QD-OLED et Neo QLED : nos premières impressions sur les téléviseurs Samsung à venir

Matthieu Legouge
Par Matthieu Legouge, Spécialiste Image.
Publié le 18 février 2023 à 00h45
© Samsung
© Samsung

Comme annoncé lors du CES 2023, Samsung poursuit de développer sa gamme Neo QLED tout en élargissant son offre de téléviseurs OLED. Nous avons pu jeter un œil à certaines de ces références lors d’un évènement organisé par Samsung. Étaient notamment réunis les derniers smartphones et objets connectés de la marque, le tout nouveau Galaxy Book 3 Ultra, mais aussi une paire de téléviseurs qui arriveront prochainement sur le marché.

Le showroom de Samsung nous a ainsi permis de nous approcher des prochains flagships de la marque en matière de téléviseurs. Nous avons pu y voir le nouveau téléviseur QD-OLED, à savoir le Samsung S95C, ainsi que deux références Neo QLED avec un téléviseur 8K de 85 pouces (le QN900C), et un téléviseur 4K plus modeste avec le QN90C lui aussi équipé d’un rétroéclairage Mini-LED.

S95C : Samsung peaufine sa recette de l’OLED

Commençons par le clou du spectacle, qui n’est autre que le téléviseur QD-OLED deuxième génération du fabricant coréen. Cette année, Samsung élargit sa gamme avec un total de six références contre seulement deux l’an passé. Cela s’explique d’abord pour l’ajout d’une nouvelle diagonale de 77 pouces à celles existantes (55 et 65 pouces) ainsi qu’une division de l’offre par le biais de deux gammes avec l’OLED S90C et l’OLED S95C.

Pour résumer, l’OLED S90C reprend les éléments du modèle de l’an passé (le S95B) et reste livré sans boitier OneConnect. Le S95C sera, quant à lui, bien équipé du fameux boitier qui permet de n’avoir qu’un seul câble à relier au téléviseur et donc à profiter d’un téléviseur légèrement plus fin et d’une installation on ne peut plus propre et facile.

Samsung Showroom

Crédits : Matthieu Legouge pour Clubic

Malgré tout, une chose semble évidente après avoir observé le S95C en avant-première : Samsung semble avoir travaillé sur différents points pour faire du S95C le modèle haut de gamme par excellence et le rendant encore plus performant. Il faut néanmoins prendre cette affirmation avec des pincettes, pour la simple et bonne raison que nous n’avons pu vu le S90C à côté du S95C, mais l’image de ce dernier risque de faire des jaloux pour au moins deux raisons. Tout d’abord, à côté des téléviseurs Neo QLED équipés d’un rétroéclairage MiniLED, le S95C semblait tout autant lumineux que ces derniers.

Bien sûr, cela dépend beaucoup du mode d’image choisi et des ajustements qui ont été réalisés en amont, mais force est de constater que l’élévation de la luminosité est bien au programme. Si une luminosité élevée n’est utile que dans certains cas, par exemple pour regarder la télévision en pleine journée dans une pièce bien exposée ou faire ressortir un maximum de détails dans les hautes lumières en HDR, il parait clair que le S95C sera un très bon élève sur ces deux points. Cela est à ajouter à un autre élément, très impactant pour visionner des contenus dans la plupart des situations : la gestion des reflets.

Le S95C n'a pas manqué d'attirer l'attention des visiteurs. Crédits : Matthieu Legouge pour Clubic

La réflectance des dalles OLED a toujours été, jusqu’à de récentes améliorations, un grand point faible pour cette technologie d’affichage sur téléviseur. Pour le coup, le S95C était placé dos à la baie vitrée dans le showroom de Samsung, ce qui n’aide pas à se faire une idée précise des capacités du revêtement de la dalle. Il semble néanmoins être encore un cran au-dessus de ce que Samsung a produit l’an passé avec son S95B ; il nous tarde de vérifier ceci avec nos conditions habituelles de test dans une pièce baignée de lumière avec une fenêtre que l’on trouve généralement bien mal placée lorsqu’il s’agit de tester des téléviseurs OLED (voir par exemple nos tests du LG A2 ou du Sony BRAVIA XR-55A83K).

Au final, notre première impression sur le S95C est excellente. Le téléviseur QD-OLED de Samsung gagne un boitier OneConnect, profite d’un design fin et premium et surtout affiche une image sans commune mesure avec les meilleurs téléviseurs LCD du marché : l’image profite d’une large richesse en matière de couleurs, d’une luminosité explosive et surtout d’une profondeur inégalée avec des noirs intenses. Si nos impressions à propos du filtre anti-reflet se confirment, alors le S95C se placerait sans trop de mal comme l’un des meilleurs téléviseurs de l’année. On en reparle d’ici quelques mois lorsque nous aurons pu le tester, et évidemment le comparer à la concurrence avec les dalles META de LG Display. En attendant, Samsung a dévoilé prix et disponibilité de son flagship OLED, il faudra compter 2 499 € pour le modèle de 55 pouces, 3 299 € pour celui de 65 pouces, et pas moins de 4 799 € pour la diagonale la plus généreuse de 77 pouces.

Un mode d'image dynamique qui en fait peut-être un peu trop sur le Neo QLED 8K de Samsung © Matthieu Legouge pour Clubic

Téléviseurs Neo QLED : une génération sans blooming ?

Difficile de répondre à la question du blooming en ayant vu les téléviseurs en action pendant quelques dizaines de minutes tout au plus, néanmoins Samsung continue de pousser son rétroéclairage MiniLED dans ses retranchements en augmentant le nombre de diodes et, par conséquent, le nombre de zones de gradation locales. Toujours est-il que le fabricant continue également de ne pas communiquer les informations liées au rétroéclairage, nous ne connaissons donc pas le nombre précis de diodes ou de zones de local dimming.

Les téléviseurs 8K, bien qu'onéreux et énergivores, restent à l'ordre du jour chez Samsung © Matthieu Legouge pour Clubic

Les deux écrans que nous avons vus à l’œuvre représentent ce que Samsung a de mieux à proposer en matière de Neo QLED. D’abord avec le QN900C et sa définition 8K qui s’avère plus appropriée afin de profiter au mieux d’une diagonale de 85 pouces comme c’est le cas ici, ainsi qu’avec le QN90C qui se positionne comme un téléviseur MiniLED 4K haut de gamme. Hormis les évolutions promises en matière de traitements d’image et d’interface, c’est surtout la multiplication des zones de gradation locale qui semble être à l’ordre du jour sur ces téléviseurs premium. L’objectif ? Éliminer du mieux que possible les effets de blooming que l’on rencontre généralement lorsqu’un objet lumineux est diffusé sur un fond sombre.

Toujours plus complet d'année en année, l'interface Tizen gagne encore de nouvelles fonctionnalités, notamment en matière de gaming comme on peut le voir ici avec le QN90C © Matthieu Legouge pour Clubic
© Matthieu Legouge pour Clubic

L’an passé, nous avions pu voir que le blooming n’était pas encore totalement éradiqué sur le modèle que Samsung nous avait fait parvenir, à savoir le Neo QLED QN90B. Nous percevions en effet encore « un léger blooming des objets qui apparaissent sur des fonds uniformes […] à la limite du perceptible dans la plupart des cas ». Naturellement, nous nous attendons à mieux cette année, mais hormis l’image très détaillée et la riche colorimétrie de ces modèles, nous n’avons pas été en mesure de déceler si Samsung a vraiment été en mesure d’éradiquer ce phénomène avec sa nouvelle gamme Neo QLED. Encore une fois, seuls nos protocoles de tests viendront éclaircir notre jugement lorsque nous pourrons mettre la main sur l’un de ces modèles. Affaire à suivre donc !

Par Matthieu Legouge
Spécialiste Image

Pigiste pour Clubic depuis 2018, j’ai d’abord pris la plume pour parler d’actualités, avant de me spécialiser peu à peu sur les catégories PC & Gaming, notamment les écrans et périphériques, ainsi que l’image et le son, plus particulièrement tout ce qui touche au Home Cinema : les téléviseurs, vidéoprojecteurs et barres de son.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
dedeeded

1 : Soit vous avez effectuer cet article avec une IA, soit vous êtes mauvais en français, c’est incroyable le nombre de fautes dans cet article avec des mots mal placé ou carrément pas les bons mots.

2 : Heureusement que l’on connait le contexte, à savoir que c’est Samsung (domaine high tech) et non pas aubade ou Shein, avec des modèle S95B S95C, on aurait dit qu’on nous exposait des soutiens-gorges de bonne tenue hi hi hi

Blackalf

L’arroseur arrosé. paf

John_Hudson

Il faut préciser que les écrans Samsung et tout leurs produits ne sont pas compatibles Dolby Vision qui est la norme professionnel utilisée au cinéma.

Car Samsung ne veux pas payer la licence, ils préfèrent le HD10+ (une norme qu’ils ont essayé de mettre en avant en vain) que quasiment personne n’utilise.

Il serait bien de le préciser dans les articles.

06jerem

Possesseur d’un 65S95B, je ne peux que vous déconseiller ce modèle soit disant haut de gamme, qui est clairement bâclé. Déjà il y a la concession du Dolby Vision ainsi que du DTS, viennent ensuite :

  1. Netflix qui diffuse en HDR et non HDR10+, il en résulte des films souvent trop sombres même avec la luminosité au maximum, c’est bien meilleur en SDR… Voilà la raison de l’importance du Dolby Vision
  2. Le soir en allumant le téléviseur, vous vous prenez un beau flash de lumière au visage (bonjour les yeux !), Il faut attendre une 10aine de secondes pour que la luminosité s’abaisse
  3. Le réseau wifi qui met plusieurs 10aines de secondes pour se connecter au démarrage avec une box à 5 mètres dans la même pièce et à 50 cm du sol
  4. Tizen 6.5 est un nid à publicités/suggestions d’éléments qu’on ne peut supprimer, l’OS se fige parfois 4 à 5 secondes et manque de réactivité
  5. Le système de compensation de mouvement vendu comme incroyable, lag durant la 1ère seconde lors de certains changements de scènes/plans
  6. L’absence de chiffre sur la télécommande et l’accès à ces chiffres virtuels sur le téléviseur n’est pas réactif, le système de zapping peu réactif lorsque l’on veut sauter rapidement toute une série de chaînes. A force de vouloir tout épurer en retirant des touches, ça en devient moins pratique
  7. Le bruit des touches sur la télécommande est assez bruyant/cheap, c’est à se demander si les touches ne vont pas un jour se décoller
  8. J’avais acheté ce téléviseur pour sa luminosité supérieure à la concurrence, celle-ci a baissé au fil des mises à jours automatiques forcées (pourtant désactivées), je l’ai vraiment mauvaise
  9. Pour changer manuellement de source, je ne vous dis pas le parcours du combattant avec un nombre important de sous-menus
  10. Pour éviter le marquage, il y a un décalage de pixels qui se voit comme le nez au milieu de la figure avec une bande noire bien plus épaisse sur certains côtés et lorsqu’un décalage de pixels s’effectue, il se voit…
  11. La recherche vocale est parfois dans les choux après un certain nombre d’utilisations consécutives…

Pour rappel le 65S95B a été lancé aux alentours de 3500€… Qui avait pourtant l’air top sur le papier et d’après les tests

ManuMike

Merci, les retours clients sont précieux, je crois que je resterai chez Panasonic quand mon plasma de 2008 rendra l’ame “un jour”.

pfiandesio

ja confirme les dires de 06jerem. après avoir acheter un us55js9000 a boitier déporter .tomber en panne après 5 ans et pas reparable car plus de pieces fournie. 2000e dans le c… jai donc acheter un 65s95b et je dois dire que je regrette amèrement cet achat. le téléviseur répond très mal la premiere minute. propose un un arret de 10 minutes pour soit disant améliorer limage ,mais rien de different .et le pire cet qu’il le propose a chaque fois. donc il faut a chaque fois annuler sinon il le fait d’Office .l’assistant vocal cet de la daube. etc etc . donc fini Samsung pour ma part .

Yannick2k

pourquoi faire un article complet sur Samsung et pas les autres ?
ils sont à la bourre sur le OLED, ils ont pas voulu y croire et comme l’a dit @ManuMike leur dalle ne sont pas compatible Dolby Vision.
Samsung comme LG (et les chinois aussi) envahissent le marché de modèles +/- bien, il n’y a que ça dans les rayons… mais pas de Sony ou Panasonic qui ont des modèles très intéressant (avec des dalles LG!), surtout les TV Pana qui sont compatible avec toutes normes Dolby Vision, HDR10+, Dobly et DTS pour le son… mais pas accessible pour toutes les bourses.

spip74

L’IA qui répond à une IA :slight_smile: (la même visiblement vu les fautes)

jcc137

Non pas pour défendre, mais pour confirmer l’impression de dedeeded, l’article est pénible à lire, et ce dès la première phrase (poursuivre est une verbe transitif, donc on poursuit un développement, et non pas on poursuit de développer !).
Le reste est du même acabit, beaucoup de lourdeur dans le style, qui rend la lecture désagréable.
Donc inutile de moquer dedeeded pour ses fautes à lui, car au bout du compte, ce n’est pas lui qui a écrit l’article.

Marc_Lupin

Ba moi j’ai un néo qled 2021 de 50 pouces acheté sur le Samsung shop depuis 2 ans et je dois avouer qu’il fonctionne plutôt très bien aucuns soucis comme relatés sur les différents messages connexion wifi bluetooth top image superbe navigation facile mode intelligent parfait bon pas de dolby vision mais vu la pauvreté des contenus en tout cas pour moi je visionne beaucoup de films et séries en hdr et ça pète ça pique les yeux et éclaire tout le salon le pc Windows 10 relié en hdmi en hdr aussi en résolution native 3840x2160 60 htz qui me sert aussi à visionner des films car la ou je suis d’accord c’est que pas de DTS et ça pour une licence d’une dizaine d’euros par écran c’est abusé de la part de Samsung ils devraient d’ailleurs à minima laisser à l’utilisateur la possibilité de pouvoir l’acheter comme pour le dolby tout ça n’est qu’une histoire de codecs.Enfin bref moi qui vient d’un Sony bravia avec des pannes récurrentes et beaucoup de problèmes un sav lamentable je suis pour le moment bien content de mon achat en espérant que… Comme quoi😉