🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% ! 🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% sur le high-tech

Critique OVNI(s) saison 2 : avec ses bonnes ondes, on a toujours plus envie d'y croire

14 février 2022 à 09h40
26
OVNI(s) © Canal+

Nous y allions avec une curiosité polie, on en est ressorti avec un réel engouement, et même une envie renouvelée de croire en la création française. OVNI(s) est l'une des meilleures séries venues, non pas d'ailleurs, mais bien de chez nous, l'une des meilleures créations originales Canal+ et l'une des meilleures découvertes de 2021.

OVNI(s)
  • Vous aimez quand un show mélange (avec brio) les genres
  • Vous cherchez une chouette histoire qui n'oublie pas son enrobage
  • Vous êtes à la recherche d'une série pas trop longue
  • Le cadre de la France des années 70 ne vous inspire pas
  • Vous n'êtes pas réceptif au retro, notamment côté humour
  • Vous n'avez pas envie d'y croire

Une Saison 2 qui ne cigare pas

Disponible le 21 février sur myCanal et Canal+

Si vous découvrez la série, n'hésitez pas à passer ce paragraphe pour lire directement la critique complète de la première saison.

Si vous saviez comme nous sommes heureux, à la rédaction, d'avoir pu revenir dans le monde coloré d'OVNI(s) pour sa saison 2. Une nouvelle fois composée de 12 épisodes d'une trentaine de minutes, l'histoire reprend quelques temps après les événements de la fin de la saison 1, qui aura vu nos héros partir chacun dans leur coin. Sans surprise et heureusement, la fine équipe du GEIPAN se regroupe rapidement pour étudier un très étrange phénomène.

Sans trop en dire, les scénaristes ont cette fois décidé de plus ou moins laisser tomber le doute concernant les aliens, pour emprunter une voie plus directe. Tout le monde n'appréciera pas forcément, mais c'était assez inévitable pour faire avancer le scénario et répondre à certaines des questions laissées en suspens dans la première saison. Si ces nouveaux épisodes suivent un fil rouge central, quelques petites affaires et intrigues plus secondaires sont également là pour détendre l'atmosphère et rythmer l'ensemble, tandis que nos héros multiplient les crises existentielles touchantes.

Avec cette nouvelle salve d'épisodes, on perd évidemment l'effet de surprise des débuts, et certains passages sonnent par ailleurs un brin forcés ou téléphonés (du côté des romances, notamment). Pourtant, OVNI(s) parvient toujours à nous coller un sourire niais sur le visage. Les échanges entre les personnages connus fonctionnent toujours à merveille et les nouvelles têtes (dont Alice Taglioni) sont également les bienvenues. On salue tout particulièrement Vera, toujours interprétée par Daphné Patakia, qui continue de tirer tout le monde vers le haut, et on donnerait cher pour voir les bêtisiers du tournage, tant certains de ses passages doivent demander une concentration extrême aux autres pour ne pas rire.

La réalisation et l'ambiance de la série restent également au diapason, à l'instar de la musique, même si nous n'avons pas relevé énormément de nouvelles pistes signées Thylacine.

Aujourd'hui, on se retrouve à rêver de deux choses : un t-shirt « Giscard à la barre » et une saison 3. La fin de cette S02 pourrait tout à fait faire office de fin de série, mais la gourmandise est plus forte et nous avons un peu de place pour du rab.

Accompagnez la lecture de cet article avec la musique de la série :

Fiche technique OVNI(s)

Informations

Genre
Science-Fiction, Comédie
Réalisation
Clémence Dargent, Martin Douaire
Editeur
BE-FILMS, Montebello Productions, Umedia
Plateforme
MyCanal
Nombre de saisons
2
Nombre d'épisodes (Total)
24
Classification
Tous publics

OVNI(s) danse avec les stars

Il semblerait que la production française de séries ait décidé de démarrer 2021 sur les chapeaux de roues. Après la sympathique Lupin, c'est au tour d'une série Canal+, OVNI(s), de venir bousculer mes habitudes, selon lesquelles je préfère savourer lentement les épisodes d'une série plutôt que de les « binge watcher ». Succombant à la pratique, il ne m'aura cette fois fallu que quelques jours pour en dévorer les 12 épisodes de 30 minutes.

Dans le Veilleur d'écran[s] de la semaine dernière, je déclarais que la série Netflix mettant en scène Omar Sy ne figurerait probablement pas dans mon classement des meilleures nouveautés de 2021 à la fin de l'année - notamment à cause de quelques faiblesses d'écriture. Avec OVNI(s), c'est tout l'inverse : il ne fait aucun doute que la série de Clémence Dargent et Martin Douaire figurera dans mon top de l'année ! Le show m'a même aidé à encaisser, si ce n'est compenser, les récents arrêts des formidables créations originales Canal+ que sont Engrenages et Baron Noir.

OVNI(s) © Canal+

Dans OVNI(s), nous retournons, si vous le voulez bien, en 1978 (et si vous ne le voulez pas, eh bien c'est dommage pour vous, restez donc en 2021).

L'intrigue suit principalement Didier Mathure (incarné par l'excellent Melvil Poupaud), un brillant ingénieur spatial employé du CNES. Après un incident impliquant une fusée et une explosion, il va se retrouver propulsé malgré lui à la tête du GEPAN, un bureau dévalué du Centre National d'Etudes Spatiales, spécialisé dans les enquêtes sur les OVNI.

Ce petit département, qui existe réellement, aujourd'hui sous l'acronyme GEIPAN (Groupe d'Etudes et d'Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés), est, dans la série, la risée du monde scientifique français. Sans surprise, notre cartésien de héros vit donc cette mutation comme une punition ; cependant que sa vie de famille plus ou moins séparée n'est déjà pas aisée à vivre, d'autant que son ex-femme (l'impeccable Géraldine Pailhas) est aussi une collègue scientifique très présente dans son quotidien.

Je sers la science et c'est ma foi

Pour l'épauler dans sa mission, qui consiste majoritairement à expliquer, par des faits scientifiques, les alertes aux OVNI lancées par la population, Didier pourra compter sur le trio d'employés déjà présents au GEPAN. Mais s'ils veulent tous très bien faire, Rémy (Quentin Dolmaire et ses élégantes rouflaquettes), Véra (la lumineuse Daphné Patakia) et Marcel (Michel Vuillermoz, de la Comédie Française) sont quelque peu perdus, chacun à leur manière.

Ces personnages, tout sauf secondaires, sont délicieusement naïfs, attachants, souvent la tête dans leurs mondes. Servis par un excellent jeu d'acteurs et une écriture touchante, ils viennent apporter douceur et rêverie à l'ensemble (quand Didier lui n'est malheureusement pas toujours facile à supporter et à excuser tant il a des attitudes limites, bien qu'ancrées dans la comédie).

OVNI(s) © Canal+

Un peu à la manière de la série Project Blue Book (qui reprend pour sa part des enquêtes sur les OVNI réalisées par l'US Air Force en 1950), OVNI(s) s'inspire de faits réels. Elle brouille avec un certain talent la frontière entre événements réels, concrets et prouvés, imagination ou malhonnêteté des individus et autres complotistes, et éléments aussi mystérieux qu'inexplicables.

Mais contrairement à la série de History, qui m'est rapidement tombée des mains d'ennui, le show de Canal+ est resté captivant jusqu'au bout, gagnant en intensité et en enjeux à chaque épisode.

« beaucoup d'éléments m'ont plu dans OVNI(s), et je serais bien en peine de lui trouver de véritables défauts »

Il faut dire que la série a eu la bonne idée d'éviter le piège « un épisode, une affaire », préférant s'attacher à développer ses personnages et son fil rouge en entretenant en permanence le doute, pour ses héros comme pour ses spectateurs. Là où Project Blue Book se prenait très au sérieux, OVNI(s) fait le (bon) choix de jouer la carte de l'humour, presque burlesque.

OVNI(s) © Canal+

Très inspiré du monde de la bande-dessiné, selon ses créateurs, le comique, principalement de situation, peut aussi régulièrement rappeler l'excellente série Au Service de la France. Bien évidemment, l'enrobage visuel seventies n'est pas pour rien dans ce parallèle, puisque OVNI(S) ne manque assurément pas de personnalité en termes de décors, d'accessoires et de costumes. Le tout est d'ailleurs servi par une excellente photographie, et l'ensemble est réalisé par un seul homme, Anthony Cordier, gage d'unité et de cohérence.

Si elle plonge dans l'humour, OVNI(s) parvient à éviter d'en faire trop, même quand elle aurait pu se laisser aller à la surenchère. On retrouve également cette justesse du côté des références de l'époque, que les auteurs glissent ça et là. L'amour de l'équipe pour cette période est évident, et l'hommage rendu est bien là, pertinent, délicat, toujours au service de l'histoire à raconter et veillant à ne pas laisser les plus jeunes sur le bord de la route.

OVNI(s) © Canal+

Le GEPAN, un département qui soucoupe de tout

Vous l'aurez compris, beaucoup d'éléments m'ont plu dans OVNI(s), et je serais bien en peine de lui trouver de véritables défauts. Toutefois, si je ne devais absolument retenir qu'une seule chose de la série (ce qui serait gâché, certes, mais laissez moi faire ce que je veux), je crois que ce serait l'incroyable bande-son électro signée Thylacine. C'est bien simple, j'ai découvert l'artiste angevin avec OVNI(s), et me suis rué sur le reste de sa discographie depuis.

Celle-ci est au même niveau d'excellence que le travail délicieusement chill et old-school qu'il a produit pour le show. Pour faire les choses très bien, il est même allé jusqu'à composer la bande originale directement dans un musée,
sur des synthétiseurs d'époque ! Je trouve la démarche aussi formidable que pertinente, d'autant plus que la musique (y compris le solide générique d'intro, basé sur un remix d'un morceau de Jean-Michel Jarre) participe indéniablement à l'hommage global fait aux années 70 tout au long de la série.

OVNI(s) © Canal+

Plutôt que de terminer sur une conclusion à rallonge qui résumerait tout ce que je viens de vous dire, j'ai juste envie de vous demander de faire comme Didier Mathure : ouvrez-vous et essayez d'y croire. Regardez OVNI(s). Cela faisait longtemps que je n'avais pas connu un tel état de manque quelques jours seulement après avoir terminé une série.

Ah et si vous passez par là, Canal+, merci de lui offrir une saison 2, car il reste malgré tout bien des choses à explorer !

8

Passée la curiosité polie, on ressort d'OVNI(s) avec un réel engouement, et même une envie renouvelée de croire en la création française. C'est l'une des meilleures séries venues, non pas d'ailleurs, mais bien de chez nous, l'une des meilleures créations originales Canal+ et assurément l'une des meilleures séries de l'année.

Les plus

  • Vous aimez quand un show mélange (avec brio) les genres
  • Vous cherchez une chouette histoire qui n'oublie pas son enrobage
  • Vous êtes à la recherche d'une série pas trop longue

Les moins

  • Le cadre de la France des années 70 ne vous inspire pas
  • Vous n'êtes pas réceptif au retro, notamment côté humour
  • Vous n'avez pas envie d'y croire

La S01 d'OVNI(s) est en cours de diffusion sur Canal+ (trois épisodes tous les lundis), ou disponible en intégralité sur MyCanal.

MyCanal
  • Des films récents en première diffusion
  • Un abonnement incluant Netflix, OCS et Disney+
  • Une interface bien pensée intuitive

Le service du groupe français propose l'offre la plus exhaustive en termes de contenus, avec des films (très) récents et de nombreuses séries disponibles dans une seule et même application. Evidemment le prix s'en ressent mais Canal+ propose un produit abouti qui pourra convenir aux petits et aux grands.

Le service du groupe français propose l'offre la plus exhaustive en termes de contenus, avec des films (très) récents et de nombreuses séries disponibles dans une seule et même application. Evidemment le prix s'en ressent mais Canal+ propose un produit abouti qui pourra convenir aux petits et aux grands.

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
26
20
pitape
Série très sympa, bons acteurs, humour, suspense. Une excellente surprise sans prise de tête.
Erik_Degen
Bien dit… Mais ca sera parfait pour la populasse.
Tungsten
V’là l’Elite !<br /> Une playlist ?
julla0
Moi ce que je viens d’apprendre de cet article c’est la fin de Baron noir!
eric75fr75
Ben la série est datée dans les années 70, tu n’as pas du connaitre, car c’est exactement çà, kitch. Au contraire, pour ma part, petite série sans prétention qui se laisse regarder, à voir où mènera la saison 2…
loracle
Merçi pour cette analyse pleine de bon sens, y’a tellement de gens au gout de bof de nos jours.
roboc
Les goûts et les couleurs… on est toujours le bof de quelqu’un…<br /> Pas encore regardé, je vais voir si ça me fait un effet kissCool ou le même effet qu’à @Karl_TH.
loracle
t’a surement raison au sujet des goûts, mais vu la tendance de nos jours je me fierais plutôt à l’avis de l’ami @Karl_TH.
roboc
Personnellement je me fis à mon avis, pas celui des autres. Après, chacun fait comme il veut.
Ch4rOon
Beauf et pas bof x’D<br /> fr.wikipedia.org<br /> Beauf<br /> Le beauf —&nbsp;mot d'argot français employé dans le langage courant&nbsp;— est un stéréotype de Français moyen vulgaire, inculte et borné. Passé dans le langage familier, le personnage du «&nbsp;beauf&nbsp;», abréviation de «&nbsp;beau-frère&nbsp;», est baptisé par le dessinateur Cabu dans Charlie Hebdo dans les années 1970, puis repris dans une rubrique du Canard enchaîné et plusieurs albums de dessins du même auteur (Le Grand Duduche, Mon beauf, À bas toutes les armées, Les nouveaux beaufs).<br /> La représentation du beauf n...<br />
Goodbye
Merci , entre «&nbsp;populasse&nbsp;» et «&nbsp;bof&nbsp;» , j’ai bien cru que c’etait une reunions de «&nbsp;boomer&nbsp;» ici … ok je sors
Goodbye
Tendance ou non , le mieux ça reste quand même de de faire sont propre avis…<br /> Des series de merde , il y en a beaucoup de nos jours , mais ya aussi pas mal petit bijoux par si par la …
ultrabill
«&nbsp;Moi si je peux me permettre je suis un peu de l’avis de tout le monde&nbsp;»
phil995511
Je ne regarderai certainement jamais cette série, Canal c’est beaucoup trop cher pour ce que c’est ;-(
g-jack
Canal + série gratuit pendant 1 an pour tous ceux qui ont Free, et résilié automatiquement au bout de 12 mois, perso j’en ai profité pour regarder cette série
ld9474
Excellente série. Je vais me refaire la saison un avant de partir sur le 2 dès lundi
sebstein
décidé de plus ou moins laisser tomber le doute concernant les aliens<br /> Ah mince… J’aimais justement le fait que la série ne traitait pas le sujet frontalement…
aGa
ça reste très fin hein, pas question de voir des petits hommes verts se balader sur Terre
sebstein
Ah, j’ai hâte alors, cette série est un frai vent de fraicheur sur le paysage audiovisuel français !
fox-idcom
cette série est un petit bijou ! honnêtement , je l’ai pas vu venir l’an dernier et j’ai regardé comme ça par hasard sans en attendre quoique ce soit et j’ai dévoré la saison 1 en quelques jours !<br /> content de voir que la saison 2 est sortie , si c’est dans la même veine que la première (ce dont je ne doute pas trop en fait) ca va être excellent.
merotic
Hélas!<br /> Ils ont cédé à la mode woke.<br /> on peut y voir des familles d’origine étrangères vivant comme celles de la classe moyenne actuelle.<br /> Quand on sait le revenu des minorités à la fin des années 70, ce qui est montré dans cette saison 2 est irréel.<br /> Dommage, le contexte était propice à développer des thèmes sur les inégalités dans les années 70.<br /> Mais en y mettant de la diversité profitant de la discrimination positive, on tombe sur des anachronismes.
aGa
Vous venez vraiment chouiner sur des anachronismes et choses « irréelles » dans une série basée sur les aliens ? Tout est vraiment bon pour crier au wokisme après s’être cogné tout seul le petit doigt de pied contre un meuble imaginaire. C’est ridicule.
THIERRY_TRETOLA
→ « Le GEPAN, un département qui soucoupe de tout » il existe aussi le mot GEIPAN, je pense que les deux sont valables, .<br /> Bon il est temps d’attaquer la saison 1, je ne connaissait pas cette serie qui a l’air Interéssante.<br /> j’ai commencé lepisode 1 s01, j’adore le sinté touche arc en ciel je devrais faire pareil sur mon nord lead 3 :D, (la bande son j’adore generique : )<br /> voyons cet episode a voir si j’accroche, je donnerai mon avis apres
THIERRY_TRETOLA
Tu sais avec l’univers infini (ya pas de mur apres ) je pense que tout peut exister, ça c’est certain. mais ou ? les distances sont quasiment impossibles … Notre planete est deja un miracle en soi-même , ne pas l’oublier, et plus que rare…
Blade102
Désolé mais les séries et cinéma Français je ne peux plus … depuis les années 2000 c’est atroce… L’époque Defunes, Galabru, Jean Lefèvre, ou le premier visiteur des années 90 était la bonne époque.
caprikorn
Astronogeek à fait une vidéo sur cette série !<br />
Voir tous les messages sur le forum

dernières critiques

Critique | The Pentaverate : Mike Myers chasse les complots sur Netflix et ne fait pas dans la dentelle
Critique | Doctor Strange in the Multiverse of Madness : Sam Raimi projette Marvel dans de nouvelles dimensions
Critique Moon Knight : la nouvelle série Marvel ne manque pas de personnalités
Critique Shenmue the Animation : une adaptation qui manque d'impact
Critique Bubble : le film de Netflix et Wit Studio peine à sortir de sa bulle
Critique Shining Girls : un thriller temporel redoutable et troublant sur Apple TV+
Critique | Choose or Die : Netflix se lance dans la drague des fans d'horreur et de jeu vidéo
Critique | Les Animaux fantastiques, les Secrets de Dumbledore : le spin-off d'Harry Potter a-t-il enfin trouvé la bonne formule ?
Critique | L'Attaque des Titans : un anime incroyable qui se prend parfois le mur
Critique | Freaks Out : l'Italie fait son super cirque
Haut de page