a regroupé tous les boutons d'interaction du Mi 9 SE sur la tranche droite, lesquels tombent parfaitement sous le pouce si vous êtes droitier. La partie gauche embarque le tiroir double SIM, et la face inférieure laisse apparaître le port USB-C ainsi que deux grilles de haut-parleur. Mais ne vous y trompez pas : seule une des deux est utilisée, l'autre étant purement esthétique.

Xiaomi Mi 9 SE test
Seul un des deux haut-parleurs est fonctionnel. Crédits : Pierre Crochart pour Clubic

Un écran dans les clous et un capteur d'empreintes fonctionnel


Vous l'avez lu : le Xiaomi Mi 9 SE embarque bel et bien un écran AMOLED, même à si bas prix (prends-en de la graine, Xperia 10).

Contrairement au Mi 9, celui de cette version SE nous a paru un poil moins bien calibré par défaut. Nous avons ainsi préféré passer par le réglage "froid" dans les paramètres afin de corriger ce petit excès de température dans les couleurs. Une fois ce détail réglé, l'écran de 5,97 pouces est parfaitement confortable pour tout type d'usage. La définition est idéale, et la résolution de 432 ppi se paie même le luxe d'être plus élevée que celle du Mi 9. Du bel ouvrage.

Xiaomi Mi 9 SE test
L'écran est de belle facture mais manque un poil de luminosité à l'extérieur. Crédits : Pierre Crochart pour Clubic

Côté luminosité, la fiche technique de l'appareil affiche une valeur de 430 cd/m2, confirmant ainsi nos impressions d'écran moins lumineux que le P30 que nous venons de tester. Cela ne vous posera évidemment aucun problème en intérieur, mais pourra éventuellement vous forcer à froncer les sourcils en plein soleil pour y voir quelque chose.

Enfin nous l'avons dit : le Mi 9 SE embarque un capteur d'empreintes digitales optique sous son écran. Un modèle analogue à celui du Mi 9 d'après ce que nous pouvons en dire, en cela qu'il s'avère tout à fait rapide à la réponse. Idéalement placé, le pouce tombe sans mal sur le capteur et le déverrouillage s'effectue dans la demi-seconde. Autant dire qu'une semaine à peine après l'horripilant capteur du Galaxy A50, c'est rafraîchissant !

Xiaomi Mi 9 SE test
Le capteur d'empreintes intégré sous l'écran est rapide et peu capricieux. Crédits : Pierre Crochart pour Clubic

Des performances clairement dégradées


Contrairement à son aîné, le Xiaomi Mi 9 SE n'embarque pas le Snapdragon 855. Ce qui ne l'empêche pas de s'offrir un SoC de dernière génération malgré tout ! Xiaomi a jeté son dévolu sur le Snapdragon 712, nouveau fleuron de la moyenne gamme chez Qualcomm, qui fait des merveilles en termes d'économie d'énergie. En termes de performances par contre, celui-ci est plutôt paresseux.

Sur AnTuTu Benchmark, le Xiaomi Mi 9 SE enregistre 178 841 points, ce qui lui permet tout de même de surclasser le Galaxy A50 et le Redmi Note 7, testé il y a quelques semaines. Geekbench obtient quant à lui les données suivantes : 1 861 en single-core, et 5 281 en multi-core.

Xiaomi Mi 9 SE test
Xiaomi Mi 9 SE test


Côté stockage, ce n'est pas trop ça non plus. Androbench nous indique des débits de 464 MB/s en lecture et 187 MB/s en écriture. Bref : le Xiaomi Mi 9 SE n'est certainement pas le smartphone le plus rapide de sa génération.

Xiaomi Mi 9 SE test

Mais cela ne veut absolument pas dire qu'il traine la patte. Bien au contraire. En réalité, la navigation est parfaitement fluide (bien aidée par MIUI 10, toujours aussi agréable à utiliser) et le multitâche n'est jamais un problème (notez que nous avons testé la version 6 Go de RAM).

Le jeu est, à ce titre, parfaitement possible. Fortnite se lance en réglage de qualité "moyen" à 30 ips, mais PUBG est jouable en "élevé" avec le même framerate. Attention toutefois à la chauffe, qui arrive assez rapidement lors de longues sessions de jeu.

Xiaomi Mi 9 SE test
Xiaomi Mi 9 SE test

Un smartphone très endurant


L'autonomie, c'est un peu le dada de Xiaomi. Enfin, sauf sur le haut de gamme. Le constructeur s'est fait une spécialité d'offrir à ses smartphones abordables une endurance particulièrement intéressante, comme en témoigne la gamme Redmi.



C'est bien simple : le Xiaomi Mi 9 SE est resté éveillé pendant 48h tout rond lors de notre test. Débranché dimanche dans la matinée, il ne s'est éteint que le mardi matin. Nous l'avons utilisé en tant que smartphone principal, et nos journées se découpaient entre applications de transport, musique, Netflix, YouTube, beaucoup de réseaux sociaux et quelques jeux vidéo. Aucune tâche ne semble entamer l'autonomie du smartphone plus qu'une autre, et ce n'est qu'au terme de 6h de temps d'écran que le téléphone a rendu l'âme.

Xiaomi Mi 9 SE test
Xiaomi Mi 9 SE test


Du très très bon pour ce prix donc, qui se conjugue en plus à une recharge rapide 18 W. Concrètement, cela vous permet de recharger le Mi 9 SE en 1h30 environ.

Le Xiaomi Mi 9 SE n'est en revanche pas compatible avec la recharge sans-fil. D'autant plus dommage que son grand frère inaugurait justement la recharge sans-fil à 20 W.

Aussi bon en photo que le Mi 9


Si Xiaomi a dû opérer quelques petites coupes techniques au niveau des performances, il offre à son Mi 9 SE les mêmes appareils photo que son flagship. Une excellente nouvelle, car nous étions particulièrement bluffés des progrès faits par la marque entre le Mi 8 et son dernier modèle.

Xiaomi Mi 9 SE test
Crédits : Pierre Crochart pour Clubic

On retrouve donc un trio d'appareils offrant une belle polyvalence, même si la chose est amenée à devenir parfaitement banale dans les prochains mois. Le capteur grand-angle principal de 48 mégapixels est signé Sony, et offre des résultats très convaincants en bonne luminosité. On remarque toutefois une petite tendance à la sous-exposition par temps gris.

Xiaomi Mi 9 SE test
Le Mi 9 SE a une petite tendance à la sous-exposition. Crédits : Pierre Crochart pour Clubic

Le module ultra grand-angle offre quant à lui des moins bons résultats. Si l'angle de vue couvert de 123° est clairement appréciable pour capturer l'entièreté d'une scène, la balance des blancs est souvent à la ramasse ; donnant à voir des images souvent jaunies et manquant de détails.

Xiaomi Mi 9 SE test

Xiaomi Mi 9 SE test

Xiaomi Mi 9 SE test
Photos prises avec l'ultra grand-angle, le grand-angle et le télé-objectif. Crédits : Pierre Crochart pour Clubic

Le télé-objectif enfin est plutôt léger, et n'offre "qu'un" zoom 2x. On peut difficilement le reprocher à Xiaomi à ce niveau de prix, mais on sort tout juste des tests du Huawei P30 Pro et P30. Il faut le temps de reformater notre logiciel interne.

Xiaomi Mi 9 SE test
La mise au point du mode Portrait est laborieuse. Crédits : Pierre Crochart pour Clubic

Côté portrait... ce n'est pas tout à fait ça. Qu'on s'entende bien : les résultats obtenus sont corrects, bien que le découpage soit très hasardeux. Mais encore faut-il réussir à obtenir ces fameux résultats. J'ai pu constater que le Mi 9 SE avait toutes les peines du monde à faire la mise au point dans ce mode, s'obstinant à vouloir mettre en focus un autre élément que mon visage. Plutôt gênant, vous en conviendrez. En résultent des portraits souvent flous, même dans de bonnes conditions lumineuses. Dommage.

Xiaomi Mi 9 SE test
À l'avant, rien à signaler de particulier. La caméra frontale fait le travail sans extravagance. Crédits : Pierre Crochart pour Clubic

À l'avant, les auto-portraits sont plus nets (encore heureux), mais n'offrent pas forcément un joli flou d'arrière-plan. Générique, dirons-nous.

Le Mi 9 SE dispose bien entendu d'un mode Nuit rallongeant la pose pour obtenir de meilleurs résultats quand la lumière vient à manquer. Par défaut, le smartphone aura tendance à faire baver les sources lumineuses. Le mode Nuit résout se problème et apporte un surplus de détails bienvenus à vos clichés nocturnes.

Xiaomi Mi 9 SE test
Xiaomi Mi 9 SE test

À gauche en mode auto, à droite en mode nuit. Crédits : Pierre Crochart pour Clubic

Côté vidéo enfin, le MI 9 SE est capable de filmer en 4K à 30 images par seconde. Le smartphone dispose d'une stabilisation électronique qui, vous vous en doutez, ne fait pas de merveilles.

Xiaomi Mi 9 SE : l'avis de Clubic


Quelle année pour Xiaomi ! Après un Mi Mix 3 en tout point convaincant et un Mi 9 qui est encore indétrônable au rang des performances, le constructeur chinois débarque avec une version allégée et plus compacte de son flagship. Son point fort, on l'a dit, c'est sa compacité. Mais le Xiaomi Mi 9 SE n'est pas qu'un châssis de petite taille, et dispose de solides arguments pour séduire.

Outre son prix, fixé à partir de 369€, la nouvelle addition au catalogue de Xiaomi embarque un SoC de dernière génération offrant une expérience de navigation et multitâche très convaincante. Côté photo c'est simple : on retrouve le même trio d'APN que sur le Mi 9, avec les bons résultats qu'on lui connaît.

Xiaomi se montre donc encore une fois particulièrement agressif sur le marché avec un produit extrêmement séduisant et une étiquette tarifaire plutôt douce.

Xiaomi Mi 9 SE

Les plus
+ Sa compacité
+ Capteur d empreintes rapide
+ Très grande autonomie
+ Navigation parfaitement fluide
+ Résultats photo identiques au Mi 9
Les moins
- Design générique
- Pas de recharge sans-fil
- La balance des blancs sur le très grand-angle
- Auto-focus à la ramasse en mode portrait
Design
Écran
Performances
Autonomie
Photographie
4

Modifié le 18/04/2019 à 10h21
11 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Renault présente des résultats en baisse au S1... sauf sur l'électrique, en plein boom
scroll top