Vostok : petit tour de la première des capsules habitées

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
01 mai 2022 à 17h17
6
Vostok capsule spatiale préparation © URSS/N.A. via Spacefacts.de
Préparation d'une capsule Vostok : la partie habitable dans la sphère, et le module de service dessous. Crédits URSS/N.A. via spacefacts.de

Perchée sur son lanceur du même nom, la capsule Vostok 3KA est celle qui a emmené le premier humain vers l'orbite, le 12 avril 1961. Un décollage pour l'Histoire, au sein d'un véhicule robuste et bien conçu. Mais au fait, c'était comment, Vostok ? Pas bien confortable, mais en avance sur son temps !

Le plus compliqué pour les ingénieurs soviétiques : penser à tout ce qui pouvait mal tourner…

Pas encore tout confort

Dès les premières réussites du programme orbital, les équipes du bureau principal du spatial soviétique (le très célèbre OKB-1) ont eu à travailler sur la possibilité future de vols habités. Et dès la réussite du vol de la chienne Laïka, puis de l'augmentation de performances permettant la mise en orbite du 3e satellite soviétique, ce n'était plus qu'une question de temps. Il fallait donc améliorer le lanceur pour qu'il puisse emmener les 4,7 tonnes de la capsule Vostok… Et un véhicule orbital qui puisse être assez léger pour remplir sa mission ! Accueillir un humain à bord n'est pas chose aisée. Il faut de quoi arriver en orbite, le maintenir en vie, puis le ramener sur Terre (si possible là où il est facile de le récupérer). Sans oublier de penser en bonus aux commandes de vol, aux communications, à la gestion de la température, et éventuellement à quelques hublots.

Vostok fusée lanceur Gagarine © URSS/N.A.
Le lanceur de la capsule Vostok, lors de la mise en position verticale à Baïkonour. Crédits URSS/N.A.

Bien à l'abri dans la sphère

Vostok est donc une capsule spatiale composée d'un compartiment de descente, où peut prendre place un unique cosmonaute (ou astronaute, rappelons que les deux termes sont universels), et d'un module de service. Commençons par ce dernier, qui mesure 2,6 m de diamètre et est de forme conique. Il comprend les réservoirs, les batteries, le moteur principal qui ne sert qu'à freiner pour quitter l'orbite, et les petits propulseurs d'attitude qui permettent d'orienter le vaisseau. Pas de panneaux solaires, pas de compartiment orbital comme il y en a aujourd'hui sur Soyouz : tout est conçu pour protéger un maximum la sphère du compartiment de descente et assurer la survie de son passager, qui reste sanglé dans son siège tout au long du vol. Le module de service n'est pas conçu pour résister à la traversée de l'atmosphère, et doit donc être éjecté un peu avant. Lors du vol de Gagarine, cet équipement fonctionne mal et le module se désintègre alors qu'il est encore attaché à la sphère de Vostok.

La grande sphère qui compose le compartiment de descente mesure 2,3 mètres de diamètre et pèse seulement 2,4 tonnes. Elle est intégralement recouverte d'un bouclier thermique externe relativement léger mais efficace, composé de plastique et de tissu renforcé à l'amiante, avec en sus une couche réfléchissante pour la protection à la chaleur et contre les radiations (un système intérieur de contrôle de la température ajuste en permanence une ventilation). A l'intérieur, il était initialement prévu d'avoir une atmosphère à 100% d'oxygène, architecture la plus simple… Mais l'accident mortel de Valentin Bondarenko (à l'entrainement) convainc les autorités de changer pour un système de support vie avec une atmosphère peu ou prou égale à celle disponible au sol. La capsule est équipée d'antennes, et les équipes au sol peuvent ordonner un certain nombre de manœuvres si jamais l'astronaute est dans l'incapacité de les mener.

Vostok capsule vue d'artiste sphère et module de service © via Spaceflight.de
Superbe vue d'artiste (avec une coupe de la sphère) de Vostok en configuration habitée. Crédits via Spaceflight.de

Cosmonaute et pilote de capsule ?

Toutefois l'occupant de la cabine a tout un panneau de réglages et d'indications sous les yeux. Chronomètre précis, température, pression intérieure, niveaux de carburant et de réserves d'air, tout le nécessaire pour interpréter un problème en quelques secondes. Un globe est aussi à disposition, centré sur la position estimée de Vostok par rapport à la surface terrestre. Un réglage permet même de montrer au cosmonaute où il pourrait atterrir s'il activait immédiatement son moteur de freinage ! Il y a deux hublots conventionnels : un sur l'écoutille et un sur la droite de l'occupant… Ainsi qu'un hublot équipé de lignes d'horizon et de graduations, situé directement devant le cosmonaute et dédié au pilotage. A l'aide d'un joystick, le cosmonaute peut ainsi orienter Vostok par rapport à la courbure de la Terre et sa trajectoire au départ de Baïkonour.

capsule Vostok 1 atterrissage © Novosti/alldayru.com
La capsule Vostok (sphère) après s'être posée au Kazakhstan. Crédits URSS/N.A.

Sauter pour mieux se poser

L'un des éléments les plus particuliers de la capsule Vostok est son siège éjectable. Car oui, comme mentionné plus haut, il fallait trouver un système qui permette de garder à tout prix son occupant en vie. La capsule sphérique est une très bonne avancée, mais Vostok utilise déjà toutes les capacités de sa fusée… Il n'est donc pas possible de rajouter un système d'éjection de sauvegarde, comme ceux qui permettent aux capsules modernes de s'envoler en quelques fractions de secondes loin d'une potentielle catastrophe. D'où l'idée d'un siège éjectable. Une solution contestable, surtout lorsque la fusée vient d'allumer ses moteurs… Heureusement, pour de nombreux experts, que Vostok n'a pas eu un tel scénario catastrophe, sans quoi son cosmonaute aurait eu peu de chances de survie avant que la fusée soit à quelques kilomètres d'altitude.

Vostok capsule panneau de contrôle © Wikimedia/Tempe
Panneau de contrôle (avec le globe) d'une capsule Vostok. Crédits Wikimedia/Tempe

Mais le siège éjectable ne servait pas qu'en cas d'urgence, il était un élément prépondérant de l'atterrissage. Les calculs indiquaient en effet que même si Vostok était équipée d'un grand parachute, le choc avec le sol serait trop important à supporter : Gagarine et ses successeurs ont donc attendu d'être à environ 7km d'altitude pour s'éjecter. Une méthode restée un certain temps confidentielle… Pour des questions de prestige, mais aussi pour obtenir ses « ailes d'astronaute », car il fallait officiellement atterrir avec son véhicule !

La capsule qui a battu les Américains

Vostok est une capsule immédiatement pensée pour l'orbite. Elle dispose donc de réserves en conséquence. Jusqu'à 12 jours en orbite ! Ce qui peut paraître beaucoup (énorme même, par rapport aux capacités de Mercury), mais répond aussi à une situation d'urgence : si jamais le moteur de freinage ne s'allumait pas pour désorbiter la capsule, il faudrait probablement entre 9 et 11 jours pour qu'elle rentre dans l'atmosphère quoi qu'il arrive… Quelque part au-dessus du globe (là encore un scénario qui n'est pas idéal, considérant la possibilité d'arriver et de devoir s'éjecter au-dessus de l'océan). Néanmoins ce cas de figure ne se présentera jamais, et Vostok restera comme une petite merveille technologique de son époque avec ses 6000 transistors, 800 relais et 56 moteurs électriques.

Vostok capsule intérieur © URSS/N.A.
Intérieur de la capsule Vostok. Le hublot central est présent pour aider au pilotage. Spartiate ? Crédits URSS/N.A.

Elle volera cinq fois dans des configurations prototypes en 1960 (subissant 4 échecs), avant deux réussites du système complet (mais toujours sans astronaute) début 1961, et six vols habités relativement impeccables entre avril 1961 et juin 1963. Une pionnière… Dont le design sera repris pour une série de satellites photographiques de reconnaissance, et qui servira dans une version améliorée aux vols suivants du programme soviétique, avec la capsule Voskhod !

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
7
kanda
Je ne sais pas vous dire pourquoi mais cette capsule m’a tout de suite fait pensé à un manga célèbre et à son dessin animé dérivé <br /> Merci pour l’article
gothax
Merci Éric encore une fois !!!<br /> Les hublots étaient tellement importants ( voir aussi l’étoffe des héros) et les cosmonautes étaient de vrais pilotes maintenant le tout automatique de spacex me fait de la peine.
CowboyBebop
Quel Mangas ?
Guillaume1972
Les termes sont universels mais il est convenu d’appeler les astronautes de la Russie (ou anciennement de l’URSS) cosmonaute, taikonautes si ils viennent de Chine et astronautes si il viennent du reste du monde.
ebottlaender
Le terme universel, au cas où il faudrait le rappeler, s’applique à l’ensemble du monde. Un astronaute peut donc être américain, français ou chinois, peu importe. Et c’est très important d’avoir des termes universels, car il n’y a pas plus d’importance à être astronaute chinois que tchèque (et pourquoi l’un mériterait un nom dédié et pas l’autre ?). De temps à autre, quand une nouvelle nation envoie un astronaute, quelques médias essaient de pousser des termes dédiés, qui existent c’est vrai, comme Taïkonaute ou Vyomanaute pour les indiens, voire spationaute pour les français (ce qui est très dommage car spationaute est lui aussi un terme universel).<br /> On en parlait ici :<br /> Clubic.com – 11 Mar 20<br /> Astronaute, Spationaute, Commandant… La terminologie des gens dans l’espace<br /> Les astronautes étrangers décollant de Russie sont-ils des cosmonautes ? Vous avez deux heures.<br />
spip74
Très bon article. Je ne connaissait pas tous ces détails. Merci
kanda
L’arrivée dans la capsule « boule » de San Goku dans Dragon Ball &amp; Z
CowboyBebop
Ah oui Broly a écrasé une, c’était triste :’(
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

La sonde interstellaire Voyager 1 envoie des données
Plus près de toi, Soleil ! La sonde européenne Solar Orbiter livre des images inédites
L'atterrisseur InSight va bientôt prendre sa retraite (mais il écoute quand même les tremblements de Mars)
Voici le son d'un trou noir... et c'est beau
Boeing et la NASA sont prêts pour tester à nouveau la capsule spatiale Starliner
SpaceX défie les statistiques et passe (déjà) le cap des 20 décollages en 2022
Le plus gros séisme jamais détecté sur une autre planète a eu lieu sur Mars (et vous pouvez l'écouter)
Qu'est-ce donc que cette étrange forme rectangulaire découverte sur Mars par Curiosity ?
L'EHT présente la première image de Sagittarius A*, le trou noir au cœur de notre Galaxie
Virgin Orbit aura bientôt trois 747 qui sillonnent le monde pour larguer leur fusée
Haut de page