Informatique quantique : un essor contrarié par la difficulté à se procurer les matériaux

Bastien Contreras Contributeur
18 janvier 2019 à 07h31
0
IBM ordi quantique couv.jpg

L'informatique quantique intéresse de plus en plus d'entreprises, qu'il s'agisse de grands groupes ou de startups. Mais les ingénieurs qui s'y consacrent font face à une difficulté majeure : les composants nécessaires sont rares, tout comme les sociétés qui les fabriquent.

La prochaine révolution informatique sera certainement quantique. À vrai dire, il serait presque possible de parler de cette technologie au présent, si elle n'était pas freinée par ses besoins en éléments exotiques.

La difficulté d'accès aux réfrigérateurs à dilution

L'informatique quantique repose sur le qubit, analogue quantique du bit, qui représente la plus petite unité de stockage de ce domaine. Si cet élément ouvre des perspectives inédites en termes de puissance de calcul, il présente également des contraintes énormes pour sa production et son contrôle.

Ainsi, les qubits nécessitent des températures extrêmement basses pour ne pas perturber leur état quantique. C'est pourquoi les entreprises ont besoin de réfrigérateurs à dilution. Problème : ces systèmes cryogéniques complexes peuvent coûter jusqu'à 880 000 d'euros et ne seraient produits que par deux sociétés dans le monde, en Finlande et au Royaume-Uni.

De plus, ces dispositifs requièrent plusieurs gaz pour fonctionner, dont l'hélium 3, l'isotope le moins abondant de l'hélium (lui-même faisant partie des « gaz rares »). Pour la quantité nécessaire au fonctionnement de la machine, il faut donc dépenser une somme allant jusqu'à 35 000 euros. En conséquence, il faut parfois plusieurs mois, voire plus d'un an, pour se procurer un tel dispositif.

Des câbles tout aussi particuliers

Et ce n'est pas fini. Les ordinateurs quantiques ont également besoin de câbles supraconducteurs pour transmettre les signaux hyperfréquences, servant à contrôler les qubits. Ces composants, répondant à des contraintes de température spécifiques, ne seraient produits que par une seule entreprise dans le monde, située au Japon.

Pour s'affranchir de ces contraintes, certaines sociétés tentent de recourir à d'autres procédés, n'impliquant pas de températures si basses. Mais elles se heurtent alors à d'autres exigences, telles qu'une fabrication particulière du silicium, non prise en charge par les usines actuelles.

Les entreprises et startups innovant dans l'informatique quantique n'attendent donc désormais qu'une chose : que l'industrie suive le mouvement, pour pouvoir accélérer le développement de la technologie.

Source : MIT Technology Review

13 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Un démantèlement des GAFA ?
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring
iPhone 11 / 11 Pro : les premiers tests sont en ligne, 2019 est-il un bon cru ?

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top