Fusion de géants : l'UE autorise le rachat de WarnerMedia par Discovery, mais il reste encore une étape

03 janvier 2022 à 15h45
2
WarnerBros Discovery © Discovery
© Discovery

La Commission européenne a autorisé le rachat de WarnerMedia par le groupe Discovery, qui était soumis à une enquête antitrust. Reste à convaincre désormais les autorités américaines pour valider définitivement l'opération.

En mai dernier, le géant américain des télécommunications, AT&T, avait officialisé la fusion entre WarnerMedia et Discovery, deux mastodontes des médias et du divertissement, matérialisée par le rachat des actions du premier par le second, pour un montant total de 43 milliards de dollars. La Commission européenne en a été informée, et conformément au règlement de l'UE sur les concentrations, l'autorité a dû mener une enquête afin d'écarter toute réduction de la concurrence sur les secteurs respectifs des deux entreprises.

Une fusion qui ne menace pas la concurrence, selon Bruxelles

Après son examen préliminaire, Bruxelles a estimé que le rachat de WarnerMedia par Discovery entrait bien dans le champ d'application du règlement sur les concentrations et que ce dernier « ne poserait aucun problème de concurrence, étant donné qu'à la suite de l'opération, l'entité issue de la concentration continuerait de faire face à une concurrence suffisante de la part d'autres acteurs ». Elle a ajouté que la concurrence ne pourrait pas être incitée à des pratiques de verrouillage.

La Commission rappelle bien que Warner Media est une société qui développe, produit et distribue des films, contenus télévisuels et autres. À l'inverse, Discovery, qui ne possède pas de studio de cinéma, fournit du contenu non fictionnel sur des thèmes tels que le sport, les voyages, l'alimentation et l'histoire naturelle, par l'intermédiaire de plateformes de distribution.

Aujourd'hui, Discovery est installé dans l'État du Maryland aux États-Unis. Le groupe est propriétaire des chaînes Eurosport et dispose des droits de diffusion des Jeux olympiques dans toute l'Europe jusqu'en 2024, pour un montant de 1,5 milliard de dollars.

En rachetant WarnerMedia à AT&T, une opération qui devrait être effective à la mi-2022, Discovery rassemblera les marques de WarnerMedia, à savoir HBO, CNN, Food Network, Animal Planet et d'autres (comme une partie de Warner Bros. Games. ), sous une nouvelle structure boursière qui devrait être nommée Warner Bros. Discovery.

La moitié du chemin parcourue

La nouvelle entité devrait générer un chiffre d'affaires annuel de 52 milliards de dollars et s'attend à être valorisée à hauteur de 130 milliards de dollars. Si le rachat est à l'initiative de Discovery, les actionnaires du groupe AT&T détiendront 71 % de cette nouvelle entité, contre 29 % pour les actionnaires Discovery.

La Commission européenne a validé l'opération, ce qui est comparable à un immense pas en avant pour l'entériner. Toutefois, elle fait l'objet, outre-Atlantique, d'une certaine opposition, puisqu'une trentaine d'élus démocrates du Congrès américain redoutent que l'accord de fusion ait des conséquences sur la concurrence. Cet accord XXL doit donc toujours être définitivement validé par les autorités aux États-Unis.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
Vanilla
Je suis toujours abasourdi quand j’entends parler des instances européennes qui viennent mettre leur grain de sel dans une fusion entre deux boîtes américaines… j’ai beau comprendre que c’est pour des conditions de concurrences etc… j’arrive toujours pas à comprendre ce que vient faire l’Europe la dedans…<br /> Et par hypothèse, (même si ça n’arrivera pas, mais par hypothèse…) si demain Microsoft et Apple voulait fusionner, l’Europe pourrait simplement dire « non » ? Franchement ? Faudra m’expliquer …
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Antitrust : Intel gagne contre les régulateurs européens sur une affaire vieille de 12 ans
Amazon arrête de payer ses salariés en échange de commentaires positifs sur les réseaux sociaux
Cookies : après le flop du FLoC, Google tente une nouvelle approche avec Topics
Microsoft : Office et le Cloud tirent les résultats vers le haut
WordPress : 93 thèmes et plugins corrompus mettent en danger plus de 360 000 sites
2021, l'année des semi-conducteurs : le secteur a progressé de plus de 25 % malgré les pénuries
Dans son procès contre Apple, Epic ressort la carte du droit antitrust
Amazon va ouvrir une boutique dans laquelle vous serez habillé... par des algorithmes
Diablo et Call of Duty bientôt exclusifs à Xbox ? Microsoft se paye Activision Blizzard
Spendesk devient la 5e licorne française du mois ; que fait-elle ?
Haut de page