L’Amérique se mobilise face à la menace du Coronavirus

19 mars 2020 à 10h21
5
shutterstock_518796124 (1).jpg

Guillaume Renouard est un journaliste tech français expatrié à San Francisco. Confiné depuis quelques jours, il nous explique comment le gouvernement Trump gère cette crise et comment réagit l'économie américaine, notamment celle des GAFA.


À l'heure où le Coronavirus se répand avec rapidité outre-Atlantique, les autorités et la société civile s'efforcent de limiter son impact à la fois sanitaire et économique.

Une atmosphère étrange plane sur San Francisco. Les rues du Financial District, où les travailleurs pressés se croisent d'ordinaire en grand nombre au pied des gratte-ciel, sont pratiquement désertes. Même tableau dans Haight and Ashbury, iconique quartier hippie de la ville, qui rassemble en temps normal des hordes de jeunes fêtards, des groupes de touristes venus admirer les demeures victoriennes aux façades colorées et des musiciens de rue. Bars, friperies et disquaires affichent porte close. Les restaurants sont ouverts, mais impossible de s'installer à une table : ils proposent uniquement des plats à emporter.

Confinement souple

Depuis mardi 17 mars à minuit, et jusqu'au 7 avril prochain, la municipalité applique une politique de « shelter in place » pour limiter la propagation du Coronavirus : autrement dit, une quarantaine légèrement assouplie, puisque les habitants peuvent quitter leur domicile sans avoir besoin d'une attestation dérogatoire. Ils sont cependant invités à rester chez eux et à éviter tout contact, sauf pour se rendre chez le médecin ou faire des courses alimentaires.

Faire une promenade ou un footing est autorisé à condition de se tenir à bonne distance de toute personne tierce. Le télétravail est obligatoire, sauf pour quelques professions-clés : personnel de santé, police et pompiers. Bars, boîtes de nuit et salles de sport sont fermés, tandis que les supermarchés, les pharmacies, les banques et les lavomatiques restent ouverts. Les transports en commun, eux, fonctionnent au ralenti.


Les primaires chamboulées

Ces mesures concernent San Francisco, et toute la région de la Baie qui entoure la ville, comprenant la fameuse Silicon Valley. Ce sont les plus drastiques prises pour l'heure aux États-Unis. La ville de San Francisco compte actuellement 37 cas répertoriés, mais l'absence de tests effectués à grande échelle laisse craindre un nombre beaucoup plus élevé de malades. Sur les six Californiens aujourd'hui décédés du Coronavirus, trois résidaient dans la région de la Baie.

Si le reste du pays n'a pas pris des mesures aussi importantes, les effets de la crise sanitaire se font chaque jour davantage ressentir. 115 décès ont pour l'heure été répertoriés sur l'ensemble du territoire américain, un chiffre en constante augmentation. Donald Trump, qui avait dans un premier temps minimisé le risque posé par le Coronavirus, appelle désormais les Américains à annuler tout voyage non nécessaire et à éviter de se rassembler en groupe.



Les primaires démocrates, qui n'opposent plus que Joe Biden à Bernie Sanders, ont également été perturbées par la propagation du virus. La Louisiane, le Kentucky, la Géorgie, le Maryland et l'Ohio ont tous repoussé leur scrutin, et les deux candidats ont cessé d'organiser des rallyes. Donald Trump, qui fait de son côté campagne pour sa réélection, a également suspendu tout grand rassemblement électoral.

Un nouveau « lundi noir » à Wall Street

L'impact du virus se fait aussi ressentir sur le plan économique. Lundi 16 mars, le Dow Jones a connu sa plus mauvaise journée depuis le « Lundi noir » de 1987. L'industrie du voyage compte parmi les premières touchées1NBSP.: la U.S. Travel Association prévoit ainsi que 4,6 millions d'emplois vont être perdus dans l'industrie au cours de l'année. Mais alors que les citoyens sont incités à rester chez eux et que les mesures de confinement se multiplient, c'est un spectre bien plus vaste d'individus qui est touché, des employés de la restauration à ceux de l'événementiel, en passant par les musiciens et les chauffeurs Uber.

Mitt Romney, sénateur républicain de l'Utah et ancien candidat à l'élection présidentielle, a proposé de verser rapidement 1 000 dollars à chaque adulte américain pour aider les citoyens à affronter les difficultés économiques entraînées par la crise sanitaire. La Maison-Blanche travaille de son côté sur un stimulus d'un trillion de dollars, qui seront injectés dans l'économie pour aider les particuliers et les entreprises.


La Silicon Valley en quête de solutions

Dans la Silicon Valley, près de San Francisco, les géants technologiques se mobilisent contre le virus et ses conséquences. Facebook, Google, Microsoft, Reddit et Twitter ont joint leurs efforts pour lutter contre la propagation des fausses informations concernant l'épidémie. Amazon, qui a recruté 100 000 travailleurs supplémentaires dans ses entrepôts pour faire face à la demande alors que le commerce en ligne explose, donne désormais la priorité à l'envoi de biens médicaux et de produits ménagers essentiels.

Verily, une entreprise détenue par Google et spécialisée dans la recherche sur les sciences du vivant, développe de son côté, en partenariat avec le gouverneur de Californie, un site internet permettant aux internautes d'accéder à des informations sur le Coronavirus et de prendre un rendez-vous pour se faire dépister.

Dans le chaos ambiant, beaucoup guettent avec espoir l'arrivée d'un vaccin. Les premiers essais cliniques ont démarré à Seattle, l'une des villes les plus durement touchées par l'épidémie, où quatre adultes ont reçu une injection d'un vaccin expérimental mis au point par l'US National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) et Moderna, une entreprise de biotechnologie basée à Cambridge, dans le Massachusetts.

L'administration Trump a également tenté, apparemment sans succès, de racheter CureVac, une entreprise allemande qui œuvre aussi à l'élaboration d'un vaccin. Une batterie d'essais cliniques étant nécessaire avant une éventuelle mise sur le marché, le vaccin ne serait toutefois pas disponible avant dix-huit mois.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
6
philippesnbrd
J’entends de plus en plus parler d’une période de « distanciation sociale » de 18 mois, ça va pas être la même niveau réorganisation de notre mode de vie…
cirdan
Il est trop tôt pour savoir comment vont être vécus les prochains mois, ça dépendra beaucoup du résultat de ce confinement, même s’il parait évident qu’on ne reprendra pas immédiatement notre ancien mode de vie. Mais d’ici-là essayons de ne pas trop se laisser aller aux élucubrations qui ne font qu’ajouter aux incertitudes actuelles
Felaz
C’est bien dit, il faut accepter de vivre au jour le jour
Blackalf
Globalement, ce sont les mêmes mesures que celles qui ont été prises en Belgique, et nous n’avons pas besoin non plus d’une attestation dérogatoire ^^
philumax
Les États-Unis, c’est un pays de patrons.<br /> Tant que les citoyens américains ne s’en rendront pas compte, ils mourront en masse.
pemmore
Le confinement à minima chez-nous aurait du être pris il y a un mois, donc 3 semaines de retard il serait peut être fini en ayant bien repéré les lieux de malade.<br /> en province on n’en est pas loin, restent ces « déplaceurs » qui fuient les zônes à risque mais en fin de compte sont des criminels qui vont tuer des locaux pas du tout préparés.<br /> Le Trump avait le temps de prendre les bonnes décision: 1 mois de retard et sans doute des morts par milliers alors qu’il y aurait eu seulement des centaines,<br /> Quand à la Moselle, ce département aurait du être mis en état de siège, personne ne rentre personne ne rentre, ainsi que tout retour d’Italie confiné 1 mois.<br /> J’ai du mal à comprendre comment la religion évangélique, heureusement inexistante en campagne, ait pu faire autant de malades en France.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Facebook un peu trop sévère sur les posts liés au coronavirus selon ses utilisateurs
L’astronaute Al Worden, vétéran des missions lunaires Apollo, est décédé
Les réseaux sociaux s'associent pour lutter contre la désinformation concernant le coronavirus
Oppo liste un poids erroné pour son Find X2 et propose des remboursements
Offre choc Cdiscount : Xbox One X 1 To + Forza Horizon 4 à 279,99€
Coronavirus : les géants du numérique dubitatifs sur l'autonomie de leurs algorithmes de modération
Coronavirus : Bouygues Telecom offre 34 chaînes TV en clair sur les détenteurs de Bbox
Sonos va sortir S2, sa nouvelle application mobile pour l'audio haute résolution
PlayStation 5 : Sony dévoile enfin l'architecture de sa nouvelle console
Coronavirus : une école de codage de Singapour publie de multiples données de suivi sur un site
Haut de page