🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

Test realme Pad Mini : petit format et petit prix, la formule gagnante pour cette tablette 8 pouces ?

21 juin 2022 à 18h08
0
Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Le constructeur revient avec une nouvelle tablette 8 pouces, proposée à un prix très serré, situé autour des 200€ selon les configurations.

realme Pad Mini
  • Design et fabrication de qualité
  • Ecran lumineux…
  • Autonomie satisfaisante d’environ 10H
  • Expérience Android pure
  • Qualité photo correcte pour un usage d’appoint
  • Processeur famélique qui tire la langue
  • …mais pas Full HD
  • Rendu audio catastrophique
  • Aucune mise à jour prévue de l’appareil

Le marché des tablettes 8 pouces semble particulièrement atone depuis de nombreuses années. Hormis Apple, qui a récemment renouvelé son iPad mini, et dans une moindre mesure Samsung avec la Samsung Galaxy Tab A7, peu de constructeurs se risquent à proposer des modèles à petit écran malgré des avantages certains en mobilité ou tout simplement pour les lecteurs les plus assidus.

Realme n’est pas de ceux-là et vient de présenter sa realme Pad Mini, une déclinaison de sa tablette 10 pouces pour les utilisateurs préférant les formats de poche, plus maniables et qui se glissent facilement dans un sac lors d’un déplacement.

Avec un prix qui dépasse à peine les 200€ pour la version 4G, le constructeur chinois a t-il dû faire d’importantes concessions pour se faire une place auprès de ses illustres concurrents ? C’est la question à laquelle nous allons tenter de répondre durant ce test.

Fiche technique realme Pad Mini

Résumé

Processeur
Unisoc Tiger T616
Mémoire vive (RAM)
4GB
Type d'écran
LED tactile
Type de Dalle
IPS
Taille d'écran
8,7 pouces
Mémoire interne
64GB

Système d'exploitation

Système d'exploitation
Android
Version du système d'exploitation
Android 11
Surcouche Android
realme UI
Assistant vocal
Google Assistant

Performance

Processeur
Unisoc Tiger T616
Nombre de cœurs CPU
8
Fréquence CPU
2GHz
Mémoire vive (RAM)
4GB

Affichage

Type d'écran
LED tactile
Type de Dalle
IPS
Taille d'écran
8,7 pouces

Stockage

Mémoire interne
64GB

Batterie

Autonomie
10h
Type de batterie
Lithium
Batterie amovible
Non
Capacité
6400 mAh
Charge rapide
Oui
Recharge sans-fil
Non

Appareil photo

Caméra
5 Mpx
Nombre de capteurs
2
Stabilisation d'image
Électronique
HDR
Oui

Connectivité

Wi-Fi
Oui
Norme Wi-Fi
Wi-Fi AC
Bluetooth
Oui
Norme Bluetooth
Bluetooth 5.0
Compatible réseau cellulaire
4G

Équipement

Connecteurs disponibles
Jack 3,5mm Femelle Stéréo, Port USB-C
Nombre haut-parleur
2
Accéléromètre
Oui
Lecteur biométrique à empreinte digitale
Non
Système de reconnaissance faciale
Oui

Caractéristiques physiques

Hauteur
211,8mm
Largeur
124,5mm
Profondeur
7,6mm
Poids
372g

Design : une tablette très bien conçue, quoiqu’un peu lourde en main

Realme propose la realme Pad Mini un appareil sans grandes surprises. On se retrouve face à une tablette dont le dos est réalisé en aluminium unibody. La version que nous avons reçu arbore un coloris bleu du plus bel effet mais les amateurs de sobriété pourront également se tourner vers une version grise qui attire moins les regards.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

La tablette tactile affiche une épaisseur de 7,6 mm tout à fait convenable mais aussi un poids de 372 grammes qui nous a semblé mal réparti lors de notre utilisation. En d’autres termes, la tablette se fait rapidement ressentir après quelques dizaines de minutes d’utilisation.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

On note également la présence de chanfreins assez proéminents et tranchants sur les extrémités de l’appareil, qui couplés à des bordures plates sont assez désagréables lors de la prise en main.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

À l’avant, on retrouve l’écran de 8,7 pouces mais aussi d'imposantes bordures noires en haut et en bas de l'appareil, que l'on aurait aimé voir rabotées un minimum pour obtenir une surface d'affichage supérieure aux 82% proposés ici.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Realme ne propose pas de capteurs d’empreintes sous l’écran, ni même un bouton dédié pour le déverrouillage de son appareil. Il faudra se contenter du bon vieux code PIN ou du système de reconnaissance faciale par la caméra avant, qui marche extrêmement bien même en basse luminosité. Attention toutefois, le dispositif n’offre aucune sécurité particulière et ne pourra pas être utilisé par exemple pour sécuriser vos paiements mobiles.

Sur la tranche droite on peut retrouver les deux boutons de volume ainsi que le bouton d’allumage et de mise en veille de l'appareil.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Sur la tranche gauche, seul la trappe SIM pour les modèles équipés d’un modem 4G est visible.

En haut et en bas se trouvent les grilles des deux haut-parleurs. C’est également sur la tranche basse que l’on retrouve le connecteur USB-C utilisé pour la recharge d’appareil.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Enfin, notre petit tour du propriétaire s’achève par le dos de l’appareil et l’unique objectif 8 mégapixels qui déborde très légèrement de la coque mais pas suffisamment pour poser des problèmes de stabilité lorsque la tablette tactile est posée sur votre table basse.

Ecran : une dalle LCD bien trop limitée en 2022

Pour sa realme Pad Mini, le constructeur chinois a fait le choix d’un écran LED d’une définition de 1340 x 800 pixels, avec une densité de pixels de seulement 179 ppp. La marque n’a évidemment pas fait le choix de l’OLED pour garantir un prix bas.

En 2022, l’écran de cette tablette, aussi peu chère soit-elle, fait pâle figure face à la concurrence. S’il reste tout de même acceptable pour la navigation web ou la lecture, on ne peut pas manquer ses pixels bien visibles et des polices grossières qui font tâche, notamment lors de la consultation de magazines.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Impossible également de profiter de vos contenus Full HD en streaming. Si encore une fois les yeux les moins exigeants n’y trouvent rien à redire, les spectateurs les plus attentifs seront forcément déçus et se tourneront vers leurs smartphones, peut-être un peu petits mais bien plus précis et proposant des fonctionnalités comme le HDR qui pointent ici aux abonnés absents.

realme propose trois réglages de couleurs dans les réglages. Le mode standard, activé par défaut, nous a paru un tantinet trop froid et tire un peu vers le bleu mais reste le plus correctement calibré des trois options. Les modes «Chaud » et « Cool » sont quant à eux à éviter, realme ayant eu tendance à aller un peu loin dans ses pré-réglages. Vous pouvez également choisir votre propre teinte dans le nuancier proposé pour ceux souhaitant un réglage parfaitement personnalisé.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

Concernant la luminosité et le niveau de contraste, la realme Pad Mini se débrouille bien et permet d’apprécier son contenu à la fois en pleine journée et en extérieur mais aussi dans l’obscurité sans souffrir de trop du rétro-éclairage de la dalle. À vrai dire, on attendait des résultats bien plus mauvais sur ces deux points et nous sommes au final agréablement surpris.

Audio : un rendu tout simplement indigent

Si vous comptiez utiliser votre tablette tactile pour diffuser un peu de musique ou regarder vos films et séries, oubliez tout de suite la realme Pad Mini.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Les haut-parleurs stéréo proposés par la marque sont plus que médiocres, avec des basses inexistantes et une saturation dès que le volume dépasse son niveau moyen. Regarder un contenu rapide sur YouTube ou les réseaux sociaux est à la rigueur possible, et encore sans être trop exigeant, mais regarder un programme de plus de 30 minutes se révèle un vrai supplice.

Seules solutions : passer par un casque filaire, grâce au port jack présent en haut de l’appareil (et on remercie realme de ne pas l’avoir oublié) ou un casque bluetooth.

Performances : le minimum syndical pour la navigation web

realme propose avec la Pad Mini un processeur Unisoc T616, une puce d’entrée de gamme, accompagnée de 4 Go de mémoire vive.

Nous n’espérions pas des performances dignes des tablettes 8 pouces facturées deux à trois fois le prix demandé par la marque chinoise, et nous n’avons pas été surpris des résultats obtenus durant nos différents benchmarks.

Geekbench nous donne un score de 371 points en simple core et de 1395 points en multi-core ce qui la place à peux au niveau d’une Samsung Galaxy Tab A7, un modèle datant déjà de 2020. Sur 3DMark, le logiciel donne un score de 471 points au test Wild Life, là encore dans les pas de la tablette Samsung.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

À l’usage, on ne peut pas dire que l’expérience soit sans accrocs. On note bien souvent quelques ralentissements lors de la navigation mais également dans les applications qui freezent sans raison durant l'utilisation.

Ouvrir un navigateur web, une application de lecture ou un service de streaming ne pose fort heureusement aucun problème. La realme Pad Mini est une tablette pensée exclusivement pour la consommation de contenus et son processeur peu performant suffit toutefois à assurer la majeure partie des usages du quotidien.

Pour ce qui concerne le jeu vidéo en revanche, la realme Pad Mini se montre tout simplement inutilisable, hormis pour de petits jeux mobiles peu exigeants. Nous avons soumis la tablette sur des titres comme Genshin Impact ou PUBG et l’expérience se montre bien délicate, même avec les graphismes au minimum, avec des saccades régulières en cours de jeu.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Des titres comme Diablo Immortal ou Call of Duty Mobile se montrent sous un meilleur jour et proposent une fluidité constante, à condition une nouvelle fois de ne se pas montrer gourmand et d’accepter de dégrader la qualité visuelle des titres.

Enfin la connectivité est assurée par une puce Wi-Fi 5 et un modem 4G si vous optez pour une version cellulaire. Sans vous assommer de tests de débits, la realme Pad Mini ne souffre d’aucun problème particulier : ça télécharge plus ou moins vite et bien selon vos conditions de couverture et de réseau.

Logiciel : une expérience Android à la fois pure et datée

Pour équiper sa realme Pad Mini, la marque a fait le choix sans surprises, d’Android agrémentée de la surcouche realme UI. Soyons clairs, hormis quelques modifications esthétiques à de rares endroits, la tablette propose une expérience Android pure, avec un accès immédiat à la quasi totalité des services Google pré-installés au démarrage.

On est toutefois plus circonspects sur la version 11 d’Android installée sur l’appareil. La marque a déjà prévenu que la realme Pad ne serait pas mise à jour vers Android 12 et supérieur, et l’on peut parier sans trop se tromper que le modèle qui nous intéresse aujourd’hui ne sera mieux loti. Les correctifs de sécurité de notre modèle de test dataient quant à eux de janvier 2022.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

L’expérience dans le système ne diffère en rien de ce que vous pouvez retrouver sur d’autres modèles du genre. On regrette simplement que le positionnement des doigts est très mal géré par la tablette. Si, pour les droitiers, votre main gauche tient l’appareil, un doigt trop avancé sur l’écran va constamment faire défiler les interfaces et vous rendre fous en quelques minutes. La bordure assez fine rend l’expérience assez désagréable et il faudra bien viser en prenant votre tablette en main.

realme n’a pas, contrairement à Samsung, prévu de mode bureautique ou une interface particulière pour les claviers/souris. Comme nous le disions plus haut, ce produit reste une tablette familiale de divertissement, pas un appareil de production.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

Le constructeur aurait dans ce cas faire plus d’efforts pour proposer une compatibilité avec les logiciels les plus populaires présents sur le Play Store. Impossible de télécharger Netflix sur l’appareil, un comble quand on sait que la plateforme de streaming vidéo est la plus populaire mais aussi la plus compatible avec l’écosystème Android. Fort heureusement Disney+, Amazon Prime Video ou myCanal sont eux téléchargeables sans encombres.

Photo : un capteur sans éclat, au cas où…

La photographie n’est jamais le point fort des tablettes et la realme Pad Mini ne nous prouve pas le contraire. Avec son unique objectif dorsal de 8 mégapixels, l’appareil ne peut pas faire de merveilles mais s’en sort comme il le peut sans plus, avec un niveau de détails correct et une colorimétrie à peu près convenable durant nos essais, même si du bruit numérique est visible très nettement dans les ciels ou sur les bâtiments. Impossible par contre de zoomer dans l'image tant le résultat tend rapidement vers la purée de pois.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Evitez par contre le mode HDR présent sur l’appareil, qui a plus tendance à faire à peu près n'importe quoi et à dégrader l'exposition de l'image ainsi que la colorimétrie. Les résultats sont souvent mauvais, autant passer par un logiciel dédié pour résoudre les problèmes.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Dès que la luminosité faiblit, le bruit numérique prend le dessus et les clichés obtenus sont assez médiocres, voire inexploitables pour la plupart.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

En intérieur même constat. Les images bénéficient de la qualité très relative du pauvre et unique capteur et en manque de lumière, ce dernier est incapable de proposer une image un minimum définie ou de réhausser un peu la luminosité. Fort heureusement l'écran médiocre de la realme Pad Mini fait passer la pilule mais une fois les photos exportées, c'est une autre paire de manches.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

En vidéo, le pauvre capteur dorsal ne fait pas de miracles. En plein jour vous obtiendrez un résultat possiblement suffisant pour poster sur les réseaux sociaux mais certainement pas destiné à être affiché sur l'écran de votre téléviseur. Dès le soir tombé, l'image est remplie de bruit numérique et les images produites n'ont tout simplement aucun intérêt.

Le capteur avant de 5 mégapixels fait également pale figure face à la concurrence. En extérieur l'appareil photo a la fâcheuse tendance à tirer la colorimétrie dans des teintes chaudes, possiblement plus chatoyantes pour les ingénieurs de realme mais totalement à côté de la plaque en comparaison de la lumière naturelle présente lors de la prise de nos clichés.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

On passera sur le mode Portrait, tout simplement nul, avec un détourage réalisé à la truelle. Votre smartphone, quel qu'il soit, fera bien mieux, et ce en toute situation.

Lorsque la lumière vient à manquer, le capteur rend les armes et n'est plus d'aucune utilité, que vous utilisiez le système de flash, qui éclaire l'écran pour apporter un peu de lumière, ou non.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic

Autonomie : une bonne journée d’utilisation sans trop forcer

Durant notre test, et dans le cadre d’une utilisation polyvalente mélangeant à la fois lecture de vidéos, navigation web, messageries et autres réseaux sociaux et un peu de jeux vidéos, la realme Pad Mini a tenu environ 10H avant de s’éteindre et d’exiger un passage sur le bloc secteur.

Test realme Pad Mini © © Mathieu Grumiaux pour Clubic
© Mathieu Grumiaux pour Clubic

Ces résultats sont somme toute corrects, étant donné le format mini de la tablette et sa batterie d’une capacité de 6400 mAh, et se placent dans les pas d’un iPad mini 2021 que nous avons pu tester il y a bientôt un an.

Pour la recharge, nous n’avons pas pu tester l’adaptateur secteur, le modèle 18W qui nous a été fourni étant adapté aux prises américaines. Avec un chargeur 20W d’une marque concurrente, nous obtenons un passage de 0 à 100% en un chouia moins de deux heures. Peut mieux faire certes, mais cela reste tout à fait acceptable au quotidien.

6

Le format 8 pouces, n’est pas le plus prisé par les consommateurs, et ce n’est pas la realme Pad Mini qui va changer la donne. Avec ce modèle, la marque propose un produit très accessible par rapport à certaines de ses concurrentes directes, mais se livre à des concessions trop importantes pour faire baisser la facture.

Son écran, sans être aux fraises non plus, est clairement obsolète aujourd’hui, son processeur rachitique lui ferme la porte du gaming et on ne parle même pas de la partie audio tout simplement ratée. Fort heureusement la realme Pad Mini bénéficie de quelques atouts comme une conception réussie, une autonomie très satisfaisante et une expérience logicielle d’une sobriété et d’une efficacité remarquables.

Si vous cherchez un appareil de consommation de contenus, plus grand que votre smartphone et aux dimensions idéales pour lire des magazines, des e-books ou des pages web mais pas un monstre de puissance pour remplacer un PC, nous pouvons vous recommander l’achat de ce produit.

Pour les autres souhaitant un modèle bien plus polyvalent à la maison comme en déplacement, difficile de vous tourner vers cette petite tablette trop limitée pour convaincre et qui semble déjà dépassée à peine sortie, sauf à y mettre le prix et vous tourner vers un appareil bien mieux équipé.

Les plus

  • Design et fabrication de qualité
  • Ecran lumineux…
  • Autonomie satisfaisante d’environ 10H
  • Expérience Android pure
  • Qualité photo correcte pour un usage d’appoint

Les moins

  • Processeur famélique qui tire la langue
  • …mais pas Full HD
  • Rendu audio catastrophique
  • Aucune mise à jour prévue de l’appareil

Design 7

Ecran 5

Performances 5

Logiciel 8

Photo / Vidéo 6

Audio 4

Autonomie 8

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Lectures liées

Le Xiaomi 12S Ultra est officiel, il mise tout sur la photo avec son optique signée Leica
Le Google Pixel 4 a reçu accidentellement sa mise à jour Android 13 trop tôt
Découvrez les premières images de Wear OS 3.5 et One UI Watch 4.5 en fuite
Un kayakiste australien perdu en mer a été sauvé grâce à son Apple Watch
Amazon dévoile les prix du futur Nothing Phone (1)
Le design et la fiche technique du OnePlus 10T se dévoilent
Les OnePlus 9 et 9 Pro reçoivent enfin une mise à jour et des correctifs de sécurité digne de ce nom
Vous pouvez désormais réparer vous-même votre Google Pixel grâce à iFixit
La sortie de ce smartphone signifierait l'arrivée d'un capteur photo de 1 pouce
On connaît le prix, les coloris et la fiche technique du Nothing Phone (1) avant son officialisation
Haut de page