Test TicWatch Pro 3 Ultra GPS : une smartwatch sous Wear OS en (légère) évolution

Johan Gautreau
Expert objets connectés
01 novembre 2021 à 18h04
1
TicWatch Pro 3 Ultra GPS © Mobvoi

La marque chinoise Mobvoi revient une fois de plus sur le devant de la scène avec sa célèbre TicWatch Pro, déclinée cette année en version Ultra et Ultra GPS. La montre connectée sous Wear OS à double-écran parvient-elle toujours à convaincre alors que les Fossil Gen 6 et autres Galaxy Watch 4 rôdent dans les parages ? C’est ce que nous allons vérifier dans ce test.

TicWatch Pro 3 Ultra GPS
  • La certification MIL-STD-810G
  • Le double-écran très pratique
  • Bonnes performances globales du SoC Wear 4100
  • Mode Essentiel original et efficace
  • Wear OS 2 seulement…
  • GPS quasiment inexploitable
  • Bracelet en plastique décevant
  • Autonomie limitée à 2 jours (sauf à faire des concessions)
  • Traductions très mal faites

Depuis le lancement de sa première TicWatch Pro en 2018, Mobvoi est devenu un acteur phare du marché des montres connectées sous Wear OS. Il faut dire que la marque asiatique avait jeté à l’époque un sacré pavé dans la marre en réussissant l’exploit de doubler l’autonomie de ses montres grâce à l’emploi d’un ingénieux système de double-écran.

En 2021, la surprise des premiers temps est passée. Nous en sommes maintenant à la troisième génération de TicWatch Pro. Wear OS est plus que jamais au centre des préoccupations de Google qui tente de pousser la nouvelle version de son système sur un maximum de smartwatches. Le géant américain promet ainsi une meilleure autonomie et des performances stellaires.

La TicWatch Pro 3 Ultra GPS, encore équipée de Wear OS 2, se retrouve donc en position de faiblesse malgré un prix inférieur à 300€. Mobvoi mise toutefois sur son écosystème d’applications et une robustesse renforcée pour se démarquer. Pari réussi ? Réponse dans les paragraphes suivants.

TicWatch Pro 3 Ultra GPS : spécifications techniques

Comme son nom l’indique, la TicWatch Pro 3 Ultra GPS est avant tout une évolution technique de la TicWatch Pro 3 de l’année dernière. On retrouve ainsi de nombreuses similarités entre les deux montres connectées.

Fiche technique TicWatch Pro 3 Ultra GPS

Résumé

Forme du cadran
Rond
Taille de l'écran
1,4in
Processeur
Qualcomm Snapdragon Wear 4100
Système d'exploitation
Wear OS 2
Autonomie
48h

Spécifications techniques

Processeur
Qualcomm Snapdragon Wear 4100
Système d'exploitation
Wear OS 2
Smartphones compatibles
iPhone (iOS), Android
Capacité de stockage
8GB
Capacité de la batterie
577 mAh
Autonomie
48 heures

Connectivité

Prise en charge des SMS / MMS
Oui
Prise en charge des appels
Oui
Version Bluetooth
5
Version Wi-Fi
4
NFC
Oui
GPS
Oui

Capteurs

Accéléromètre et boussole électronique
Oui
Capteur de lumière ambiante
Oui
Analyse du sommeil
Oui
Podomètre
Oui
Capteur de rythme cardiaque
Oui
Cardifréquencemètre
Non
Capteur SpO2
Oui

Écran

Forme du cadran
Rond
Taille de l'écran
1,4in
Type d'écran
AMOLED + FSTN
Résolution
454 x 454
Écran tactile
Oui
Écran couleur
Oui

Caractéristiques physiques

Épaisseur
12,3mm
Largeur
47mm
Longeur
48mm
Poids
68g

La plus grosse évolution se situe au niveau du boitier qui est maintenant certifié avec la norme MIL-STD-810G. La montre peut donc en théorie supporter des températures « extrêmes » ainsi que les chocs les plus rudes. 

On note aussi l’arrivée d’un capteur cardiaque plus évolué sensé détecter les problèmes de fibrillation auriculaire. Cet équipement est même en mesure de donner un aperçu du niveau de stress et « d’énergie » à tout moment de la journée grâce au calcul de la variation de fréquence cardiaque.

TicWatch - Écran FSTN couleur © Johan Gautreau

Pour finir, l’écran basse consommation FSTN profite maintenant d’un rétro-éclairage pouvant être personnalisé avec 18 couleurs différentes.

Tout le reste est identique à la Pro 3 classique, du design aux performances qui restent assurées par le SoC Wear 4100. Ce n’est donc pas cette année encore que Mobvoi nous fera la primeur du Snapdragon Wear 4100+.

Pour information, la TicWatch Pro 3 Ultra embarque quant à elle une puce 4G/LTE. Son prix est donc plus élevé de 50€ que le modèle Ultra GPS – testé ici - qui en est démuni. Pour 350€, cette version capable de se départir du téléphone peut être un choix intéressant pour qui aime être connecté en permanence à Internet.

Design et finitions

Rafraichissement technique oblige, la TicWatch Pro 3 Ultra GPS ressemble trait pour trait à son aînée. Les modifications esthétiques restent mineures, l’essentiel du changement se passant sous le capot.

TicWatch - Design © Johan Gautreau

On retrouve donc une montre relativement épaisse avec des dimensions de 47 x 48 x 12.3 mm pour un poids de 68 grammes.

TicWatch - Design © Johan Gautreau

Si le boitier bleu nuit en acier inoxydable semble robuste, on ne peut que déplorer l’aspect grossier de l’ensemble. Cette impression est renforcée par l’usage d’un bracelet en caoutchouc très épais et peu élégant. Contrairement aux autres années, le modèle en silicone et cuir est réservé à la montre la plus onéreuse de la marque…

TicWatch - Design © Johan Gautreau

Malgré ça, la TicWatch Pro 3 Ultra GPS reste agréable à porter au poignet. Sa bague striée et numérotée apporte un petit côté futuriste pas désagréable, surtout que les deux boutons latéraux profitent eux aussi du même traitement.

Au final, si elle n’est pas aussi classe qu’une Huawei Watch 3 , la TicWatch Pro 3 Ultra GPS reste une montre décente à l’allure moderne, ce qui devrait séduire les amateurs de ce genre de design.

Écran

Jetons maintenant un œil à ce qui fait la spécificité des TicWatch Pro : le fameux double-écran. Mobvoi nous propose une technologie pour le moins étonnante et – il faut bien l’avouer – très efficace. Elle consiste à empiler une dalle basse consommation FSTN sur une dalle AMOLED plus classique. 

TicWatch - Écran FSTN © Johan Gautreau

À l’usage, l’écran FSTN reste allumé en permanence, son compère à technologie AMOLED ne prenant le relais que quand on manipule la montre pour accéder à Wear OS. Ce combo présente donc l’avantage d’avoir l’heure – ainsi que quelques métriques physiques - toujours visible sans drainer la batterie comme le ferait le mode AoD.

TicWatch - Écran AMOLED © Johan Gautreau

La dalle AMOLED de 1.4’’ profite d’une définition plus que confortable de 454 x 454 px, soit 326 ppi de résolution. C’est largement suffisant pour éviter l’apparition de gros pixels. On constate toutefois que l’écran parait un peu voilé, la faute à la dalle FSTN qui le surplombe. Les couleurs ne sont donc pas aussi vives que sur les montres plus classiques. De même, la luminosité semble plus limitée, même si la dalle AMOLED reste lisible en extérieur.

TicWatch - Choix couleur FSTN © Johan Gautreau

Est-ce que c’est gênant ? Pas vraiment. En effet, vous aurez plus de facilités à utiliser l’écran FSTN en extérieur, celui-ci étant plus lisible en plein jour. Notons quand même qu’il est plus sombre et moins contrasté que sur la toute première TicWatch Pro. C’est toutefois compensé par la présence d’un rétro-éclairage très efficace et maintenant personnalisable. Vous pourrez choisir parmi une palette de 18 couleurs, du rouge pétant au discret gris clair. 

Au final, on prend plaisir à utiliser le double-écran de la TicWatch Pro 3 Ultra GPS. La transition entre les deux dalles est très rapide, ce qui permet un usage en tout confort et adapté à toutes les situations. La recette développée par Mobvoi a encore de beaux jours devant elle !

Système d’exploitation

Si vous attendiez l’arrivée de Wear OS 3 avec impatience, vous risquez d’être déçus… 

TicWatch - Play Store © Johan Gautreau

En effet, Mobvoi reste pour le moment sur Wear OS 2. On profite quand même du changement de design opéré ces derniers mois par Google, en particulier sur son magasin Play Store, mais pas des fonctionnalités inhérentes à la troisième génération de Wear OS.

TicWatch - WearOS © Johan Gautreau

Mobvoi met néanmoins en avant quelques modifications de son cru. La Pro 3 Ultra GPS est ainsi dotée d’un lanceur d’applications avec des icônes classées par lignes de deux. Rien ne vous empêche de revenir sur le lanceur classique de Google.

C’est surtout du côté des applications que la marque chinoise frappe fort. On dispose ainsi d’une dizaine d’apps créées par le constructeur asiatique, la majorité étant dédiée au suivi de la santé : TicSanté, TicExercice, TicPouls, TicZen, etc…

TicWatch - Cartes © Johan Gautreau

Les cartes adaptées sont aussi de la partie. Vous pourrez donc afficher le suivi du rythme cardiaque, les cercles de progression d’objectif ou même lancer un exercice depuis la carte adéquate.

TicWatch - Google Assistant © Johan Gautreau

Pour le reste, on est sur du Wear OS tout ce qu’il y a de plus classique. La TicWatch Pro 3 Ultra GPS sera en mesure de réaliser des paiements sans contact avec Google Pay, vous donnera des conseils avec Google Assistant, diffusera de la musique via vos écouteurs Bluetooth, etc… En somme, tout ce que fait n’importe quelle smartwatch sous Wear OS.

La belle se montre très réactive. Le Snadragon Wear 4100 est très efficace, les applications se lancent en un battement de cil. Le défilement dans les menus est lui aussi très fluide. Rares sont les ralentissements, bien qu’il arrive quelques fois que la montre accuse quelques gels heureusement très rares. L’expérience Wear 4100 est donc très concluante !

Fonctions sport

En produisant une montre renforcée, Mobvoi tente d’attirer dans son giron les sportifs amateurs d’activités en extérieur, du genre trail ou cyclisme. La nouvelle TicWatch Pro 3 se dote pour l’occasion de plus de profils sportifs pour en proposer plus de 20, au lieu de 13 précédemment.

TicWatch - Liste exercices © Johan Gautreau

La montre connectée reprend à son compte le baromètre de la précédente génération. Elle est aussi certifiée IP68 et supporte les activités de natation. C’est donc relativement complet même si on pourra déplorer l’absence d’un profil de musculation sur TicExercice. Vous devrez passer par Google Fit pour enregistrer vos séances de levés de poids.

TicWatch - Suivi santé © Johan Gautreau

Penchons-nous plutôt sur le suivi de la santé car c’est là que réside la principale nouveauté de la TicWatch Pro 3 Ultra GPS. L’application TicSanté est maintenant en mesure de vous donner une indication de votre état physique et mental sur 24h. Ce genre de mesure n’est pas sans rappeler le Body Battery de Garmin. Deux barres se présentent à vous : la première indique votre « fatigue mentale » et la seconde votre « niveau d’énergie ». Chacune est dotée de cinq graduations qui varient tout au long de la journée, l’idéal étant d’avoir la fatigue mentale au minimum et le niveau d’énergie au maximum.

Durant mes essais, je dois avouer que je suis resté assez dubitatif sur les résultats donnés par l’application. Suite à un exercice intensif, mon niveau d’énergie est resté au maximum. Par contre, il baissait inexplicablement lors d’une petite sieste et celui de stress montait proportionnellement. L’inverse m’aurait paru plus rationnel. Difficile donc de trouver une réelle utilité à ces deux mesures qui me paraissent personnellement un peu trop abstraites.

TicWatch - Suivi coeur © Johan Gautreau

On se consolera en profitant d’un capteur cardiaque – avec suivi du SpO2 – d’excellente qualité. Je l’ai mis en compétition avec le capteur Précision Prime Plus de la toute nouvelle Prolar Grit X Pro. Le verdict est sans appel : la TicWatch Pro 3 Ultra GPS talonne sa concurrente haut de gamme sans problème !

TicWatch - Fibrilation © Johan Gautreau

On peut donc espérer que la détection d’une quelconque fibrillation auriculaire soit de bonne qualité. Rappelons quand même que la montre chinoise ne doit pas être considérée comme un dispositif médical. Les valeurs relevées sont donc là uniquement pour référence personnelle.

TicWatch - Activité 1 © Johan Gautreau
TicWatch - Activité 2 © Johan Gautreau

Si la partie suivi cardiaque est de bonne qualité, il n’en va malheureusement pas de même pour le GPS. En plus d’être long à accrocher le signal (parfois il faut attendre jusqu’à cinq minutes….), celui-ci nous remonte parfois des valeurs farfelues. Il a par exemple indiqué un pic à 18 km/h lors… d’une simple marche à pied. Et que dire du score VO2Max, totalement à côté de la plaque ? Il en va de même pour le suivi de l’altitude, imprécis malgré le baromètre intégré à la smartwatch.

Il sera donc difficile de recommander la TicWatch Pro 3 Ultra GPS aux sportifs qui veulent un maximum de métriques. Il est ardu de laisser passer les errances du GPS sur une montre à ce niveau de prix. Surtout qu’il faut composer en plus avec de nombreuses traductions mal faites : de l’italien par endroit, de l’allemand ailleurs et souvent des traductions à peine dignes de Google Traduction. Espérons que Mobvoi travaille mieux sa copie en faisant rapidement des mises à jour de correction…

Application Mobvoi

Avant de passer à l’autonomie, jetons un œil sur l’application mobile de Mobvoi. Celle-ci est à l’image de la montre : assez jolie mais pas forcément aussi efficace qu’on aimerait.

mobvoi ticwatch

Elle se présente sous forme d’un tableau de bord relativement classique remontant les principales métriques relevées par la TicWatch : surveillance de la santé physique et mentale, rythme cardiaque, qualité du sommeil, niveau de stress, derniers sports pratiqués, etc…

TicWatch - Suivi SPO2 © Johan Gautreau
TicWatch - Suivi sommeil © Johan Gautreau
TicWatch - Suivi santé © Johan Gautreau

L’approche est assez conventionnelle. Un appui sur une catégorie donne accès à des graphiques plus détaillés et quelques conseils de santé. Hélas, les traductions mal ficelées viennent ternir l’ensemble, de même que les imprécisions des relevés GPS cités précédemment…

Autonomie

Qui a déjà essayé une montre sous Wear OS aura dû affronter les affres d’une autonomie rachitique. Heureusement, Mobvoi contourne – en partie – ce problème récurrent grâce à son doublé-écran et l’emploi un second processeur qui vient épauler le Snapdragon Wear 4100 de sa TicWatch Pro 3 Ultra GPS. Le constructeur nous promet ainsi une autonomie allant jusqu’à 72 heures en mode connecté, ce qui ferait de sa smartwatch l’une des plus endurantes à utiliser Wear OS.

TicWatch Pro - Recharge © Johan Gautreau

Dans les faits, on peut arriver à l’autonomie annoncée mais il faut alors se passer de pas mal de fonctionnalités comme le suivi du SpO2, le suivi du sommeil ou le nouveau relevé de santé physique et mentale. En sacrifiant ces métriques, vous pourrez en effet tenir la charge durant presque trois jours. En revanche, n’espérez pas plus de 48h d’usage si vous activez toutes les options de la montre, ce qui est finalement autant qu’une Fossil Gen 5 avec son SoC Wear 3100.

Le principal avantage de la TicWatch Pro 3 Ultra GPS est sans conteste son écran FSTN allumé en permanence. On a toujours l’heure sous les yeux sans avoir besoin d’user la batterie avec un mode Always On trop énergivore. Cet écran est d’autant plus pratique qu’il s’active aussi lors des sessions sport. Un exercice de 30 minutes ne consomme que 3% de batterie, autant dire une broutille par rapport aux autres montres Wear OS.

Et que faire si vous arrivez en bout de batterie avant la fin de la journée ? Il suffit d’activer le mode Essentiel. Dans ce cas, la partie Wear OS est totalement désactivée, de même que l’écran AMOLED. La TicWatch se transforme alors en montre plus classique, tout en conservant la possibilité de compter les pas et de faire des relevés manuels de rythme cardiaque. Avec 5% de batterie, vous tiendrez sans problème jusqu’à 48h en mode Essentiel. C’est toujours mieux que de se trimballer avec une montre éteinte au poignet !

Vous l’aurez compris, la TicWatch Pro 3 Ultra GPS n’est pas beaucoup plus endurante que les autres montres connectées sous Wear OS. Elle tire cependant son épingle du jeu grâce à son écran basse consommation très pratique et le mode Essentiel parfait en cas de pénurie de batterie.

TicWatch Pro 3 Ultra GPS : le verdict de Clubic

Pour ses nouveaux modèles Ultra, Mobvoi ne réinvente pas sa recette. La marque chinoise nous offre toutefois une montre plus robuste, avec un capteur cardiaque digne des meilleures montres sport haut de gamme. Et le prix ne bouge pas d’un iota.

Faut-il pour autant craquer ? La réponse dépendra de vos exigences. Si vous voulez une montre précise pour vos activités sportives, passez votre chemin. Le GPS est bien trop imprécis et certaines métriques comme le VO2Max totalement farfelues.

Par contre, la TicWatch Pro 3 Ultra GPS pourra vous séduire si vous voulez une montre Wear OS solide, avec un écran toujours allumé et capable de vous assurer une autonomie rallongée en cas de besoin, quitte à sacrifier quelques fonctionnalités en mode Essentiel.

TicWatch Pro 3 Ultra GPS

7

La TicWatch Pro 3 Ultra GPS est un léger rafraichissement technique de la Pro 3 de 2020. En conséquence, elle n’apporte pas grand-chose de neuf. Elle souffre même de gros soucis de précision avec le GPS et d’un système d’exploitation Wear OS 2 vieillissant, en plus d’être mal traduit. Difficile donc de la recommander face à une Fossil Gen 6 ou une Galaxy Watch 4, à moins de vouloir à tout prix profiter du système de double-écran.

Cette œuvre est pour vous si

  • La certification MIL-STD-810G
  • Le double-écran très pratique
  • Bonnes performances globales du SoC Wear 4100
  • Mode Essentiel original et efficace

Cette œuvre n'est pas pour vous si

  • Wear OS 2 seulement…
  • GPS quasiment inexploitable
  • Bracelet en plastique décevant
  • Autonomie limitée à 2 jours (sauf à faire des concessions)
  • Traductions très mal faites

Design et finitions 8

Écran 8

Fonctions utilitaires 10

Fonctions sport 5

Autonomie 5

TicWatch Pro 3 Ultra GPS au meilleur prix

Amazon 299,99€ Voir l'offre
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
Tadahiro-Nomura
Il manque l’information principale : est-elle compatible avec les traces GPX ???
Johan_Gautreau
Hello,<br /> Pour utiliser les traces GPX il faut passer par des applications dédiées, la montre n’a pas d’outil natif pour gérer ce type de fichier.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Huawei largement inspiré du Samsung Galaxy Z Flip pour son prochain smartphone
La console Qualcomm / Razer qui avait fuité est un kit de développement pour soutenir le Snapdragon G3x Gen 1
iOS 15 provoquerait des bugs de géolocalisation avec Philips Hue
Xiaomi 12 et Xiaomi 12 Pro : le lancement pourrait finalement attendre la fin du mois
La Pixel Watch de Google serait bien prévue pour 2022
Le Père Noël débarque à nouveau sur WhatsApp, et son
Le bloc photo du Galaxy S22 se montre dans une fuite
La caméra always-on de Qualcomm : un rêve pour certains, sûrement un cauchemar pour vous
Plusieurs montres connectées pour enfants présentent d’importants risques de sécurité
realme aura, lui aussi, son smartphone propulsé par un Snapdragon 8 Gen 1
Haut de page