Test Suunto 5 : une smartwatch multisport de qualité plombée par un défaut majeur...

Johan Gautreau
Expert objets connectés
29 octobre 2020 à 18h03
8
6

Dans le domaine des montres connectées sport, trois grandes marques s’affrontent : Garmin, Polar et Suunto. Sortie en début d’année 2019, la Suunto 5 représente le milieu de gamme de la société finlandaise, venant boxer dans la même catégorie que la Garmin Forerunner 735 XT ou la Polar Vantage M. Est-elle cependant au même niveau que ces redoutables concurrentes ? 

Mix entre la Suunto 9 pour le design et la Suunto 3 pour les fonctionnalités, la Suunto 5 représente le meilleur du multisport connecté tel que vu par le constructeur nordique. Coaching d’activité, excellente autonomie, navigation GPS : tous les ingrédients sont réunis pour assurer le succès de cette smartwatch commercialisée à moins de 240€. 

Mais comme nous allons le voir dans ce test, elle souffre d’un gros défaut qui risque de rebuter les utilisateurs les plus exigeants. Fort heureusement, il est assez simple d’y pallier, du moins en mettant la main à la poche. On vous explique tout ça en détail dans les paragraphes qui suivent.

Suunto 5 : spécifications techniques 

La montre connectée finlandaise ne dépaysera pas les amateurs de la marque, reprenant la même interface et le même fonctionnement sans écran tactile que les autres modèles Suunto, hormis la Suunto 7 sous Wear OS. Elle est aussi la première à avoir inauguré la fin de la plateforme en ligne Movescount au profit de l’application mobile Suunto. 

Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, voyons un peu ce qu’elle nous propose sur le papier : 

  • Boitier 46 mm – Bracelet propriétaire 22 mm 

  • Écran LCD non tactile 1.1” - 218 x 218 px - Rétroéclairage LED 

  • Bluetooth 5 

  • GPS + Glonass + Galileo + Beidou 

  • Batterie : 7 jours en mode connecté / jusqu’à 40h en mode GPS 

  • 80 profils sportifs 

  • Étanche jusqu’à 50 m 

  • Cardio au poignet 

  • Suivi sommeil et cardio 24/7 

  • Coaching adaptatif 

En regardant cette fiche technique, on sent une approche assez similaire à celle de Polar sur ses Ignite et Unite. La montre se veut simple, ne s’encombre pas de fioritures comme un lecteur de musique et mise tout sur le sport. Pour son prix, elle est certainement la smartwatch la plus complète du moment, surpassant des productions plus récentes comme la Garmin Venu

Les amateurs du style outdoor risquent néanmoins de rester sur leur faim, la faute à l’absence d’altimètre barométrique et de boussole. Même l’oxymètre de pouls est aux abonnés absents, chose plus facilement excusable vu l’âge de la tocante. 

Design : un joli look futuriste 

Si vous aimez les montres imposantes qui semblent taillées dans le roc, alors vous devriez apprécier la Suunto 5. Elle reprend les grandes lignes de ses consœurs finlandaises avec un design futuriste. 

La couronne en acier inoxydable surmonte un boitier en plastique de bonne facture. L’assemblage est de bonne qualité. Seuls les cinq boutons dédiés à la navigation sont un peu en dessous du reste avec un aspect assez cheap

Tout comme sur la vénérable Spartan Trainer Wrist HR, le module GPS est placé dans une extension au sein du bracelet. Du coup, ledit bracelet en silicone en devient très difficile à changer. En cas de casse, il faudra probablement vous tourner vers un magasin partenaire pour faire réparer tout ça...  

Au dos de la Suunto 5, on retrouve le capteur de rythme cardiaque ainsi que les plots de chargement.  

Une fois au poignet, cette montre connectée est assez peu discrète, notamment à cause de son épaisseur de 14.6 mm. Son poids de 66 grammes en fait une smartwatch relativement lourde, sans pour autant être un vrai haltère. 

Écran : une petite déception 

S’il n’y avait que le design massif, la Suunto 5 resterait attirante. Mais il faut bien avouer qu'on déchante vite en voyant le ridicule écran de 1.1” logé au creux du grand boitier de 46 mm... 

La petite dalle – non renforcée - se retrouve ainsi ceinturée par une horrible bande noire vraiment peu agréable à l’œil. 

L’écran en lui-même est loin d’être fameux. Ici, point de couleurs flashy comme sur la Huawei Watch GT2 Pro avec sa dalle AMOLED. On doit se contenter d’une dalle LCD avec une définition de 218 x 218 px. 

Le rendu final est assez fade, plus encore que sur les montres Garmin. À moins d’être en plein soleil, il est difficile de vraiment profiter de l’afficheur, même avec le rétro-éclairage. L’écran est trop sombre, ce qui entraîne souvent des soucis de lisibilité. Avec le temps, on finit par s’y habituer mais on ne peut qu’espérer des améliorations sur les futurs modèles de la marque. 

Système d’exploitation : coaching et santé en ligne de mire

Les habitués des montres Suunto seront en terrain connu, puisque le système développé par la marque n’apporte rien de bien neuf en dehors du coaching intelligent. Et encore, ledit système a été étendu aux autres montres de la société finlandaise. Pour ceux qui n’ont jamais essayé ces montres connectées sportives, nous allons faire un rapide tour du propriétaire. 

Interface 

Sachez déjà que la Suunto 5 peut se satisfaire à elle-même et s’utiliser sans le smartphone. Lors de la configuration initiale, toutes vos données physiques vous seront demandées. Vous devrez aussi indiquer si vous voulez utiliser l’assistant sportif et dans quel but : amélioration de votre forme, boost des performances ou simplement conservation de votre niveau actuel. Suite à quoi, vous n’aurez plus qu’à laisser le logiciel opérer. 

La navigation dans l’interface s’effectue à l’aide des cinq boutons physiques ceinturant le boitier. Le système d’exploitation est bien pensé : on passe d’un écran thématique à l’autre avec les boutons haut et bas. Ensuite, on développe les infos avec les boutons avance et retour. Malgré sa petite taille, l’écran affiche pas mal d’informations. Les graphiques restent cependant trop petits pour être vraiment exploitables. 

L’interface est découpée comme suit. En dessous du cadran d’heure, on trouve : 

  • Rythme cardiaque + Graphique des dernières 12h 

  • Ressources physiques + Graphique des dernières 16h 

  • Nombre de pas et calories dépensées + Graphique des pas pour la semaine + Graphique des calories pour la semaine 

  • Temps d’entrainement pour la semaine et temps de récupération + Plan d’entrainement + Moyenne d’activité des trois dernières semaines 

  • Temps de sommeil + Graphique sur la semaine + Graphique de FC au repos 

  • Niveau de forme et âge de forme physique 

En naviguant vers le haut, vous aurez accès à la gestion des activités physiques et des paramètres dans l’ordre qui suit : 

  • Exercice à choisir parmi 80 profils 

  • Navigation 

  • Journal des activités 

  • Chronomètre 

  • Paramètres 

L’essentiel est là pour choisir un sport, en définir la durée ou la longueur, suivre un itinéraire si besoin et obtenir les relevés après cette activité. L’interface est à mi-chemin entre l’usine à gaz de Garmin et la simplification à l’extrême de Polar. Un entre-deux diablement efficace qui évite la prise de tête dans des dizaines de sous-menus tout en évitant l’écueil du manque d’options ! 

Application Suunto 

Avec l’abandon de sa plateforme Movescount, Suunto a mis en avant sa nouvelle application pour smartphone. Il n’y a donc plus de site en ligne pour voir vos données ou préparer vos exercices, tout passe par le smartphone. C’est clairement quelque chose qui risque de rebuter les sportifs pointilleux qui s’orienteront dès lors vers Garmin et Polar. Pour les autres, il faudra composer avec une appli vraiment atypique mais dotée de quelques fonctionnalités uniques en leur genre.  

Le menu principal présente votre durée d’activité dans le mois ou la semaine, ainsi qu’un résumé de ces activités, tracé GPS à l’appui. D’un glissement vers la gauche, vous aurez en un coup d’œil l’aperçu de votre progression dans l’objectif hebdomadaire ainsi que les pas et calories de la journée, suppléés par le temps de sommeil de la dernière nuit. 

La partie la plus intéressante est certainement le journal. Celui-ci est classé en plusieurs onglets. Le premier sert de résumé global alors que chaque autre onglet vise une donnée particulière : entraînements, pas, calories, sommeil et niveau de forme. Chaque partie présente un graphique et un affichage de tous vos enregistrements. L’ensemble est à l’image de la montre, allant à l’essentiel sans pour autant être minimaliste. Notez que les mêmes données sont consultables dans le journal de la montre, c’est juste que la mise en forme est évidemment plus agréable sur le smartphone ! 

Passons maintenant au point le plus original de l’application Suunto. Il s’agit de la navigation. Dans l’onglet Carte, vous pourrez activer diverses cartes de chaleur afin de voir les trajets privilégiés par la communauté Suunto. Bien entendu, vous pourrez aussi créer les vôtres et les partager au monde entier ou seulement à vos amis. 

Parlons d’ailleurs de la création d’itinéraires. Suunto frappe très fort avec un système diablement efficace : il suffit de choisir un point sur l’écran pour commencer, puis ensuite d’en ajouter d’autres pour se faire un parcours complet. Libre à vous de prendre des points rapprochés pour créer le trajet de vos rêves ou de laisser le soin au logiciel de choisir le chemin le plus court. Dans tous les cas, il est hyper simple de créer en quelques secondes un itinéraire et de l’envoyer vers la montre. Sinon, vous pouvez faire confiance à la communauté et télécharger directement les trajets d’autres utilisateurs Suunto vers votre Suunto 5. Ce petit côté “Facebook de la cartographie” est loin d’être désagréable une fois appliqué au sport ! 

En parlant de partage, sachez que l’application Suunto peut se lier à un nombre incroyable d’applis tierces comme Strava, Endomondo, TrainingPeaks... La liste est juste impressionnante comparée à la concurrence.  

Voilà pour le tour du propriétaire. Simple et bien présentée, l’appli Suunto est plutôt convaincante. On note toutefois un suivi du sommeil très léger. Il n’y a aucun graphique précis, juste une indication de la qualité du sommeil via un pourcentage. Vous aurez quand même droit à quelques conseils, mais c’est tout. On est loin de la précision chirurgicale de Polar dans le domaine... 

Mises à jour 

Une fois n’est pas coutume, nous allons faire un détour par le fonctionnement des mises à jour de la Suunto 5. Une façon pour moi de pousser un petit coup de gueule sur ce qui est certainement le plus gros archaïsme que j’ai eu l’occasion de voir ces dernières années dans le monde des montres connectées... 

Comme toute smartwatch qui se respecte un tant soit peu, la Suunto 5 subit des mises à jour régulières de son logiciel afin d’obtenir de nouvelles fonctionnalités, de régler les bugs et ainsi de suite. Sauf que pour procéder, il faut obligatoirement... passer par un ordinateur ! 

Alors que la firme finlandaise abandonne sa plateforme en ligne Movescount pour se recentrer sur son application mobile, elle impose à tous ses utilisateurs l’usage obligatoire d’un PC pour garder ses appareils opérationnels. En 2020. Non, ce n’est pas une blague. 

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, il faudra que vous utilisiez Windows ou MacOS. Si comme moi vous êtes sous GNU/Linux, il ne vous restera que vos yeux pour pleurer. Ou alors il faudra passer par des manipulations bien lourdes pour mettre à niveau votre montre connectée sport... 

Je ne comprends pas pourquoi Suunto adopte une telle stratégie. Pourquoi ne pas passer par l’application, comme tout le monde ? La stabilité de connexion est exemplaire en plus. Même les appareils chinois à quelques dizaines d’euros peuvent profiter de mises à jour via Bluetooth. Bref, vous l’aurez compris, ce système d'update digne des années 2000 me reste particulièrement en travers de la gorge, même s’il fonctionne bien malgré tout. 

Fonctions sport : une montre multisport efficace malgré un énorme couac 

Il est temps de mettre à l’épreuve la Suunto 5. Avec pas moins de 80 profils sportifs dont le triathlon et un programme d’entrainement adaptatif, la smartwatch sport est pour le moins alléchante. Que vous soyez amateur de marche, de course à pied ou même de natation en eaux libres, vous devriez trouver votre bonheur en termes de suivi d’activité. 

Chaque sport bénéficie d’un cadran avec les métriques habituelles : rythme cardiaque, calories dépensées, durée d’activité, etc... Si vous utilisez le GPS, vous aurez aussi accès à votre trace en temps réelle et à un menu permettant de définir un itinéraire vers un POI ou votre point de départ. 

La partie navigation est d’ailleurs assez succincte. La montre n’affiche pas de fond de carte et se contente de vous indiquer la direction vers votre but avec une simple flèche. Le seul moyen d’avoir un itinéraire précis est d’effectuer un transfert de parcours depuis l’application. Notez que celle-ci gère aussi les fichiers GPX. L’ensemble n’est pas aussi évolué que les montres outdoor de Garmin, mais ça reste suffisant pour assurer le minimum syndical, ce qui est déjà assez rare à ce niveau de prix. 

Jetons maintenant un œil au coaching adaptatif. Lors de la configuration initiale, la Suunto 5 vous demandera de rentrer vos données physiques et votre but : stabilisation, amélioration ou boost de vos performances. Suite à ça, elle établira un programme adapté. On trouve déjà ce genre de chose chez Polar avec FitSpark, mais Suunto va un cran plus loin. En effet, le programme tient non seulement compte de vos performances pour adapter votre planning, mais il est aussi en mesure de reporter une séance si vous la ratez. Vous êtes ainsi assuré de toujours avoir un entrainement adapté à votre emploi du temps, sans vous mettre la pression. C’est réellement très motivant quand on débute ! 

La réalisation des exercices est de plus assez libertaire. La montre vous dit quand il faut vous entraîner, vous choisissez le sport que vous voulez et en route pour une session. Le programme en lui-même n’est pas difficile à suivre puisqu’il suffit juste de rester dans une zone donnée de fréquence cardiaque. Quelques conseils vous sont prodigués avant la séance de sport. Pour remplir l’objectif, vous devrez simplement vous assurer de remplir la barre d’avancement placée en bas du cadran. C’est certainement la montre la plus inspirante du moment pour les débutants ! 

On découvre aussi un autre aspect très pratique pour le multisport : il est possible de changer d’activité avec un simple appui long sur le bouton haut droit. Pas besoin d’arrêter la session en cours, de revenir au menu pour reprendre le sport suivant à zéro... Avec la Suunto 5, tout s’enchaîne de manière fluide. 

L’autre gros atout de cette montre connectée sport est son GPS. Grâce à son module déporté dans le bracelet et le support de Galileo, Baidou et Glonass, on obtient des relevés d’une précision chirurgicale. La Suunto 5 dépasse largement toutes ses concurrentes dans ce domaine, toutes gammes confondues. 

...
...

Tout ça, c’est pour l’aspect positif. Passons maintenant au gros défaut de cette tocante sport : son capteur de rythme cardiaque. Produit par Valencell, il est certainement l’un des plus mauvais que j’ai testé ces dernières années. S’il fallait le comparer, je dirais qu’il est à peu près aussi précis que celui du MiBand 4 de Xiaomi. Autant dire qu’il est souvent à côté de la plaque... 

Lors d’un exercice à effort constant, il s’emballe régulièrement ou se coupe carrément. C’est particulièrement gênant avec le mode coaching puisque la montre vous dira de ralentir alors que votre FC réelle n’a pas bougé d’un pouce. J’ai essayé de changer la position de la montre, de lancer le calibrage en avance : rien à faire, la précision est bien trop aléatoire pour être réellement exploitable. Le plus rageant, c’est que les relevés au repos sont très précis ! 

Pour pallier ce problème, il existe une solution assez simple. Elle consiste à investir dans une ceinture cardio pectorale. La montre est compatible avec n’importe quel modèle Bluetooth, de même qu’avec les capteurs de puissance pour le cyclisme ou la course à pied. Il suffit juste de lui indiquer d’utiliser les relevés de la ceinture avant l’exercice pour obtenir des relevés bien plus précis. C’est quand même dommage de devoir investir presque 100€ de plus pour avoir des relevés cardiaques de qualité... 

En dehors de ça, la Suunto 5 est vraiment une montre multisport de qualité. Elle brille par sa simplicité d’emploi. Vous pouvez même créer vos propres profils et cadrans de données depuis l’application. C’est hyper complet sans pour autant tomber dans la démesure. 

Fonctions connectées : limitées comme toutes les montres sport 

C’est un peu une redite sur toutes les montres sportives. Les fonctions connectées de la Suunto 5 sont vraiment très basiques, voire inexistantes.  

La montre finlandaise peut recevoir vos notifications et en afficher l’en-tête avec un peu de texte, mais ça ne va pas plus loin. J’ai même été confronté à un bug où un appel passé restait affiché en permanence dans le tableau des notifications... 

Pas de météo, pas d’envoi de message préprogrammés, pas de lecteur de musique : c’est allégé au maximum pour laisser la place au sport. Si vous aimez avoir un minimum de connexion avec votre smartphone, je vous recommande plutôt de vous tourner vers les montres Garmin, plus évoluées dans leurs fonctions utilitaires. 

Autonomie : la grande gagnante du mode GPS 

La Suunto 5 est une smartwatch dotée d’une autonomie relativement décente en mode connecté. Le constructeur nous promet jusqu’à 7 jours en usage normal, ce qui est dans la moyenne sans pour autant faire de folies. Dans les faits, on tombe même entre 5 et 6 jours selon les usages. Notez toutefois que l’écran est toujours allumé, ce qui est un énorme avantage sur la plupart des concurrentes qui ont la même durée de vie avec un écran à allumer manuellement. 

Là où la Suunto 5 brille, c’est avant tout dans son mode GPS. Avec toutes les options activées, la smartwatch sport peut tenir une charge environ 20h en mode GPS avec le cardio au poignet activé. Au besoin, vous pouvez doubler ce temps en passant en économie d'énergie. Le rétro-éclairage est alors diminué, les relevés moins fréquents mais vous passez à 40h de suivi avec une précision finalement très proche du mode normal. 

Cerise sur le gâteau, vous pouvez même monter à 60h en allant dans les paramètres d’activité et en activant le mode personnalisé, ce que Suunto ne précise pas dans sa communication. Cela fait sans conteste de la Suunto 5 l’une des montres cardio GPS les plus endurantes pour les activités avec suivi GPS. Elle pourra sans souci vous accompagner dans vos triathlons les plus forcenés ! 

J’ai aussi apprécié le gestionnaire de batterie qui s’adapte à vos habitudes et vous prévient de recharger la veille d’un entrainement. C’est dans la même veine que le coaching adaptatif, j’aime beaucoup ce fonctionnement qui apprend de nous afin d’optimiser nos usages au mieux. 

Un dernier point avant de passer à la conclusion. Tout comme la Garmin Vivomove HR, le chargement s'effectue en clipsant une pince sur le boitier. Celle-ci ne touche pas l'écran, ce qui devrait éviter de l’abîmer à cause d'une usure prématurée. J'aurais néanmoins préféré un autre système pour la recharge, comme un dock. En l’occurrence, il sera difficile de remplacer les parties mobiles de la pince si elle vient à casser un jour…

Suunto 5 : le verdict de Clubic 

Entre la complexité des produits Garmin et la simplification extrême des montres Polar, Suunto mise sur l’équilibre. La Suunto 5 n’est pas la plus fine, ni la plus belle des montres sport. Ce n’est pas non plus la plus perfectionnée. Mais elle arrive pourtant à séduire. 

Entre le coaching adaptatif vraiment bien conçu, l’application qui permet de tracer n’importe quel itinéraire en quelques secondes et une autonomie impressionnante en mode GPS, la smartwatch finlandaise vise juste. On a au poignet tout ce qu’il faut pour suivre nos progrès sans même avoir besoin de passer par le smartphone. 

Le seul gros point noir réside dans la précision du capteur de rythme cardiaque, totalement à côté de la plaque. Il faudra investir dans une ceinture cardio Bluetooth sous peine de vous arracher quelques cheveux en voyant vos relevés. C’est d’ailleurs ce qui coûtera à cette montre connectée la note la plus élevée. Ça et le fait que le système de mises à jour semble sorti des années 2000. 

Pour le reste, vous pouvez foncer sur cette belle smartwatch multisport. Elle sera idéale pour vous motiver à améliorer votre santé physique sans pour autant vous noyer sous des masses de données alambiquées. 

Suunto 5

6

La Suunto 5 est une montre GPS multisport qui séduira les personnes en recherche d'un coach virtuel efficace. Grâce à son programme adaptatif, cette smartwatch nous fait progresser petit à petit tout en sachant se plier à des changements de programme de dernière minute.

Les plus

  • Bonne autonomie, surtout en mode GPS
  • Écran allumé en permanence
  • Coaching adaptatif très bien fait
  • Logiciel simple et bien pensé
  • Création d'itinéraires au top

Les moins

  • Écran trop petit, pas toujours bien lisible
  • Fonctions connectées anecdotiques
  • Mise à jour via Windows et MacOS uniquement
  • Capteur de rythme cardiaque souvent imprécis
  • Bracelet propriétaire

Design et finitions 7

Écran 6

Fonctions connectées 2

Fonctions sport 7

Autonomie 8

8
5
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Black Friday Week : les meilleurs bons plans high-tech à 5 jours du Black Friday
Comment contrôler vos données personnelles sur smartphone ?
Black Friday Week : les meilleures offres à saisir jusqu'à ce soir minuit
Hors-série du Veilleur d’écran[s] : 20 séries feel good pour garder le sourire le dimanche soir
Test Klipsch Cinema 600 : une barre de son très portée sur les basses
A quelques heures de la Black Week, la tablette Samsung Galaxy Tab A à prix cassé
Un pack PlayStation avec une manette Dualshock 4.0 + Uncharted: The Lost Legacy en promo
A la découverte de la planète naine Ceres et son énigmatique tache blanche
Le casque sans fil JBL T460 BT à moitié prix avant le Black Friday
Prêt à changer de PC portable ? Découvrez les meilleurs modèles de l'année
Haut de page