4 solutions gratuites pour utiliser ses logiciels Windows sur un Mac M1

05 novembre 2021 à 16h05
16

Cela va faire maintenant près d'un an qu'Apple a révélé sa nouvelle gamme d'ordinateurs propulsés par ses propres processeurs . Ce changement d'architecture bien que chaleureusement accueilli par la critique et les aficionados de la marque ne s'est pas fait sans sacrifice. Outre le besoin pour les développeurs de mettre à jour leurs applications pour qu'elles tournent nativement sur les processeurs Apple Silicon, Windows a dû abandonner les plateformes d'Apple.

Sur les Mac équipés de puces M1 ou ultérieures, il n'est plus possible d'utiliser Bootcamp. Pour mémoire cet outil permettait à macOS de créer une partition Windows sur le disque dur. Le système d'exploitation de Microsoft avait l'avantage de fonctionner nativement sur les processeurs Intel équipant les Mac et Macbook, afin d'éviter ainsi de faire appel à la virtualisation. Avec cette option disparue, voyons ce qu'il reste aux Macbook, Mac et iMac équipés d'Apple Silicon pour faire tourner des programmes Windows.

Wine

Wine
  • Un catalogue large de logiciels et de jeux
  • Des performances satisfaisantes

Wine est une couche de compatibilité pour faire fonctionner des programmes Windows sur Mac OS X. Il bénéficie de nombreuses interfaces graphiques comme WineSkin, WineBottler et PlayOnMac.

Wine est une couche de compatibilité pour faire fonctionner des programmes Windows sur Mac OS X. Il bénéficie de nombreuses interfaces graphiques comme WineSkin, WineBottler et PlayOnMac.

Wine est assez atypique dans le monde de la virtualisation puisqu'il n'en fait pas vraiment partie, et c'est d'ailleurs ce qui lui a valu sa rétroacronymie « Wine Is Not an Emulator ». Les débuts de ce projet open-source remontent à 1995. À l'époque, le but de Wine était de faire tourner des programmes Windows sur Linux sans faire appel à de la virtualisation ou à un dualboot. Pour réussir ce tour de passe-passe, les développeurs ont eu l'idée d'implémenter une API faisant communiquer l'environnement runtime nécessaire au bon fonctionnement des programmes développés pour Windows en appels système. Le résultat ? Des performances certes moindres qu'avec des applications natives, mais bien meilleures qu'en passant par l'émulation.

Quelques années après son lancement, Wine sera porté sur macOS qui partage le noyau UNIX avec Linux. Depuis la 6.0.1, cette version du projet est compatible avec les Mac M1, et par extension avec l'architecture Apple Silicon. Toutefois, nous ne saurions recommander Wine seul puisque l'installation du projet comme son utilisation ne se fait que par lignes de commande sur le terminal, une conception bien lointaine des standards d'ergonomie auxquels Apple a habitué ses utilisateurs. Heureusement, de nombreux projets se sont appuyés sur Wine pour en faciliter l'utilisation.

Wineskin Winery

Wineskin Winery
  • Une interface graphique pour Wine
  • Des mises à jour régulières

Wineskin est une belle addition au projet Wine, bien qu'il demande lui aussi de passer par le terminal, il simplifie grandement la création d'exécutables Windows fonctionnels sous macOS grâce à la présence d'une interface graphique.

Wineskin est une belle addition au projet Wine, bien qu'il demande lui aussi de passer par le terminal, il simplifie grandement la création d'exécutables Windows fonctionnels sous macOS grâce à la présence d'une interface graphique.

Si le nom ne vous a pas déjà mis la puce à l'oreille, sachez que Wineskin Winery est en effet lié à Wine. Ce projet également libre et open-source offre à Wine une interface graphique et de nombreuses fonctionnalités supplémentaires. Son installation demandera également de jouer un peu de la ligne de commande pour arriver à nos fins, mais le procédé reste moins complexe qu'avec Wine. Nous offrons un petit tutoriel sur la page de téléchargement de Wineskin Winery.

Wineskin

Wineskin adopte une approche assez ingénieuse dans la manière dont il adapte Wine. Pour faire simple, il créer des « wrappers » vides, des fichiers .app configurables auquels il faudra indiquer un exécutable (.exe) pour qu'il procède à l'installation. Chaque « wrapper » recréé un environnement Windows (structure des dossiers, etc.) et peut être adapté selon différents paramètres. C'est là que Wineskin Winery pêche car il reste assez complexe de naviguer parmi les onglets de paramétrage pour qui n'a pas l'habitude. Heureusement le processus d'installation classique reste toutefois simple. Une fois installé, le logiciel peut être ouvert comme n'importe quelle application présente sur le Mac.

PlayOnMac

PlayOnMac
  • De nombreux logiciels téléchargeables directement
  • Une expérience Wine améliorée par la communauté

PlayOnMac est un programme bien utile pour quiconque souhaite installer des applications et jeux Windows sur son Mac. Contrairement à Wine, ce logiciel offre une solution clé en main pour convertir ses exécutables et ne requiert pas l'utilisation de lignes de commande.

PlayOnMac est un programme bien utile pour quiconque souhaite installer des applications et jeux Windows sur son Mac. Contrairement à Wine, ce logiciel offre une solution clé en main pour convertir ses exécutables et ne requiert pas l'utilisation de lignes de commande.

PlayOnMac est une autre solution s'appuyant sur Wine pour fonctionner. Également libre et totalement gratuit, ce logiciel simplifie au mieux l'utilisation de Wine tout en ajoutant des fonctionnalités supplémentaires et un aspect crowd-sourcing qui est le bienvenu. Le processus d'installation est bien plus simple qu'avec Wineskin Winery puisqu'il arrive sous la forme d'un paquet DMG classique. Pas de lignes de commande ici non plus donc, d'autant que l'interface est bien plus fournie sans être désordonnée. Les logiciels s'installent comme ils le feraient sous Windows et un gestionnaire permet d'ajouter, de supprimer, mais également de modifier certaines variables comme la version de Wine utilisée.

PlayOnMac

PlayOnMac propose un grand choix de logiciels plus ou moins récents à installer, dont plusieurs versions de feu Internet Explorer. C'est ici que l'aspect communautaire entre en compte puisque tous ces logiciels sont le résultat d'une curation par les utilisateurs de l'utilitaire qui valident ou non le bon fonctionnement avant qu'un programme ne puisse faire son entrée dans le catalogue. Les logiciels sont parfois accompagnés de notes pour signaler des bugs ou, au contraire, une excellente compatibilité. Pour mieux s'y retrouver, de nombreux paramètres de filtrage (dont une barre de recherche) existent ainsi qu'une subdivision en neuf catégories distinctes.

Il existe une dixième catégorie, mais elle est exclusivement réservée aux patches que la communauté produit pour améliorer la compatibilité de tel ou tel logiciel. Il est également possible d'importer ses propres installeurs Windows même si la compatibilité ne sera pas garantie dans ce cas de figure.

UTM

UTM
  • Une solution de virtualisation compatible avec les Mac M1
  • De nombreux profils pour les différentes machines virtuelles
  • Un design récent

UTM est une solution de virtualisation encore toute jeune mais dont on pardonne les lacunes du fait de sa gratuité et de sa compatibilité avec l'architecture Apple Silicon en plus des processeurs Intel. Sa facilité de prise en main en fait une excellente solution pour qui souhaite virtualiser Windows ou une distribution Linux rapidement sans trop faire de recherches.

UTM est une solution de virtualisation encore toute jeune mais dont on pardonne les lacunes du fait de sa gratuité et de sa compatibilité avec l'architecture Apple Silicon en plus des processeurs Intel. Sa facilité de prise en main en fait une excellente solution pour qui souhaite virtualiser Windows ou une distribution Linux rapidement sans trop faire de recherches.

UTM est la petite exception de cette sélection puisqu'il s'agit de la seule solution ne s'appuyant pas sur Wine. En effet, ce projet qui trouve ses racines sur iOS est un programme de virtualisation à l'instar de Virtualbox ou Parallels . Ses origines prenant racine dans l'écosystème iPhone lui assurent une compatibilité sans faille avec les Mac Apple Silicon qui partagent la même architecture ARM.

Qui dit virtualisation dit installation de Windows dans son entièreté, UTM se réservera donc à ceux craignant que leurs logiciels ne fonctionnent pas avec Wine ou qui sont tout simplement plus à l'aise dans un environnement Windows.

UTM

Le projet étant sorti de terre à l'annonce des Mac M1 et de macOS Catalina, son interface épouse parfaitement les codes des dernières itérations du système d'exploitation d'Apple. Avec QEMU comme base, UTM offre une compatibilité solide avec la version ARM de Windows 10 , mais également d'anciennes versions du système d'exploitation de Microsoft. Notons également la possibilité de faire tourner de nombreuses machines virtuelles de distributions Linux comme ArchLinux ou Fedora.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
16
13
benben99
tant qu a utiliser un emulateur, aussi bien acheter un ordinateur avec windows
Francis7
J’ai déjà utilisé WINE pour faire tourner ‹&nbsp;Age of Empires&nbsp;› sur une partition Linux. Ca marchait bien déjà en 98. Là maintenant il faut carrément installer les logiciels.<br /> Sinon, j’ai essayé d’installer Paragon NTFS mais le Mac ne me laisse pas ajouter le module du noyau. Je suis pourtant admin et peux me loguer en root. Ca aurait été pour des logiciels portables…
max6
Pas forcément j’en utilise pour des logiciels payés cher qui ne fonctionnent plus avec mon OS actuel mais qui suffisent à mon usage (adobe pro 8 en est un exemple) les intérêts sont multiple sauvegarde et restauration rapide sur une autre machine, une machine virtuelle par logiciel pas de risque de perdre la licence ou de se retrouver avec un programme incompatible suite à une mise à jour (la machine virtuelle peut être coupée d’internet en supprimant sa carte réseau virtuelle), possibilité de restaurer la machine en cas d’erreur de manipulation et cela n’empêche pas d’utiliser le DD de l’OS hôte pour la sauvegarde etc etc
bmustang
autant garder son mac intel avec bootcamp alors !
alsaco67
Mes besoins sont domestiques et mon Mac me suffit (2012)… j’avais besoin d’émuler windows pour le travail et utiliser un unique logiciels (Help And Manual) qui n’existe que sur windows. J’envisage d’acheter un nouveau Mac (je ne suis pas un fan boy) M1 et suis coincé …
alsaco67
Exact quand on a un Mac récent. Le mien est de 2012 et après 10 ans de bons et loyaux services , il n’est plus mis à jour (sécurité) par Apple. C’est ce qui m’amène vers un M1 .
Francis7
Il y a Max NTFS sur l’AppStore.
Urleur
Dans tout les cas, il n’y a plus de MAJ sérieuse après un un mac de 2013 qui reste en 10.15.7, mais fonctionneras encore pour 5 ans de plus (pas sûr pour le disque dur). pour vos besoins et si vous voulez restez sur Mac, oui pour un M1, mais surement pas pour jouer.
Faisduvelo
Avec Boot Camp, tu dois choisir au démarrage lequel tu veux, avec ces logiciels, tu peux avoir les 2 côte à côte, voire même plus d’OS en même temps.<br /> En gros, ça permet d’avoir un ordinateur qui fonctionne sans bruit, sans soucis et sans devoir se priver des 1 ou 2 applications qui n’existent que sous Windaube. Et l’inverse n’est pas vrai : je n’ai jamais vu de PC faire tourner OSX dans une VM.<br /> Après, si tu aimes bien Windows, il n’y a pas de problème, tu trouves plein de marques qui fournissent des ordinateurs à tous les prix et qui le font très bien tourner. Donc pas la peine de lire les news Apple.
Gwynplaine
Franchement aucun intérêt, la plupart du temps c’est pour jouer. Autant passer par Geforce Now, et son heure gratuite par jour.
Muggsy68
Waou en fait tu n’y connais rien.<br /> La licence Mac OS obligé l’installation sur un ordinateur Apple.<br /> C’est pour cela que le Mac Intel était le seul à pouvoir faire tourner nativement Windows et Mac OS.
ABC
Pareil, je ne peux plus installer ce que je souhaite sur mon mac. Sous prétexte de pseudo sécurité, c’est Apple qui décide désormais de ce que j’ai le droit d’installer ou pas. De préférence en passant par leur store…
Francis7
Oui, et puis il y a ‹&nbsp;Rosetta&nbsp;› qui permet d’installer les applications externes MacIntel. Si cette installation de ‹&nbsp;Rosetta 2&nbsp;› n’est pas proposée automatiquement quand tu cherches à installer quelque chose d’externe, cela se fait à la ligne de commande.<br /> On trouve la syntaxe facilement sur internet si tu es concerné.<br /> softwareupdate --install-rosetta<br /> Rosetta : je suppose que c’est parce que les gens aiment donner le nom de leur gonzesse californienne à leurs programmes.
Palou
@Iceslash @Proutie66 Messages et leurs réponses supprimées, on arrête la guéguerre !
Blap
Pardon ? C’est très très facile de faire tourner Macrotte OS sur Windows (ton Mac est déjà un PC d’ailleurs)
ABC
C’est le problème depuis quelques années. On ne peut plus installer tout ce qu’ont veut sur son mac. Pour des soucis de sécurité selon Apple. En réalité, probablement pour diriger les utilisateurs vers des solutions alternatives sur le store Apple, plus rentables.
Francis7
Oui, il faut se faire à son écosystème mais il n’est pas si fermé que cela. Les solutions gratuites sont renouvelées et peuvent faire l’affaire pour un petit usage personnel.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Cyber Monday : excellent prix sur ce PC gamer MSI GP66 Leopard avec une RTX 3080
Des cartes graphiques moins chères d'ici fin 2022 et une sortie de crise pour 2023 selon AMD
GeForce RTX 3090 Ti : pas moins de 24 Go de GDDR6X Micron à 21 Gbps
GeForce RTX 2060 avec 12 Go : un peu plus qu'un simple doublement de la mémoire
À la recherche de mémoire DDR5 ? Des kits disponibles sur eBay à des prix indécents
Dotée d'une RTX 3070, ce PC portable Acer Predator Helios est un vrai bon plan Black Friday
Intel pourrait lancer 'Druid' sa quatrième génération de GPU dès 2025
FSP présente les premières alimentations ATX12VO
La GeForce RTX 3050 serait plus rapide que la GTX 1660 SUPER
Pour le Black Friday, ce PC portable ASUS 14
Haut de page