Test Galaxy Watch 4 Classic : toute l’âme de Tizen au sein d’une smartwatch Wear OS 3

Johan Gautreau
Expert objets connectés
10 novembre 2021 à 18h05
6
Samsung Galaxy Watch 4 © EMBARGO © Samsung
©Samsung

Les rumeurs ne s’y trompaient pas : Google et Samsung font maintenant cause commune pour le développement des montres connectées . La Galaxy Watch 4 adopte ainsi Wear OS 3 tout en conservant le système de bague rotative si cher à la marque sud-coréenne. Ce mélange des deux mondes est-il bénéfique ? L’abandon de Tizen a-t-il du bon ? C’est ce que nous vous proposons de voir dans ce test de la Galaxy Watch 4 Classic.

Samsung Galaxy Watch 4 Classic
  • L’habile mélange entre Wear OS et OneUI
  • La bague rotative, toujours aussi pratique
  • L’arrivée des fonctions ECG et tension artérielle
  • Globalement une montre très complète
  • L’autonomie limitée à une grosse journée
  • ECG compatible uniquement avec les smartphones Samsung
  • La forme du bracelet, peu ergonomique
  • Précision du GPS perfectible

L’ère de Tizen est maintenant révolue. Le géant asiatique a joint ses forces à celle de la société de Mountain View pour développer sa nouvelle smartwatch haut de gamme, la Galaxy Watch 4 Classic. 

Si le design est résolument celui d’une Galaxy Watch, toute la partie logicielle a été revue pour une transition en douceur vers Wear OS 3. Samsung en profite au passage pour ajouter une fonction ECG afin de damer le pion à l’Apple Watch Série 7 .

Histoire de frapper en force, le constructeur coréen nous offre plusieurs déclinaisons de sa Galaxy Watch 4 Classic, à divers tarifs :

  • Boitier 42 mm, Bluetooth : 339€
  • Boitier 46 mm, Bluetooth : 399€
  • 42 mm, version 4G : 389€
  • 46 mm, version 4G : 449€

Notons aussi la présence d’une Galaxy Watch 4 sans bague rotative. Elle est similaire au modèle Classic mais se veut plus abordable avec un prix d’appel de 269€ pour un boitier de 40 mm. On y perd le confort de la bague rotative mais le budget demandé est plus attractif.

Maintenant que les présentations sont faites, penchons-nous sur cette fameuse Galaxy Watch 4 Classic et son tout nouveau système Wear OS 3 !

Galaxy Watch 4 Classic : spécifications techniques

Ce n’est pas une surprise : la Watch 4 Classic vise le haut de gamme. Elle embarque donc le meilleur de la technologie actuelle, dont un capteur BioActive destiné aux mesures de l’ECG et de la tension artérielle.

La fiche technique est donc à la hauteur du prix demandé :

Fiche technique Samsung Galaxy Watch 4 Classic

Résumé

Forme du cadran
Rond
Taille de l'écran
1,4in
Processeur
Exynos W920
Système d'exploitation
Wear OS 3
Autonomie
24h

Spécifications techniques

Processeur
Exynos W920
Système d'exploitation
Wear OS 3
Smartphones compatibles
Android
Capacité de stockage
16GB
Capacité de la batterie
361 mAh
Autonomie
24h à 36h selon usage

Connectivité

Prise en charge des SMS / MMS
Oui
Prise en charge des appels
Oui
Version Bluetooth
5
Version Wi-Fi
4
NFC
Oui
GPS
Oui

Capteurs

Accéléromètre et boussole électronique
Oui
Capteur de lumière ambiante
Oui
Analyse du sommeil
Oui
Podomètre
Oui
Capteur de rythme cardiaque
Oui
Cardifréquencemètre
Oui
Capteur SpO2
Oui

Écran

Forme du cadran
Rond
Taille de l'écran
1,4in
Type d'écran
Super AMOLED
Résolution
450 x 450 px
Écran tactile
Oui
Écran couleur
Oui

Caractéristiques physiques

Épaisseur
11mm
Largeur
45,5mm
Longeur
45,5mm
Poids
72g

La belle se veut aussi efficace pour le suivi de la santé et du sport que pour nous accompagner au quotidien en tant qu’assistant connecté. Bien entendu, on attend Wear OS 3 au tournant, en espérant que le système d’exploitation de Google réussisse à remplacer l’excellent Tizen que nous aimions tant…

Design et finitions

Pour ce test, nous avons eu le plaisir d’utiliser la version 46 mm de la Galaxy Watch 4 Classic. Ce modèle est le plus gros de la nouvelle cuvée Galaxy Watch. Toutefois, en dehors de la taille, il n’y aucun changement esthétique par rapport à la version 42 mm.

Galaxy Watch 4 - Design © Johan Gautreau
©Johan Gautreau pour Clubic

On a ainsi au poignet une très belle montre avec un boitier en acier inoxydable. Visuellement, on reste très proche de la Galaxy Watch 3 , avec un look tout en sobriété. Nous aurions quand même aimé des bordures de boitier plus arrondies, mais cette appréciation sur le design reste subjective.

Galaxy Watch 4 - Bracelet © Johan Gautreau
©Johan Gautreau pour Clubic

À notre sens, le plus gros point noir de la nouvelle montre connectée de Samsung est son bracelet. Ce dernier est conçu pour épouser au mieux le boitier, ce qui est très agréable visuellement. En revanche, il ne se plie pas suffisamment pour suivre la courbure du poignet. Du coup, on se retrouve avec une montre qui sert le haut et le bas du poignet mais pas ses côtés. La Galaxy Watch 4 Classic a donc tendance à « flotter » à moins qu’on la serre fort…

Fort heureusement, vous pourrez changer facilement de bracelet et opter pour un modèle universel. On perd le côté esthétique mais on y gagne en confort de port. 

Galaxy Watch 4 - Dos © Johan Gautreau
©Johan Gautreau pour Clubic

Continuons notre exploration de la Galaxy Watch 4 Classic. La montre sud-coréenne adopte maintenant des boutons rectangulaires en métal. Ils sont utilisés pour la mesure de l’ECG et des métriques corporelles. Couplés au capteur BioActive placé au dos de la smartwatch, ils diffusent un léger courant électrique dans le corps, le principe étant similaire à celui des balances connectées .

Galaxy Watch 4 - Bague © Johan Gautreau
©Johan Gautreau pour Clubic

Pour terminer, on retrouve sur le haut de la smartwatch la célèbre bague rotative si représentative de la famille Galaxy Watch. Samsung semble mettre de côté la bague tactile de l’Active2  pour revenir à une bague physique plus agréable à utiliser au quotidien.

Écran

Le plus gros point fort des montres connectées Samsung a toujours été l’écran. La Galaxy Watch 4 Classic ne déroge pas à la règle. 

Galaxy Watch 4 - Écran © Johan Gautreau
©Johan Gautreau pour Clubic

La dalle Super AMOLED de 1.4’’ de la tocante sud-coréenne fait des merveilles au quotidien, peu importe l’endroit et le moment de la journée. Vous êtes en plein soleil ? Pas de souci, l’écran est parfaitement lisible. La nuit est tombée ? Vous n’irez pas vous exploser la rétine avec une dalle trop lumineuse. La Watch 4 s’adapte en toutes circonstances pour une lecture optimale. Un véritable ravissement pour les yeux !

Galaxy Watch 4 - Écran jour © Johan Gautreau
©Johan Gautreau pour Clubic

La définition de 450 x 450 px couplée aux magnifiques contrastes de l’AMOLED apporte un confort visuel indéniable. On prend un plaisir sans cesse renouvelé à admirer l’écran de la smartwatch Wear OS. 

Bien entendu, le mode Always On est aussi de la partie, s’adaptant à chaque watchface. Et grâce à Wear OS, vous aurez une infinité de possibilités pour décorer votre montre connectée selon vos goûts. Samsung frappe droit au but, c’est impeccable !

Système d’exploitation

Après des années de bons et loyaux services, il est temps pour Tizen de tirer sa révérence. Mais plutôt que de se faire broyer par le géant Google, Samsung s’allie à lui. Bien que ce soit Wear OS 3 qui serve de base à Samsung, c’est l’interface OneUI de Tizen qu’on retrouve sur la Galaxy Watch 4 Classic. Et force est d’avouer que le mélange fonctionne plutôt bien !

Galaxy Watch 4 - Applications © Johan Gautreau
©Johan Gautreau pour Clubic

On retrouve ainsi la navigation telle que nous la connaissions sur Tizen. Vous en apprendrez plus en lisant notre test de la Galaxy Watch 3 . Le seul changement majeur se situe au niveau du menu des applications. Exit l’affichage circulaire de Tizen, on a maintenant une sorte de nuage d’applications dont le défilement se fait à la verticale. On peut y organiser les icônes dans l’ordre qu’on veut. Bien entendu, la bague rotative facilite le défilement.

Wear OS oblige, nous avons un accès complet au Play Store de Google. Samsung gomme ainsi le principal défaut de Tizen dont le magasin d’applications était assez pauvre. Maintenant, on peut installer librement Spotify, Komoot, Strava, Facer et des milliers d’autres applis !

Galaxy Watch 4 - Bixby © Johan Gautreau
©Johan Gautreau pour Clubic

Bien que Samsung utilise une base Wear OS, la marque sud-coréenne n’emploie que peu d’outils Google. Par exemple, l’assistant vocal utilisé est Bixby et pas Google Assistant. Idem pour le paiement sans contact qui est géré par Samsung Pay, bien qu’il soit possible d’installer Google Pay. Le géant coréen utilise aussi Outlook comme application de mails, tirant profit de son partenariat de longue date avec Microsoft. Toutefois, rien ne vous oblige à utiliser les applications pré-installées, le Play Store est en mesure de pourvoir à tous les besoins.

Le mariage entre Google et Samsung a donc du bon. La Galaxy Watch 4 Classic conserve l’aspect visuel de ses ancêtres sous Tizen tout en profitant des nombreuses capacités utilitaires de Wear OS. Un vrai duo gagnant !

Fonctions sportives

De tout temps les montres et bracelets connectés Samsung se sont orientés vers le suivi de la santé. La Galaxy Watch 4 suit donc les mêmes traces que ses aînées, supportée dans cette tâche par l’application Samsung Health.

Galaxy Watch 4 - Entraînement © Johan Gautreau
©Johan Gautreau pour Clubic

De base, la montre prend en charge une vingtaine de profils sportifs, dont les classiques du genre : marche, course à pied, cyclisme, natation en piscine… Elle embarque aussi un « coach de course » qui n’est pas sans rappler celui embarqué sur les montres Huawei. C’est un système très sympa quand on débute car il propose divers programmes d’intensité faible à élevée, centrés sur la marche à pied et la course.

Galaxy Watch 4 - Masse corporelle © Johan Gautreau
©Johan Gautreau pour Clubic

Tout ceci reste néanmoins classique. La nouveauté est plutôt à chercher du côté des capteurs. Cette année, la Galaxy Watch 4 Classic débarque en effet avec un module ECG, une grande première pour Samsung. Tout comme sur l’Apple Watch 7 ou la Withings Scanwatch , cette fonctionnalité permet de garder un œil sur la santé cardiovasculaire en détectant par exemple les symptômes de fibrillation auriculaire.

Pour utiliser l’ECG, il suffit de poser les doigts quelques secondes sur les deux boutons de la montre. Les résultats sont ensuite transmis à l’application Health Monitor. Idem pour le calcul de la tension. Vous devrez juste calibrer la montre en vous appuyant pour les premiers relevés sur un tensiomètre de bras. Le même système permet de calculer votre masse corporelle.

Samsung Health - ECG © Johan Gautreau
Samsung Health - Masse corporelle © Johan Gautreau

Si elles ne remplacent pas un examen médical complet, ces fonctionnalités permettent néanmoins d’établir quelques tendances sur l’évolution de la santé de votre palpitant. Vous devrez malheureusement posséder un smartphone Samsung pour en profiter : l’application Health Monitor n’est disponible que sur le Galaxy Store à l’heure où nous rédigeons ces lignes. Une limitation bien difficile à avaler pour celle qui se présente comme la reine des montres connectées sous Android…

Samsung Health - Menu principal © Johan Gautreau
Samsung Health - Activité © Johan Gautreau

C’est d’autant plus dommage que la Galaxy Watch 4 Classic se débrouille pas trop mal sur le suivi sportif. Le capteur cardiaque optique est de bon acabit, collant de près aux relevés de la Polar Grit X Pro avec laquelle nous l’avons comparé. Il faut juste faire attention à bien serrer le bracelet pour assurer des résultats précis.

samsung galaxy watch 4 course

De son côté, le GPS déçoit pas mal. Sans être aussi catastrophique que sur la TicWatch Pro 3 Ultra GPS , il reste en-dessous de ce qu’on peut attendre de la part d’une montre haut de gamme. On voit clairement sur les relevés de fin d’activité des écarts significatifs par rapport au chemin emprunté. Peut-être est-ce pour ça qu’il n’y a aucune trace GPS au poignet lors des activités ? Il est clair que la Galaxy Watch n’est pas conçue pour les randonnées et autres trails…

Galaxy Watch 4 - Suivi coeur © Johan Gautreau
©Johan Gautreau pour Clubic

On recommandera la montre de Samsung pour les sports qui ne demandent pas de grande précision de tracé. Pour un footing dans le quartier, elle est largement suffisante. D’ailleurs, la belle reprend le système de calcul de la foulée vu sur la Watch 3 avec de nombreuses données à la clé comme l’asymétrie, le temps de contact au sol… 

Fonctions utilitaires

Pour le moment, Wear OS 3 ne semble pas apporter grand-chose à notre cobaye de test. Rassurez-vous, le meilleur arrive maintenant. La fusion entre OneUI et Wear OS a indéniablement du bon.

La plus grosse force de Wear OS est le Play Store. Là où nous reprochions aux précédentes montres Tizen de Samsung un magasin d’applications très pauvre, c’est tout l’inverse avec l’OS de Google. Vous n’aurez ainsi aucun mal à dégoter vos applications préférées pour utiliser à fond la Galaxy Watch 4 Classic.

Galaxy Watch 4 - Musique © Johan Gautreau
©Johan Gautreau pour Clubic

Par défaut, la belle sait d’ailleurs faire pas mal de choses. Le NFC autorise le paiement sans contact avec Samsung Pay. Le micro et le haut-parleur permettent d’utiliser l’assistant vocal Bixby et d’obtenir un retour sonore. Outlook donne accès aux mails. La musique peut s’écouter en local depuis la mémoire de la montre ou via des applications comme Spotify ou YouTube Music. Pour la navigation, Google Maps est là. En bref, la Galaxy Watch 4 Classic sait à peu près tout faire et le fait franchement bien !

Galaxy Watch 4 - Météo © Johan Gautreau
©Johan Gautreau pour Clubic

On pourra cependant déplorer l’impossibilité d’utiliser Google Assistant à la place de Bixby. Ça et l’autonomie décevante, mais on en parle plus en détail dans le paragraphe suivant…

Autonomie

Les Galaxy Watch 3 et Active2 nous faisaient entrevoir une autonomie en baisse par rapport aux premières Galaxy Watch. Comme on pouvait s’y attendre, l’arrivée de Wear OS n’arrange pas les choses…

Bien que Google nous ait promis une autonomie améliorée pour Wear OS 3, on ne peut qu’être déçu du résultat final sur la Watch 4. Ce n’est pas l’emploi d’un SoC Exynos qui change la donne : vous aurez du mal à profiter de la montre asiatique plus de 36h d’affilée.

Toutes options activées, il est impossible d’espérer plus de 24h d’utilisation. Certes, c’est toujours mieux que l’Apple Watch qui reste cantonnée à 18h seulement. Mais dans un marché où même les montres connectées à moins de 200€ offrent une autonomie allant de cinq jours à deux semaines complètes, ça fait mal !

Et ce n’est pas la recharge sans-fil qui va arranger les choses. La belle n’est en effet compatible qu’avec les chargeurs sans-fil Samsung et ne se chargera pas avec les modèles tiers. En cas de casse, vous devrez donc vous tourner vers le matériel de la marque coréenne en remplacement. Ajoutez à ça un temps de recharge qui arrive à 1h40 environ…

Une fois de plus, la gamme Galaxy Watch perd en autonomie au profit de toujours plus de fonctionnalités. À quand une smartwatch sous Wear OS capable de tenir une semaine d’utilisation ?

Samsung Galaxy Watch 4 : le verdict de Clubic

En fusionnant OneUI avec Wear OS 3, Samsung fait un pari risqué mais réussi à notre sens. La Galaxy Watch 4 Classic conjugue en effet le meilleur des deux mondes : l’interface parfaitement travaillée de Tizen et les nombreuses fonctions utilitaires de Wear OS.

On se retrouve donc avec une montre très pratique, facile à utiliser avec sa bague rotative et son interface hyper-fluide. Il est très simple de télécharger cadrans et applications depuis le Play Store. La partie sport/santé est elle aussi de bonne qualité malgré un GPS un peu en retrait.

Au final, nous n’adresserons que deux gros reproches à cette Galaxy Watch 4 Classic : son autonomie très limitée et l’obligation d’utiliser un smartphone Samsung pour profiter de toutes ses capacités. Si vous êtes équipé d’un téléphone de la marque et que ça ne vous dérange pas de recharger votre smartwatch tous les jours, vous pouvez foncer les yeux fermés. Pour les autres, tournez-vous plutôt vers la concurrence comme la Fossil Gen 6 par exemple, ou même la Huawei Watch 3 .

Samsung Galaxy Watch 4 Classic

8

En optant pour une base Wear OS, Samsung joue un joli coup. La Galaxy Watch 4 Classic est bourrée de fonctionnalités, que ce soit pour le quotidien ou le suivi sportif. Malheureusement, l’autonomie en prend un sacré coup. C’est là son plus gros défaut…

Les plus

  • L’habile mélange entre Wear OS et OneUI
  • La bague rotative, toujours aussi pratique
  • L’arrivée des fonctions ECG et tension artérielle
  • Globalement une montre très complète

Les moins

  • L’autonomie limitée à une grosse journée
  • ECG compatible uniquement avec les smartphones Samsung
  • La forme du bracelet, peu ergonomique
  • Précision du GPS perfectible

Design et finitions 8

Fonctions utilitaires 10

Fonctions sport 7

Application 8

Autonomie 3

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
7
gamez
dans les points négatifs j’ai juste vu « L’autonomie limitée à une grosse journée », hop pour moi c’est rédhibitoire, je passe à autre chose.
zekkawa
Je l’ai depuis qu’elle est sortie, la classic en 46mm, donc genre 2 mois.<br /> Si tu ne mets pas le Always On alors tu tiens presque deux jours. Quoi qu’il arrive je tiens plus d’un jour, mais je la recharge tous les jours quand meme. En tout cas tu peux ajuster pas mal de settings pour ameliorer, meme avec le Always On tu peux tenir plus d’un jour.<br /> Cette montre est tout simplement geniale, j’ai rien a dire, elle fait beaucoup de choses et elle les fait bien!
Popoulo
«&nbsp;il est impossible d’espérer plus de 24h d’utilisation (…) C’est là son plus gros défaut…&nbsp;» : D’après le commentaire de @zekkawa qui l’utilise au quotidien depuis 2 mois, c’est pas vraiment le cas.<br /> ps : Les points de suspension partout dans les articles, c’est la mode ou bien ?
Voigt-Kampf
Ça reste bien trop faible en autonomie… dire que j’ai toujours la première en 46 mm depuis 2 ans et je tiens entre 4 et 5 jours (un tout petit peu moins maintenant) en utilisation raisonnable (suivi sport, wifi désactivé en permanence, GPS activé uniquement pour le running), je trouve cela malgré tout juste. Mais même pas deux jours… pour moi un tel objet doit tenir une semaine minimum.
Freezefreeze
Autonomie 3, ok elle est sans doute trop juste. Je me tâte toujours pour en acheter une et j’avoue que c’est l’autonomie qui me fait hésiter. J’ai ressorti une vieille fitbit jamais utilisée depuis 2 ans et le fait de la porter jour / nuit plusieurs jours sans le recharger est pratique.<br /> Par contre il faudrait argumenter qd même sur la note par rapport à l’apple watch série 7 qui récolte la note de 7 pour une autonomie inférieure !!! OK elle se recharge plus vite mais quand même. D’un côté on a une montre qui est officiellement donnée pour 24h donc permettant le suivi du sommeil sans recharge, de l’autre 18h officielles. Les 2 permettent suivant les options d’économiser la batterie… Elle est où la cohérence des notations ??? 24h + 1h40 de charge = 3 / 18h + 1h05 de charge = 7. Je vois pas vraiment en quoi l’un serait franchelent meilleur que l’autre
Skoleras
Ayant une Samsung Gear S3 Frontier depuis 4 ans, je suis pleinement satisfait de cette dernière. Sa grosse autonomie de 3 jours (sans GPS) est un gros plus sans aucun doute, mais on recharge déjà nos smartphones tous les jours en se couchant donc ce n’est pas un problème de le faire avec sa montre.<br /> Je me laisserai surement tenter par la Watch 5 l’année prochaine. Le temps que Samsung optimise la prise en charge d’Android !
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Plusieurs montres connectées pour enfants présentent d’importants risques de sécurité
realme aura, lui aussi, son smartphone propulsé par un Snapdragon 8 Gen 1
Un iPhone SE 3 pour 2022 ? C'est bien ce qui semble se profiler
Le Xiaomi 12 sera le premier à profiter du Snapdragon 8 Gen1
Le Snapdragon 8 Gen1 officialisé : tous savoir sur le nouveau SoC haut de gamme de Qualcomm
Fairphone 4, téléphone réellement réparable ? iFixit a tranché
Le Honor 60 livre (déjà) tous ses secrets
Selon DxoMark, le realme GT Neo 2 serait le téléphone à choisir si la batterie est un critère de choix pour vous
Le realme GT2 Pro arrive et dévoile un design plutôt audacieux
De nouvelles fuites sur le Galaxy S22 Ultra laissent entrevoir sa fusion avec le Galaxy Note
Haut de page