Dell dévoile par erreur les versions bureau des processeurs Intel de dixième génération

Nathan Le Gohlisse
Spécialiste Hardware
04 mars 2020 à 15h37
0
Dell-IntelCore.jpg
© Dell / Capture d'écran YouTube par Engadget

Si tout le monde s'y attendait, Dell a vendu la mèche un peu trop tôt : les processeurs Intel de 10ème génération pour ordinateurs de bureau sont sur le point de débouler sur le marché. Pour preuve, une vidéo publiée sur YouTube (et supprimée depuis) par le constructeur texan.

La boulette de la semaine pourrait bien revenir à Dell. Le groupe de Round Rock a publié, avec un peu trop d'avance, une vidéo de promotion de sa nouvelle tour XPS... Équipée de processeurs Intel de 10ème génération pour PC de bureau. Seulement voilà, ces puces n'ont pas encore été officiellement annoncées par Intel, qui n'a toujours pas communiqué publiquement sur sa prochaine génération de CPUs desktop « Comet Lake ». Cette dernière devrait pourtant se concrétiser sous peu, pour attaquer AMD et donner une réponse probante tant à la troisième génération de puces Ryzen, qu'à la quatrième génération à venir.


Intel en situation de retard technologique devra convaincre face à un AMD qui a le vent en poupe

Comme le précise Engadget, Intel a bien lancé son Core i9-10980XE. Mais ce premier processeur de dixième génération est en réalité (et de l'aveu même d'Intel) une puce de neuvième génération déguisée. Tout reste donc à faire pour Intel, qui devra remplacer sa gamme existante, actuellement menée par le Core i9-9900K (et dans une moindre mesure par l'i9-9900KS, lancé durant l'automne et légèrement plus performant).

Les processeurs « Comet Lake » de bureau auront toutefois un désavantage face à AMD, tout du moins sur le papier : leur gravure en 14 nm. Un protocole utilisé faute de mieux (le 10 nm met du temps à s'étendre sur le marché) par Intel depuis 2015. AMD s'arme pour sa part de la gravure en 7 nm de TSMC et peut compter sur son flagship, le Ryzen 9 3900X, proposé à moins de 500 dollars pour assurer ses arrières. Intel aura la lourde tâche de faire mieux, et surtout plus attractif, pour tirer son épingle du jeu.


Intel misera sur la multiplication des cores

Pour ce faire, la firme de Bob Swan devrait lancer un Core i9-10900K (remplaçant du Core i9-9900K) équipé de 10 cores, un Core i7-10700K doté de 8 cores (soit autant que le 9900K à l'heure actuelle) et sur des core i5 et i3 pourvus respectivement de 6 et 4 cores. L'ensemble de ces puces profiteraient d'une baisse de prix par rapport à leurs prédécesseurs et disposeraient en outre de l'hyperthreading. Une bonne nouvelle qui s'étendrait même aux futurs Core i3.

Si cette montée en gamme devrait permettre à Intel de rester compétitive en termes de puissance, elle aurait un inconvénient en termes d'efficacité énergétique. WCCFTech évoquait ainsi jusqu'à 300 watts de consommation pour les nouvelles puces haut de gamme d'Intel. C'est beaucoup... Trop peut-être en 2020, alors qu'AMD s'apprête à lancer sa nouvelle génération de puce Ryzen, dotée d'une micro-architecture rafraîchie pour tirer meilleur parti encore du procédé de gravure en 7 nm. Les prochains mois s'annoncent donc mouvementés... Et passionnants.

Sources : Engadget
Modifié le 04/03/2020 à 15h38
7
7
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La planète est confinée ! Le ralentissement est visible depuis l'espace.
L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
La dernière mise à jour de Windows 10 provoque une fois de plus pannes et ralentissements
Confinement : la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire est disponible en téléchargement
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Coronavirus : le traçage numérique
Comment choisir la bonne diagonale pour son téléviseur ?
Elon Musk fait un don de 50 000 masques et 1200 respirateurs... pour se racheter ?
Confinement : le gouvernement durcit les restrictions
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
scroll top