Sundar Pichai a rencontré Trump pour le rassurer à propos de l'IA... et de la Chine

Nathan Le Gohlisse Contributeur
29 mars 2019 à 07h08
0
0258000008616220-photo-donald-trump-usa.jpg

Ce mercredi, Sundai Pichai rencontrait le général Joseph Dunford (chef d'État-major américain). Un entretien, sollicité le mois dernier par le CEO de Google, auquel Donald Trump était finalement présent. Pour la firme, il s'agissait avant tout de montrer patte blanche après l'annulation du projet Maven et de rassurer Washington quant à ses rapports, parfois troubles, avec la Chine.

Il faut dire que l'idylle entre Google et Washington a pris du plomb dans l'aile, et pour cause : il y a quelques mois, Google mettait officiellement fin à son projet Maven, dont les retombées devaient directement profiter au Pentagone et à ses drones de reconnaissance. Dans le même temps, le quotidien The Intercept révélait que Google travaillait à la création d'un moteur de recherche censuré, adapté au strict cahier des charges du gouvernement chinois. Les dirigeants de Google avaient alors indiqué de concert que ce projet ne verrait pas le jour. Cependant, d'après un nouvel article de The Intercept en date du 4 mars dernier, rien ne serait moins sûr.

Le général Dunford est soucieux que les recherches en IA de Google ne profitent à l'armée chinoise


Ce projet, nom de code Dragonfly, comptait parmi les points de tensions de la rencontre de Sundar Pichai (CEO de Google) avec Joseph Dunford et Donald Trump. Lors de ce meeting, Pinchai a également dû s'expliquer sur ses récentes activités en Chine. À Pékin, en 2017, le géant californien ouvrait en effet son Google AI China Center, un centre d'étude ciblé sur « la recherche en IA basique » avait alors indiqué le groupe. 9to5Google indique pour sa part que cet établissement travaille à l'heure où nous rédigeons ces lignes sur l'éducation, le machine learning et l'expérience utilisateur.

Ces recherches, Joseph Dunford les voit d'un mauvais œil. Durant une réunion du Comité des forces armées du Sénat qui s'est tenue le mois dernier, l'intéressé estimait ainsi que « le travail que Google fait en Chine bénéficie indirectement aux militaires chinois ». Des déclarations qui avaient poussé Sundar Pichai à solliciter un rendez-vous avec le chef d'État-major, fixé cette semaine. À cette occasion, Google s'était également senti obligé d'assurer, dans le cadre d'un communiqué, « ne pas travailler avec les militaires chinois ».

Une problématique que Sundar Pichai et Joseph Dunford ont très probablement abordée mercredi lors de leur entrevue.

Donald Trump évoque, sur Twitter, une conversation salutaire


Invité surprise de ce meeting, Donald Trump s'est pour sa part félicité, sur Twitter, d'avoir pu « discuter d'équité politique », mais aussi « de choses diverses que Google peut faire pour notre pays », avec celui qu'il nomme par erreur « le président de Google ».

Toujours sur le réseau social, le président américain a assuré que « l'entretien s'est très bien terminé ». Une formulation habituelle chez Donald Trump.




0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Une étude montre que les cyclistes
C’est officiel : Disney+ ne sera pas disponible au lancement en France

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top